AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782903721220
61 pages
Éditeur : Lettres vives (01/10/1986)

Note moyenne : 3.5/5 (sur 2 notes)
Résumé :
Je n'appartiens qu'à celui qui me fonde sans que je le sache...

Parcourir des eaux, et perdre la conscience du dedans. En cet instant, je fus le sentiment tout entier, j' appris tant à bouger mon silence.

Corps devenu le Cantique de la vie.

Le présage n'est que dans l'accomplissement, dans ce baillement du jour où un temps nous est donné pour nous mesurer à la lecture de nos mains.

R.G
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
coco4649coco4649   31 mai 2017
Psaume de silence


extrait

Il se passe souvent avec les mots quelque chose
d’assez semblable à cette sensation d’être surpeuplée,
comme si tous les mots s’étaient si bien accordés
de cette mémoire. On se dit qu’on ne peut pas y toucher.
On croit par eux toucher aux visages des morts.

Et puis soudain,
sentir que le monde est peuplé de mots en soi,
sentir ce souffle d’élévation vous grandir,
sentir que vos rêves de grandeur ont raison d’être,
que rien ne peut empêcher la parole ; qu’avant elle,
il n’y avait pas de parole, parce que c’est la nuit, parce qu’on
est cette seule lueur qui brille, parce qu’on croit, et
que, sur cette seule foi, tout est sauvé.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   31 mai 2017
JOURNAL


extrait

Écriture comme une escale.

Ôtons les articles : le corps se perd, se fond.
S’agit-il du nôtre, hors du temps et de l’espace,
cette figure si totale ? Un vieux rappel de la
mer…

Fermer les yeux pour rejoindre une autre
lumière, une source qui se dissimule et qui
refuse de se lever dans mon corps aujourd’hui.

Comme j’ai souffert jusque là, et maintenant que
je souffre vraiment : je sais que je ne souffre
déjà plus, car la lumière vient.

Bien-être étrange qui nous fait être le monde
dans son mouvement et naître de ce monde par
la grâce de l’abandon.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   22 septembre 2020
JOURNAL(feuilles volantes)
Sans date [entre avril et décembre 1984]



Extrait 1

  Il m'arrive de rêver être un grand tissu, une étoffe
qui recouvrirait tout, dont je serais un peu la matière,
écoulement, silence retenu, matière qui, enfin, ne
compte plus avec la mémoire et pourtant montre la
splendeur muette de ce qui a disparu.
  Quelquefois il me prend l'envie de coudre ensemble
toutes les couvertures, tous les tissus, les objets
mêmes, tout ce qui m'entoure enfin pour m'y ensevelir.
  Imaginer cette fusion possible. Être, seulement un
peu, la matière d'une étoffe qui recouvre tout.

p.51-52
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
coco4649coco4649   22 septembre 2020
JOURNAL (feuilles volantes)
Sans date [entre avril et décembre 1984]



Extrait 4

  On ne devrait jamais s'arrêter d'écrire, tout ce qui
est poésie surtout. On perd l'habitude, et bêtement on
devient ignorant de la musique qui lui est nécessaire.
D'une certaine façon on sort de la grâce.

p.57
Commenter  J’apprécie          30
coco4649coco4649   22 septembre 2020
JOURNAL (feuilles volantes)
Sans date [entre avril et décembre 1984]



Extrait 5

  À mon avis nous sommes ici pour aller, aller
simplement. Et tant qu'à aller, cela peut se faire bien.
Soyons quelques-uns d'heureux.

p.60
Commenter  J’apprécie          40

autres livres classés : poésie en proseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
887 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre