AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782756096537
Éditeur : Delcourt (25/01/2017)

Note moyenne : 3.91/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Juillet 1913 : La Pieuvre envoie Gustave Babel abattre un homme, mais quand il arrive, ce dernier est déjà mort. Décembre 1913 : nouveau contrat, mais cette fois, l'homme se suicide sous ses yeux. 1914 : infiltré dans les rangs de l'armée allemande, Babel voit sa cible disparaître sous des tirs d'artillerie. Profondément déstabilisé, il va devoir affronter visions et cauchemars qui le mèneront tout droit à un passé enfoui et à son pire ennemi : L'Hypnotiseur.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Presence
  27 septembre 2018
Ce tome contient une histoire complète indépendante de toute autre. Il est paru en 2017, écrit, dessiné, encré, mis en couleurs par Gess qui a également réalisé le lettrage. Il commence par une page dense d'introduction (intitulée La pinacothèque de Babel), écrite par Serge Lehman, avec qui Gess a collaboré en particulier sur les séries La Brigade Chimérique (avec Fabrice Colin) et L'Oeil de la nuit. La bande dessinée se déroule sur 195 pages.
En 1925, en Argentine, un jeune garçon approche d'une belle demeure en passant par l'immense pelouse. Il toque à la porte, abat froidement celui qui vient lui ouvrir, avec une arme à feu, et s'enfuit en courant. Gustave Babel savait que ce jour viendrait car la Pieuvre n'abandonne jamais. Gisant allongé sur le sol, avec une tâche rouge s'élargissant sur sa poitrine, il s'étonne de ne pas avoir plus mal que ça. Il se rappelle la première fois qu'il a échappé à la Pieuvre : en juin 1913, alors qu'il se trouvait à proximité de Glasgow pour assassiner Paul Hughtington. En arrivant à l'adresse indiquée, il avait été accueilli par madame Hughtington qui lui avait appris que son mari était décédé 2 jours auparavant. Babel avait pris le chemin du retour, traversant la Manche à bord d'un paquebot où il lisait Les Fleurs du Mal (1857) de Charles Baudelaire. Sur le pont, il est abordé par Even le Flahec, un jeune garçon qui lui demande s'il ne veut pas épouser sa mère, plutôt que de les laisser retourner auprès d'un grand-père tyrannique et violent.
Ayant débarqué au Havre, Gustave Babel prend le train pour rentrer à Paris. Il s'endort dans son compartiment face à une mère de famille et ses enfants. Il fait un rêve étrange envoûtant dans lequel il est en passe de se marier avec la mère d'Even. Puis il tombe à l'eau avec Even, il voit sa promise morte noyée glissant vers le fond. Il prend Even à bras le corps et le remonte à la surface. Il avise un radeau vers lequel il se dirige. Il s'agit en fait du lit de mort de Paul Hughtington sur lequel il repose. Ils le mettent à la baille et s'installe au milieu des bougies qui reposent sur le lit. Babel voit passer un paquebot au loin avec une femme qui ne le voit pas. Il se réveille en sursaut et se fait dénoncer par la mère de famille au contrôleur, parce qu'il tient entre ses mains Les fleurs du mal, un livre mis à l'index. de retour à Paris, Gustave Babel flâne dans les rues de Paris pour reprendre contact avec les commerçants de son quartier. Il entend la voix de son ami Cyprien Boule en train de donner un cours. Il va saluer Mado, une prostituée avec qui il a grandi pendant l'enfance, à qui il a donné le surnom de Filoche, elle-même le surnommant Tatave. Enfin, il arrive dans le quartier de la Pieuvre et se présente devant ses commanditaires : la Bouche, le Nez, l'Oeil et l'Oreille. Ils lui confient un nouvel assassinat à accomplir.
