AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Pauline Kerleroux (Autre)
EAN : 9782889085613
210 pages
La Joie de Lire (16/09/2021)
3.91/5   17 notes
Résumé :
Qui veut faire taire Maurice ? Quel secret cache le procès du coq superstar de l'île aux Moutons, merveilleuse île bretonne où les coqs chantent le rock, où les chats parlent aux enfants et où toutes les poules s'appellent Mathilde ?
Jeanne, apprentie journaliste haute comme trois œufs, va mener l'enquête et prendre tous les risques pour faire éclater la vérité.

Après "L'Incroyable histoire du mouton qui sauva une école" et "L'Incroyable histo... >Voir plus
Que lire après L'incroyable histoire du coq qui ne voulait pas fermer son becVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
"Le coq est roi sur son fumier.”
Sénèque / L'apo (coq)lokyntose.
L'incroyable histoire du coq qui ne voulait pas fermer son bec, ce n'est pas celle d'un président de la république, mais du coq Macr..., euh du coq Maurice. "Autosatisfaction, Président des riches, faux mea culpa... Sud Ouest le 16/12/21."
Le coq du village!Le coq beau parleur chante dès qu'il sort de l'oeuf, disait Brigitte M...

C'est une histoire sur un fait divers, sur le coq Maurice, dans l'île d'Oléron et de son procès par des vacanciers, ennuyés par ses discours de 2 heures, pardon par ses chants matinaux.
"C'est l'idole des jaunes, en couple avec la poule Sylvie." le chanteur adulé par les jeunes, les jaunes poussins...

La petite Jeanne, haute comme 3 oeufs, mène son enquête sur le procès du coq Maurice, pour Ouest France Junior, dans l'île aux moutons, où les animaux parlent.
Les 3 poules, de la même couvée et toutes nommées Mathilde, avaient franchi le portail. l'une après l'autre...
- Vous êtes journaliste? Vous êtes bien jeune!
-"Pas bien grosse non plus, fit une poule en tâtant la cuisse de Jeanne.
-Posez nous des questions" fit une grosse poule, qui aime bien cancaner? Cot cot cot!
C'es un procès dans une "basse-cour de justice"...

Jeanne va interviewer un coquelet, le porte parole de la république, euh de la basse cour, acoquiné avec Maurice, mais là je passe du coq à l'âne.
Mais que le coq chante ou non, le jour se lève...

