AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2226172793
Éditeur : Albin Michel (25/04/2006)

Note moyenne : 4.06/5 (sur 16 notes)
Résumé :

Il est des moments innombrables où Dieu se tait. Où le cri de l'homme se heurte au silence, renvoyé par l'implacable écho. De ce silence de Dieu, de cette absence d'amour, notre siècle porte les stigmates avec sa cohorte de charniers et génocides. Toujours à reprendre, le cri de Job révolté devant la souffrance et la banalité du mal demeure d'actualité. C'est le point de départ de cette belle m&#... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
si-bemol
  07 août 2018
"Il est des moments innombrables où Dieu se tait. Où le cri de l'homme se heurte au silence, renvoyé par l'implacable écho."
A ce questionnement spirituel si souvent, si douloureusement posé, du "silence de Dieu" face à la souffrance, l'injustice et la barbarie, Sylvie Germain répond à son tour avec "Les échos du silence".
Dans ce petit texte d'une centaine de pages elle nous entraîne, dans cette langue inspirée et superbe qui est la sienne, au fil d'une méditation incandescente où l'on croise Job, Elie, Jésus, Thérèse de Lisieux, Etty Hillesum ou le roi Lear, dans une démonstration à l'issue de laquelle se trouve renversée la proposition initiale de l'absence de Dieu et de son silence en un cheminement de haute spiritualité à l'écoute de Dieu DANS le silence...
Car "Dieu mendie sa demeure dans l'esprit des hommes. Mais parce qu'il mendie comme les plus pauvres parmi les pauvres, sans faire spectacle, sans haranguer et encore moins invectiver, rares sont ceux qui le perçoivent ainsi enfoui dans un obscur recoin de leur être. Or c'est pourtant du fond de ce sombre réduit qu'irradie la lumière, et sourd le chant de fin silence."
Que de fulgurances, que de profondeur, que de pépites et que de beauté dans ce livre que j'ai quitté avec regrets, reconnaissante et bouleversée !
Un livre important. A lire. Tout simplement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          325
LiliGalipette
  05 avril 2017
Le monde va mal. Depuis des millénaires, l'homme agonise entre guerres et génocides. Il crie vers le Seigneur, mais rarement, très rarement, ce dernier répond. « Comment pourraient-ils savoir où va la gloire de Dieu quand la pitié de celui-ci ne s'est jamais manifestée à eux aux heures les plus vides et esseulées de leur souffrance ? » (p. 18) de ce silence étourdissant, l'homme tire diverses conclusions. Soit qu'il n'est pas digne d'entendre la parole de Dieu. Soit que Dieu ne se préoccupe pas de lui. Soit que Dieu n'a pas les moyens de lui répondre favorablement. Soit que Dieu n'existe pas. « Ça suffit, ce silence a tant duré qu'il ne peut qu'être la preuve de l'inexistence de Dieu – la signature acide du néant. » (p. 21) Comme Job qui crie au désert, révolté et injuste dans ses adresses au Dieu muet, l'homme exige des réponses et des preuves au lieu de se laisser envahir par le silence qui est le témoignage absolu de l'amour de Dieu.
Oser le silence, c'est oser la foi la plus pure. Accepter que le silence est à la fois la réponse et le message demande du courage, mais c'est ainsi que l'homme peut vraiment approcher de Dieu. « Se risquer dans une voie qui consent au silence sans le sommer de se briser ; sans le clore sous vide définitif. Une voie de pure errance dans le désert en expansion dans ce silence même. » (p. 26) C'est dans un murmure que Dieu est le plus loquace. S'il se tait, c'est qu'il s'est retiré du monde qu'il a créé, qu'il l'a confié aux hommes et n'attend désormais que leur amour. Pas leur reconnaissance ou leur gratitude : seulement leur amour, sans déclaration enflammée, ni hauts faits d'armes. L'amour vrai se niche dans le silence. « C'est pourquoi, alors même que son Verbe s'est incarné et exprimé à voix d'homme vivant temporel, à voix d'homme souffrant, Dieu continue à s'évaser en silence tout autour de ce Verbe fait chair. » (p. 63) Finalement, quand les hommes se désespèrent d'entendre Dieu, c'est Dieu qui les écoute, non pas mutique, mais muet par amour. Et son silence dit beaucoup à celui qui prête l'oreille du coeur et de la foi, sans impatience ni exigence. « C'est pourquoi il faut indéfiniment se remettre à l'écoute du silence de Dieu, envers et malgré tout. » (p. 98)
Moins de cent pages d'une beauté profonde, d'une prose presque poétique et affolante, d'une voix vibrante, d'un message puissant. Moins de cent pages qui appellent au silence, à la méditation, à la contemplation, au voyage intérieur et spirituel. Moins de cent pages légères comme un soupir et fortes comme un coup de tonnerre. Nourrie d'extraits de la Bible, de poésies de Paul Celan, de textes de Simone Weil, d'Etty Hillesum, de William Shakespeare et de Thérèse de Lisieux, cette réflexion n'assène aucune réponse. Elle tente une interprétation du silence millénaire de Dieu. Sylvie Germain ne lit pas entre les lignes, mais entre les non-dits qui ne sont pas un refus de communiquer, mais une invitation à croire, à aimer et à progresser sur le chemin de la foi.
Je suis une nouvelle fois éblouie par la façon dont Sylvie Germain parle de la Bible et par la façon dont elle propose de la vivre aujourd'hui. Déjà, avec Mourir un peu, elle m'avait donné l'impression d'être une nouvelle figure parmi les pères de l'Église. Sentiment renouvelé ici avec cet appel au silence, à l'oraison intérieure et au cri d'amour muet. La dédicace aux sept moines de Notre-Dame de l'Atlas est appropriée et résonne longuement. J'ai récemment vu le film Des dieux et des hommes : la beauté et la valeur du silence ne sauraient être rompues par les cris de haine, seulement renforcées et rehaussées de gloire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          140
CraboBonn
  29 décembre 2012
La question de "Dieu et de la souffrance" hante beaucoup de livres de Sylvie Germain. Elle pose ici ouvertement ces questionnements et pistes de réponse.
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (14) Voir plus Ajouter une citation
si-bemolsi-bemol   07 août 2018
Dieu mendie sa demeure dans l'esprit des hommes. Mais parce qu'il mendie comme les plus pauvres parmi les pauvres, sans faire spectacle, sans haranguer et encore moins invectiver, rares sont ceux qui le perçoivent ainsi enfoui dans un obscur recoin de leur être.
Or c'est pourtant du fond de ce sombre réduit qu'irradie la lumière, et sourd le chant de fin silence.
Commenter  J’apprécie          170
si-bemolsi-bemol   06 août 2018
Tout intégrisme hait le mouvement, l'ombre, l'errance et le silence ; le fanatisme exècre l'étonnement et l'inquiétude de la pensée, le mystère et l'inachevé. Il leur faut du robuste, du tranché net et de l'immuable. ils ont besoin, par indigence d'âme et d'esprit, d'un prêt-à-croire bien ourlé et boutonné, garanti pure vérité, doublé haine et le tout amidonné de bonne conscience.
Commenter  J’apprécie          120
si-bemolsi-bemol   07 août 2018
Dieu offre la terre comme un lieu de passage, de lente et attentive pérégrination, la vie comme un travail de l'esprit ayant à faire mémoire, à se soucier de sens et de valeur, le temps comme une oeuvre de l'âme ayant à s'enfanter.
Commenter  J’apprécie          110
si-bemolsi-bemol   06 août 2018
Si l'on veut faire l'expérience du silence il convient de se tenir face au tabernacle vide, dans la nuit noire et muette du Jeudi saint, et, même si l'on n'y comprend rien, veiller avec le Christ au mont des Oliviers - mont singulier où ne s'opère aucune épiphanie, nulle révélation ni transfiguration, mais où se condense l'absolu du silence.
Commenter  J’apprécie          40
LiliGalipetteLiliGalipette   05 avril 2017
« Comment pourraient-ils savoir où va la gloire de Dieu quand la pitié de celui-ci ne s’est jamais manifestée à eux aux heures les plus vides et esseulées de leur souffrance ? » (p. 18)
Commenter  J’apprécie          70
Videos de Sylvie Germain (21) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Sylvie Germain
La peur de l'échec vous paralyse et vous empêche d'avancer ? Un peu de courage ! C'est dans "Le vent reprend ses tours" de Sylvie Germain que l'on en puise, comme nous le prouvent Héloïse Goy et Tatiana Lenté, autrices du livre "Bibliothérapie" paru aux éditions Hachette Pratique.
En savoir plus sur "Bibliothérapie : 500 livres qui réenchantent la vie" ? http://bit.ly/Bibliotherapie-500-livres
autres livres classés : Dieu cachéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Sylvie Germain

Née à Châteauroux en ?

1934
1944
1954
1964

10 questions
19 lecteurs ont répondu
Thème : Sylvie GermainCréer un quiz sur ce livre