AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2350610349
Éditeur : Le Publieur (30/11/-1)

Note moyenne : 3.67/5 (sur 3 notes)
Résumé :
André Gerin fut Maire de Vénissieux de 1985 à 2008. Depuis 1993, il est député du Rhône et a d’ores et déjà annoncé qu’il ne briguerait pas un nouveau mandat. C’est donc un homme plus libre que jamais qui décide, une fois de plus, d’interpeler l’ensemble de la classe politique et au-delà l’ensemble des Français sur la situation de nos banlieues et plus particulièrement des quartiers difficiles comme celui des Minguettes qu’il n’hésite pas à qualifier de ghettos de l... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
Bazart
  29 février 2012
Une fois n'est pas coutume, ce n'est pas un roman mais un essai que j'ai choisi de lire dans le cadre de l'opération Masse Critique proposé par le site Babelio. Pour corser le tout, l'essai en question s'avère être un document à forte connotation politique puisqu'il est écrit par un élu communiste, ancien maire d'une ville que je connais bien, Vénissieux, agglomération limitrophe de Lyon.
Pourquoi Vénissieux? Car c'est ici que le 16 juillet 1981, ont été photographiées les premières voitures en feu. Sous le joli nom d'"étés chauds des Minguettes", débutait ce jour-là sans qu'on le comprenne bien, la crise des banlieues qui a pris l'ampleur que l'on sait.
André Gerin fut Maire de Vénissieux de 1985 à 2008. Depuis 1993, il est député du Rhône et a d'ores et déjà annoncé qu'il ne briguerait pas un nouveau mandat. C'est donc un homme plus libre que jamais qui décide d'interpeler l'ensemble de la classe politique et au-delà l'ensemble des Français sur la situation de nos banlieues et plus particulièrement des quartiers difficiles comme celui des Minguettes qu'il n'hésite pas à qualifier de "Ghettos de la République".
Dans ce livre, André Gerin raconte sans fard la vie des quartiers au quotidien ; il décrit la violence, l'économie parallèle, la place prise par les fondamentalistes musulmans, les difficultés d'intégration et la misère. Il parle de son expérience, de la politique qu'il mène, du rôle des maires et de leur manque de moyens. Au risque de choquer son camp politique, il explique comment la réalité l'a conduit à changer son rapport à la police et à faire de la sécurité sa priorité. Il fut l'un des premiers à comprendre que la gauche devait prendre cette question à bras-le-corps faute de quoi, elle verrait - et tout particulièrement le PC - une partie significative de son électorat déserter les urnes ou se déporter vers le Front national.
Cinq ans après la première parution de ce livre, et à la veille des prochaines élections présidentielles, André Gerin veut de nouveau tirer la sonnette d'alarme. Depuis 2007, rien n'a été fait. Et c'est avec une certaine amertume que l'auteur constate que ce qu'il écrivait il y a cinq ans est plus que jamais d'actualité et qu'il est urgent de mettre en oeuvre les solutions qu'il préconise.
Pire, sous l'oeil indifférent de responsables politiques qui ont toujours mieux à faire et plus urgent à traiter, la situation s'est dégradée.
Dans son livre qui vire parfois au programme politique (alors même qu'il a cessé toutes fonctions électives), André Gerin propose un certain nombre mesures pour en finir avec les ghettos ( raccompagnement des enfants de moins de 12 ans après 22 heures chez leurs parents ; création d'un service civique obligatoire pour les garçons et filles de 16 à 21 ans, rétablissement de la police nationale de proximité...)
Gérin souligne également le développement inquiétant d'un islam radical qui, nourri par la misère et le désespoir, s'épanouit et impose ses lois dans ces espaces abandonnés par la République. Sur cette question de la laïcité qui est au coeur du pacte républicain, André Gerin, qui a présidé la commission parlementaire sur le port du voile intégral en public, se veut sans indulgence.
André Gerin affirme qu'il faut « oser parler de l'islam et de l'immigration sans donner dans la naïveté, ni dans l'hostilité », pour mieux défendre les valeurs républicaines et laïques contre l'électoralisme du Front National et contre « les gourous islamistes intégristes »
Les Ghettos de la république est donc une lecture passionnante à lire, même si pas toujours trés confortable pour l'homme de gauche que je suis, car elle va assez proondément à l'encontre du clivage classique gauche droite et de certaines valeurs habituellement défendues par la Gauche.
Si je n'ai pas toujours été d'accord avec les propos de son auteur ( sur les mesures qu'il propose, comme le service civique obligatoire, mesure totalement superflue à mes yeux), le fait qu'il connaisse parfaitement le terrain, contrairement à d'autres élus qui s'approprient le thème sans avoir les mains dans le cambouis, lui confère forcément une légitimité que nul ne peut ignorer.
Même si je ne pense pas que ce livre sera un document essentiel de la campagne qui s'annonce- le sujet des banlieues semblant être complètement ignoré par l'ensemble des candidats à la présidentielle- la prise de conscience d'André Gerin mérite d'être saluée.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
benjamin2010
  09 mars 2012
En cette période d'élection présidentielle qui approche un grand pas, j'avoue avoir été contente de lire ce livre, qui aborde un sujet très important. Et en tout cas plus important que ceux évoqués actuellement (ah !!!!! la viande halal, les cartes vitales biométriques qui rebouchent le trou de la Sécu,....) : à savoir la politique de la ville, le délaissement des banlieues, la misère de ses habitants, la montée de l'islamisme radical,...
L'auteur, ancien maire communiste de Vénissieux, commence tout d'abord par retracer son propre parcours. Et là, j'avoue que je me suis dit que ça commençait mal... Je n'avais pas envie de voir encore un de ces politiques "moi j'ai fait ci, moi j'ai fait ça", qui propose des remèdes miracles ("un plan espoir-banlieue", il est passé où celui-là ?).
Ce que j'attendais : une réelle analyse de ce qui se passe dans ces quartiers, et une ébauche de propositions réalistes, que l'on soit d'accord avec ou pas.
Et cette partie, je l'ai trouvée effectivement. J'ai beaucoup apprécié son point de vue, son regard sur les quartiers de sa ville. Des thèmes importants sont évoqués comme la place de l'école, le rôle des forces de police, l'économie souterraine et la laïcité.
Pour finir, André Gerin conclue sur ses propositions à lui pour sortir de ces ghettos et leurs habitants de la misère. 13 propositions plutôt intéressantes (même si certaines ne "mangent pas de pain" comme l'instauration de ce référendum d'initiative populaire). Mais qui selon moi auraient mérité d'être un peu plus développées (coût, partenariats mis en place, effets visés...)
Ce livre est donc intéressant à lire, rehausse le niveau des thèmes actuels, et a le mérite d'ouvrir le débat sur un thème trop souvent brandi puis mis de côté. (mais là, c'est mon côté travailleur social et citoyenne engagée qui parle...)
Merci à Babelio et aux Editions le Publieur pour ce livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
famillepiao
  24 février 2012
André Gerin, dans "Les guettos de la République, encore et toujours" nous livre sa vision de la crise des banlieues réactualisée après son premier opus écrit en 2006. Avec le sens du réalisme et fort de son expérience de maire durant vingt-trois ans à Vénissieux, c'est un portrait des plus objectifs et sans concession du climat social et humain dans ces quartiers dits "sensibles". Si la toute première partie du livre, lorsqu'il dépeint sa propre ascenssion politique peut paraître pompeuse à juste titre, la suite est un véritable délice pour ceux ou celles qui souhaitent s'immerger dans le quotidien d'une grande cité comme celle des Minguettes dans la banlieue lyonnaise. André Gerin explique comment face à l'insecurité grandissante dans sa propre ville, lui le communiste syndicaliste de base s'est fait le représentant d'une politique "sécuritaire" faisant parfois fi de ses convictions initiales et se mettant souvent la gouvernance du parti communiste à dos. Il exprime son désarroi de maire et sa solitude parfois face aux montées de violence subies par ses habitants, son impuissance aussi. La montée de l'intégrisme islamique, l'économie parallèle (racket, traffic de drogue...), l'immigration incontrôlée...l'ancien maire a vécu ces travers de notre société sur le terrain et essaie d'y apporter ses solutions, conscient d'être bien éloigné de l'oligarchie politique parisienne. Ce livre est intéressant à plus d'un titre. Non pas parce qu'il nous apprend beaucoup de choses nouvelles. Quiconque soucieux de ce qui se passe dans le pays et suivant l'actualité a conscience de ces problèmes, mais la vision d'un homme de terrain ayant vécu 23 ans d'évolution de nos cités est un témoignage dont il serait dommage de se passer. D'antant plus que l'auteur n'entre à aucun moment dans des débats politiques. Son livre est une oeuvre sociale et humaine...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
autres livres classés : parti communisteVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr