AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 9791090648876
Éditeur : Critic (16/03/2017)

Note moyenne : 3.96/5 (sur 12 notes)
Résumé :
Echoués sur Arrhenius, une planète isolée et pauvre, Hummel et Lenoor, deux pilotes, décident de fonder une compagnie de transport indépendante qui desservirait les planètes des Confins. Mais la création de cette ligne commerciale interstellaire, baptisée la Spire, est jalonnée de luttes de pouvoir, de trahisons et d'inimitiés.
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
fnitter
  03 mai 2017
Premier tome d'une nouvelle série annoncée (le second tome : Celui qui divise est prévu pour octobre 2017).
Nous sommes dans un univers où la totalité des mondes habitables est à la portée de l'humanité, grâce à un réseau de portes abandonnées par une mystérieuse race extraterrestre censément disparue.
20.000 mondes sont déjà colonisés et répartis en fonction de leur facilité d'accès suite au passage des vaisseaux spatiaux par les portes (le transport étant instantané). La ceinture, la couronne et les confins.
Ces confins, délaissés par les multinationales. Un nouveau terrain de chasse pour la création d'une nouvelle compagnie de transport qui se ferait une spécialité de relier ces mondes ignorés. Mais les compagnies déjà en place voient d'un mauvais oeil une nouvelle et possible concurrente à terme. Coups bas et sabotages à l'horizon.
Dès le début, le milieu et même la fin, j'ai eu l'impression de me retrouver dans un bon vieux Fleuve noir un peu bodybuildé. Un compliment ? Oui assurément.
Moins mièvre (si on n'aime pas) – Fleur bleue (si l'on y pense avec tendresse) qu'un P.J Hérault sur les relations interpersonnelles.
Une belle histoire bien structurée, passionnante, avec rebondissement et action dans tous les domaines à chaque chapitre. Beaucoup de sujets abordés (survolés ?) et pas une seconde de répit.
L'univers fonctionne tout seul, ce n'est pas très technique mais ce n'est pas l'essentiel. Certains pourront y trouver un manque de complexité. Ce n'est par exemple absolument pas comparable en matière de densité à l'univers du Commonwealth de Peter F. Hamilton, c'est indéniablement moins « cérébral ». Mais a-t-on besoin de complexité et de concentration pour se faire plaisir en SF ? Non.
Une écriture fluide simple, une lecture très confortable en fait, ça glisse tout seul. du miel pour les yeux.
Je découvre l'auteur, et cette incursion dans son univers a été un réel plaisir qui assurément ne sera pas le dernier.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          692
Relax67
  26 mars 2017
Je suis passé par plusieurs états en lisant ce livre. Mais dans l'ensemble je me suis bien amusé.
Le tome 1 de Spire conte la création et la montée en puissance d'une compagnie de transport interstellaire décidée à occuper le marché niche des mondes humains trop peu développés pour intéresser vraiment les gros poissons du secteur. Dit comme ça, ça donne l'impression d'un roman sur l'économie. Il y a un peu de ça mais ça n'est pas l'essentiel. C'est surtout l'histoire de ces pilotes aventuriers qui risquent leur peau chaque fois qu'ils abordent un de ces étranges mondes sauvages, pilotes qui d'ailleurs ont tous lu Leigh Brackett ou Catherine L. Moore vu les noms de leurs vaisseaux.
Le début fleure bon l'huile de moteur et l'énergie de fusion des vaisseaux de guingois des romans de Samuel Delany. Rien que pour ça, ça vaut le coup. Et Genefort ajoute une couche d'écosystèmes étranges et fonctionnels qui apportent aux voyages un exotisme Vancien.
Au bout d'un moment, j'ai tout de même trouvé que ça tournait un peu en boucle (ou en spire, tiens) : de nouveaux mondes visités, des contrats, de nouveaux pilotes qui se rallient, les méchants vilains des grandes compagnies qui font des coups tordus. Je me voyais mal poursuivre sur toute une trilogie comme ça. Et puis où que l'on aille, on ne rencontrait que des cultures humaines dont l'objectif – une fois la survie assurée – était la croissance et la rentabilité. Je me suis demandé si la seule forme d'humanité qui avait proliféré à travers les portes de Vangk (l'élément commun à tous les romans de l'espace de Genefort, paraît-il) était des ultralibéraux affairistes à tendance geek. La diversité des cultures et religions terrestres n'a pas essaimé dans l'espace, et c'est dommage. En même temps, cette relative pauvreté culturelle renforce le contraste avec la séduisante étrangeté des écosystèmes extraterrestres, comme je l'ai déjà dit.
Mais Genefort me fait mentir en lançant ses capitaines sur des péripéties d'un niveau de gravité inattendu. Si jusqu'ici, sa vision me semblait bien plus optimiste – dans la lignée de celle d'un Arthur C. Clarke (progrès infini, foi en l'humain, etc.) – à partir du milieu du roman j'ai eu l'impression de lire du Pierre Bordage, tellement sa description des insondables horreurs dont est capable l'humanité fait froid dans le dos. L'action est toujours prioritaire – c'est avant tout un roman pour se détendre – mais j'ai senti l'importance que revêtait pour l'auteur certains événements de l'actualité tel que l'accueil des réfugiés syrien chassés par la guerre (le pilote Hummel est-il un avatar de Genefort ?)
Sur la dernière partie, je resterai muet hormis pour dire que c'est très prenant et que je n'ai plus pu lâcher le livre avant d'atteindre la fin.
Un mot sur les personnages pour terminer. Ils sont nombreux, multiplicité des lieux oblige, mais j'ai trouvé que leur caractérisation baissait en valeur au fur et à mesure qu'on les introduisait. Je me suis finalement surtout attaché aux trois premiers – Lenoor, Hummel, Cornelis – qui reviennent régulièrement nous faire partager leur point de vue. Ce sont les plus réels ; les suivants étant surtout là pour faire avancer l'action. Lenoor, est surtout mise en valeur lors de la découverte des écosystèmes, et j'ai beaucoup apprécié que Genefort fasse largement appel à son sens de l'odorat autant qu'à la vue pour les parties descriptives.
C'est mon premier roman de Laurent Genefort et je suis rassuré. Je continuerai la trilogie et j'irai vagabonder ailleurs dans son oeuvre si ma PAL le permet.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          378
Dionysos89
  25 avril 2017
Vous avez été déçu de votre première dose de Laurent Genefort de l'année ? Rattrapez-vous avec la deuxième tournée ! En effet, ce docteur ès space opera français ouvre une nouvelle trilogie chez les éditions Critic : Spire.
Qu'aime-t-on dans un space opera « à la mode Genefort » ? Déjà un univers cohérent, ici celui des Portes de Vangk, qui permet, de fait, une diversité magistrale selon les systèmes, les mondes ou les groupes de mondes visités. En l'occurrence, l'auteur s'est fait une première fois plaisir puisque le thème qu'il a choisi lui permet de faire voyager ses personnages dans une ribambelle de mondes très divers, avec à chaque fois une organisation sociétale, un environnement et une économie qui varient fortement. Ensuite, il faut des personnages suffisamment intéressants en eux-mêmes mais dont le destin est largement dépassé par leurs aventures, par les planètes qu'ils visitent, ainsi que par les entités qu'ils rencontrent, entités qui ont une durée de vie bien plus longue que les humains et qui, d'une certaine façon, les écrasent de leur statut. Enfin, il faut un système de gestion complexe (qu'il soit scientifique ou économique), que l'auteur peut se permettre de détailler afin de faire montre d'érudition comme il sait si bien le faire.
Force est alors de constater que Laurent Genefort s'est bien fait plaisir dans ce roman en réunissant les différentes caractéristiques que nous lui connaissons habituellement, mais en en usant de la façon la plus joueuse possible. En effet, d'un simple atterrissage forcé et dramatique dans les premières pages, il nous emmène découvrir la création d'une compagnie de transport interstellaire qui se veut complètement indépendante des grandes multimondiales qui dominent les grands axes interstellaires, la Spire ! Ce nouveau venu dans le transport dans l'espace s'attache surtout à relier les mondes des Confins, ces planètes le plus à l'écart du réseau galactique en raison de leur éloignement vis-à-vis de la Porte de Vangk qui les relie au dit réseau. Alors que ce sont les planètes de la Couronne et de la Ceinture qui bénéficient, par leur position de proximité, d'un traitement de faveur commercial, Spire vise les angles morts du réseau ; c'est un petit peu comme si un nouveau concurrent de la SNCF cherchait d'abord à relier Vannes à Brioude et Saint-Martin-du-Fouilloux à Châlons-en-Champagne. Oui, parce qu'il ne faudrait pas oublier qu'il y a aussi des gens qui habitent là et qui aimeraient bien profiter du réseau de communication comme les autres sans subir l'« effet tunnel » habituel. Laurent Genefort a, comme souvent, un propos altermondialiste intéressant que ce soit sur l'économie ou l'environnement. À la fin du premier tome, annexe à l'appui, quinze planètes entrent déjà dans ce système alternatif.
Dans la même optique, Laurent Genefort mise sur l'examen précis, mais pas étouffant, de la science économique à l'échelle galactique. Pas de panique pour autant, le tout est très digeste et on sent que l'auteur en a sous le pied. D'ailleurs, dans le thème comme dans le plaisir d'écrire de l'aventure galactique, on retrouve l'ambiance présente dans le Prince-Marchand (tome 1 de la Hanse Galactique, par Poul Anderson) avec toutefois des personnages plus attachants. Ainsi, nous suivons Lenoor et Hummel, bientôt rejoints par Cornélis, c'est-à-dire des navis (des pilotes en somme) accompagnés d'une experte évaluatrice des potentielles ressources de chaque planète. À partir de leur aventure sur la planète sous-développée Arrhenius, l'intérêt de ce premier tome est de comprendre quels sont les problèmes liés à la mise en place d'une telle entreprise de transport, notamment pour des planètes éloignées du réseau global. Cela ne vous rappelle pas la mondialisation ? Si, et c'est normal, d'autant plus que chacun pourra se faire des parallèles au milieu de ces Confins, sorte de Sud économique à l'échelle de la galaxie. Si ce premier tome se titre « Ce qui relie », ce n'est donc pas pour rien. Il s'agit de scruter les premiers soubresauts de la Spire, les luttes intestines au sein de la compagnie qui ne tarde pas à se développer au bout de quelques années d'existence, les combats plus ou moins ouverts avec les compagnies concurrentes. de manière un peu visible, comme si c'était un passage obligé, les derniers chapitres permettent de placer les enjeux à concrétiser et auxquels il faudra répondre dans les deux tomes à venir : un antagoniste externe à la compagnie, des complications internes et une découverte d'importance galactique. Beau programme pour la suite.
Ce qui nous relie à Laurent Genefort, c'est définitivement le goût de la bonne science-fiction : un univers, une science, un destin. Spire part sur de bonnes bases.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          214
Lutin82
  11 mai 2017
Un résumé éditeur qui attire, une couverture de Manchu qui séduit, le nom d'un auteur que j'apprécie, comment pouvais-je résister à Spire, ce qui relie ? Impossible! Ma volonté fait pâle figure face à l'adversité présente et sa puissance de feu.
Si le terme « Spire » ne vous dit rien, normal, il n'appartient pas à notre bon vieux français. Il sera reconnu par les amateurs d'Albion, même si la flèche n'est pas tout à fait caractéristique du roman, et encore cela reste à démontrer.
Enfin, si ce mot évoque en vous quelque chose en forme de spirale, bingo! Vous naviguez en territoire connu, ou en voie de l'être…
En effet, Leenor (elle) et Hummel (lui) sont victimes d'un crash catastrophique sur une planète éloignée, Arrhenius. Leur compagnon de voyage n'a pas survécu à la violence de l'accident, alors que le capitaine s'en sort salement amoché : un bras en moins, et une paire de jambe incapable de le maintenir debout, marcher n'est plus à l'ordre du jour.
Les blessures s'avèrent non seulement physiques et morales, mais également psychologiques. Ce cailloux désertique est rarement desservi, aucune ligne régulière n'existe et les données nécessitent une mise à jour sérieuse. D'ailleurs, cette négligence assumée (voire orchestrée) leur a coûté un homme et un vaisseau.
En sus, dire que les colons se sentent délaissés est une lapalissade…
Les deux rescapés, sur l'impulsion de Leenor, décident de remédier au problème en créant une compagnie de transport, la Spire, dont l'emblème sera hélicoïdal.
La création de cette entité, ainsi que toute cette entreprise reposent sur un idéal et sur une volonté farouche nés de la catastrophe : desservir les mondes des Confins. L'objectif se résume à les « désenclaver » de leur solitude, mais aussi à leur offrir l'opportunité d'améliorer leur sort (essor de la population, accès aux dernières technologies – ou au moins aux techniques de base,…)
En effet, la situation d'Arrhenius n'est pas unique. Les mondes colonisés de notre Galaxie sont reliés entre eux par des portes de Vangk, qui permettent de se transporter d'une zone à l'autre presque instantanément. Ces accès sont implantés à une distance plus ou moins proche de la planète habitable. Il s'agit d'un intervalle qui s'échelonne de quelques jours à plusieurs semaines de voyage entre les deux points.
Cette précision s'avère cruciale, car elle conditionne le « statut » des systèmes. Les plus chanceux et plus accessibles appartiennent à la catégorie enviée de la Couronne, puis vient la Ceinture et enfin les oubliés, les Confins.
Très vite, cette croisade apparaît peu viable avec un seul équipage et un seul vaisseau. Ils recrutent alors Cornelis à la tête du Tremaine, capitaine indépendant travaillant au profit d'une société bien installée et desservant principalement la crème : la Ceinture et la Couronne. D'ailleurs qui veut aller s'e***er avec les bouseux de colons des confins ?… Personne, hormis la Spire.
L'auteur profite de l'occasion pour brosser des modes de vie divers et chamarrés à travers des sociétés parfois occidentales, souvent différentes, vivant au rythme de leur philosophie ou en proie à la violence et aux conflits civils.
L'ambiance de toute cette épopée, et cet idéal lui-même ravivent les débuts de l'Aéropostale avec une figure emblématique de cette « conquête » spéciale, Antoine de St Exupery.
Les chapitres sont courts et bien rythmés. Chacun relate une conquête commerciale dans les confins, une étape dans leur ascension (associé, équipage, capitaine,…), ou un affrontement avec les autres compagnies. L'émotion n'est certes pas le coeur du roman, mais n'en est pas absente. Les relations entre les associés sont empreintes de respect et d'amitié, quelques heurts permettent d'y ajouter de la crédibilité.
Critique plus complète sur mon blog.
Lien : https://albdoblog.wordpress...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Selvegem
  01 mai 2017
Lenoor et Hummel travaillent pour une grosse compagnie de transport interstellaire. Un jour, dans ce qui devait être une mission de routine, ils s'écrasent sur une planète, où ils découvrent une colonie sous-développés, loin des grands axes principaux.
Une fois guéris et repartis, Lenoor ne peut s'empêcher de penser et re-penser à l'idée qui la titille : monter une compagnie de transport indépendante, qui couvrirait les planètes des confins, inconnues aux grands groupes. Elle parvient à entraîner Hummel dans cette idée, et à monter la Spire, une société indépendante où les personnes engagées doivent être à la fois talentueuses, avoir un goût du risque et une vision différente.
Évidement, cette idée ne plaît pas aux grandes compagnies, qui sont prêtes à tout pour empêcher la Spire de prendre son envol ! Mais Lenoor, Hummel et leurs compagnons n'ont pas dit leur dernier mot : cette société existera et se développera, coûte que coûte.
Laurent Genefort est un auteur à la bibliographie conséquente et, même si je suis loin d'avoir tout lu, je sais qu'à chaque fois que je me plonge dans ses romans, je vais passer un bon moment ! Je conseille particulièrement sa trilogie Hordes et Les Chants de Felya.
De son côté, Ce qui relie est le premier tome de Spire, une nouvelle trilogie de Space-Opéra : préparez-vous à voir les étoiles de près et à visiter de nouvelles planètes !
(Mon avis complet sur mon blog.)
Lien : http://chezlechatducheshire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
Citations & extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
fnitterfnitter   06 mai 2017
Un monde, c’est comme une conquête amoureuse. On languit d’atteindre sa surface. On en profite, tant on se réjouit d’avoir atterri sans trop de casse. On aime respirer son air. Et à la fin on le fuit, comme un homme amoureux que l’on n’aime plus.
Commenter  J’apprécie          470
fnitterfnitter   05 mai 2017
Ces types étaient plus jeunes que lui, mais ils avaient goûté l’ambroisie de la gloire, traversé les dangers les plus fous. Ils avaient combattu pour la Justice, l’Honneur, et probablement une douzaine d’autres mots à majuscule. Puis la paix avait été signée, et on les avait sommés de remiser leur courage et leurs rêves.
Commenter  J’apprécie          320
fnitterfnitter   07 mai 2017
Je me demande bien pourquoi l’homme s’est donné la peine de conquérir les étoiles. Si c’était uniquement pour rencontrer des créatures extraterrestres, il suffisait qu’il s’occupe de ses rejetons en bas âge.
Commenter  J’apprécie          475
Relax67Relax67   19 mars 2017
Quant à elle, voilà des années qu'elle passait plus de temps dans des spatioports et des vaisseaux qu'à terre. Des années à boire de l'urine recyclée et à respirer de l'air en conserve, à récurer des locaux étriqués, à suivre d'épuisants exercices contre les ravages de l'impesanteur. Au bout d'un moment, le monde le plus hostile se parait de charmes insoupçonnés.
Commenter  J’apprécie          250
Relax67Relax67   26 mars 2017
Manœuvrer pour priver les nouvelles compagnies de capital est une arme vieille comme les mondes. Si nous survivons et que nous croissons, il ne faut pas se leurrer: nous ferons la même chose avec la concurrence à venir.
Commenter  J’apprécie          260
Videos de Laurent Genefort (15) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Genefort
Entretien public avec l'écrivain Laurent Genefort, interrogé par Richard Taillet, professeur de physique à l'université Savoie Mont Blanc. Cet entretien constituait la seconde partie du « quart d'heure insolite » du 14 décembre 2016 consacré la physique d'Omale, cycle de science-fiction écrit par Laurent Genefort.
autres livres classés : space-operaVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

La horde L'ascension du serpent

Que donnent les pierres extraitent d'un crâne de dragon?

Force et rapidité
Pouvoir et longévité
Pouvoirs magiques
Vision nocturne

20 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Hordes, Tome 1 : L'ascension du serpent de Laurent GenefortCréer un quiz sur ce livre