“C'est le coq qui chante, mais c'est la poule qui pond les oeufs.” Margaret Thatcher.
Commenter  J’apprécie          8015
Aujourd'hui c'est mercredi et mercredi, c'est... ?
« Les histoires à Berni ! »
Sandrine, la maîtresse d'école a fait entrer les élèves dans la classe.
Tout d'abord nous sommes allés rendre visite à l'atelier mécanique où se trouvaient la petite Domi affairée sous le juke-box et le petit Pat agenouillé à côté et qui lui donnait de précieuses instructions. « Surtout va doucement avec la clé de douze (*), ce vinyle d'Alain Souchon, c'est un collector. N'hésite pas à donner du mou...
- T'inquiète Patounet, dans la vie j'aime bien donner du mou... »
Puis j'ai invité les élèves à nous retrouver dans le fond de la classe. Une fois que la petite Domi et le petit Pat se sont décrassé leurs mains pleines de cambouis, ils nous ont rejoints à leur tour.
Ce matin, exceptionnellement je vais vous raconter une histoire inspirée d'un fait divers réel. J'ai marqué un silence, observant la réaction des enfants. Ça a créé comme une onde de choc dans la petite troupe. Ils se sont tous regardés les uns les autres, avec des yeux interrogatifs. Passé un très long silence de cinq secondes, la petite Isa a pris l'initiative de réunir le groupe autour d'elle, façon conciliabule intersyndical. J'ai senti qu'au sein du petit groupe les échanges étaient âpres...
Pendant ce temps-là, j'essayais du mieux que je pouvais de rassurer Sandrine, la maîtresse d'école.
Une porte-parole est sortie du groupe, c'était la petite Anna. Elle avait pris un petit air empli d'assurance pour ne pas dire d'aplomb, tandis que derrière elle ses copines la poussaient vers l'avant...
« Dis donc Berni-Chou, a-t-elle clamé d'une voix très ferme, tu ne voudrais tout de même pas sous-entendre que jusqu'à présent, tout ce que tu nous as raconté ici n'étaient que des balivernes » ?
Elle a marqué un silence, a regardé l'assistance, jaugeant son public, s'est sentie portée par un élan. On voyait tous les enfants opiner du bonnet, Sandrine la maîtresse d'école et moi, on s'est regardés un peu inquiets, cela n'augurait rien de bon pour la suite. Alors chacun y est allé de sa petite musique belliqueuse.
- Des bobards, a dit la petite Sylvie.
- du pipeau, a dit la petite Nico.
- Des sornettes, a dit la petite Doriane.
- Des calembredaines, a dit la petite Chrystèle.
- Des fariboles, a fait la petite Yanike.
- Des carabistouilles, ugh ! a fait la petite Manue.
- Des fadaises, a dit la petite Anne-Sophie.
- du crac, lol ! a dit la petite Sonia.
- Des mensonges, a dit la petite Fanny.
J'ai alors vu des regards sévères braqués devant moi comme des projecteurs. Même les yeux du caméléon perché sur l'épaule du petit Paulo étaient sombres. C'est dire...
Chaque élève en face de moi avait les bras fermés, croisés sur leur poitrine.
J'ai attendu qu'ils aient épuisé leur stock de munitions. Sandrine la maîtresse d'école et moi, on s'est regardé et on s'est dit que c'était le moment de passer à l'offensive. Alors, j'ai tenté une médiation...
« Mais vous savez, dans toute histoire inventée, il y a souvent un peu de vrai qui l'a inspirée.
- Mouais, a fait la petite Chrystèle d'un air dubitatif. Et tu ne vas pas tarder à nous dire qu'à l'inverse aussi toute histoire vraie... patati patata ! ... »
Bon, finalement l'auditoire étant décidé à écouter enfin l'histoire, j'ai montré la couverture du livre que j'avais décidé de leur raconter : L'incroyable histoire du coq qui ne voulait pas fermer son bec. le titre déjà leur avait tapé dans l'oeil.
« Sur l'île aux Moutons, merveilleuse île bretonne où les coqs chantent le rock 'n roll, un coq, s'appelant Maurice, - célèbre popstar parmi toutes les basses-cours d Moutonville, a été interdit de chanter, soi-disant parce qu'il dérangeait les voisins de sa ferme. »
« Haha ! Maurice ! Quel drôle de nom pour un coq, a fait le petit Pat hilare.
- Ben Pat, c'est pas un drôle de nom, ça ? » s'est écrié la petite Domi encore plus hilare.
Le pauvre petit Pat venait de se faire clouer le bec par celle qu'il était jusqu'à présent en train de former à la maintenance du jukebox de la classe. C'est vraiment ingrat les camarades !
Alors, j'ai continué de raconter l'histoire. « Les voisins, ce sont des touristes parisiens devenus retraités qui ont acheté la maison à côté de la ferme. »
- Parigots ! a commencé de claironner la petite Sylvie en se dandinant, mais Sandrine, la maîtresse d'école, lui a décoché des yeux noirs qui lui ont vite dissuadée de poursuivre sur ce registre... Oui, elle sait être parfois être sévère, la maîtresse d'école, mais avec toujours tact et délicatesse.
« Tous les matins à l'aube, ils sont réveillés par le chant du coq, ils essaient de s'arranger avec le fermier, qui commence à protester, prétend qu'il ne peut rien faire. La femme déprime et ne dort plus. Ils décident alors de porter plainte. Un premier jugement a eu lieu qui leur a donné raison : une interdiction de chanter est prononcée contre le gallinacée. »
Il chante en quelle langue ? a demandé la petite Fanny ?
- Gast ! en breton, a fait la petite Isa fière de ses origines, l'île aux Moutons c'est une île bretonne.
- Tous les coqs chantent de la même façon, ironisa le petit Jean-Michel.
- C'est pas vrai, les coqs anglais font « Cook-e-doodle ! » a répondu la petite Nico du tac-au-tac. D'ailleurs celui-ci est une popstar, il chante forcément en anglais.
- Ça ne veut rien dire, rétorqua la petite Sylvie.
- Et moi je sais dire « Cocorico ! » dans plein de langues différentes, s'est exclamée la petite Doriane.
- Et en espéranto, tu le dis comment alors ? lui a répliqué le petit Paulo d'un air plein de défi.
- Mais euh ! a fait la petite Doriane réfugiant son visage renfrogné dans sa tablette de chocolat.
J'en ai alors profité pour poursuivre mon récit.
« Mais voilà qu'on découvre un vice de forme dans le jugement. Un vieil édit royal du Moyen Âge toujours en vigueur oblige à ce que les procès entre les humains et les animaux soient jugés par une Basse Cour de Justice, devant un jury composé à égalité d'humains et d'animaux. le procès en révision aura lieu sur l'île aux Moutons. »
J'ai marqué un silence.
« On devrait toujours faire confiance aux édits royaux du Moyen Âge », a suggéré le petit Pat d'un air inspiré par la sagesse.
J'ai poursuivi.
« Pour suivre l'événement, le journal Ouest Matin décide d'envoyer là-bas Margot une jeune journaliste d'insvestigation, spécialiste de la chronique animalière. La petite Jeanne, qui a à peu près votre âge, qui est native de l'île aux Moutons et qui effectue un stage au sein du magazine, a la chance inouïe de la suivre dans son reportage.
Mais peut-être que derrière cette banale histoire de voisinage, se cache autre chose, peut-être un étrange secret, qui sait ? »
Alors j'ai continué de raconter l'histoire en détail, les coulisses de la justice, la manière dont on compose une assemblée de jurés, les plaidoiries, les rebondissements, sans parler du pauvre coq qui attendait avec angoisse le verdict final.
Cette histoire tendre et espiègle les a tenus en haleine jusqu'à son dénouement demeuré ici secret pour ne rien divulgâcher.
J'ai aimé cette histoire originale tirée d'un fait divers réel, racontée ici par l'écriture talentueuse de Thomas Gerbeaux et agrémentée par les dessins farfelus de sa comparse Pauline Kerleroux qui viennent illustrer à merveille le texte.
À la toute fin de l'histoire, Sandrine la maîtresse d'école est venue évoquer le thème du récit, la maltraitance animale, thème qui lui était cher et qu'elle aimait régulièrement visiter avec ses élèves. Nous avons aussi évoqué l'importance du journalisme d'investigation pour déjouer les fausses nouvelles. J'ai senti que cette histoire suscitait déjà de futures et belles vocations.
« Moi plus tard je serai journaliste, a dit la petite Hélène.
- Et moi avocate ! a dit la petite Anna.
- Et moi juge d'instruction ! a dit la petite Francine
- Et moi fermière ! » a dit la petite Marie-Caroline.
La petite Gaëlle s'est avancée vers moi. « Elle est belle ton histoire, camarade, m'a-t-elle dit de son air océanique, j'adore les histoires qui se passent sur les îles bretonnes. Il s'y passe toujours des choses incroyables. »
Alors la petite Domi et le petit Pat, de nouveau réconciliés, ont appuyé en même temps sur une des touches magiques du jukebox et un air de rock and roll totalement endiablé est venu se répandre dans toute la classe, tandis que les petites silhouettes des élèves venaient se trémousser au milieu de la piste de danse improvisée :

♫ Dans la basse-cour, il y a des poules, des dindons, des oies
Il y a même des canards qui barbottent dans la mare ♫ ♫
♫ Cot, cot, cot, codet
Cot, cot, cot, codet ♫
♫ Cot, cot, cot, codet
Le rock'n'roll des gallinacées, Yeah... ♫ ♫

(*) Ici il est de nouveau fait référence à une précédente chronique du mercredi matin intitulée « Matilda ».
Commenter  J’apprécie          4274
Si vous ne connaissez pas le coq Maurice, c'est qu'il serait grand temps de vous plonger dans Les incocks ou Salut les coco ! Artiste très en verve de bon matin, star des basse-cours, grand sensible et porte-parole des gallinacés opprimés, voilà qu'il est attaqué en justice. Qui souhaite si ardemment lui clouer le bec – et surtout, pourquoi ? Forte de sa nouvelle vocation de journaliste, Jeanne mène l'enquête en marge du procès et entend bien faire la lumière sur cette sombre affaire…

« – Vous avez pensé à chanter moins fort ? Ou moins tôt ?
– Pourquoi pas en playback pendant que vous y êtes ? Un coq doit chanter comme un coq. »

Thomas Gerbeaux sait à merveille s'inspirer de faits divers pas si anecdotiques pour inventer des histoires pleines d'humour et de sagesse que Pauline Kerleroux met en couleurs. le registre est résolument farfelu : les petites filles conversent avec les animaux, les volatiles aiment le rock et l'on ne s'étonne plus que les humains s'appellent Petitchat ou Cabillaud. Les sujets n'en sont pas moins essentiels : liberté et justice, campagnes d'opinion à grand renfort de fake news et de stéréotypes, importance du travail journalistique dans ce contexte, maltraitance animale. Passionnés par le sort de Maurice, mes moussaillons ont été très intéressés de découvrir au passage comment se déroule un procès – du tirage au sort des jurés aux plaidoiries et au jugement. Comme vous l'imaginez, ils ont été également sensibles aux valeurs de respect des animaux qui traversent les romans de ce duo comme un fil rouge : le tube Coco ciao est même en passe de devenir l'hymne familial ! Mais surtout, ils ont ri des jeux de mots, des dialogues et des clins d'oeil à chaque page.

Un très bon moment de lecture, donc, même s'il n'a pas égalé le coup de coeur ressenti pour L'incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace dont le format plus ramassé m'avait semblé plus percutant et le choix des couleurs plus séduisant. La barre était placée très haut ! Si, par chance, l'auteur et l'illustratrice ont envie de prolonger cette série, nous prendrons le premier billet pour L'île aux Moutons : force est de constater que l'on s'y trouve… comme un coq en pâte.

PS: Me croirez-vous si je vous raconte que dans la lecture à voix haute entamée dans la foulée de celle-ci, l'un des personnages (tout ce qu'il y a de plus humain) s'appelle… Maurice Lecoq ?
Lien : https://ileauxtresors.blog/2..
Commenter  J’apprécie          397
Ne plus chanter.

Le coq de l'île aux Moutons est sommé par la justice de ne plus chanter. C'est alors qu'un avocat évoque la procédure de Basse Cour qui suppose que le jury soit, pour moitié, constitué d'animaux.

Jeanne, l'héroïne de "l'incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace", habite maintenant sur la terre ferme avec son père.

Pour une journée, elle est gardée au journal où son père propose régulièrement des chroniques animales.

Elle fait la connaissance de Margot, une grande journaliste. Quand le procès est annoncé sur son île, Jeanne est missionnée pour y assister et écrire un article...

J'ai beaucoup aimé retrouver l'héroïne et son regard sur la nature et les bêtes. En l'espèce l'auteur superpose la découverte du métier de journaliste avec la question des procès que les humains font aux animaux.

Il y a donc à la fois un éloge de la langue et de l'écriture et une véritable conscience de la place des animaux comme êtres vivants à égalité avec les hommes.

L'auteur va jusqu'à les faire parler et chanter, il s'agit bien entendu du coq, pour mieux porter leurs voix, tout en introduisant de l'aventure et de l'humour.

Maurice dit Momo, va-t-il échapper à la casserole ? Son sort est très vite pas seulement celui d'un individu, mais de tout un poulailler avec en fond le sort de notre humanité.

Notre relation à la nature et aux animaux est remise en question par la mise en lumière de l'intrication de notre avenir

Lien : https://www.nouveautes-jeune..
Commenter  J’apprécie          80
Jeanne a quitté l'Île aux moutons pour s'installer à Rennes avec son père, vétérinaire. Comme ce dernier tient par ailleurs une chronique dans le quotidien régionale Ouest matin, elle est amenée à rencontrer Margot, une journaliste qui enquête justement sur un litige entre un couple de parisiens récemment installés sur l'île et un fermier dont le coq les opportune. Après un premier procès qui a donné raison aux parisiens, un second doit avoir lieu sur l'île, face à une Basse cour de justice, comprenant humains et animaux. Comme elle est retenue par un autre sujet, Margot charge Jeanne d'y assister et de réaliser un article pour Ouest Mat'junior. Voici donc notre reporter en herbe de retour sur son île, où, armée d'un calepin, elle commence à recueillir l'avais des différents protagonistes sur cette affaire, qui pourrait bien être plus complexe qu'elle ne le paraît...

Inspirée par le véritable procès qui opposa une fermière de l'île d'Oléron à ses voisins qui se plaignaient du chant de son coq, "L'Incroyable histoire du coq qui ne voulait pas fermer son bec" est un plaidoyer bourré d'humour pour les animaux et la cohabitation harmonieuse entre les hommes et la nature, dont l'Île aux moutons est le symbole. Si les premières pages ancrent le récit dans la réalité, on bascule très vite dans le loufoque avec la rencontre aussi drôle qu'improbable de Marguerite Duras sous l'apparence d'une journaliste. Puis l'intervention de Saint Corentin, le chat de l'institutrice finit de faire basculer le récit dans une fable pleine de clins d'oeil, tel le coq Maurice, "idole des jaunes" en couple avec la poule Sylvie, que ne percevront sans doute pas les jeunes lecteurs auxquels le livre est censé s'adresser, mais qui amuseront bien leurs parents. Les illustrations pétantes et le bleu cyan du texte pourront surprendre mais ils contribuent au dynamisme de cette histoire haute en couleurs.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
- Vous avez pensé à chanter moins fort ? Ou moins tôt ?
- Pourquoi pas en playback pendant que vous y êtes ? Un coq doit chanter comme un coq.
Commenter  J’apprécie          143
J'ai expliqué aux poules qu'avant de commencer l'interview, j'avais besoin de connaitre leurs noms, pour pouvoir les citer dans l'article.
- Mathilde, a dit la première poule.
- Mathilde, a dit la deuxième poule.
- Mathilde, a dit la troisième poule.
- Attendez... Vous vous appelez toutes Mathilde ?
- Oui, on répondu les poules. C'est un problème ?
Ça n'en était pas un, je n'aurai qu'à attribuer leurs témoignages aux "Mathilde". (p. 96)
Commenter  J’apprécie          31
- Tu as entendu parler de ce coq de l'île d'Oléron ? On voulait l'empêcher de chanter. Il y a eu un procès, les journaux en ont parlé. Tu pourrais en faire une histoire.
- Pas question, demandez à Jeanne.
Commenter  J’apprécie          50
Avant j'étais toujours trop petite. Trop petite pour comprendre, trop petite pour avoir un téléphone, trop petite pour boire du cidre (sauf des fois à la crêperie), trop petite tout court. Et puis, d'un coup, je suis devenue trop grande.
Commenter  J’apprécie          30
- Monsieur le lièvre, est-il vrai que vous êtes expert en musique coq ?
- C'est exact, a dit le lièvre, en rabattant ses longues oreilles derrière son dos. On dit de moi que je suis l'encyclopédie vivante de la coq culture. C'est un peu exagéré mais je fais de mon mieux.
- Parlez-nous du sieur Maurice.
- J'hésite à employer ces mots devant lui... Momo est une légende, une icône, un monstre sacré du coq'n'roll.
_ Pouvez-vous nous éclairer sur son parcours ?
- La vie de Momo se confond avec l'histoire de la coq musique. Influencé par la culture des fermes américaines, Maurice a été l'un des premiers coqs français à chanter comme les coqs américains. Une révolution ! Le succès à été immédiat, les poussins l'ont pris comme modèle, ce qui lui a valu le surnom d'idole des jaunes. (p. 160)
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Thomas Gerbeaux (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Thomas Gerbeaux
The rooster who wouldn't shut his beak by Thomas Gerbeaux and Pauline Kerleroux, published at La Joie de lire
autres livres classés : maltraitance animaleVoir plus
Les plus populaires : Jeunesse Voir plus


Lecteurs (29) Voir plus



Quiz Voir plus

l'incroyable histoire du homard qui sauva sa carapace

Quelles sont les professions exercées par le père de Jeanne ?

Biologiste et directeur de centre aéré
Vétérinaire et Maire
Pompier et médecin

5 questions
1 lecteurs ont répondu
Thème : Thomas GerbeauxCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..