AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782221240267
400 pages
Robert Laffont (18/04/2019)
3.21/5   38 notes
Résumé :
" Cela n'a rien à voir avec la justice. C'est de la vengeance. Pure et simple. "

Dana Diaz est comédienne de stand-up à Austin, Texas. Lorsqu'elle se lie d'amitié avec Amanda Dorn, programmeuse informatique, toutes deux se confient leurs terribles expériences dans des milieux presque exclusivement masculins – et notamment l'abus sexuel que Dana a récemment subi à Los Angeles. Amanda échafaude alors un plan parfait pour se venger de ceux qui les ont hu... >Voir plus
Que lire après De si bonnes amiesVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
3,21

sur 38 notes
5
0 avis
4
4 avis
3
6 avis
2
5 avis
1
0 avis
Je suis passée complètement à côté de cette histoire de vengeance , alors que j'aurais dû , vu le sujet , être complètement conquise...
Dana Diaz, est actrice de stand-up, et essaie péniblement de sortir du lot à Austin. C'est en voyant sa performance, qu' Amanda l'abordera , les deux jeunes filles ayant beaucoup de casseroles, en commun. Toutes les deux ont subi des agressions sexuelles et humiliations dans le cadre ( très masculin), de leur travail. Dés lors , Amanda proposera un "marché" à Dana : chacune se chargera de venger l'autre.
[ Toute ressemblance avec "L'Inconnu du Nord Express ".... ].
A ce stade là du résumé, j'aurais dû être happée par l'histoire, avoir des frissons, il n'en a rien été, je me suis ennuyée...
Le milieu professionnel de Dana, ( le stand-up , les noms de célébrités de ce milieu, les émissions de télévision ) , tout ça m'est complètement hermétique et sonne, (peut- être ) ,trop américain pour une lectrice française .
J'ai trouvé que l'auteur faisait trop dans le " compliqué" : des prédateurs sexuels dans le milieu professionnel, dans la vie privée , des gentils qui deviennent méchants, une amitié malsaine qui démarre sur les chapeaux de roue , trop facilement , des allers- retours entre trois villes...
Trop compliqué, laborieux, beaucoup de longueurs ont eu raison de mon enthousiasme de départ. C'est dommage, le sujet était brûlant ...

Challenge mauvais genres.
Commenter  J’apprécie          372
« Personne ne veut croire que le monde est comme ça. »
Et l'univers du show-biz en particulier. Ces gens ont l'air tellement brillants, bien-pensants et propres sur eux.
'Comme ça', c'est à dire dominé par des hommes (blancs, en général), machos, voire 'indélicats' envers les femmes ou les très jeunes hommes - euphémisme, ce terme 'indélicat', quand on pense à des mecs comme W3instein, P*lansk!, M*randin!, Bru3l...
Tiens, d'ailleurs, parenthèse sur Patriiick. Pour celles qui s'indignent des accusations portées à son encontre, cet argument est tellement à côté de la plaque : « [Il] n'a pas besoin de droguer les femmes pour baiser. Crois-moi, j'ai assez fait la fête avec lui pour le savoir. » Et si le frisson de ces mecs-là était ailleurs ? Passons. Et puis chut, présomption d'innocence ! Y a même des avocates pour nous le rappeler, alors... 🤐

Le décor de ce polar est atypique, et ça, déjà, ça fait du bien : le milieu des humoristes (stand-up). le sujet central est un peu plus classique : la place des femmes, donc, et les pratiques machistes.
L'intrigue est bien menée et pleine de surprises. J'ai été rapidement accro et impatiente de découvrir le fin mot, à tel point que j'ai passé outre des défauts qui m'apparaissent maintenant (l'épisode spectaculaire du box).

J'ai aimé les réflexions sur le sexisme, les violences envers les femmes, la notion de vengeance, mais aussi sur l'humour et la part intime dans les textes d'un artiste.
Et cette idée : « Il n'y a pas beaucoup de différence entre un troll et un mec qui perturbe un spectacle. Et qu'est-ce qu'un comique sinon un trouble-fête à qui on a donné un micro ? »

Bonne surprise.

[ billet victime d'un nettoyage suite à cyber-attaque du site ce WE ]
____

♪♫ https://youtu.be/KfyBHZc9rK4
Commenter  J’apprécie          331
Nous suivons dans ce récit la rencontre de deux jeunes femmes Dana jeune femme qui fait du stand up et Amanda une autre jeune fille qui vient la rencontrer à la fin d'un de ses spectacles.

Très rapidement les jeunes femmes vont se lier d'amitié et se découvrir des points communs sur leur vie, une amitié malsaine sous fond de vengeance auprès de la gente masculine va émaner de Dana et Amanda.

Nous sommes tout de même loin d'un thriller psychologique, on ne ressent aucune tension dans ce récit, j'ai eu beaucoup de mal à rentré dans cette histoire et celle-ci m'a laissé totalement hermétique, de même le récit se traîne ici en longueur j'ai surtout éprouvé beaucoup d'ennui sur ce livre.

Mauvaise pioche pour ma part surtout que la collection La Bête Noire m'a habituée à beaucoup mieux.
Commenter  J’apprécie          300

Amy Gentry, aime particulièrement mettre l'accent sur l'aspect tortueux de l'esprit humain et n'hésite pas disséquer les manipulations dont certains sont capables.

Même si, elle ne révolutionne pas le genre, l'idée de départ est plutôt bonne, puisque deux personnes qui n'ont aucun lien entre elles, se croisent par hasard et que chacune se chargera de punir l'agresseur de l'autre. Ni vu ni connu, aucun moyen de se faire prendre... C'est sans compter les retournements dont l'auteure est friande...

J'ai eu le plaisir de découvrir la plume de l'auteure avec "la fille des autres", que j'avais particulièrement apprécié. Non pas tant par l'intrigue, assez classique, mais surtout par le traitement psychologique de ses personnages. J'étais donc impatiente de lire son deuxième opus.

Les deux personnages, Dana et Amanda, antithèse l'une de l'autre, ont subi des abus qui ont transformés leur rapport aux autres et particulièrement les hommes - Amanda, évoluant dans un univers purement masculin, l'univers du stand-up, n'a pas pu exprimer sa rage lors de l'agression dont elle a été victime - Dana, elle a décidé de prendre les choses en main et embrasse sa colère, pour faire corps avec elle. Une prise de conscience de chacune d'elle, sur la place de la femme et l'auto flagellation qu'elles s'infligent pour ne pas faire de vague...

Une intrigue dans l'air du temps avec un message important, dans la lignée du mouvement MeToo, qui met l'accent sur les désirs de vengeance et l'impossibilité parfois de réagir, selon le vécu ou le milieu dans lequel le harcèlement se produit. Il faut reconnaître que le plan mis en place par les deux personnages féminins est particulièrement machiavélique... Leurs histoires semblent justifier ces vengeances...

Je dois dire que, malgré les points positifs, je suis sortie de ma lecture un peu mitigée, avec un avis en dent de scie. le début, se met en place avec précision, une atmosphère légère, mais qui se teinte peu à peu de noirceur. Certaines longueurs viennent parsemer le récit, comme si l'auteur s'essoufflait... Pour autant, le twist final vient donner du peps à l'ensemble.

Lien : https://julitlesmots.com/201..
Commenter  J’apprécie          220
Pour ne rien cacher, j'ai été très déçu par le début. La première moitié du livre est d'une longueur sans fin. J'ai failli abandonné. Mais je me suis souvenue que j'avais eu le même sentiment pour le premier livre de Amy Gentry et que je n'avais pas été déçu par la fin, donc j'ai tenu bon.

J'ai bien fait.

Dana, comédienne ; Amanda, programmeuse informatique : deux femmes sans point commun apparent et pourtant lorsqu'Amanda aborde Dana, le point commun vient assez rapidement : ces deux femmes ont été des victimes physique et/ou morale d'homme et de cette société phallocrate. Dans le travail, dans la vie personnelle, dans la rue, tout est construit pour que la femme lutte toute sa vie contre les prédateurs.

Amanda en a marre depuis un moment et propose à Dana un moyen de se venger. Dana accepte, mais jusqu'où ira t'elle sans que son âme ne soit corrompue ?

Il s'agit pas vraiment d'un roman policier classique, plutôt d'un roman psychologique et un peu féministe il faut le dire. Amy Gentry a travaillé les traits de caractères de ses personnages pour les rendre authentique et attachant. En tant que femme, on se reconnaît en Dana ou en Amanda, nous aussi on aimerait se venger... #BalanceTonPorc
Mais l'auteur va bien plus loin en manipulant clairement son lecteur, en lui retournant le cerveau pour le surprendre jusqu'aux dernières pages.

Un roman qui tient ses promesses.
Commenter  J’apprécie          40

Citations et extraits (28) Voir plus Ajouter une citation
— Je m’appelle Amanda, déclara-t-elle en me tendant la main. J’admire vraiment la façon dont vous avez géré le type de tout à l’heure et je me suis dit que ça méritait bien un verre.

C’était exactement ce que j’avais deviné ; elle avait assisté à tout mon spectacle mais n’avait commencé à s’y intéresser vraiment que lorsque le mec m’avait interrompue. Ça jetait un éclairage différent sur le verre qu’elle m’offrait.

— Dana, répondis-je en lui serrant la main. Merci. Même si ça ne m’a pas attiré les faveurs du public pour autant.

— Les gens n’aiment pas qu’on leur dise la vérité. Mais les types dans son genre doivent être remis à leur place.

Les types dans son genre. C’était presque mignon.

— Vous n’êtes pas une habituée du stand-up, pas vrai ?

Amanda sourit.

— Non, admit-elle. J’ai emménagé ici il y a seulement quelques semaines.

Je ne compris pas si c’était censé expliquer pourquoi elle n’assistait pas souvent à des spectacles d’impro ou si c’était la raison de sa présence ce soir.

— Eh bien, Amanda, sachez que « On veut voir tes seins » est aussi habituel dans les shows de stand-up féminins que le bruit dans une cour de récré. Si on n’est pas capable de prendre sur soi…

Je haussai les épaules.

— Vous subissez ce type de harcèlement à chaque fois ? demanda-t-elle, incrédule et choquée. Et vous devez le supporter sans rien dire ?

— Les perturbateurs s’en prennent à tout le monde, répondis-je, un peu mal à l’aise. C’est un des inconvénients du métier. Mais ce n’est pas si pénible que ça. Je vous assure, poursuivis-je en riant. Je préfère un gars du public un peu chiant plutôt qu’une remarque déplacée de la part du présentateur.

— Ça arrive ?

— Ça ou des blagues douteuses sur le viol de la part du mec qui me précède. Ou, mon préféré, quand quelqu’un vient vous voir après votre show pour vous dire « Vous êtes marrante, pour une nana ».

J’en avais assez d’entendre toujours les mêmes rengaines sur ce que subissaient les « comiques femmes » et quand une autre femme s’en plaignait, je faisais la sourde oreille. Pas qu’elles n’aient pas de raisons de se plaindre, mais je ne voyais juste pas l’intérêt de s’y attarder. Cependant, devant l’expression sidérée d’Amanda, je m’en délectais tout d’un coup.

— Il faut vraiment se blinder, constata-t-elle en secouant la tête.
Commenter  J’apprécie          130
- Eh bien, sachez que 'On veut voir tes seins' est aussi habituel dans les shows de stand-up féminins que le bruit dans une cour de récré. Si on n'est pas capable de prendre sur soi...
Je haussai les épaules.
- Vous subissez ce genre de harcèlement à chaque fois ? demanda-t-elle, incrédule et choquée. Et vous devez le supporter sans rien dire ?
- Les perturbateurs s'en prennent à tout le monde, répondis-je, un peu mal à l'aise. C'est un des inconvénients du métier. Mais ce n'est pas si pénible que ça. Je vous assure, poursuivis-je en riant. Je préfère un gars du public un peu chiant plutôt qu'une remarque déplacée de la part du présentateur.
- Ça arrive ?
- Ça ou des blagues douteuses sur le viol de la part du mec qui me précède. Ou, mon préféré, quand quelqu'un vient vous voir après votre show pour vous dire : 'Vous êtes marrante, pour une nana.'
(p. 18-19)
Commenter  J’apprécie          70
La même histoire, ou du moins une histoire contenant plus ou moins les mêmes détails, pouvait se révéler complètement différente en fonction de la personne en qui on avait confiance.
Commenter  J’apprécie          151
Je sais ce que ça fait d'être chassée de chez soi et de perdre son gagne-pain, son estime de soi, tout. J'ai laissé mon ex m'enfermer et me seriner que j'étais une moins-que-rien. Et il n'était même pas beau. (Elle émit un ricanement sinistre et désagréable.) Je ne lui aurais jamais accordé la moindre attention si je ne m'étais pas sentie morte à l'intérieur. Mais je ne suis pas morte. Je suis toujours là.
Commenter  J’apprécie          20
J'avais franchi une limite dont j'ignorais l'existence. Ce n'était pas juste parce que j'avais fait saigner quelqu'un en le frappant de manière répétée. Ce n'était pas non plus parce que j'avais visé sa tête, comme si je voulais effacer son identité et faire de lui l'homme sans visage qui m'avait agressée cette nuit-là. Le problème n'était pas que j'ignorais qui était Carl M. et ce qu'il avait fait, si tant est qu'il ait fait quelque chose pour mériter ça.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Amy Gentry (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Amy Gentry
Les Filles des autres de Amy Gentry et Simon Baril aux éditions Robert Laffont ÊTES-VOUS BIEN CERTAINE DE CONNAÎTRE VOTRE FILLE ? D?AILLEURS, EST-CE VRAIMENT LA VÔTRE ? À 13 ans, Julie Whitaker a été kidnappée dans sa chambre au beau milieu de la nuit, sous les yeux de sa petite soeur. Dévastée, la famille a réussi à rester soudée, oscillant entre espoir, colère et détresse. Or, un soir, huit ans plus tard, voilà qu?une jeune femme pâle et amaigrie se présente à la porte : c?est Julie. Passé la surprise et l?émotion, tout le monde voudrait se réjouir et rattraper enfin le temps perdu. Mais Anna, la mère, est très vite assaillie de doutes. Aussi, lorsqu?un ex-inspecteur la contacte, elle se lance dans une tortueuse recherche de la vérité ? n?osant s?avouer combien elle aimerait que cette jeune fille soit réellement la sienne? AVEC AMY GENTRY, VOUS ALLEZ REDÉCOUVRIR LE SENS DE L?EXPRESSION » ROMAN À SUSPENSE « .
Vous pouvez commander Les filles des autres sur le site de la librairie en ligne www.lagriffenoire.com
+ Lire la suite
autres livres classés : thrillerVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (104) Voir plus



Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
2912 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre

{* *}