AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791028106379
Éditeur : Bragelonne (18/04/2018)

Note moyenne : 4.5/5 (sur 15 notes)
Résumé :
« Bimbo » Jardine est un homme à part, un géant au cœur d’or, généreux avec ses amis, craint par ses ennemis. Chargé de collecter de l’argent pour Reardon, le malfrat du quartier, et en dépit de son habileté à user de ses poings, il a la réputation d’être un homme d’honneur dans le Sud de Londres, où il vit. Mais quand Bimbo s’interpose lors d’une agression à caractère homophobe, puis s’attaque à celui qui l’a commanditée, il se retrouve contraint malgré lui à aff... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
CasusBelli
  06 août 2019
David Gemmell est un auteur qui est un style à lui seul, et après une quinzaine de livres lus je ne pensais pas être surpris à ce point.
Certes, il n'est pas question pour une fois de "fantasy", cependant l'auteur démontre avec brio qu'il peut nous emmener au vingtième siècle.
Le contexte ? Un quartier mal famé de Londres sur lequel règne le caïd local dans la plus belle impunité. Chaque "pègre" a sa note et celle de Londres ne ressemble à aucune autre : la pauvreté et le "système D" londonien sont uniques par l'imagerie qu'ils véhiculent, ses "bobbies" et ses "gros bras" également, un parfum que l'on retrouve chez Pratchett ou Dickens et que l'on reconnaît.
"Bimbo" Jardines est un dur et il "collecte" pour le compte du caïd du quartier, il est grand, costaud et franchement laid à faire peur.
Bimbo a peu d'amis mais il est d'une indéfectible loyauté, et quand l'un d'entre eux a besoin d'aide il n'hésite pas, sûr de sa force et de son bon droit à défendre son ami, il ne sait pas à ce moment qu'il commet une grave erreur aux conséquences dramatiques.
Nous allons voir défiler tout au long de cette histoire passionnante un cortège de personnages pittoresques dans le sens ou on les connait tous. Les flics bons/pourris, les prostituées, les femmes battues, le prêtre, les gros durs méchants, oui pas un ne manque mais ils sont tous parfaits de vérité.
Ajoutons quelques personnages surprenants (Stepney au passé sulfureux entre autre) et nous évoluons alors dans un tableau vivant et passionnant où nous allons nous attacher à chaque acteur de ce drame, car c'est aussi l'histoire d'un microcosme qui nous est conté avec ses codes et ses règles tacites.
Mais il y a surtout Bimbo que je ne peux pas décrire sans vous révéler une grande partie de ce qui fera votre plaisir de lire ce livre si ce doit être le cas.
Gemmel affectionne le thème de la rédemption habituellement, ici il va plutôt nous parler de courage, de loyauté et d'obstination avec beaucoup de justesse et de sensibilité (oui je parle bien de Gemmell !) pour nous offrir une histoire d'une belle intensité.
Il sera un peu question du jeu d'échecs et de ses vertus éducatives en terme de stratégie, moments de lecture que j'ai trouvés intéressants et pertinents.
Je vais oser dire qu'il s'agit d'un beau conte des temps modernes qui pourrait ravir un très large public, c'est dur et sensible à la fois un cocktail pas si courant croyez moi ;)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          476
Yendare
  18 mars 2020
Si on m'avait dit un jour que j'apprécierai un homme trempé dans du racket de protection je ne l'aurais pas cru mais bon pourtant je dois vous le dire, j'ai apprécié le personnage de Bimbo.
Mr Jardin dénommée Bimbo n'est pas un mauvais bougre, en fait c'est même un chic types, un type bien vivant dans un monde de brutes. Alors oui y a le racket de protection, les quelques bras cassés ici et là pour se défendre mais il y a aussi une personne qui se préoccupe des autres et qui est de ce fait apprécié par les gens du quartier.
Mais bon le milieu malsain dans lequel le personnage évolué va se retourner contre lui et quand il aidera un ami refusant de payer les rackets il se retrouvera à confronter sans le vouloir à son patron bien décidé à le corriger pour monter l'exemple. Mais Bimbo ne se défile pas et fait face seul à son ancien patron. Seul ai je dis, ce n'est pas tout à fait vrai car Bimbo est apprécié et a quelques amies qui lui viendront en aide parfois même à son insu tel que le vieux stepney, autre personne de ce roman très réussi.
C'est un bien joli personnage que nous propose ici David Gemmell dont j'ai découvert la plume avec ce roman à part dans sa bibliographie. Plus que l'intrigue qui reste tout de même je trouve assez prévisible dans ses grandes lignes je retiendrai de ce roman le beau personnage de Bimbo, le chevalier blanc.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          501
jmb33320
  13 février 2020
"Le visage tendu, l'homme de grande taille semblait mal à l'aise. Pam le regarda dans les yeux et y vit comme une faille.
— Elle est très belle, déclara Pam en montrant le cygne. Je me suis renseignée. Ils en ont des noirs au château de Leeds, dans le Kent. Peut-être qu'on pourrait passer par eux pour avoir un mâle.
— Je suppose, répliqua Bimbo.
— Ça fait longtemps que vous venez ici ?
— Deux ans. Je ne la connaissais pas bien avant qu'elle se fasse tirer dessus. C'est des vandales, qui ont fait ça, les salauds. Je sais pas pourquoi. Elle a eu du bol de s'en tirer. J'attends que ces ordures reviennent l'achever, vous voyez ?"
L'homme de grande taille (et à la forte carrure) qui vient chaque jour, ou presque, admirer et nourrir ce cygne porte, depuis l'enfance, le surnom un peu ingrat de Bimbo. Pas de rapport avec un goût immodéré pour les pin-ups mais seulement une déformation de Dumbo, le personnage éléphantesque du dessin animé Disney.
Bim, en abrégé, malgré le fait qu'il travaille pour le compte d'un chef de la pègre locale ("collecte", intimidations diverses et variées), est étonnamment quelqu'un de foncièrement bienveillant , et même souvent gentil... Tout va partir en vrille lorsqu'il se mettra à la faute pour avoir essayé de protéger un de ses amis.Les violences vont inévitablement se succéder.
J'ai beaucoup apprécié la tonalité de ce roman noir mais pas désespéré, écrit au milieu des années 1980 par David Gemmel, qui est ensuite devenu beaucoup plus connu pour ses ouvrages de Fantasy. Les personnages ont de l'épaisseur et l'intrigue est suffisamment nourrie pour ne pas s'ennuyer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          283
cascasimir
  16 novembre 2018
Gemmel a abandonné la Fantasy pour les bas fonds de la ville moderne. Mais, vous aurez le fracas de la bataille d'un chevalier blanc, contre le Mal.

Bimbo est grand et fort, et travaille pour un caïd, mais il est honnête... En aidant un ami, il va se confronter à son patron, sans le vouloir...
Affronteriez - vous un gangster et toute sa clique, afin d'aider quelqu'un?

Mais, quid du cygne noir? C'est un Signe du destin, merveille de la Vie. Gardez le coeur ouvert pour cette croisade d'un grand homme solitaire, au secours d'une "princesse" perdue.
Commenter  J’apprécie          165
Melvie77
  06 mai 2018

Alors, je ne vais pas y aller par quatre chemins, ce livre est UN ÉNORME COUP DE COeUR POUR MOI ❣️❣️❣️
Bimbo est un personnage très attachant. Il a un coeur d'or malgré le boulot qu'il exerce : il est chargé par Reardon, le caïd du quartier de collecter l'argent des commerces rackettés. Il est imposant, sait se servir de ses poings, n'a pas eu une vie facile et est craint des petits malfrats. Mais Bimbo n'aime pas ce qu'il fait, il le fait surtout pour survivre et est apprécié de beaucoup car il n'hésite pas à protéger bon nombre de personnes dans le quartier et jouit d'une réception excellente.
Son destin va se retrouver chambouler lorsqu'il va vouloir aider un ami en difficulté. En lui sauvant la mise, il se met à dos Reardon sans le savoir et là une guerre va se déclencher entre les deux hommes. Aucun des deux ne la veut vraiment mais leur honneur est en jeu...
Bimbo est un géant innocent, il ne réfléchit pas beaucoup mais a un coeur d'or et une présence incontestable.
Tous les coups seront permis! Heureusement pour Bimbo, il est entouré de personnages tous aussi charismatiques que lui et ce fut un réel plaisir de les voir évoluer tout au long du roman.
Je ne connaissais l'auteur David Gemmell que de nom, il a surtout écrit des romans de fantasy. Ce roman est à part dans sa bibliographie, il a mis six ans à le publier, et sort seulement chez nous cette année, alors qu'il est sorti en 1993.
Nous sommes plongés par conséquent, dans une ambiance très années 80, dans des rues et ambiances qui rappellent les films de la Cannon et consorts.
J'ai adoré l'ambiance très western urbain, les personnages, le code d'honneur de ces personnages.
Je ne suis pas prête d'oublier ce roman et le personnage de Bimbo qui m'a particulièrement touchée et qui va me manquer, un personnage émouvant dans la lignée de John Coffey (La ligne verte de Stephen King).
Je vous conseille très fortement de vous ruer sur ce roman attachant, certes violent, mais pas dénuée d'une certaine poésie.... UN COUP DE COeUR, JE VOUS DIS :)

Lien : https://aufildesevasionslivr..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          71

Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
YendareYendare   23 février 2020
- Alors, si tu ne vois pas le racket comme quelque chose de mal… Dirais-tu plutôt que c’est immoral ?
- Oui, probablement, avoua Bimbo. Mais c’est ainsi que le monde fonctionne. Y a rien qui changera ça.
- Ce n’est pas ainsi que mon monde fonctionne, en tout cas.
- Bien sûr que si. Combien tu gagnes par an ?
- À peine plus de 9 000 livres.
- Net ?
- Non, brut.
- On est d’accord. Le gouvernement dit : « Donnez-nous trente pour cent de vos revenus, ou on vous fout en taule. » T’as pas le choix. Comme ce bon vieux Al Capone. Ils ont pas réussi à le choper pour ses rackets, alors ils l’ont coffré pour fraude fiscale ou un truc dans le genre, autrement dit parce qu’il payait pas leur racket à eux. Sympa, hein ?
Sue réprima un sourire.
- Mais l’argent des impôts va aux hôpitaux, aux écoles, aux routes et aux retraites, objecta-t-elle.
- Ouais, je sais. Et aussi aux bombes, aux avions, aux pots-de-vin et aux cadeaux. Ce que je veux dire, c’est que personne a le choix. Tu paies parce que t’es obligée. Parce qu’ils sont plus gros que toi, et plus forts. C’est pareil ici. C’est pareil partout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          200
YendareYendare   25 février 2020
Chaque jour, une femme se rendait à l’église sans avoir jamais accompli la moindre bonne action. Malgré tout, à sa mort, elle monta au Paradis. Là-bas, un ange la conduisit dans une rue bordée de somptueuses maisons de maître, puis il l’entraîna plus bas dans une rue avec des maisons coquettes, puis vers une série de maisons mitoyennes sans charme. Enfin, l’ange l’amena devant une vieille cahute en bordure d’un terrain vague. « Voici ta maison », annonça-t-il. « Mais elle est horrible ! » s’offusqua la femme. « Je sais », répliqua l’ange. « Mais c’est tout ce qu’on a pu bâtir avec les matériaux que vous nous avez envoyés. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
YendareYendare   26 février 2020
- Que Dieu vous bénisse, Bimbo.
- Commencez pas avec ça, révérend. De toute façon, j’ai déjà été pas mal béni dans la vie. J’ai une bonne santé. De bons amis. On n’a pas vraiment besoin de plus, non ?
Commenter  J’apprécie          180
levrilevri   16 avril 2020
Stepney glissa une feuille dans une vieille machine à écrire. Comme au bon vieux temps. Un plaisir profond l’envahit lorsqu’il songea à la tête de Frank Reardon. Il travailla pendant une heure, se relut, se corrigea. Le secret était de ne pas trop en faire. Pas d’adjectifs. De simples faits paraissaient toujours plus réels, et par conséquent donnaient l’illusion de la vérité.
Le Parti l’avait compris très tôt. Pas besoin de pistolet pour venir à bout d’un ennemi. Qu’avait dit le Führer ? Contraints de devoir choisir entre la vérité et un gros mensonge, les gens optent toujours pour le gros mensonge. Avec des hommes comme Reardon, trouver le point faible était facile. Tout ce qu’ils possédaient était bâti sur la force et l’absence de pitié. Les truands avaient un côté glamour, Stepney en avait conscience. Il fallait donc détruire le glamour, et susciter… quoi ? Le mépris, le dégoût. L’indignation.
Oh, oui, Frank Reardon, de sacrées surprises t’attendent. Le gros mensonge causera ta perte.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
levrilevri   16 avril 2020
C’est le mec ordinaire, qui croit vivre dans une société civilisée, avec des lois pour les protéger, sa femme, ses gosses et lui. Et puis y a le vrai monde. Celui dans lequel Bimbo vit.
— Mais le mec ordinaire a raison, objecta Sue. Il y a bien des lois pour le protéger, non ?
— Pas vraiment. La loi est là pour punir. Ça veut dire que n’importe qui est libre d’agresser l’employé de bureau et sa famille. Rien n’empêchera que ça se produise. Mais on essaie de faire en sorte que les méchants soient bouclés. En théorie, les peines de prison sont censées dissuader les délinquants. Mais ça n’est plus le cas. Un type peut avouer avoir commis trente cambriolages, il n’écopera que de six mois ferme. Pourtant, trente cambriolages, ça peut avoir un impact sur la vie d’une centaine de personnes ! La peur ne les quitte jamais. Un jour, pendant une formation, un psychiatre nous a expliqué qu’il y avait plus de femmes en dépression pour cause de cambriolages que pour des viols. Tu le savais ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de David Gemmell (11) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gemmell
Gemmell l'homme qui a changé le point de vue que l'on peut avoir de la Fantasy ;)
Par Geek Librairie
autres livres classés : roman noirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre