AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Ernst Scheidegger (Illustrateur)
EAN : 9782070786312
96 pages
Gallimard (30/11/-1)
4.42/5   24 notes
Résumé :
La découverte de l'atelier de Giacometti à travers des photographies de l'artiste au travail et des échanges entre Genet et lui permet de se rendre compte de l'importance d'un lieu et du cheminement des créations. Publié pour la première fois en 1963.

«Il n'est pas à la beauté d'autre origine que la blessure, singulière, différente pour chacun, cachée ou visible, que tout homme garde en soi, qu'il préserve et où il se retire quand il veut quitter le ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
GeraldineB
  28 août 2021
Voici un tout petit livre ouvrant les portes d'un lieu magique. Comme un instant suspendu, entrez dans l'atelier d'Alberto Giacometti et suivez le guide, le poète Jean Genet. de ce bazar indescriptible, vous ne verrez d'abord que les statues filiformes et bien connues du sculpteur. Puis, votre oeil discernera et appréciera la poussière recouvrant une bouteille, la suspension toute simple qui pend du plafond. Dans la lumière de ce modeste atelier survient la beauté, celle des statues et des objets, dans leur plus grande simplicité, leur plus noble humilité. 
La démarche de Jean Genet suit cette ligne pure. le poète ne se veut ni biographe, ni critique d'art et nous livre simplement les émotions et les questions qui l'assaillent devant une sculpture ou ses réflexions sur la création artistique. Pourtant, à travers son regard, notre ressenti se fait plus clair encore. Cet homme qui marche indéfiniment, jetant son buste vers l'avant semble nous renvoyer au plus cruel de notre condition humaine, à l'anonymat et à notre irrémédiable solitude. Pourquoi marcher? Pour aller où? Nous ne sommes que des pantins de l'absurde voués à l'oubli. Ainsi vont ces statues, traversant le temps, d'une éternité à l'autre, dans un mouvement décidé de vie.
Cette humilité, cette conscience de n'être rien si ce n'est l'autre, nous la sentons ici dans la prose poétique de Jean Genet comme dans le travail de Giacometti, merveilleusement photographié par Ernest Scheidegger. On peut penser que les deux amis se rejoignaient sur leur quête du mystère de l'homme et leur recherche d'une solitude féconde. Dans ce livre, ils dialoguent et nous invitent à leur conversation. Certaines répliques sont savoureuses et d'une profondeur inouïe. Ainsi cette exclamation de Giacometti alors qu'il sculpte le portrait de Genet:'' Comme vous êtes beau!” Puis il ajoute cette constatation qui l'émerveille encore plus: ”Comme tout le monde, hein? Ni plus, ni moins.”
C'est le pouvoir merveilleux du peintre ou du poète que de voir la beauté en chacun de nous et de savoir la capter pour l'offrir au monde. Sous les doigts du sculpteur, la matière prend vie. Et si la sculpture devient si fascinante qu'elle en fait oublier celui qui l'a créé, alors l'artiste a réussi son ”enfantement”. Le poète s'est ainsi ”effacé ” derrière le sculpteur qui lui-même ”s'efface” derrière ces morts en marche, ces statues de bronze que notre main aimerait tellement toucher. Car si la peinture est faite pour les yeux, la sculpture est faite pour les mains. Cela semble d'une telle évidence! Certains sculpteurs penseraient-ils autrement qui vous regardent de travers quand vous effleurez des doigts leurs statues dans une exposition? Comment peut-on acheter une sculpture sans en caresser les formes, sans en éprouver la matière? La sculpture naît des mains de l'artiste pour être offerte aux nôtres. A ce propos, Jean Genet écrit ceci: ”Ce sont bien les mains, non les yeux de Giacometti, qui fabriquent ses objets, ses figures.” 
Et puis, le concernant: ”Je ne peux m'empêcher de toucher aux statues: je détourne les yeux et ma main continue seule ses découvertes: le cou, la tête, les épaules... Les sensations affluent au bout de mes doigts. Pas une qui ne soit différente, de sorte que ma main parcourt un paysage extrêmement varié et vivant.”
C'est la matière, toujours, qui nous relie à la terre, à la vie. Ainsi de ces êtres de bronze, surgis des temps immémoriaux, nous garderons l'empreinte de notre propre reconnaissance et la douleur de notre finitude. Mais nous garderons aussi le miracle de cette matière devenue vivante et semblant vouloir venir vers nous, tendue par une énergie, un élan.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          6118
michfred
  18 mars 2017
Pour parler de l'art de Giacometti, ses statues, ses dessins, ses portraits, il fallait le regard et la plume d'un poète.
L'approche de Genet est essentielle, parce que, au contraire de celle de Charles Juliet, il refuse à sa démarche toute linéarité, toute historicité: donc, pas de parcours biographique, toujours un peu explicatif, anecdotique et distancié. Pas de mise en perspective de l'oeuvre- avant et après l'accident de voiture, la formation, l'importance du père, de la mère, du frère...
Genet est un "frère" de Giacometti: même fulgurance du regard, même acuité de la forme, même fraternité, même richesse dans la compréhension des êtres et des objets, même refus du social, même découverte des fastes de la misère, même divinisation des êtres et des objets les plus humbles - soudain saisis hors de leur temporalité, dans leur puissance essentielle, éternelle.
Même attirance pour les clochards ivres et les putains magnifiques.
Cet "atelier d'Alberto Giacometti" illustré des belles photos noir et blanc d'Ernest Scheidegger, tisse une sorte de va-et-vient halluciné entre la contemplation des oeuvres- le chien, le chat, les têtes sculptées, les silhouettes qui marchent, les portraits...- et les bribes de conversations entre le poète et l'artiste; fait la navette entre quelques anecdotes incongrues - l'Arabe aveugle, le Japonais portraituré, les femmes du bordel- et une pensée obstinée, comme une abeille en quête de son miel, une pensée pénétrante, fulgurante qui tente d'arriver au plus près de l'art de Giacometti.
Au hasard des visites dans l'atelier de son ami, au hasard des rencontres, des mots échangés, Genet s'approche au plus près du secret de l'oeuvre - et nous le rend palpable.
Au coeur de ce qui rend sa sculpture si vivante.
"Rien n'est plus en repos. C'est peut-être que chaque angle ( fait avec le pouce de Giacometti quand il travaillait la glaise) ou courbe, ou bosse, ou crête, ou pointe déchirée du métal ne sont eux-mêmes en repos. Chacun d'eux continue à émettre la sensibilité qui les créa. Aucune pointe, arête qui découpe, déchire l'espace, n'est morte."
Au coeur de ce qui rend sa peinture si étonnamment proche.
"A mesure que je m'éloigne ( j'irai jusqu'à ouvrir la porte de la cour, sortir dans la rue, reculant à vingt ou vingt-cinq mètres) le visage avec tout son modelé m'apparaît, s'impose - selon ce phénomène déjà décrit et propre aux figures de Giacometti - vient à ma rencontre, fond sur moi et se reprécipite dans la toile d'où il partait, devient une présence, d'une réalité et d'un relief terribles."
Une leçon de regard, une empathie communicative.
Pour moi, qui adore le sculpteur et le peintre, et qui aime le poète, une petite bible à glisser dans un sac, une poche, une trousse , une source à consulter sans cesse: un grand petit livre!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
fanfanouche24
  26 janvier 2014
Une découverte inattendue en fouinant à ma médiathèque.
Un texte fort intéressant, alternant des dialogues de Jean Genet avec Giacometti, des réflexions, questionnements sur les sculptures, dessins de son ami... la propre réalisation de son portrait... Un aspect complètement inattendu de Jean Genet, que l'on sent fortement interpellé par le travail de cet artiste...
Des passages étonnants sur l'ampleur du mystère contenu dans toute oeuvre d'art...
"C'est l'oeuvre de Giacometti qui me rend notre univers encore plus insupportable, tant il semble que cet artiste ait su écarter ce qui gênait son regard pour découvrir ce qui restera de l'homme quand les faux-semblants seront enlevés. Mais à Giacometti aussi peut-être fallait-il cette inhumaine condition qui nous est imposée, pour que sa nostalgie en devienne si grande qu'elle lui donnerait la force de réussir dans sa recherche. "
"L'oeuvre perd un peu de sa solennité. Par le moyen d'une familière reconnaissance je m'approche doucement de son secret...Rien à faire avec l'oeuvre de Giacometti. Elle est déjà trop loin. Impossible de feindre une gentille connerie. Sévère elle m'ordonne de rejoindre ce point solitaire d'où elle doit être aperçue."
Un texte passionnant qui élargit la réflexion sur la perception de l'Art, de la beauté, ses exigences, et sa dimension existentielle comme spirituelle.
Un texte emprunté que je relirai un jour... car il me faut avouer que certains passages ne m'ont pas été aisés à aborder...Je reste enchantée de cette lecture imprévue...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Bouteyalamer
  11 septembre 2021
Jean Genet : L'atelier d'Alberto Giacometti (1963)
Ce tout petit livre, non paginé et d'une écriture décousue, peut être relu sans délai pour juger si c'est un grand texte, personnel, sincère, irremplaçable, ou un fond de tiroir. Genet fait du Genet : « L'art de Giacometti n'est donc pas un art social parce qu'il établirait entre les objets un lien social — l'homme et ses sécrétions — il serait plutôt un art de clochards supérieurs, à ce point purs que ce qui pourrait les unir serait une reconnaissance de la solitude de tout être et de tout objet », mais après tout c'est pour ça qu'on le lit. Il mêle des dialogues, des observations de bistro sans lien avec l'oeuvre ni l'artiste, des supputations sur Giacometti au bordel, mais surtout de très précieuses perceptions. Genet était l'ami de Giacometti et a compris comme personne la dimension tactile de ses sculptures, son respect des blancs sur le papier dans le dessin de l'espace, l'évanouissement de la couleur dans sa peinture, l'effort (qu'Alberto dit désespéré) dans la capture d'un regard, d'une présence. Un grand texte. Quelques citations :
« Ses dessins. Il ne dessine qu'à la plume ou au crayon dur, — le papier est souvent troué, déchiré. Les courbes sont dures, sans mollesse, sans douceur. Il me semble que pour lui une ligne est un homme : il la traite d'égal à égal ».
« Non seulement les statues viennent sur vous comme si elles étaient très lointaines, du fond d'un horizon extrêmement reculé, mais, où que vous vous trouviez par rapport à elles, elles s'arrangent pour faire que vous, qui les regardez, soyez en contrebas. Elles sont, très au fond d'un horizon reculé, sur une éminence, et vous au pied de la butte. Elles viennent, pressées de vous rejoindre, et de vous dépasser ».
« Giacometti ne travaille pas pour ses contemporains, ni pour les générations à venir : il fait des statues qui ravissent enfin les morts. »
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
nathalie_MarketMarcel
  07 octobre 2012
Un tout petit livre, avec de magnifiques photographies, à lire après une visite au musée.
Une rêverie de Jean Genet au milieu des sculptures de l'atelier, ses réflexions, un écho de ses conversations avec l'artiste. Hommage à l'homme à la peau ridée, créateurs de ces objets mystérieux.
De petits paragraphes qui se suivent, sans chronologie. Genet perçoit du sacré, des divinités lointaines dans les sculptures qui l'impressionnent. Quelque chose de plus profond de l'humain semble s'être réfugié dans ces têtes minuscules, ces silhouettes longilignes, ces surfaces crevassées, ces lignes superposées.
Commenter  J’apprécie          60

Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
GeraldineBGeraldineB   28 août 2021
Tout homme aura peut-être éprouvé cette sorte de chagrin, sinon la terreur, de voir comme le monde et son histoire semblent pris dans un inéluctable mouvement, qui s'amplifie toujours plus, et qui ne paraît devoir modifier, pour des fins toujours plus grossières, que les manifestations visibles du monde. Ce monde visible est ce qu'il est, et notre action sur lui ne pourra faire qu'il soit absolument autre. On songe donc avec nostalgie à un univers où l'homme, au lieu d'agir aussi furieusement sur l'apparence visible, se serait employé à s'en défaire, non seulement à refuser toute action sur elle, mais à se dénuder assez pour découvrir ce lieu secret, en nous-même, à partir de quoi eût été possible une aventure humaine toute différente.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
michfredmichfred   18 mars 2017
L'art de Giacometti n'est donc pas un art social parce qu'il établirait entre les objets un lien social - l'homme et ses sécrétions- il serait plutôt un art de une reconnaissance de la solitude de tout être et de tout objet. "Je suis seul, semble dire l'objet, donc pris dans une nécessité contre laquelle vous ne pouvez rien. Si je ne suis que ce que je suis, je suis indestructible. Étant ce que je suis, et sans réserve, ma solitude connaît la vôtre".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
michfredmichfred   18 mars 2017
Il n'est pas à la beauté d'autre origine que la blessure, singulière, différente pour chacun, cachée ou visible, que tout homme garde en soi, qu'il préserve et où il se retire quand il veut quitter le monde pour une solitude temporaire mais profonde. Il y a donc loin de cet art à ce qu'on nomme le misérabilisme. L'art de Giacometti me semble vouloir découvrir cette blessure secrète de tout être et même de toute chose, afin qu'elle les illumine.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
orly672orly672   17 mars 2013
En face de ses statues, un autre sentiment encore: ce sont toutes de très belles personnes, pourtant il me semble que leur tristesse et leur solitude sont comparables à la tristesse et à la solitude d'un homme difforme qui, soudain nu, verrait étalée sa difformité que, dans le même temps il offrirait au monde afin de signaler sa solitude et sa gloire, Inaltérables.
Commenter  J’apprécie          50
michfredmichfred   18 mars 2017
Le chien en bronze de Giacometti est admirable. Il était encore plus beau quand son étrange matière : plâtre, ficelles ou étoupes mêlées, s'effilochait. La courbe, sans articulation marquée et pourtant sensible, de sa patte avant est si belle qu'elle décide à elle seule de la démarche en souplesse du chien. Car il flâne, en flairant, son museau allongé au ras du sol. Il est maigre.
Commenter  J’apprécie          40

Videos de Jean Genet (68) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Genet
Séminaire de Stéphane Zagdanski : http://linktr.ee/laggg 00:00:00 Présentation des livres de Walter Laqueur et Benny Morris 00:02:38 le projet Ask an Israeli/Ask a Palestinian 00:04:22 Présentation de la séance 00:06:30 Conflit sur la nature du conflit 00:10:20 Annonce des prochaines séances 00:12:01 Modèle d'argumentation antisioniste 00:16:00 Doxa antisioniste 00:20:15 Modèle d'argumentation sioniste 00:29:50 La question du "travail juif" 00:36:50 La "propre source" 00:43:46 La propre source de Jean Genet 00:47:50 Faveur des Juifs à l'égard d'Israël 00:51:52 Henri Bergson sur la Palestine 00:55:08 Albert Einstein sur la Palestine 01:00:04 Sigmund Freud sur la Palestine 01:03:36 Karl Marx sur la Palestine 01:08:35 Antisionisme religieux 01:10:55 Raisons familiales de ma faveur à l'égard d'Israël 01:23:50 Objectivité invoquée par les antisionistes 01:25:30 L'UJFP, Juifs français antisionistes 01:29:55 B'tselem, antisionistes israéliens 01:33:25 Partis arabes israéliens 01:37:48 Arabes israéliens sionistes 01:53:58 Condamnations d'Israël à l'ONU depuis 1975 02:01:14 Un conflit peu meurtrier 02:09:10 Prédicateur musulman Hassan Iquioussen 02:19:10 le rappeur antisioniste Kery Kames 02:26:02 Domingo Acevedo, poète dominicain antisioniste 02:31:50 le rhume de cerveau antisioniste de Youssef Boussoumah 04:18:04 Henry Laurens et la Bible juive 05:17:34 Annonce des questions abordées lors des prochaines séances 05:22:48 le cas particulier de Juju Lourdingue
+ Lire la suite
Dans la catégorie : SculpteursVoir plus
>Arts plastiques. Sculpture>Sculpteurs et sculpture par pays>Sculpteurs (33)
autres livres classés : sculptureVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

QUIZ LIBRE (titres à compléter)

John Irving : "Liberté pour les ......................"

ours
buveurs d'eau

12 questions
237 lecteurs ont répondu
Thèmes : roman , littérature , témoignageCréer un quiz sur ce livre