AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782330078386
Éditeur : Actes Sud (07/06/2017)
4.27/5   163 notes
Résumé :
Au large de la Californie, sur une île inhabitée au cœur d'un archipel quasi inaccessible et livré aux caprices des vents, Miranda, jeune photographe spécialisée de la faune sauvage, découvre un monde parallèle aussi séduisant que terrifiant, où la menace vient tout autant de la spectaculaire hostilité de la nature que de l'étrange micro-communauté scientifique qui l'accueille.

Abby Geni signe un premier roman comme un grand-huit des sensations, et p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (54) Voir plus Ajouter une critique
4,27

sur 163 notes
5
32 avis
4
18 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

HordeduContrevent
  10 août 2021
Je ressors de cette lecture avec la même sensation d'oppression et d'étrangeté que lorsque j'avais lu « Shutter Islands » de Denis Lehane.
Vous rêvez d'îles paradisiaques, au climat tempéré, eau turquoise, sable blanc et cocotiers ? Alors les « Farallon Islands » ne sont pas pour vous car ces îles sont tout, sauf ça.
Ces îles océaniques au large de San Francisco, archipel composé d'îlots miniatures, sculptés de roches acérées et abruptes, ne pouvant pas accueillir de vie végétale, battus par le ressac, sont particulièrement sauvages et rudes.
« Il y a longtemps, on appelait cet endroit l'archipel des Morts. Maintenant je comprends pourquoi. L'île du Sud-Est fait à peine plus d'un kilomètre carré de surface. Les autres îlots sont nus, pelés, déchiquetés. Pas une seule plage de sable. le rivage est veiné d'algues, les pics escarpés et morcelés ».
Cet archipel je ne le connaissais pas et l'ai découvert avec ce livre. Il faut une journée de bateau pour le rejoindre depuis le continent à bord de l'unique navette qui permet hebdomadairement le ravitaillement. Accoster sur cette île est impossible : il est nécessaire d'utiliser une nacelle treuillée depuis le haut d'une falaise. Cet écosystème laissé à lui-même, sauvegardé, intact et brut n'est qu'à 50 kilomètres de San Francisco et pourtant nous avons l'impression d'être au bout du monde, sans antenne téléphonique, sans internet, sans ligne de téléphone.
C'est donc un décor meurtrier, inhospitalier, dantesque et violent que plante là l'auteure américaine Abby Geni dont il s'agit du 1er roman. Peuplé seulement de phoques, d'éléphants de mer, littéralement envahis par les souris, et, certaines saisons, par les oiseaux, son littoral renferme requins et baleines. Seuls une poignée d'humains, des biologistes, ont le courage de réaliser sur ces îles de longues missions d'observation. Miranda, photographe animalière, vient rejoindre ces six scientifiques. L'accueil qui lui est fait, dans le logement de fortune qu'ils partagent tous, est aussi glacial que cette île.
Avec Miranda et ses différents appareils photos (qui tous on leur petit nom) nous allons découvrir une faune incroyable : nous allons toucher le museau d'un bébé éléphant de mer égaré, frémir à bord d'une petite embarcation sous laquelle passe une baleine qui peut, d'un simple coup de queue la faire chavirer, être terrifiés par la violence assassine des goélands, suffoquer avec l'attaque d'un phoque par des requins.
« le passage des saisons ne dépend pas de la météo, mais des animaux. L'hiver est là quand les baleines et les éléphants de mer donnent naissance à leurs petits. L'été est là quand les oiseaux nidifient. L'automne appartient aux requins ».
Cette faune riche est décrite avec la précision des biologistes et la poésie de la photographe : « La présence de ces animaux me perturbe. Ce ne sont ni des proies ni des prédateurs. Les baleines existent en dehors de la chaîne alimentaire. D'une certaine façon, elles existent hors de l'espace-temps habituel. Elles vivent dans un royaume où tout est grand et lent – marées, orages, champs magnétiques. Elles plongent souvent dans les profondeurs d'encre de l'océan, là où la lumière ne pénètre plus. Elles habitent un monde bleu, loin de la terre, passant de l'eau à l'air et vice versa, se faufilant entre lueur et obscurité ».
Abby Geni arrive à nous plonger dans ces paysages iodés où le vent est incessant, souvent enveloppés de brume mais parfois cernés d'un horizon infini : « J'ai regardé l'horizon. C'était une ligne claire entre deux bleus intenses, comme un pli sur une feuille de papier ».
J'ai aimé le personnage de Miranda, jeune femme écorchée qui va, dans ces conditions pourtant extrêmes, réussir à se trouver. J'ai aimé sa passion pour la photographie qui donne lieu à de multiples réflexions passionnantes sur cet art que j'aime également en amateur : « Pour l'instant, les pellicules sont à l'abri sous mon lit. Chaque semaine mon trésor grossit, comme l'or qu'accumule un dragon. Il y a des jours où l'attente m'est insupportable. Il paraît impensable que des mois entiers s'écoulent avant que je ne puisse voir mes images. À d'autres moments, à l'inverse, j'aime ressentir cet espoir, cette attente. Comme le foetus dans un utérus, mes photos plongées dans le noir sont en gestation. Je suis curieuse de voir ce qui va naître ».
Cette passion pour la photo lui permet d'observer les choses avec recul, et poésie aussi : « Ses yeux étaient si bleus. On aurait cru des fenêtres, comme si en les regardant je voyais le ciel derrière lui ». La correspondance qu'elle entretient avec sa mère décédée est très touchante et le livre est basée sur cette correspondance, ce sont ses lettres que nous lisons.
L'écriture est fluide et les chapitres courts ce qui rend la lecture particulièrement rythmée et haletante. de plus, la fin des chapitres apporte leur lot d'étrangeté, d'ouverture des possibles. C'est bien vu, chaque fin de chapitre interpelle. J'ai été happée par le côté étrange et onirique du récit, palpitant, tout en subtilité et en évocations étranges. J'ai aimé voir ce qu'il advient des humains sur cet île précisément inhumaine, animaux parmi les autres, pas plus forts ni plus intelligents. Et d'ailleurs il n'y a pas que la nature ici qui est dangereuse, notre héroïne en fera les frais. Nature et profondeur de l'âme humaine sont entrelacées par Abby Geni avec tact et brio apportant son lot de drames et d'accidents dont les humains vont être incapables de s'extraire. L'huis-clos va se refermer sur eux. C'est oppressant, j'en suis encore toute hébétée et hagarde comme à la sortie d'un rêve.
Un grand merci à @Agneslitdansonlit à qui je dois cette lecture coup de coeur !

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          7526
Kittiwake
  09 juillet 2019
C'est un archipel, au large de San Francisco, si petit qu'il est hautement probable que la plupart des lecteurs le découvriront avec ce roman, d'autant qu'il est peuplé essentiellement d'oiseaux et de phoques, et d'une poignée d'humains assez fous pour y passer du temps, en mission d'observation. le décor est rude, la terre inhospitalière, les animaux défendent leur territoire avec violence. C'est là que Miranda arrive avec son matériel de photographie, accueillie froidement par les exilés volontaires qui résident sur l'île. Chacun vient y panser ses blessures, montrant les dents comme une bête malade à la moindre tentative d'incursion dans leur vie privée.
C'est un huis-clos fascinant, émaillé de drames et de morts violentes, dans un cadre austère et dangereux, au coeur d'une nature sublime et sans pitié. Il y a fort à parier que l'on regarde différemment les goélands, chapardeurs et culottés qui séjournent sur nos littoraux.
Abby Geni a l'art de partager ses connaissances sur la nature, sans que cela paraisse artificiel. Les leçons de choses qui émaillent le récit ont leur place dans l'histoire : pas d'impression de copié-collé d'une encyclopédie en ligne
Très beau récit, à la fois instructif et palpitant, une belle découverte
Lien : http://kittylamouette.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          812
Cannetille
  29 janvier 2021
Miranda est photographe animalière. Sans attache, elle parcourt le monde au gré de sa chasse aux images. Cette fois, elle a obtenu l'autorisation de séjourner sur les îles Farallon, cet archipel sauvage loin au large de la Californie, réserve protégée abritant d'exceptionnelles colonies d'oiseaux, mais aussi propice à l'observation des éléphants de mer, des baleines et des requins blancs. Elle y découvre des lieux inhospitaliers et particulièrement difficiles d'accès, où réside, dans la promiscuité spartiate d'un refuge-observatoire, un petit groupe de biologistes aussi peu accueillants que leur environnement. Un huis clos explosif se met en place, dans un climat d'autant plus pesant et menaçant que les accidents ne tardent pas à s'enchaîner.

Le cadre du roman est exceptionnel et fidèle à la réalité. On y découvre un petit bout du monde battus par les éléments, difficilement relié au continent par une presque journée de bateau à bord de la rare navette qui assure le ravitaillement, et qui ne peut même pas accoster ces îles dites de la Mort. C'est à l'aide d'une nacelle treuillée depuis le haut d'une falaise qu'on y débarque. Dans ce décor dantesque où l'homme n'est qu'un intrus, la nature est seule maîtresse et impose sa grandeur, sa violence et ses dangers. le récit d'un parfait réalisme aligne une série de tableaux aussi grandioses que terrifiants, où le miracle de la vie s'assortit de l'implacable et cruelle loi du plus fort. Ici, beauté rime avec âpreté, vie avec cruauté, et l'homme s'y sent aussi fragile qu'au tout début du monde.

Un tel théâtre devient aisément infernal si l'on s'y retrouve durablement confiné dans la promiscuité d'un étroit logement de fortune, en compagnie d'hommes et de femmes que leurs blessures et névroses, autant que leur passion scientifique, ont poussé à l'écart du monde. Dès le début de l'histoire, un climat délétère s'installe, aussi étouffant que les fréquentes brumes qui ouatent l'archipel. Face à la nature brute et à la perpétuelle sensation de danger, les faux-semblants s'effacent et les caractères se révèlent, dans une confrontation sournoise où tout peut soudainement déraper. le moindre incident devient suspect, la plus petite parole s'interprète de travers, et la paranoïa s'empare du lecteur y compris. Il suffit d'un premier drame pour mettre le feu aux poudres.

Geni Abby nous livre ici un angoissant thriller psychologique, dont la tension et les effets en cascade doivent beaucoup à sa puissante évocation des îles Farallon : un lieu sauvage à quelques pas du monde « civilisé », où l'homme a tôt fait de redevenir un fauve parmi les autres.

Lien : https://leslecturesdecanneti..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          726
marina53
  10 octobre 2019
Photographe spécialisée dans la faune sauvage ayant sillonné moult pays et mers, Miranda a décidé de poser ses valises sur les îles Farallon. Un ensemble d'îles très sauvages et peu accessibles, à 50 kms au large de San Francisco, où résident, pendant des mois, voire des années, des biologistes et des ornithologues. Lorsque la jeune femme débarque en ces terres inhospitalières, ils sont au nombre de six. Six hommes et femmes venus étudier et observer les requins, les oiseaux, les baleines et autres éléphants de mer avec qui elle devra cohabiter. Si les conditions météorologiques s'annoncent d'emblée mauvaises, l'accueil qui lui est réservé est tout aussi glacial. Chacun devra composer avec l'autre. Avec ses faiblesses, ses blessures, ses démons et son passé...
Pourtant pas loin des côtes californiennes, l'archipel des Farallons semble retiré du monde tant son climat est rude, sa végétation sauvage et ses habitants exilés des préoccupations habituelles. Ici, l'on vit pour et à travers sa passion, que ce soit celle des requins ou des oiseaux. Miranda, jeune photographe fraîchement débarquée, va devoir s'accoutumer à sa nouvelle vie, s'accommoder avec chacun. Au fil des saisons, elle retranscrit, par écrit, sa vie au quotidien. Des écrits qui, comme à son habitude, sont destinés à sa maman, décédée des années plus tôt. Dans ce huis clos, à la fois oppressant, angoissant et hors du temps, Abby Geni oscille habilement entre thriller psychologique et nature writing. Dans cet Archipel de la Mort, escarpé, menaçant et soumis aux vents violent, il n'y a pas que la nature qui peut s'avérer être dangereuse. Et la jeune Miranda l'apprendra à ses dépens. Ce roman fait, évidemment, la part belle à cette nature brute et sauvage mais aussi aux profondeurs de l'âme humaine. Un roman palpitant et foisonnant...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          680
nameless
  07 avril 2018
Au large de San Francisco, les îles Farallon sauvages et inhospitalières, n'abritent qu'une petite communauté de six biologistes dont la mission consiste à étudier l'abondante et rarissime faune, requins blancs, baleines, éléphants de mer. Le roman raconte l'année au cours de laquelle Miranda rejoint l'équipe pour apporter ses compétences de photographe-nature, métier qu'elle a exercé sur tous les continents, souvent dans des conditions extrêmes de froid ou de chaleur, de l'Arctique à l'Australie, de l'Afrique à l'Amérique du Sud.

Au fil des saisons, Miranda relate tous les événements vécus par les 7 habitants, le climat violent, la promiscuité à l'intérieur du gîte, la vie quotidienne soumise à une gestion rigoureuse des stocks de nourriture et d'eau, les communications vers l'extérieur limitées aux urgences médicales, les relations âpres et inamicales entre les scientifiques, les observations animalières quotidiennes.

