AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070393607
Éditeur : Gallimard (03/11/1995)

Note moyenne : 4.07/5 (sur 36 notes)
Résumé :
Autour de Prokop Poupa, professeur de littérature réduit à l'état de balayeur dans les rues de Prague, évoluent quelques hommes et femmes marginalisés par la dissidence. Chacun, par dérision, imagine qu'un dieu Lare veille sur lui. L'un le situe dans sa cuisine, un autre sur le balcon, au grenier ou à la cave  ; Prokop, lui, place son dieu Lare dans les cabinets qui deviennent un haut lieu de lecture, de méditation et de doutes.
Arrive la révolution. Certains... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
LiliGalipette
  29 mai 2017
À Prague, au gré de purges, Prokop Poupa est passé d'homme de lettres à homme de ménage. Peu sociable et ravi de rester dans son tout petit appartement, Prokop est surtout heureux dans ses toilettes, minuscule réduit dont il est le dieu tutélaire. « Depuis toujours en effet, Prokop aimait user de ses toilettes comme d'un isoloir et d'un cabinet de lecture. » (p. 21) Mais il est impossible de prétendre vivre si on ne sort pas de ses limites. Tout change quand son jeune fils quitte Prague pour l'Angleterre avec sa seconde épouse. La solitude et le sentiment d'abandon croissent. Prokop évoque alors les figures féminines qui n'ont fait que passer dans sa vie, le laissant toujours plus seul et désespéré : sa mère infatigable jusqu'au bout, sa soeur morte par amour, sa première épouse délaissée et sa deuxième femme qui lui a brisé le coeur. « On ne meurt pas si souvent de ses chagrins, de ses deuils, de ses échecs ou de ses hontes. On ne meurt jamais au moment voulu. On se relève en ahanant, un peu plus vieux et plus pesant, et on perdure tant bien que mal ; on ruse comme on peut pour redresser son coeur tout de guingois. Et on se dit que ça ira à défaut de pouvoir déclarer que ça va. On conjugue le présent au futur indéfini. » (p. 30) Avant de partir, son fils lui a offert la lune et Prokop contemple l'astre nocturne, l'interrogeant et cherchant la réponse à sa solitude. Il a des révélations esthétiques et mystiques, mais se découvre finalement non croyant, privé du réconfort de la foi et de la religion. « Prokop avait le coeur étale et l'âme pétrifiée par l'absence de Dieu. Pire que l'absence – l'inexistence. La grosse calebasse prokopienne sonnait le creux, sentait le fade et le moisi. […] Il y eut même des soirs où l'acidité de sa solitude se fit si aiguë qu'il eut la sensation de mordre dans la mort, de mâcher du néant. » (p. 125 et 126)
Il y a de sublimes pages sur le supplice du Christ et la valeur des larmes. Sylvie Germain parle avec talent et tendresse des esseulés, des perdus et des tristes qui sont violemment confrontés à l'immensité du monde et de l'existence. « L'immensité est si vivement enclose en notre finitude, ses houles y sont si fortes, et si lancinants les chants montés de ses confins, qu'il nous faut bien, vaille que vaille, lui faire en nous une place, lui accorder quelque attention. Cette immensité qui gémit sous le poids de notre paresse d'esprit, de notre avarice de coeur, qui mugit à l'étroit dans notre finitude, est peut-être un appel vers plus qu'elle-même encore, une invitation pour des dérives à l'infini, du côté de l'éternité, par-delà les ténèbres. Il se peut. Quoi qu'il en soit viendra un jour où cette immensité brisera en nous ses amarres et nous emportera. Peu importe la destination, Dieu ou néant ; c'en est assez que les amarres soient vouées à se rompre. » (p. 135)
Avec deux récits enchâssés, Immensités n'en finit pas de s'étendre et de se déployer. On croise une jeune fille adorée et un chien, fidèle compagnon de toute une vie. du réalisme magique à l'absurde, en passant par l'essai métaphysique et le conte philosophique, Sylvie Germain offre ici un très court roman bien plus grand qu'il n'y paraît.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
meyeleb
  19 août 2012
Brimé par le régime communiste, Prokop passe d'un poste enviable de professeur de Lettres à celui de balayeur. Tandis que gronde au dehors ce qui sera la Révolution de Velours, Prokop vit intérieurement les questionnements d'un homme au carrefour de sa vie. Ses enfants grandissent, sa femme l'a quitté, le voici seul à réfléchir au sens de sa vie, à ce qui mobilise la foi en l'homme. Quand certains croient en leur chien, d'autres en l'action politique, Prokop nous fait partager les petits riens que le fil du temps parsème sur son chemin.
Si cette histoire peut nous permettre de plonger dans l'exploration intime de certaines questions existentielles, elle n'a pas su me tenir en haleine comme dans d'autres romans de Sylvie Germain, et ce malgré sa belle écriture poétique.
Commenter  J’apprécie          103
moustafette
  16 janvier 2011
Prokop Poupa et ses amis dissidents, intellectuels comme lui, exercent des petits boulots à Prague. Prof de littérature, Prokop se voit assigné, par le régime communiste et à titre de représailles, à un poste de balayeur.
Divorcé et père de deux enfants, Prokop vit seul et s'accomode de son sort. En fait, il ne vit pas complètement seul, puisqu'il partage son logis et ses lectures avec son dieu Lare, sous l'égide duquel il médite et s'interroge sur tout et rien, la vie, la nature, les hommes et Dieu.
Prokop nous entaîne dans l'immensité de ses territoires intimes, sa mémoire, ses rêves et ses souffrances. Au risque de s'y perdre et de ne pouvoir, ni de vouloir, prendre le train de l'Histoire. Car la Révolution de Velours couve et les rues de Prague bruissent des revendications des manifestants. Prokop assiste aux événements comme dans un état second. Tout engoncé qu'il est dans ses doutes et sa dépression, il ne sait que faire de sa dignité enfin retrouvée et de cette nouvelle liberté pour laquelle y a lutté.
Pour ne pas sombrer définitivement et résister à la vague consumériste qui balaie le pays, il se raccrochera à la banalité des choses, un chemin de terre, des sculptures, un air de saxo ...
Un roman emprunt de mélancolie et qui colle bien au temps maussade qui plombe nos cieux. C'est donc ma seconde rencontre avec un héros germanien, et je suis encore surprise que celui-ci ne se soit pas suicidé avant la fin du livre ! Mais l'auteur est une désespérée optimiste qui sauve ses personnages grâce à une écriture sensuelle dont elle seule a le secret.

Lien : http://moustafette.canalblog..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (10) Voir plus Ajouter une citation
LiliGalipetteLiliGalipette   29 mai 2017
« L’immensité est si vivement enclose en notre finitude, ses houles y sont si fortes, et si lancinants les chants montés de ses confins, qu’il nous faut bien, vaille que vaille, lui faire en nous une place, lui accorder quelque attention. Cette immensité qui gémit sous le poids de notre paresse d’esprit, de notre avarice de cœur, qui mugit à l’étroit dans notre finitude, est peut-être un appel vers plus qu’elle-même encore, une invitation pour des dérives à l’infini, du côté de l’éternité, par-delà les ténèbres. Il se peut. Quoi qu’il en soit viendra un jour où cette immensité brisera en nous ses amarres et nous emportera. Peu importe la destination, Dieu ou néant ; c’en est assez que les amarres soient vouées à se rompre. » (p. 135)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
PasoaPasoa   27 mai 2018
L'immensité est si vivacement enclose en notre finitude, ses houles, y sont si fortes, et si lancinants les chants montés de ses confins, qu'il nous faut bien, vaille que vaille, lui faire en nous un peu de place, lui accorder quelque attention. Cette immensité qui gémit sous le poids de notre paresse d'esprit, de notre avarice de cœur, qui mugit à l'étroit dans notre finitude, est peut-être un appel vers plus qu'elle même encore, une invitation pour des dérives à l'infini , du côté de l'éternité, par-delà les ténèbres. Il se peut. Quoi qu'il en soit viendra un jour où cette immensité brisera en nous ses amarres et nous emportera. Peu importe la destination, Dieu ou néant ; c'en est assez que les amarres soient vouées à se rompre.

p. 194
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
PasoaPasoa   27 mai 2018
Accueillir, accepter, consentir : écouter le silence et scruter l'invisible, - tels sont les plus hauts actes de l'attention et de la conscience que doivent accomplir les vivants. Il faut renoncer à l'impatience, au désir de recevoir des signes, à la fébrilité des preuves. Il n'y a que des traces impalpables, disséminées de-ci de-là, et qui parfois affleurent, fugaces, à l'improviste au détour d'un instant. Des traces aussi discrètes que troublantes qui n'octroient aucune certitude, mais assignent sans fin à l'étonnement, au songe et à l'attente.

p. 193
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
mamiesuzmamiesuz   21 mai 2017
Aucun bouquet ne figurait dans sa série de natures mortes ; juste une fleur. Une pivoine à demi effeuillée; une bouteille de lait lui tenait lieu de vase. Cette bouteille n’avait pas été lavée, un dépôt crémeux en cernait le fond et une buée laiteuse opacifiait sa paroi. Ce vase de fortune paraissait être de fine porcelaine, ou même de nacre translucide, et les quelques pétales encore ouverts au bout de la tige glissée dans le goulot étaient d’une blancheur veloutée comme si la ige avait absorbé tout le lait et en avait nourri, coloré sa tendre fleur. Quand aux pétales chus, ils s’évaporaient presque sous le regard tant ils étaient légers, opalescents. C’était la fleur la plus onctueuse qui se puisse être, et son blanchoiement était rehaussé par des volutes d’ombre qui s’enroulaient à l’entour.
La pivoine vue par Jonas exhalait moins un parfum qu’un souffle, un souffle d’âme végétale. Le souffle d’un être qui consent à la perte de sa force et de sa beauté, qui a renoncé à tout pour ne plus habiter que la grâce de l’oubli de soi, du don de so, dans l’inconnu, le silence, l’absence , c’était la fleur la plus humble , la plus patiente qui se puisse voir ; une oraison de fleur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
moustafettemoustafette   16 janvier 2011
Ce fut un choc, une sensation physique; ce qui était écrit avec une si belle densité venait, dans l'instant même de la lecture, de se matérialiser. Chaque mot se faisait grain de pluie, de soleil, de vent, se faisait fleur, fleur de rocaille, lichen et lierre. Et ces mots végétaux, minéraux, granuleux, lui emplissaient la bouche, lui fondaient dans la gorge
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Sylvie Germain (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Germain
La peur de l'échec vous paralyse et vous empêche d'avancer ? Un peu de courage ! C'est dans "Le vent reprend ses tours" de Sylvie Germain que l'on en puise, comme nous le prouvent Héloïse Goy et Tatiana Lenté, autrices du livre "Bibliothérapie" paru aux éditions Hachette Pratique.
En savoir plus sur "Bibliothérapie : 500 livres qui réenchantent la vie" ? http://bit.ly/Bibliotherapie-500-livres
autres livres classés : pragueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sylvie Germain

Née à Châteauroux en ?

1934
1944
1954
1964

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvie GermainCréer un quiz sur ce livre