AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Mathilde George (Autre)Anne-Marie Desplat-Duc (Autre)
EAN : 9782367408743
Éditeur : Scrineo (11/06/2020)

Note moyenne : 4.33/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Il arrive à Théo, 10 ans, quelque chose d'incroyable ! Après avoir été choisi par les petits animaux de son jardin pour sauver les insectes, voilà qu’une poule débarque chez lui ! Et quand le petit garçon apprend qu’elle s’est enfuie d’un élevage intensif, il décide de l’adopter et de sauver les autres poules...
Mais comment s’y prendre ?
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Sharon
  24 mai 2020
Protéger la nature, ce n'est pas facile, mais si l'on s'y met tous, on pourra peut-être changer les choses. L'objectif est de commencer tôt, de sensibiliser les enfants, s'ils ne l'ont pas déjà été par plus grands qu'eux (parents, grands-parents, enseignants). Je me dis aussi que pour offrir ou faire lire ce livre à un enfant, il faut soi-même être sensibilité à la cause des animaux, de tous les animaux, et avoir envie de faire évoluer le regard.
Théo est, et c'est bien normal, à nouveau le personnage central de ce second tome. S'il garde le contact avec les insectes, il a découvert cette fameuse poule rousse échappée d'un élevage. Elle n'est pas jolie, mais alors là pas du tout : sale, déplumée, elle n'a rien pour plaire. Et oui : ce sont les animaux « mignons » que l'on pense à sauver en premier : koala, panda…. On ne s'intéresse pas aux poules ! Ah si, pardon, on nous montre de belles publicités à la télévision, dans lesquelles on nous assure que les poules gambadent en plein air, qu'elles sont heureuses, bien soignées. On ne nous montre pas les élevages industriels dans lesquels la plupart des poules passeront toute leur vie, avant d'être tué à dix-huit mois, non parce qu'elles ne pondent plus, mais parce qu'elles pondent des oeufs trop gros pour rentrer dans les boites à oeufs standardisées du commerce. Des centaines, des milliers de poules vivent cette vie. Je me souviens même d'un livre pour enfants de ma génération dans lequel on nous expliquait que c'était normal, puisqu'elles ne produisaient plus assez. Il est tant de changer le rapport aux animaux – surtout quand on voit qu'une poule de réforme coûte 1 €. Alors oui, une poule n'est toujours pas « mignonne » même si on lui donne un nom – Théo, stratège qui s'ignore, l'a appelé Roussette, ce qui permet de créer un lien affectif entre elle et le monde : il est toujours un peu plus difficile de manger ce que l'on a nommé.
Il est question aussi de gaspillage alimentaire, et des cantines scolaires. Ici, l'autrice ne nous raconte pas qu'à la cantine c'est « bon », elle montre que les produits ne sont pas de très bonne qualité, qu'il faut faire avec un intendant qui veut dépenser le moins possible, un cuisinier qui fait ce qu'il peut avec les produits qu'il a et une dame de la service qui remplit beaucoup les assiettes, parce qu'il faut beaucoup manger pour grandir (ce n'est pas si simple que cela). Problème : l'essentiel de la nourriture finit à la poubelle, et les enfants se gavent de pain à la place.
Dis ainsi, vous pourriez croire que le roman est rébarbatif. Il n'en est rien. Il est au contraire facile à lire parce que l'intrigue est bien construire, parce que les explications qui sont données ne prennent pas les enfants pour des nigauds. Il montre que changer les habitudes prend du temps, qu'il faut être motivé pour modifier ses habitudes et amener les autres à le faire. Il montre aussi qu'il est important de parler, de diffuser, d'échanger, et non d'imposer, ce qui n'apporte que rarement de bonnes choses.
J'ajouterai aussi que le cahier « spécial poule » à la fin est très intéressant, entre rappel des différentes races de poules, les catégories d'oeufs que l'on trouve dans le commerce ou encore les recettes pour utiliser le pain rassi.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
LesDemoisellesdeChatillon
  04 juin 2020
Un tome 2 toujours aussi extra !
J'avais adoré le tome 1 des aventures de Théo super-héros de la nature SOS insectes et le tome 2 est également un coup de coeur.
Anne-Marie Desplat-Duc sait décidément comment écrire des titres intelligents tout en restant passionnants.
Cette fois Théo se trouve face à une poule échappée d'un élevage intensif. Roussette lui explique les conditions terribles dans lesquelles vivent les poules : une vie entière dans une cage sans jamais voir l'extérieur, à pondre chaque jour jusqu'à leur 18 mois. Et après 18 mois ? Elles pondent moins certes mais le vrai "problème" est qu'elles pondent des oeufs trop gros pour entrer dans les boîtes standardisées de la grande distribution. Conséquence : l'abattoir...