Farallon Islands est un huis-clos ilien asphyxiant, qui dès les premières pages distille une sourde angoisse que l'auteur accentue peu à peu, en inventant des rebondissements inattendus, parfois poignants. La menace plane en permanence, les dangers sont partout, à proximité des côtes déchiquetées par les tempêtes, au contact des animaux sauvages. Mais l'espèce la plus dangereuse n'est-elle pas humaine ? Miranda est un personnage attachant et fragile, qui ne s'est jamais remis de la mort prématurée de sa mère, à qui elle écrit de longues lettres. Elle n'a pas vraiment de patrie ni de maison. Elle sillonne la planète avec ses appareils photos sans jamais avoir réussi à se sédentariser ni à fonder une famille.

Comment son séjour à Farallon Islands va-t-il à jamais modifier le cours de son existence ? Il faut lire le roman singulier et envoûtant d'Abby Geni pour le savoir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          660


critiques presse (1)
LaLibreBelgique   02 juillet 2017
Un thriller psychologique amplifié par la Nature.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (66) Voir plus Ajouter une citation
CannetilleCannetille   29 janvier 2021
Plus que toute autre forme artistique, la photographie requiert d’être froid et dépassionné. (…)
Ce travail exige un esprit qui sache se tenir à distance. (…)
Le traumatisme et la souffrance sont les fondements de l’art. J’y crois. Mais confronté à la tragédie, un peintre spécialisé dans les fresques ou dans les aquarelles peut vivre ce moment en être humain et redevenir artiste après. Face à la mort d’un être cher, un sculpteur ou un portraitiste peut d’abord souffrir, faire son deuil, guérir – puis créer. La plupart des artistes traversent l’existence de cette manière. Ils peuvent avoir des réactions normales face aux vicissitudes de l’expérience humaine. Ils peuvent traverser le monde avec compassion et camaraderie.
Ils peuvent créer plus tard. En dehors, ailleurs, au-delà.
Mais la photo est immédiate. Elle n’offre pas le luxe du temps. Confronté au sang, à la mort ou au changement, un photographe n’a pas d’autre choix que de saisir son appareil. L’artiste vient en premier, l’être humain en second. La photo est la captation neutre des événements, la chronique du sublime comme de l’effroyable. La nécessité veut que ce travail soit effectué sans émotion, sans attache, sans amour.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          213
HordeduContreventHordeduContrevent   10 août 2021
On dit que le temps ralentit dans des moments de stress très intense. J’ai fait quelques recherches sur le sujet, et en fait, ce qui se passe, c’est que la mémoire devient incroyablement fidèle. En temps normal, l’esprit ne se raccroche qu’aux images et aux événements importants. Nous nous souvenons des grandes choses et oublions les petites. En situation ​de stress, toutefois, notre cerveau stocke tout. Le temps s’écoule à la même vitesse que d’ordinaire, mais avec le recul, le souvenir devient photographique. C’est comme si la trotteuse avait ralenti, comme si nous étions capables de voir le monde qui nous entoure dans des détails aussi fantastiques que précis.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
namelessnameless   04 avril 2018
Avant que les humains ne remplissent les océans de bruit - ronron des bateaux, grondement des plate-formes pétrolières, vibrations des câbles sous-marins - les baleines pouvaient chanter d'un bout à l'autre de la planète.
p. 102
Commenter  J’apprécie          410
HundredDreamsHundredDreams   23 août 2021
La maison est le lieu où je me souviens le mieux de toi. Je me souviens de ta silhouette fine blottie sur le canapé, un livre à la main. Je me souviens de ta voix qui monte comme un chant, l’écho rebondissant dans le couloir en provenance de la douche. Chaque pièce est un trésor de souvenirs inattendus. Le moindre détail – un objet, une odeur, un son – peut amorcer un souvenir, me renvoyer d’un coup dans le passé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          172
marina53marina53   11 octobre 2019
- Voilà une expression intéressante, a-t-il dit. Tu as perdu ta mère. J'ai perdu ma femme.
- Oui.
- On les perd. On les égare. C'est exactement ça. Cette chose qu'on a toujours eue avec soi, cette chose à laquelle on était si habitué qu'on n'y pensait plus. Comme des clés ou un portefeuille. Je me pose encore la question : "Où est-elle passée ? Elle était là il y a encore une minute."
Commenter  J’apprécie          180

Videos de Abby Geni (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Abby Geni
Abby Geni
autres livres classés : îlesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
81 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre

.. ..