Difficile de résister à l'attrait d'une bande dessinée bénéficiant d'une préface louangeuse de Serge Lehman, et réalisé par Gess, quand on a apprécié ses dessins un peu rugueux pour La brigade Chimérique, ou pour l'Oeil de la Nuit. S'il est coutumier de ces auteurs, le lecteur sait également qu'il devra se laisser emmener par la narration. Effectivement le premier chapitre a de quoi décontenancer. le personnage principal est mortellement touché dès la première page. le premier récit d'une mission de Babel est anti climatique car sa cible est déjà morte de mort naturelle. Pour couronner le tout, la séquence de rêves dure pendant 13 pages et lie de manière assez simple des éléments apparus dans les pages précédentes, comme si ce rêve était une déformation très premier degré de ce qui est arrivé à Gustave Babel. Dans ce premier chapitre, le plus étonnant réside dans la proposition d'Even le Flahec, d'épouser sa mère. L'histoire commence donc sur un double échec : la mort du personnage principal et son incapacité à mener à bien son assassinat, sans que cela ne relève de sa responsabilité ou de sa faute, ce qui est encore plus frustrant pour Babel et pour le lecteur.
Dans la forme, l'auteur établit également des caractéristiques très fortes qui peuvent nécessiter un temps d'adaptation pour le lecteur. Chacun des 6 chapitres s'ouvre avec quelques vers, selon toute vraisemblance de la main de Gess, car rien n'indique le contraire. En fonction de sa sensibilité, le lecteur peut lire ces vers au premier degré, et ne pas forcément y trouver un grand intérêt, ou il peut s'imprégner des images et des associations qu'ils charrient, et qui trouvent un écho dans chacun des chapitres. Ensuite, le lecteur se rend compte que les bordures de pages sont comme tachées par la couleur dominante lors des séquences de rêves, puis lors des séquences de souvenirs, comme si le passé imprégnait littéralement les pages que touche le lecteur. Ce qui peut sembler un simple artifice au départ finit par produire son effet, l'ambiance de la séquence déteignant sur les pages, jusqu'à les tacher. Gess utilise également les couleurs, en choisissant un ton majeur pour chaque séquence, et en le déclinant en nuances, ce qui donne à chaque scène une forte identité. Enfin toutes les séquences prennent comme personnage central Gustave Babel, et s'accompagnent pour plus de la moitié de son monologue intérieur. Une fois qu'il s'est adapté aux caractéristiques de ce mode narratif, le lecteur prend conscience qu'il est puissamment immersif. Par exemple, passé le premier chapitre, il ne fait plus aucun doute dans son esprit, que Babel est le héros de cette histoire, au vu du sentiment qu'il éprouve pour lui, devenu totalement oublieux de son métier d'assassin pour une société du crime organisé.
Avec la première page, le lecteur voit que Gess détoure les formes avec un trait de contour présentant des irrégularités : les traits qui devraient être droits (pour la bâtisse par exemple) ne le sont pas et donnent l'impression d'être vaguement tremblotés. de la même manière, les contours des aplats de noir donnent parfois l'impression de taches, d'ombres portées un peu vagues et légèrement exagérées. Ce choix produit un léger décalage par rapport à une représentation géométriquement exacte, induisant que la perception de certains éléments, ou de petits détails est passée par le prisme déformant de la conscience. le lecteur en acquiert la certitude avec la chevelure de Gustave Babel. Celui-ci porte régulièrement un couvre-chef, de type chapeau melon. Or quand il ne porte pas ses cheveux sont dressés au-dessus de son crâne, sur une dizaine de centimètres, chevelure que le chapeau ne peut en aucun cas contenir. le lecteur associe ces prises de liberté par rapport à la réalité à des licences artistiques de type poétique. Pour l'essentiel, le lecteur plonge dans un monde décrit dans le détail, avec des personnages faciles à identifier. de séquence en séquence, Gess prend le temps de représenter la façade de la riche demeure en Argentine, la campagne écossaise avec ses moutons, le pont supérieur du paquebot, la gare Saint Lazare, les rues de Paris parcourues par Babel à son retour, la chambre de Mado où elle reçoit les michetons, les couloirs de l'asile où se rend Babel pour un boulot, la chambre personnelle de Babel à la Ferme (établissement au calme du côté de Saint Ouen, les rues du Caire, etc. Gess nourrit chaque endroit avec assez de détails pour que le lecteur puisse s'y projeter.
L'artiste a effectué un excellent casting pour concevoir l'apparence de ses personnages, que ce soit le visage lunaire et la silhouette dégingandée de Gustave Babel, le corps émacié de Mado, le beau visage de Beau Parleur, le corps nerveux et le visage farouche d'Even, le visage souriant et ridé de mère Sautran, ou encore la silhouette menaçante de l'Hypnotiseur. Régulièrement, le lecteur est envoûté par une case ou par une prise de vue remarquables. La première séquence de rêve se déroule dans l'élément liquide, baignant dans une couleur violette pour une sensation onirique prenante. le lecteur ressent de plein fouet le sentiment d'abandon quand la dame sur le pont ne s'aperçoit pas de la présence de Gustave. le lecteur détaille avec plaisir les petites cases montrant les rues de Paris avec ses façades, ses commerces et ses habitants, lors du retour de Babel à Paris. Quelques pages plus loin, Gess le place dans une étrange position de voyeur alors que Mado est en train d'effectuer une passe. Il voit son corps assez maigre, et la position très étrange de Babel sous le lit, pour une séquence aussi plausible qu'inimaginable. Lorsque Babel marche dans les rues du Caire, le lecteur est saisi par une sensation de chaleur, et de tension, des tueurs se dissimulant dans la foule, aux relents d'Indiana Jones, une référence bien assimilée et utilisée au profit du récit. À nouveau, il faut peut-être quelques pages pour s'habituer aux spécificités de la narration visuelle de Gess, mais une fois l'adaptation faite, le charme de ses pages opère à plein.
Avec la scène d'introduction et le premier contrat, le lecteur comprend qu'il a commencé un polar se déroulant au début du vingtième siècle, avec une reconstitution historique de bonne qualité. Avec le premier rêve, il ne sait pas trop sur quel pied danser. Avec l'arrivée à Paris, il comprend qu'il s'agit également d'un thriller dont il connaît déjà la fin, se déroulant dans le milieu du crime organisé. Avec le deuxième rêve, il ne sait plus trop quoi penser, car l'auteur installe un mystère relatif à la date du 24 février (on apprend plus tard l'année), ce qui va entraîner Gustav Babel dans une enquête. Avec la séquence de la passe de Mado, il se rend compte que Gess se place dans un registre réaliste, avec des individus contraints à une existence sordide, mais sans misérabilisme. Enfin il découvre qu'il y a un autre mystère : celui de l'identité de l'Hypnotiseur, et de sa relation passée avec Gustave Babel, dont les premiers indices se trouvent dans les rêves.
Qu'il ait lu ou non l'introduction de Serge Lehman, le lecteur prend également conscience que ce récit comporte aussi une dimension ésotérique combinée avec une forme de réalisme magique. Il y a bien sûr le don extraordinaire de Babel pour les langues, ce qui renvoie directement à son nom (c'est-à-dire une référence biblique), mais aussi les rêves qui donnent l'impression que l'inconscient de Babel s'exprime de manière quasi intelligible. Il faut encore mentionner le nom des 4 individus qui donnent les ordres de la Pieuvre à Babel : la Bouche, le Nez, l'Oeil, l'Oreille, soit 4 des 5 sens. le lecteur est tenté d'ajouter encore l'impossibilité pour Babel d'accomplir ses assassinats, et la manifestation ponctuelle de spectres. Il remarque également que l'auteur utilise quelques motifs visuels récurrents comme les stèles funéraires, mais aussi les bougies apparaissant aussi bien dans les rêves que dans la réalité. Il incite ainsi le lecteur à jouer à trouver et à établir des correspondances. En fonction de sa sensibilité, le lecteur peut y percevoir une dimension psychanalytique (peut-être que le prénom de Babel renvoie à celui de Jung ?), ainsi que des possibilités d'interprétations plus ésotériques. Il revient alors à l'introduction érudite de Serge Lehman pour y confronter ses impressions et profiter de son éclairage.
Finalement la couverture ne dit pas grand-chose du récit, et le lecteur ne sait pas trop à quoi s'attendre. Il découvre une intrigue bien ficelée, des mystères intrigants, des dessins riches et puissants, un personnage attachant malgré sa profession, des personnages secondaires étonnants, des rêves pas si simplistes que le premier ne le laisse supposer. Il est vite happé par l'ambiance de chaque scène, par le monologue intérieur de Gustave Babel, par son histoire personnelle, par son drame, par les résonances existentielles avec ses propres états d'âme.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
blandine5674
  17 juin 2017
Ambiance fascinante ! Un tueur qui aurait pu être crée par Jean-Patrick Manchette parce qu'il tue de sang froid sur commande. Il a quand même deux particularités : polyglotte et surtout un grand passionné des vers de Baudelaire. J'ai été attirée par la couverture originale de cette BD et la coloration des pages internes où le style n'est pas linaire. L'ouvrage démarre par Gustave Babel qui s'est pris une balle dans la peau. de son lit d'agonisant, il fera le bilan de sa vie. L'ambiance et les dessins du Paris de l'époque sont une pure merveille. Difficile d'exprimer pourquoi j'ai aimé, peut-être parce que cette sensation de chef d'oeuvre !
Commenter  J’apprécie          100
Arthore
  03 août 2020
Peut être parce que je n'ai commencé à m'approcher le monde de la BD qu'il y a 2 ans, je dois dire que cet album reste un ovni pour moi. Je l'ai pourtant repris par deux fois.
Autant Un destin de Trouveur a été un vrai régal, autant, La malédiction de Gustave Babel est aux antipodes...
Alors pourquoi mettre 2** Pour Baudelaire que le tueur affectionne tant, pour le souvenir de l'album précité.
Je relirai sûrement un jour cet album, mais il va assurément rejoindre ma bibliothèque pour un petit moment avant sa réouverture.
Commenter  J’apprécie          80
YvPol
  11 février 2017
Alors, alors, alors,... comment parler de ce roman graphique qui est étonnant, totalement barré, bizarre, beau, fort, loin de tout ce que j'ai pu lire en BD, qui part dans des délires oniriques et revient sur des contingences très terre à terre ? Tout d'abord, en ouvrant l'ouvrage, j'ai été surpris par le dessin qui n'est pas celui a priori que je préfère, mais au fil des pages, je change d'avis et deviens très amateur de ce trait. Ce qui joue en faveur de cette BD, c'est que son auteur use de différents styles, la classique avec phylactères, des cases avec un texte à côté, des grandes cases, des petites voire des toutes petites, rien n'est prévisible et j'adore ça. Les couleurs également changent en fonction des lieux, des périodes, du rêve ou de la réalité. Un coup colorées, un autre monochromes (sépia, jaunes, noires, bleues, marron, ...). Des références à foison, à la peinture, la littérature, le cinéma (il m'a semblé rencontrer un sosie de Depardieu). Et puis surtout de la poésie. Baudelaire traverse l'oeuvre de Gess du début à la fin. Des poèmes, notamment Une charogne, sont cités qui guident Gustave dans sa vie, l'aident à supporter ses absences de souvenirs.
Venons-en justement à Gustave Babel, tueur à gages de la Pieuvre, parlant toutes les langues du monde, c'est un don. Coup de cheveux improbable, faciès pas des plus attirants. Ce qui le tracasse c'est que ses premiers contrats sont morts avant qu'il n'arrive et qu'ils viennent le troubler dans ses rêves menés par un étrange Hypnotiseur. le début de la BD est déroutant et je me suis demandé ce qui m'avait pris de l'ouvrir. Mais la suite est excellente et si l'on se laisse porter, on va sans encombre jusqu'à la fin où tout s'explique. En revenant au début, après ma lecture, je me suis même demandé pourquoi j'avais eu ces hésitations.
J'ai passé un moment -assez long quand même (mais pas trop, au contraire), presque 200 pages- formidable et si je classe cette BD dans mes coups de coeur, c'est qu'elle m'a cueilli, m'a surpris ; j'adore qu'un auteur se joue de moi et parvienne à me surprendre. Tout est bath dans l'ouvrage, inattendu les dessins, le scénario. Sortez de l'ordinaire, lisez La malédiction de Gustave Babel.
Lien : http://www.lyvres.fr/
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
silverfab
  16 février 2017
Les années 20, Gustave Babel, ex-tueur à gages redoutable, vient d'être abattu dans sa retraite sud américaine. Alors que la vie s'échappe de son corps, il revoit en flashback son existence mouvementée, au service de la Pieuvre, mafia parisienne qui tire les ficelles du monde du crime.

A la suite de trois contrats où les victimes meurent avant que Babel n'ait pu les atteindre, ce dernier commence à tenter de remettre en place un passé sombre, fait d‘absences, de trous dans sa mémoire.
Ce qu'il y découvre dépasse tout ce qu'il aurait pu imaginer et vont le confronter à sa némésis, l'Hypnotiseur.

Cinq années Babel sera resté en « gestation », Gess, qui avait débuté la série pour le site 8comix a finalement pu achever son premier album solo, histoire passionnante et tentaculaire de près de 200 pages où l'on retrouve, outre le graphisme si particulier et original de l'auteur, quelques unes des thématiques qui parcouraient déjà ses précédents ouvrages, mais avec une vraie personnalité.

Habile mélange d'influences où l'on peut retrouver des réminiscences aussi bien des Enfants du Paradis que du Samourai, le tout saupoudré d'une touche bienvenue de fantastique, cette Malédiction est un bol d'air dans un paysage Franco-Belge quasi exsangue de sa surproduction d'oeuvre souvent formatées et interchangeables !
Et la B.O qui va bien: http://bobd.over-blog.com/2017/02/le-tour-de-babel/la-malediction-de-gustave-babell-vs.mabuse-inferno.html
Lien : http://bobd.over-blog.com/20..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50


critiques presse (2)
BDGest   24 février 2017
Dans une parfaite harmonie entre le fond et la forme, La malédiction de Gustave Babel constitue une œuvre rare et riche, bénéficiant qui plus est d’une édition de qualité.
Lire la critique sur le site : BDGest
BoDoi   23 février 2017
Gess signe sans doute son plus bel album jusqu’ici. Ambitieux, pointu, fascinant. De bout en bout. On en espère d’autres du même calibre.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Citations et extraits (13) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   27 septembre 2018
Je passe devant l'échoppe de monsieur Paul, le marchand de rendez-vous, avec sa file d'attente descendant jusqu'au bistrot d'Azoul le tatoué où les habitués sirotent leur café turc. Plus haut, je reconnais le son de la lame sur la pierre de José, le rémouleur du numéro 24. Au croisement de la rue de Londres, j'admire le panache des fumées des locomotives se mêlant aux nuages au 54, je croise le regard des sœurs Toeffner, préparant, comme toujours, la soupe aux choux des clients de leur pension. Je leur adresse un bonjour que, comme d'habitude, elles ne me rendent pas. En passant sous les fenêtres de l'école Saint-François-du-bon-présage, je souris en entendant la voix, de Cyprien Boule, surnommé le Maître Rouge.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
PresencePresence   28 septembre 2018
Trois contrats de suite, pas vraiment aboutis, ça frise la scoumoune. On comprend ta colère. Mais des employés qui qui ont des vapeurs, on n'en veut pas, c'est clair ?
Commenter  J’apprécie          30
PresencePresence   27 septembre 2018
Sa mort me perturbait certes. Mais pas plus qu'un commerçant ambulant qui, visitant un client, se rend compte que la concurrence est passée avant lui.
Commenter  J’apprécie          20
blandine5674blandine5674   17 juin 2017
Je regarde dans ma main et je compte trois. Trois rue de la voie du pont. Trois syllabes : Hugh, Ting, Ton. Trois balles dans mon arme. Trois pas jusqu'à la barrière. Trois plus courts pour la porte. Trois coups de cloche.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   27 septembre 2018
L'armée des malins : égorgeurs, voleurs, escrocs, pickpockets, maîtres chanteurs, assassins, comme moi-même. Tous aux ordres de la Pieuvre. Je connais ces hommes et ils savent qui je suis.
Commenter  J’apprécie          10

Lire un extrait
autres livres classés : belle epoqueVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
3892 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..