AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782413003786
488 pages
Éditeur : Delcourt (26/09/2018)
4.3/5   20 notes
Résumé :
1943, en pleine guerre du Pacifique, la Corée se trouve sous occupation japonaise. Sun, 16 ans, est vendue par ses parents adoptifs comme esclave sexuelle à l'armée japonaise basée en Chine. Après avoir vécu 60 ans loin de son pays, Sun revient sur sa terre natale. L'histoire d'une " femme de réconfort " qui en dit long sur l'histoire avec un grand H.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (9) Voir plus Ajouter une critique
CallieTourneLesPages
  01 août 2021
Les couvertures de ce roman graphique sont très belles. Lee Oksun âgée se regarde jeune sur la première de couverture si on ouvre le livre. Tout un symbole pour cette femme victime de guerre sous la domination Japonaise en Coréen qui confie : « Depuis ma naissance je n'ai jamais été heureuse. »
Abandonnée, vendue, trompée, prostituée, violentée, comme toutes les
« femmes de confort » exploitées sous la domination japonaise pendant 40 ans, Oksun a été brisée dès l'adolescence.
Le travail de Kim Keum Suk de recherches a été acharné pour rendre cet hommage. Ses dessins en noir et blanc sont d'une grande qualité de nuances. Les doubles pages sur la nature accompagnent très bien l'histoire.
Une histoire intime très forte qui touche à l' universel. Horreur et violence pour toutes ces femmes qui sont mortes le premier jour de leur rencontre avec les soldats japonais. Pour celles qui ont survécu à ces conditions de vie, il a été impossible de tourner la page et de se reconstruire. Elles témoignent de la souffrance qui les ronge.
Un témoignage nécessaire sur l'histoire.
Le format manhwa permet un accès à tous à cet hommage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Pixie-Flore
  31 mai 2019
Sun a grandi dans une famille pauvre. Elle a été "adoptée", exploitée, vendue, violée. Son adolescence dans la Corée occupée par le Japon l'a brisée mais elle a su vivre malgré tout.
C'est une bande-dessinée difficile, même si l'auteur nous épargne les pires scènes et ne fait que les suggérer - ce qui est largement suffisant. Les femmes de confort - euphémisme pour désigner les esclaves sexuelles - sont encore aujourd'hui mises au ban de la société. Il y a un silence qui pèse sur ces situations.
L'auteur rend la parole à l'une d'entre elle. Sun nous raconte son histoire et c'est poignant de voir la vie qu'elle a subi à cause des sociétés patriarcales et des conventions sociales. En effet, ce genre de crimes n'est pas l'apanage d'un seul peuple mais de multiples individus qui viennent de tous les horizons. L'auteur a bien su le démontrer.
Ce qui peut paraître un peu étrange à première vue dans cette bande-dessinée, ce sont les graphismes un peu particuliers. Il y a un côté très contemplatif.
D'ailleurs, la façon dont est racontée l'histoire est assez contemplative j'ai trouvé. Pour autant, ça n'enlève rien à l'émotion et à l'effroi que j'ai ressenti.
Certains essaient constamment d'effacer des mémoires ces évènements terribles. C'est pour cela que les témoignages historiques comme celui de Keum Suk Gendry-Kim sont importants.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
Fuyating
  30 janvier 2021
Magnifique roman graphique mettant en lumière les femmes de réconfort.
L'auteure nous y narre ce qui est arrivé à Oksun, jeune fille comme tant d'autre dans les années 30 qui a été enlevée et envoyée en Chine en tant qu'esclave sexuelle.
Les moments narratifs alternent entre le passé et les passages présents où la jeune femme interviewe Oksun, ce qui permet de faire un peu descendre la tension.
Ce livre est bouleversant tout en restant très sobre, les choses étant plutôt sous-entendues que montrées noir sur blanc. Nous y découvrons une jeune fille rêvant d'allier à l'école, travailleuse mais née dans une famille extrêmement pauvre. le livre aborde de nombreux sujets : l'occupation japonaise, la pauvreté qui pousse les familles à se séparer de leurs enfants, l'enlèvement des jeunes filles en leur faisant miroiter un travail à l'étranger, l'aide apportée aux Japonais par des Coréens dans ce trafic, les mauvais traitements bien sûr, la prostitution forcée, mais aussi ensuite la honte et le difficile retour au pays (des décennies plus tard). L'accueil réservée à ces femmes par leur famille est terrible et choquant. Elles n'ont rien fait par choix, ont énormément souffert,et ne rêvaient que de rentrer chez elles. Et finalement quand elles peuvent enfin le faire, c'est la déconvenue totale.
La dessinatrice a utilisé de l'encre de Chine nous donnant un rendu extrêmement marquant, jouant sur une encre plus épaisse lors des moments difficiles, pour montrer la noirceur des hommes, et utilisant parfois de l'encre un peu plus diluée. Les blancs sont également très importants, presque tout autant d'ailleurs que le noir.
Lecture donc très poignante, nécessaire pour ne pas oublier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Rhl
  24 avril 2021
Dans Les mauvaises herbes, l'autrice rapporte le témoignage d'une femme coréenne qui fut esclave sexuelle pendant l'occupation japonaise dans les années 1940.
