AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782715219656
128 pages
Éditeur : Le Mercure de France (12/04/1996)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
" On n'apprend point à aimer, mais on apprend à témoigner avec élégance et grâce qu'on aime. " Ce texte, d'abord adressé sous forme de lettres à la grande duchesse Elisa, sœur de Napoléon, transmet au XIXème siècle les rites et les manières d'une société disparue. Par l'étrangeté des détails, la fascination du cérémonial, il est à la fois un document historique précis et une extraordinaire source de romanesque.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
charlottedesudermaniecharlottedesudermanie   15 novembre 2013
Dans le temps où j'étais au Palais-Royal, j'allai un soir au bal de l'Opéra avec Mme la comtesse de Potocka, aujourd'hui à Vienne, M. de Lauzun et le chevalier de Durfort. Ce dernier avait alors une intrigue avec une femme dont il était excessivement jaloux. Nous vîmes passer une femme et un homme très masqués, et le chevalier de Durfort s'imagina dans l'instant que c'était sa maîtresse avec M. de Fitz-James qu'il croyait son rival. Il voit ces deux masques sortir de la salle et reparaître un instant après dans une loge dont ils avaient laissé la porte ouverte. Alors le chevalier de Durfort dit qu'il allait examiner de plus près les deux masques et il nous quitta.
Au bout d'un demi-quart d'heure il revint. Il n'était point entré dans la loge, son examen s'était borné à regarder à l'entrée de la porte la situation des pieds de ces deux personnes que l'on pouvait voir parfaitement derrière eux par la manière dont la femme était assise. Mme de Potocka et moi entendîmes le chevalier de Durfort dire tout bas à M. de Lauzun: Je m'étais trompé, ce sont des gens de mauvaise compagnie, il avait son pied sur celui de la femme.
Mme de Potocka ne comprenant pas comment cette vision avait si complètement tranquillisé le chevalier, je lui expliquai, quand nous fûmes seules, que dans ce cas de la plus excessive familiarité, un gros pied d'homme n'avait jamais la grossièreté de s'établir sur un joli pied de femme, mais qu'il soulevait doucement ce petit pied et se plaçait dessous. Et voilà pourquoi le chevalier de Durfort, en épiant les deux masques de la loge, avait eu la certitude que ces deux personnes n'étaient pas de bonne compagnie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

autres livres classés : document historiqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
2275 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre