AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9781091189126
Éditeur : la clé à molette (08/10/2016)

Note moyenne : 4.6/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Courir à l’aube est un récit d’après l’Apocalypse, quelle que soit la forme de celle-ci.
D’une écriture d’une densité surprenante, ce récit ou roman impressionne par sa force et sa puissance évocatrice, tout en reprenant des thèmes transversaux à l’œuvre chez Frédérique Germanaud, dans un imaginaire qui parvient sans difficulté à se renouveler en prenant de l’ampleur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
EvlyneLeraut
  20 août 2017
L'écriture de « Courir à l'aube » est une plume qui vole au vent. Aérienne, volontaire, transcendante, elle transperce les flots des nuages et immortalise le mot en magie verbale. « Je sais qu'il n'y a aucun ordre à espérer du monde et qu'il est inutile de se hâter ou de tenter de rebrousser son chemin. »Cette rareté accentue la beauté jusqu'au paroxysme de ses splendeurs. On est en vie dans ce récit qui ose la contemporanéité jusqu'au bout de chaque point magnifié. On devient osmose avec la narratrice qui cherche l'issue après les bouleversements quasi métaphysiques du monde. Elle se tient malgré tout dans cette assise où le mot devient l'utile outil, levier lucide et porteur. Ce récit puissant, majeur, dévoré de douleurs et de gloire, est une aube en devenir. Il tient à lui seul les cartes pour oeuvrer à sa propre reconstruction. de convictions, de force, il touche du bout des doigts ce que la profondeur du mot consent à offrir lorsque l'on voit son reflet dans les myriades de l'intériorité. Bouleversant, « Courir à l'aube »de Frédérique Germanaud est une merveille née, du courage etde l'alliance au mot juste. « Il faut être apaisé pour souhaiter la nuit et le désordre de ses pensées. » Ce récit qui court à pas lents, puis vifs, qui creuse les sillons et efface toute trêve est une bataille contre les affres de la vie, contre les courants d'air et les disparitions qui donnent le vertige pour l'infini. Frédérique Germanaud sait. Son regard enchante cette écriture divine qui se multiplie en paraboles symboliquement belles. L'art est en filigrane, majestueux et grandiose. L'ère où l'oeuvre se métamorphose en poétique ferveur du don. En lice pour le Prix Hors Concours 2017 des librairies indépendantes, « Courir à l'aube » est un chef d'oeuvre magistral. Emouvant, pur, vrai, il devient la septième vague, l'unique, qui arrive après l'aube naissante. Une rédemption à ciel ouvert, une rareté littéraire, un partage unique pour le lecteur qui prend chaque mot en brassée livresque jusqu'à la fin de la course symbiose de vie. Ce roman, futur incontournable, est dans la cour des grands. Merci aux éditions « La clé à molette » pour la mise au monde de « Courir à l'aube ». Roman de haute voltige. A lire d'urgence
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
essirard
  17 octobre 2016
Courir à l'aube, Frédérique Germanaud, éditions La clé à molette octobre 2016
Le quatrième livre de Frédérique Germanaud vient de paraître et nous sommes entraînés une nouvelle fois dans son univers si particulier à la fois réaliste et onirique. Nous suivons le trajet d'une femme qui a survécu à une catastrophe et qui part en quête de ses souvenirs, de son avenir et d'elle-même à travers des moments forts du passé et des instants du présent. Qui est cette femme qui court le matin de bonne heure, qui dévale les escaliers à toute vitesse, à la limite de la chute, qui ramène des hommes inconnus à son domicile ? Courir à l'aube est sans doute une façon de se débarrasser de sa nuit. D'affronter le jour et les vicissitudes de l'existence avec énergie. Nous sommes emportés par cette force vitale qui anime la narratrice et malgré les accidents de parcours nous nous relevons comme elle, essayant d'oublier ou de dompter les souvenirs qui nous tourmentent.
A travers des correspondances subtiles, Frédérique Germanaud déroule son récit dans des chapitres qui semblent indépendants et tissent à la fin une trame cohérente pour donner un éclaircissement. A moins qu'il s'agisse d'une manoeuvre de diversion et d'une conclusion provisoire. Car il me paraît important de souligner le lien entretenu par la narratrice avec les livres précédents, non pas d'une manière évidente mais par une association de faits, de pensées qui relient Courir à l'aube aux autres livres. Il y a fort à parier que nous en saurons plus dans le cinquième volume. Une oeuvre se construit étage après étage, la maison est de plus en plus visible et les fondations sont solides.
J. Essirard
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
SophieLesBasBleus
  04 juin 2017
Je regrette infiniment, absolument, cette sensation frustrante d'être restée juste à la lisière du roman de Frédérique Germanaud, de n'avoir su y pénétrer totalement, m'y abandonner pleinement. Je le regrette d'autant plus que j'en ai aimé la force poétique et l'écriture qui joue superbement des contrastes entre limpidité cristalline et sombres méandres de l'histoire. Mais je me suis un peu égarée dans le foisonnement des interprétations possibles et les imbrications entre fantasmes et réalité. Sans doute eût-il fallu pour apprécier pleinement ma lecture une disponibilité dont je n'ai pas su disposer ? Une écriture remarquable, donc, qui est celle de la narratrice, femme isolée dans une ville post-apocalyptique, où elle hésite entre vivre et survivre. La narration est presque spiralaire, qui s'approche progressivement d'un désespoir personnel en même temps qu'elle s'éloigne de l'idée de catastrophe collective. Et si le thème essentiel était celui-là ? Une apocalypse individuelle qui transforme la vision du monde et la façon de s'y situer. le roman pourrait alors être lu comme la métaphore filée de la mort d'un amour et de ses conséquences destructrices sur l'existence d'une femme dont les seuls recours deviennent l'écriture et cette recherche de l'aube salvatrice qui lui permettrait de sortir des ténèbres du chagrin.
Habituellement, j'aime que les romans gardent une part de mystère, ne se livrent pas du premier coup, que les interprétations ne soient pas offertes d'emblée mais nécessitent une quête de la part du lecteur. Mais je n'ai pas su trouver les clés de "Courir à l'aube" et cela m'attriste comme un beau rendez-vous, plein de promesses, que j'aurais manqué par ma faute.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (1) Ajouter une citation
EvlyneLerautEvlyneLeraut   20 août 2017
Il faut être apaisé pour souhaiter la nuit et le désordre de ses pensées.
Commenter  J’apprécie          30

autres livres classés : apocalypseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Petit Pays

Comment s'appelle le père de Gabriel ?

Martin
Mathieu
Michel
Mohammed

50 questions
1314 lecteurs ont répondu
Thème : Petit pays de Gaël FayeCréer un quiz sur ce livre