On découvre alors le terrible parcours de cette petite fille qui rêvait d'aller à l'école mais qui fut livrée par ses parents, poussés par la faim et l'extrême pauvreté, à une famille adoptive qui l'exploita jusqu'à la vendre comme "femme de réconfort", c'est à dire esclave sexuelle pour l'armée japonaise basée en Chine.
C'est un témoignage bouleversant et révoltant qui dévoile un pan de l'histoire peu mis en lumière. Des histoires de vie qui semblent insoutenables et qui ont pourtant existé et, existent encore, dans d'autres contextes, d'autres pays, d'autres guerres...
Comme l'explique clairement l'historienne Yun Myungsuk en fin d'ouvrage : "La question des femmes de réconfort ne constitue pas uniquement un problème de discrimination envers un peuple, mais aussi et surtout un problème de discrimination à l'égard des femmes et des classes sociales pauvres."
J'ai aussi aimé le graphisme vers lequel je ne serai peut-être pas allée spontanément mais qui porte cette histoire avec subtilité et force.
Un livre qui ne laisse pas indemne, à découvrir !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
luthien
  31 mai 2019
En partageant le témoignage de Lee Oksun, une esclave sexuelle lors de la guerre du Pacifique, Keum Suk Gendry-Kim participe au devoir de mémoire de toutes ces femmes exploitées. En presque 480 pages, l'autrice retrace le parcours de cette femme courageuse, vendue alors qu'elle n'était qu'une enfant et qui a connu de nombreuses privations avant d'être mise à disposition des soldats japonais alors qu'elle n'avait même pas 16 ans. le récit est fort et éprouvant tout comme les illustrations. Celles-ci sont simples pour se concentrer uniquement sur l'histoire. Les personnages coréens sont dessinés finement et tranchent avec les paysages, notamment les plantes, réalisés de manière bien plus dense. Les soldats japonais sont représentés de façon plus abstraite, avec beaucoup de noir. Ils sont sans trait reconnaissable, se valant tous. La violence n'est jamais réellement montrée mais elle est suggérée de façon très forte qu'elle a encore plus d'impact. Comme cette double-page de douze cases noires lorsque Oksun est violée pour la première fois. L'autrice raconte cet événement historique en prenant le point de vue d'une femme et de sa classe sociale, en rendant hommage à toutes ces femmes, qui bien qu'elles aient été piétinées comme les mauvaises herbes, finissent toujours par se redresser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
Bedeo   13 novembre 2018
Entre Keum et Oksun, le passage de génération est aussi celui d’un témoin, ou plutôt d’une témoin. Le récit de l’une par l’autre permet de joindre à un corps meurtri une mémoire concrète. Pas de solennité, pas une vraie gravité, mais plutôt un mélange entre le portrait et la poésie.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
Pixie-FlorePixie-Flore   30 mai 2019
Officiellement, ils cherchaient des filles pour travailler dans une usine alimentaire. Mija avait eu la chance car la limite d'âge était fixée à dix-neuf ans.
Mija ne savait rien des "détails". C'est comme ça que l'on s'est connues.
- On est où, là ?
- En enfer.
- Qu'est-ce qu'on fait ici ? Qu'est-ce que ça veut dire ?
- On doit vendre notre corps.

[p286]
Commenter  J’apprécie          40
LadydedeLadydede   17 juin 2019
J'ai supplié et j'ai pleuré. J'ai tout fait pour que ma mère m'envoie à l'école. Rien n'y faisait.
Commenter  J’apprécie          50
LadydedeLadydede   17 juin 2019
Tu sais, quand on ment, les poils nous poussent sur les fesses.
Commenter  J’apprécie          60
FuyatingFuyating   31 janvier 2021
Oksun était un otage et les soldats japonais aussi, en quelque sorte, étaient otages du gouvernement impérialiste. Comment des êtres humains pouvaient-ils survivre ? Il faut dans doute puiser quelque part cette force nécessaire.

Et c'est peut-être dans la rencontre avec une autre personne qu'on peut trouver une certaine consolation qui nous fait oublier quelque temps l'enfer tout autour ?
Commenter  J’apprécie          00
FuyatingFuyating   31 janvier 2021
Dans le Tokyo Nichi Nichi Shimbun parut un article parlant d'un concours de décapitation mené par deux lieutenants japonais [à Nankin].
Le quotidien titrait fièrement "Incroyable record" : Mukai 106 - 105 Noda.
"Les deux lieutenants effectuent une manche supplémentaire". En effet, le score de 105 à 106 ne permettait pas de les départager.
Le concours a poussé jusqu'à 150 décapitations.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Keum Suk Gendry-kim (8) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Keum Suk Gendry-kim
Les grands écarts font les grandes histoires. En mai 2021, Futuropolis vous proposera le cinquième et dernier tome d'Urban, la saga de Luc Brunschwig & Roberto Ricci qui vous transpose dans un monde futuriste devenu un casino géant. Jubilatoire. Futuropolis aura le plaisir d'accueillir la plus grande autrice coréenne, Keum Suk Gendry-Kim, qui nous fera vivre l'attente d'une famille séparée par la guerre en Corée. Glaçant. Quant à Luc Bienvenu et Laurent Houssin, ils vous révéleront les secrets d'un jardin bio dans le Potager Rocambole. Réjouissant.
autres livres classés : coréeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2371 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre