AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782258133877
320 pages
Éditeur : Les Presses De La Cite (18/05/2017)

Note moyenne : 3.28/5 (sur 9 notes)
Résumé :
En 1889, ce n'était encore qu'un très modeste moulin-chocolaterie. Mais Auguste et Clémentine Roussel, jeunes mariés, ont des idées et de l'ambition. Lui, ingénieur des Mines, a pour réputation de réussir tout ce qu'il entreprend. Elle, fille d'un confiseur réputé de Royat, a su depuis toute petite aiguiser son palais. Guimauves, pralines, dragées et autres douceurs n'ont aucun secret pour elle. Conjuguant leurs talents, Auguste fait le serment de créer " le meilleu... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
flockbook23
  24 décembre 2019
En se mariant au crépuscule du XIXe siècle, Auguste et Clémentine ne savent pas encore qu'ils vont révolutionner l'art de la chocolaterie, en mettant sur le marché un chocolat exquis, dont la réputation se répandra dans toute la France et leur vaudra une renommée au-delà des frontières nationales. En mêlant d'excellents produits de qualité, le couple prospère en moins de dix ans et transforme la modeste entreprise en florissante enseigne avec, à l'aube de l' an 1900, près de quinze boutiques ouvertes dans l'Hexagone. On raconte que les curistes de la petite cité thermales de Royat ont été leurs premiers clients, avant que l'intérêt atteigne des personnalités aussi insignes que Maurice Maeterlinck et Georges Clémenceau. Sans arabesques, Gérard Georges raconte l'histoire d'une success-story. Son style fluide et des dialogues dynamiques rendent ce récit attachant dès les premiers chapitres. Bien entendu, il s'agit d'une biographie légèrement romancée. Pour les besoins du récit, l'auteur s'est réservé le droit de faire intervenir des personnages de fiction et de modifier certains noms. Néanmoins, on le sait « adaptation » ne signifie pas forcément trahison. Liberté également pour les passages qui se déroulent en Côte d'Ivoire. L'objectif consiste ici à abreuver la soif du lecteur et à ne jamais lui faire perdre le fil de l'intrigue. Pari réussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
lexicologos
  19 décembre 2019
En se mariant au crépuscule du XIXe siècle, Auguste et Clémentine ne savent pas encore qu'ils vont révolutionner l'art de la chocolaterie, en mettant sur le marché un chocolat exquis, dont la réputation se répandra dans toute la France et leur vaudra une renommée au-delà des frontières nationales. En mêlant d'excellents produits de qualité, le couple prospère en moins de dix ans et transforme la modeste entreprise en florissante enseigne avec, à l'aube de l' an 1900, près de quinze boutiques ouvertes dans l'Hexagone. On raconte que les curistes de la petite cité thermales de Royat ont été leurs premiers clients, avant que l'intérêt atteigne des personnalités aussi insignes que Maurice Maeterlinck et Georges Clémenceau. Sans arabesques, Gérard Georges raconte l'histoire d'une success-story. Son style fluide et des dialogues dynamiques rendent ce récit attachant dès les premiers chapitres. Bien entendu, il s'agit d'une biographie légèrement romancée. Pour les besoins du récit, l'auteur s'est réservé le droit de faire intervenir des personnages de fiction et de modifier certains noms. Néanmoins, on le sait « adaptation » ne signifie pas forcément trahison. Liberté également pour les passages qui se déroulent en Côte d'Ivoire. L'objectif consiste ici à abreuver la soif du lecteur et à ne jamais lui faire perdre le fil de l'intrigue. Pari réussi !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Biancabiblio
  30 août 2017
A la fin du XIXè siècle, à Royat près de Clermont-Ferrand, en Auvergne, Auguste Roussel, un ingénieur des mines, épouse Clémentine, la fille d'un chocolatier-confiseur. Aidé de Gaétan, un jeune garçon que l'ingénieur a sauvé lors de l'effondrement d'une galerie souterraine, le couple ouvre une chocolaterie.
Celle-ci devrait profiter de l'essor de la station thermale et de ses nombreux curistes venus de Paris et de toute la France, pour se faire connaître. La venue du dramaturge Edmond Rostand à quelques kilomètres de là, à la faveur d'une représentation de son Cyrano de Bergerac, donne à Clémentine l'idée de lui offrir une boîte de ses chocolats les plus raffinés.
L'auteur, friand de ces douceurs, séjournant au Palais Sévigné, le nom de la fabrique est toute trouvé : ce sera la Marquise de Sévigné
Gérard Georges nous propose ici un roman très gourmand, inspiré de l'histoire du couple de chocolatiers auvergnats, les Rouzaud et nous dévoile l'ascension de ces amoureux des chocolats qui partent d'une petite fabrique artisanale pour en faire une entreprise au succès florissant.
Entre 1900 et 1914, pas moins de onze magasins ouvrent à l'enseigne Marquise de Sévigné, dont deux dans la capitale, qui seront un haut lieu de la gourmandise, accueillant notamment Rostand, Maeterlink ou Clémenceau.
Comment, en une dizaine d'années, leur modeste entreprise artisanale deviendra-t-elle la florissante enseigne A la Belle Marquise, qui jusqu'à Paris et à l'étranger, fera le bonheur des gourmands et des célébrités ?
C'est ce que nous raconte en un peu plus de 300 pages Gérard Georges. Nous suivons la destinée de ce couple et de leur chocolaterie sans oublier Gaétan, poursuivi par le frère de son meilleur ami, décédé dans l'effondrement de la galerie et que ce dernier tient pour responsable.
Tout au long du récit, le jeune garçon devenu homme, amputé partiellement d'un pied, sera traqué et victime de plusieurs tentatives d'assassinat, ce qui ajoutera un peu de piment à ce gourmand onctueux et sucré, qui pourrait sembler un peu plat sinon.
L'auteur nous donne à lire le processus de création des chocolats de la marquise depuis l'achat des fèves en Côte d'Ivoire jusqu'à sa réalisation et à sa vente à Royat, sans tomber dans une surenchère de descriptions techniques, il arrive à nous intéresser à ce processus et j'ai aimé en apprendre un peu sur ce sujet.
A la Belle Marquise est un roman plaisant, porté par la plume fluide de Gérard Georges, les pages se tournent toutes seules et si vous aimez les romans du terroir, il vous plaira à coup sûr.
Lien : https://deslivresdeslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Pierre1967
  22 mai 2018
Ce livre, roman de gare dénué d'épaisseur, de profondeur, et de vraie sensibilité, est un produit commercial destiné à flatter les goûts d'un public peu exigeant et qui ne souhaite surtout pas réfléchir. Les personnages sont des marionnettes; l'intrigue est plate ; le style, qui se veut soigné, très discutable. J'ai perdu mon temps en le lisant. J'espère que l'auteur a fait mieux !
Commenter  J’apprécie          10
meknes56
  06 septembre 2019
L'histoire est belle, j'ai appris quelque chose sur le chocolat, l'écriture envoutante. Malheureusement les personnages sont un peu fade. Sauf, le début du livre, le reste ne m'a pas vraiment emballé.
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (5) Ajouter une citation
meknes56meknes56   06 septembre 2019
Auguste avait l’art et la manière d’entraîner dans son sillage une équipe désormais acquise à sa cause et qui ne rechigna pas le moins du monde à se retrousser les manches. A la fin du premier trimestre, il félicita les uns et les autres, si bien que ces éloges, qui n’étaient pas feints, lui attirèrent la sympathie de tous. On se serait mis en quatre s’il l’avait fallu pour satisfaire M. le contrôleur des Mines !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
meknes56meknes56   06 septembre 2019
Jeune homme, tonna Auguste, désirez-vous que les sauveteurs soient ensevelis à leur tour ? Taisez-vous donc et gardez pour vous vos idées saugrenues ! En outre, je croyais avoir interdit à quiconque de tenir des discours !
Commenter  J’apprécie          10
ILLEILLE   12 mars 2018
Oui ,Hélène était sa rose à lui et il fallait que tous deux profitent de leur belle jeunesse avant que,les années passant,ils ne puissent plus en avoir l'usage.
Commenter  J’apprécie          10
ILLEILLE   12 mars 2018
_Notre chocolat sera le meilleur de toute la contrée,ma chère épouse,lui dit-il.Je t'en fais ce jour le serment.
Commenter  J’apprécie          00
ILLEILLE   12 mars 2018
Il possédait une soif d'apprendre quasi inextinguible et une curiosité tout aussi grande.
Commenter  J’apprécie          00

autres livres classés : roman du terroirVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Marseille, son soleil, sa mer, ses écrivains connus

Né à Corfou, cet écrivain évoque son enfance marseillaise dans Le Livre de ma mère. Son nom ?

Elie Cohen
Albert Cohen
Leonard Cohen

10 questions
280 lecteurs ont répondu
Thèmes : provence , littérature régionale , marseilleCréer un quiz sur ce livre