AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782903721534
65 pages
Éditeur : Lettres vives (01/02/1993)

Note moyenne : 3.17/5 (sur 3 notes)
Résumé :
"Revenir sur mes plaies pour inscrire quelques mots d'amour. On a voulu m'égorger les doigts et mon corps sent mauvais. Il a tellement pourri depuis que je suis née. Et tous ces efforts vers une ouverture. J'ai simplement la cataracte au fond du ventre, quelque part et qui me blesse. Je me trompe quand je vis l'amour. Je voulais rejoindre le sang des autres au conta& de la peau, mais il reste seulement des voix et un peu de salive au bord de la lèvre. Je ne saurai p... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
coco4649coco4649   01 juin 2017
NE PARLE PAS, NE DIS RIEN...


Ne parle pas, ne dis rien, il reste par terre les
morceaux de ma poupée en porcelaine et l’œil
de maman qui saigne. Tu ne sais plus quoi
faire. Pauvre petit frère. Tu me prends par la
main pour que je ne regarde pas. Tu
m’emportes sur la voie ferrée sous le pont où
certains ont écrit « Kroutchev assassin » ! Il
fait nuit et tu ne sais pas s’il sera possible de
rentrer. Dans la chambre le petit
recroquevillé dans son lit se fait tirer par une
voiture à pédale derrière le vélo de la
Ghislaine. Cette enfante perdue fait le cochon
pendu dans un square loin de la maison.
Attendre le moment pour renverser le petit
sur le gravier. Mais chaque fois c’est moi qui
tombe et qui n’arrive pas à me relever dans
les sous-sols du HLM pendant que « les
jeunes voyous » me tâtent les seins. J’ai beau
tirer derrière moi, le landau, le grand landau
avec toutes les poupées du monde à
l’intérieur, je n’ai pas encore accouché mon
petit frère, sinon, à demi, lors de soirées
courtes, espace de se caresser sans y prendre
garde. Mais lorsque tu poses ta tête contre la
mienne, petit, il y a des bruits que l’on
n’arrive pas à saisir. Ils remontent par les
tuyaux des sanitaires, j’entends l’eau qui
coule dans l’évier et les voisins qui crient.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   31 mai 2017
extrait 2


Une fois les mots lus et retenus, je retourne à mon opacité.
Ne reste que journées flashes, limées par l’écriture. Entrez
dans cette fausse mémoire fabriquée d’odeurs, de relents
d’absence en voix diffuses sous forme de graffiti internes.
Ces enfances dont on ne revient pas, la banalité de l’autre
vie où les difficultés d’aujourd’hui se sont accrochées.
Obligée de se nourrir. Obligée de se laver. La viande
blanche. Un morceau dans le mauvais conduit. Tu me
regardes de travers, un instant tu viens de comprendre
que quelque chose ne tournait plus derrière mes yeux.

+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
coco4649coco4649   31 mai 2017
extrait 1


Il faut lyncher jusqu’aux dernières images et ne pas laisser
une seule bougie pour les anniversaires. J’ai eu des petites
années et ne m’en souviens pas, ce n’est plus le moment
de tamiser ce qui reste à vivre. Le crible : c’est jeter les mots
au papier blanc, sans jamais craindre de se laisser prendre
au visage.
Apprendre à se cacher, à se joindre seule sans un regard
entre les mots et soi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
889 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre