AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizForum
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266117564
Éditeur : Pocket (27/08/2001)

Note moyenne : 3.83/5 (sur 470 notes)
Résumé :
Source : 4ème de couverture du livre (ISBN 978-2-266-20656-3) imprimé en janv. 2005

Le sergent Barbara Havers est résolument laide et revêche et bien décidée à le rester.
Elle adore son boulot mais l'idée de faire équipe avec l'inspecteur Lynley, un ancien d'Eton, pur produit de l'aristocratie britannique, lui est insupportable. Un type qui prétend travailler à Scotland Yard pour se rendre utile à la société, au lieu de vivre sur ses terres !<... >Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle
Critiques, Analyses & Avis (43) Voir plus Ajouter une critique
LePamplemousse
02 juillet 2015
Cette histoire est la toute première enquête de la série de l'inspecteur Lynley et du sergent Barbara Havers, deux personnes aussi mal assorties qu'un smoking et une paire de sabots tout crottés.
Lui est un aristocrate issu d'une famille prestigieuse, sortant d'une grande école renommée et parlant avec distinction, elle, c'est un petit bout de femme toute moche, vivant encore avec ses parents à trente ans, habillée comme un as de pique et avec un fichu caractère de cochon.
Ils ne se supportent pas, mais vont devoir enquêter ensemble sur l'assassinat d'un homme retrouvé décapité dans sa ferme.
Ce brave homme était un paroissien modèle, très religieux et respecté de tous.
Sa fille s'accuse du meurtre mais cela semble tout de suite très louche aux inspecteurs, car elle semble n'avoir eu aucun mobile pour tuer son père.
J'ai beaucoup aimé redécouvrir leurs premiers pas ensemble, alors qu'ils ont encore des tas de préjugés l'un envers l'autre et ne sont pas vraiment capables de mener conjointement une enquête, leurs caractères respectifs faisant de chacun d'eux de sacrés têtes de mules et aussi des personnes très fragiles, dont les failles se révéleront au fil des enquêtes.
L'intrigue en elle-même est assez intéressante et nous permet aussi de découvrir des personnages qui deviendront récurrents.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          490
ladesiderienne
08 janvier 2013
C'est avec "Enquête dans le brouillard" que je découvre Elizabeth George et ça tombe plutôt bien puisqu'il s'agit de son premier roman et qu'ainsi j'ai pu assister à la rencontre entre ses deux héros, flics assez atypiques de Scotland Yard.
Autant vous dire que j'ai succombé, d'abord (n'en déplaise à Barbara Havers) au charme de Lynley : ce n'est quand même pas sa faute s'il est né avec une cuillère en argent dans la bouche...... et puis ces fêlures cachées m'ont séduite.
J'arrête ici tous les quolibets masculins qui pourraient se faire au sujet de la gent féminine toujours prête à craquer pour la jeunesse, la beauté et la richesse...... Stop ! Le personnage de Barbara m'a beaucoup plu aussi, avec ses réparties qui font mouche et sa propension à dissimuler aussi bien ses blessures que ses qualités sous son côté bougon. Bref, je trouve leur duo improbable plutôt réussi.
Bravo aussi pour le style de l'auteure qui nous décrit une campagne anglaise plus vraie que nature. Tout y est : le brouillard sur la lande bien sûr, le manoir élisabéthain , le fantôme, et en prime quelques pointes d'humour savamment distillées. Avec des références à la littérature anglaise, à la musique classique, à la peinture, Elizabeth George élève le niveau mais c'est pour mieux nous faire retomber, quelques lignes plus loin, dans la fange humaine la plus sordide.
Oui, mais nous sommes dans un roman policier, et l'intrigue, me direz-vous ? Je répondrai qu'elle n'occupe pas le premier plan, elle se fond dans l'étude psychologique des protagonistes. L'auteure s'attache au "pourquoi" plutôt qu'au "comment". Je note quand même la multiplication des personnages annexes afin de nous aiguiller sur de fausses pistes mais ce n'est pas la qualité principale du livre.
Autant vous dire que je ne vais pas en rester là et que je vais m'empresser de lire la suite des "aventures de Havers et Lynley".
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          270
babel95
20 janvier 2016
le roman A great deliverance - traduit en français sous le titre Enquête dans le brouillard, a permis à Elizabeth George de mettre en scène pour la première fois le duo improbable constitué par l'inspecteur Thomas Lynley et le sergent Barbara Havers.
Alors que tout sourit à Thomas Lynley - Lord Asherton - bourreau des coeurs, aristocrate, qui a étudié à Eton et est diplômé d'Oxford, Barbara Havers, la trentaine, au physique ingrat, issue des classes populaires, n'a connu que des échecs à la criminelle ; elle a été rétrogradée car elle ne s'entendait avec aucun des inspecteurs.. Lynley et Havers vont devoir collaborer, et se rendre dans le Yorkshire, où un villageois, Williams Teys a été retrouvé assassiné, décapité. Sa fille, Roberta a été retrouvée près du corps, prostrée, et elle s'accuse du crime....
Mais le curé du village, et le village tout entier la croient incapables d'avoir commis le crime dont elle s'accuse. Il faut retrouver le coupable à tout prix, sinon Roberta, risque de ne jamais plus pouvoir sortir de l'hôpital psychiatrique où elle vient d'être internée.
Avec un grand talent, Elizabeth George nous fait découvrir cadre de cette histoire Keldale, village typique du Yorshire, ses habitants, ses secrets.
Lynley et Havers ne peuvent que s'affronter - et pourtant, alors que l'enquête progresse, on assiste à une transformation subtile de la relation entre les deux policiers - tout se passe comme si chacun exerçait une influence bénéfique sur l'autre...L'arrogance insupportable de Lynley, fait place à une véritable compassion pour les victimes, son intuition se révèle exacte, alors que dans le même temps Havers s'affirme, s'affine, gagne en professionnalisme et devient un véritable atout pour son coéquipier.
Peut-on aller jusqu'à parler de complémentarité, voire même de complicité pour dépeindre cette relation professionnelle houleuse qui évolue au fil du récit ?
Au final, ce roman nous raconte une une histoire sombre, la souffrance cachée de toute une famille...Au dernier moment, Havers, par son courage, gagne enfin le droit de continuer à être ce qu'elle a toujours été... une bonne enquêtrice... et le roman se termine sur une note optimiste.
Enquête dans le brouillard... un titre bien banal pour un roman qui lui, fait preuve d'originalité - il nous donne envie de retrouver au plus vite ces enquêteurs hors normes issus d'une société britannique pourtant très traditionnelle.
J'aimerais terminer cette critique en soulignant que la traduction de Dominique Wattwiller m'a beaucoup plu - très soignée, mettant en valeur un texte qu'elle rend parfaitement.
Pour tous ceux qui voudraient lire le texte en VO, A Great Deliverance a été publié dans la collection Harraps, yes you can., qui permet au lecteur francophone de se passer de dictionnaire - les annotations sont bien conçues et facilitent la lecture en anglais. Une bonne idée pour réviser son anglais de manière plutôt agréable....