Notre petit héros de la nature ne peut définitivement pas laisser un tel drame se produire près de chez lui.
Il va donc à nouveau mobiliser ses camarades de classe pour trouver un moyen de sauver ces pauvres gallinacées.
Et peut-être trouvera-t-il en plus le moyen de régler le problème du gâchis alimentaire et de la mauvaise nourriture de la cantine.
Théo ne chôme pas dans ce tome.
De nombreuses problématiques très réelles sont soulevées par l'autrice.
Elle n'enrobe pas le sujet de l'écologie et du drame qui se profile à l'horizon avec du miel.
Oui il y a urgence et, à travers son héros, elle tire la sonnette d'alarme. Mais elle apporte également des solutions.
Je crois que c'est pour ça que j'aime tant cette série.
Anne-Marie Desplat-Duc éveille la conscience écologique des enfants mais pas pour en faire de "simples" militants mais pour leur dire qu'ils peuvent être acteurs, qu'ils peuvent changer le monde et le rendre meilleur.
Et pas avec des solutions magiques.
Tout ce que Théo met en place avec ses copains est possible.
Compliqué, peut-être. Long à mettre en place, sans aucun doute. D'ailleurs le personnage de l'enseignante le dit elle-même : il faut de la persévérance mais le combat est nécessaire.
On ressort de ce titre, comme du précédent, plein d'optimisme, avec la conviction que nous pouvons faire quelque chose, que nous voulons, nous aussi, être des super-héros de la nature.
A nouveau, on trouve en fin d'ouvrage quelques jeux, des recettes, des informations sur les poules et comment reconnaître la provenance des oeufs pour être des consommateurs responsables.
Malgré un thème très sérieux, le roman n'est pas dénué d'humour. Beaucoup d'action, des rebondissements, des personnages attachants, de belles illustrations et un jeu avec la typographie.
Bref, je suis fan.
Il n'est pas forcément nécessaire d'avoir lu le premier tome pour comprendre cette nouvelle aventure de Théo mais les lire dans l'ordre me semble tout de même mieux.
Cette série est définitivement à mettre entre toutes les mains. Un véritable coup de coeur que je recommande vivement, tant à la maison qu'en classe.
Foncez en librairie le 11 juin ! Un titre à ne pas louper.
Lien : http://demoisellesdechatillo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Les_lectures_de_Sophie
  16 août 2020
J'avais beaucoup aimé le premier tome de cette nouvelle série jeunesse écologique, que j'avais trouvée à la fois drôle et instructive…
Si la lecture du premier tome n'est pas absolument nécessaire à la compréhension de ce nouvel opus, je vous conseillerais quand même de les lire dans l'ordre afin de découvrir les personnages, ainsi que les aventures auxquelles ils font régulièrement référence. Sans compter que le rétrécissement de Théo peut apparaître un peu brutal à qui n'a pas les explications de ce « pouvoir ».
Le roman est à nouveau illustré par Mathilde George, dans le même style drôle et tendre que le premier tome. Et tout comme dans ce premier tome, la typographie est variée afin de souligner les mots et événements importants de l'histoire, et ainsi aider le jeune lecteur (dès 8 ans) à s'y retrouver.
Après avoir abordé les dégâts dus à l'utilisation massive des pesticides, on découvrira ici le sort réservé aux poules en fin de « carrière », une retraite révoltante même du point de vue d'un adulte. J'aime le fait que les enfants de cette série aient une conscience écologique, et j'aime encore plus le fait qu'ils aient des explications de la part des petits animaux. Et ce d'autant plus qu'ils ne sont pas toujours d'accord. En effet, un ver de terre n'est pas forcément très joyeux à l'idée de voir des poules en liberté sur « son territoire »… On s'aperçoit donc que les humains ne sont pas les seuls à devoir prendre des décisions pour la préservation de la planète qui peuvent être compliquées. J'aime que les idées exprimées soient débattues, aussi bien entre enfants et animaux qu'avec les adultes. J'aime la curiosité de ces jeunes enfants, et leur volonté d'agir. Ils nous prouvent à tous, enfants comme adultes, que chacun peut agir à son niveau. En effet, si certains voisins avaient pu s'engager à changer leur habitude en matière de jardinage, ils n'ont pas pour autant forcément pu prendre des poules chez eux.
Le roman se termine sur un cahier de jeux où l'enfant pourra poursuivre l'aventure dans la thématique du livre. Un dossier pédagogique est aussi à disposition des enseignants sur le site de l'éditeur.