+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
Pas-chacha
06 mars 2017
Deux policiers que tout oppose sont réunis pour mener une enquête en pleine campagne anglaise.
L'auteur sait nous faire rentrer dans la vie privée de ces policiers pour leur donner du fonds psychologique.
Nous découvrons peu à peu les habitants du village où a lieu le décès et les indices sont doucement semés.
Je ne me suis pas ennuyée un seul instant et malgré un crime sordide, j'ai apprécié l'ambiance du livre.
Je relirai d'autres ouvrages de cet auteur que je ne connaissais pas!
Commenter  J’apprécie          240
missmolko1
27 juillet 2017
Premier tome des enquêtes de l'inspecteur Lynley et du sergent Havers et je dois dire que je suis conquise car j'ai littéralement dévoré ce roman.
On plonge dans une enquête qui nous emmène dans un petit village anglaise. Déjà l'ambiance est parfaite : un petite village, son manoir, son pub, sa vielle abbaye.... Tout est superbement décrit par l'auteur et l'on s'y croirait presque. Tout n'est pas si bucolique car le cadavre d'un homme est retrouvé décapité, sa fille, la hache a la main, se déclare responsable avant de tombé dans un mutisme total. Nos deux policiers vont devoir enquêter pour découvrir ce qui s'est réellement passé.
L'enquête m'a passionné, elle est vraiment bien menée et je ne m'attendais pas a ce dénouement. Je compte bien vite lire les enquêtes suivantes d'autant qu'Elizabeth George s'avère ici excellente. Ce roman a été adapté en série, et je pense que ce week-end, je vais me précipiter pour voir ce que ça peut donner.
Lien : https://missmolko1.blogspot...
Commenter  J’apprécie          261
Citations & extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
babel95babel9519 janvier 2016
La vie est une vacherie, Barb. Et le plus moche, c'est que ça ne s'arrange jamais vraiment, fit la voix de Lynley.
Horrifiée, elle pivota. C'était bien Lynley.
Il avait dans les yeux la compassion qu'elle y avait vue précédemment : dans sa façon de traiter Roberta, dans sa conversation avec Bridie, dans sa façon de questionner Tessa. Et soudain elle comprit ce que Webberly avait en tête lorsqu'il lui avait dit qu'elle pourrait apprendre beaucoup de choses en travaillant avec Lynley - la source de sa force, ce noyau qu'elle connaissait si bien, n'était rien d'autre qu'un immense courage personnel. Ce fut cette compassion tranquille, et rien d'autre, qui eut finalement raison d'elle.....

Posant sa tête sur la cuvette, elle pleura. Elle pleurait pour la haine qui avait empli sa vie, pour le sentiment de culpabilité et la jalousie qui avaient été ses compagnons, pour la solitude qu'elle avait fait fondre sur elle-même, pour le mépris qu'elle avait voué aux autres et le dégoût qu'ils lui avaient inspiré.
A la fin, lorsque Lynley la prit dans ses bras sans un mot, elle pleura contre sa poitrine, regrettant plus que tout la mort de l'amitié qui aurait pu naître entre eux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
missmolko1missmolko124 juillet 2017
Contrairement à bon nombre de rivières qui dévalaient fougueusement les collines avant d'aboutir dans les vallons, la Kel était un cours d'eau paisible. Elle traversait Keldale en silence, glissant le long de l'abbaye en ruine, avant de poursuivre sa course vers la mer. Amoureuse du village, elle avait des égards pour lui et jamais elle ne sortait de son lit pour lui faire du mal. elle voyait d'un bon œil l'auberge se dresser sur sa rive, éclaboussait joyeusement le pré communal, écoutait vivre les gens installés dans les maisons construites les pieds dans l'eau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
ladesiderienneladesiderienne16 mai 2013
Il ne s'était jamais considéré comme un homme de prière, mais, assis dans la voiture au milieu de l'obscurité qui tombait et des minutes qui s'égrenaient, il comprit ce que le mot "prier" voulait dire. C'était vouloir que le mal se transforme en bien, le désespoir en espérance, que la mort devienne vie. C'était vouloir que les rêves existent et que les spectres deviennent réalité. C'était vouloir que finisse l'angoisse, vouloir que commence la joie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
ladesiderienneladesiderienne04 janvier 2013
A trente ans, Barbara Havers était résolument laide et fermement décidée à le rester. Elle aurait pu choisir, pour ses fins cheveux brillants couleur de pin, une coupe adaptée à la forme de son visage. Mais elle s'obstinait à les porter au ras des oreilles, à croire que le coiffeur lui avait fourré un bol trop petit sur la tête. Elle ne se maquillait pas. Ses sourcils épais et non épilés faisaient ressortir la petitesses des yeux au lieu d'en souligner l'intelligence. La bouche mince que ne rehaussait aucune touche de couleur était perpétuellement pincée en une moue désapprobatrice. Trapue, l'air costaud, elle donnait l'impression d'être absolument inabordable.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
missmolko1missmolko102 août 2017
Le père Hart ferma les yeux pour chasser le souvenir de cette vision.
- Je me suis précipité à la maison et j'ai téléphoné à Gabriel.
L'espace d'un instant, Lynley crut que le prêtre parlait de l'archange, tant le curieux petit homme qui s’efforçait de raconter son histoire donnait l'impression d'être en contact avec d'autres mondes.
- Gabriel ? lança Webberly, incrédule.
Lynley sentit que la patience du commissaire commençait à s'émousser. Il s'empressa de feuilleter le rapport et y trouva sans trop de mal le renseignement qu'il cherchait :
- Gabriel Langston, le constable du village, dit-il.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Videos de Elizabeth George (16) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Elizabeth George
Foire du Livre Brive 2016 - France Bleu Limousin - Elizabeth George
autres livres classés : romans policiers et polarsVoir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacPriceministerLeslibraires.frGoogle





Quiz Voir plus

Elizabeth George, ses polars, ses personnages récurrents...

Elizabeth George est née et vit...

en Ecosse
en Angleterre
en Irlande
aux Etats-Unis
aux Pays-Bas

12 questions
77 lecteurs ont répondu
Thème : Elizabeth GeorgeCréer un quiz sur ce livre
. .