Comme vous l'aurez compris, Théo super-héros de la nature est une série qui a su me conquérir par son thème global ainsi que par les sujets plus spécifiques abordés dans chaque tome. J'aime que ces histoires aident à affûter la conscience écologique des jeunes sans pour autant être moralisateur, et en leur montrant des exemples concrets d'actions à mener au quotidien. J'aime que cette série mette en avant le fait que si chacun met en place des petites actions à son petit niveau, les choses peuvent changer à grande échelle. Tout comme le colibri qui « fait sa part » en apportant des gouttes d'eau pour éteindre un incendie, nous pouvons tous agir pour protéger ce qui peut encore l'être de notre belle planète.
J'ai reçu la version papier de ce livre dans le cadre de ma participation au Club des lecteurs Scrineo pour l'année 2020. Merci à eux pour la confiance.
Lien : https://leslecturesdesophieb..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
AlouquaLecture
  13 juin 2020
Quel bonheur de retrouver Théo, j'aime énormément le concept d'apprendre aux plus jeunes de quelle manière nous pouvons préserver la nature.
Si Théo est toujours impliqué dans sa lutte pour sauver les insectes, cette fois il va se trouver face à un nouveau dilemme, à savoir, comment peut-il s'impliquer pour sauver les poules, mais pas n'importe quelles poules, celles que l'on peut trouver dans les élevages intensifs. Non seulement ce n'est pas une vie facile pour ces poules, mais il faut savoir qu'elles ont une vie très limitée sur la durée.
Comment, à son échelle, un enfant peut sauver des poules ? Eh bien Théo va tout vous expliquer dans ce second tome. Et croyez-moi que lorsqu'il a une idée, il va tout mettre en oeuvre pour que celle-ci tienne la route.
Cette fois encore, l'air de rien, eh bien j'ai appris certaines choses, comme quoi, ce genre de livre ne s'adresse pas uniquement à nos têtes blondes, mais qu'elles peuvent également étayer nos propres connaissances d'adultes. Toujours de très jolies illustrations tout au long du récit, c'est un régal dont je ne me lasse vraiment pas !
Une belle manière d'apprendre, tant pour les jeunes que pour les adultes. Je ne peux que vous conseiller de rencontrer le jeune Théo, super-héros de la nature, ainsi que son petit groupe qui commence à s'agrandir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Eowyne
  10 juin 2020
Comment sensibiliser les enfants à l'écologie ? Anne-Marie Desplat-Duc (auteure jeunesse reconnue) s'est lancée dans une nouvelle série que je découvre avec ce tome 2. Théo a le pouvoir de communiquer avec les animaux (voir tome 1). Il fait la rencontre d'une poule échappée d'un élevage intensif qui lui raconte alors sa vie. Ni une ni deux, notre héros décide de sensibiliser son école à cette nouvelle cause. Et pour cela, il faudrait peut-être aussi éviter le gaspillage à la cantine et privilégier les circuits courts. Un livre dans l'air du temps : achat de poule (pendant le confinement), les cantines qui développent l'agrilocal, le tri des déchets... Une auteure qui connait bien l'école et son fonctionnement. Un livre à faire lire dès 7 ans pour que les enfants puissent agir si les adultes ne le font pas ! Merci à #netgalley et aux éditions scrinéo pour ce partage.
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
SharonSharon   24 mai 2020
- J'ai vu un reportage à la télé où l'on montrait un élevage où vous pouvez gambader dehors et...
- Il y en a, c'est vrai. Mes copines y sont heureuses. Les éleveurs prennent soin d'elles. Mais ce n'est pas notre cas. Nous, nous sommes enfermées toute notre vie. Sûr, si nous étions un sympathique koala, un mignon petit singe ou seulement un chat ou un chien, notre souffrance attirerait les âmes sensibles. Mais personne ne pense à nous ! Et pourtant, nous avons un coeur, un cerveau, des nerfs et nous souffrons comme n'importe quel animal, s'emporte le volatil.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
AlouquaLectureAlouquaLecture   13 juin 2020
– Nous sommes plusieurs milliers de poules enfermées dans des cages rangées dans un immense hangar éclairé à l’électricité ! Nous ne sortons jamais. Nos pattes sont crispées sur un grillage, nous n’avons pas de paille douillette pour nous coucher. On nous donne une nourriture industrielle et de l’eau au goutte-à-goutte. Et nous devons pondre un œuf par jour… sinon…
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : Élevage intensifVoir plus
Notre sélection Jeunesse Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
128 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre