AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2702144373
Éditeur : Calmann-Lévy (03/01/2013)

Note moyenne : 3.21/5 (sur 14 notes)
Résumé :
Voici Henry, né trois mois trop tôt, au bord d’une route du Texas. Voici sa mère, Lillian, adolescente écervelée qui meurt en le mettant au monde. Voici Jack, son coureur de père qui l’initie à la métaphysique du sexe dès l’âge de cinq ans. Et puis Vivienne, l’infirmière zélée désespérément seule qui décide de le sauver. Enfin Lone Star Springs, petite bourgade sans histoire où l’on tient le héros télévisé des enfants pour l’Antéchrist lui-même. Henry grandira tant ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
viou1108
  08 mai 2014
Comment trouver le bonheur à Lone Star Springs, bled puritain du fin fond du Texas ?
C'est la question qui turlupine Henry depuis sa naissance. Faut avouer, il aurait pu mieux tomber : sa mère droguée et en plein déni de grossesse meurt en accouchant de lui prématurément. Son père Jack, qui court après toutes les paires de fesses « oscillant d'un mouvement pendulaire », est représentant de commerce, donc baratineur, ceci expliquant cela. Heureusement, un ange gardien, déguisé en infirmière de néonatologie et prénommé Vivienne, prend le petit Henry sous son aile, et emménage avec Jack, qui voue désormais une adoration sans bornes (sincère mais feinte, si vous voyez ce que je veux dire) à la nouvelle femme de sa vie.
Henry grandit dans ce foyer bancal, au milieu de personnages fantasques et un peu frappés. Jack meurt à 33 ans, et Vivienne s'amourache de Peggy, jeune femme abusée dans son enfance par son père pasteur, donc perturbée et excessive, cela expliquant ceci.
Devenu adulte, mais sans repères solides, Henry hésite, louvoie : qui aimer ? UNE femme ? LES femmes, comme son père ? D'échecs en déceptions, Henry est chaque fois abandonné par ceux qu'il aime, ou qu'il croit aimer, ceci expliquant peut-être cela.
Le roman illustre la difficulté, voire l'impossibilité de s'extraire de sa condition dans un contexte socioculturel étriqué, surtout en partant sur d'aussi mauvaises bases. le Rêve américain s'en prend encore une fois plein la tronche pour pas un cent. le tragique de l'histoire est ici atténué par un humour cynique, décalé et absurde, qui n'en accable que davantage sa galerie de personnages loosers pathétiques.
De là à comparer cet univers à celui d'Irving, il y a un gouffre que je ne franchirai pas : même s'il y a un vague air de parenté, Gethers est loin d'être aussi drôle, et ne maîtrise pas un récit confus, parsemé de digressions sans queue ni tête qui sentent parfois le remplissage.
A l'école d'Irving, le petit Eric Gethers n'en est qu'à la phase d'apprentissage. Mention sur le bulletin : peut mieux faire…

Lien : https://voyagesaufildespages..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          260
BidouilleB
  03 avril 2013
Si les bonnes étoiles existent, elles étaient aux abonnés absents pour Henry. Naitre dehors, sous la neige d'une mère qui nie votre existence jusqu'à ces derniers instants n'annonce pas une vie facile. Et c'est le cas, chaque fois qu'il semble trouver un équilibre, l'Univers ou bien Dieu le renvoie valdinguer loin de son confort émotionnel tout neuf.
Je ne m'étendrait pas sur tout les sales coups que joue la vie à Henry, se serait dommage que vous ne découvriez pas de vous même ses chutes, ses erreurs de jugements et ses mauvais choix.
J'ai du mal à écrire une critique de ce roman car je ne sais pas quoi en penser. Même si l'ensemble se tient, les enchainements sont souvent brouillons et difficiles à suivre. Entre réflexion quasi philosophique sur les liens au père, la place de la femme et du féminisme, la présence prégnante du sexe, la violence morale ou physique, on a du mal à comprendre où l'auteur veut en venir. La conclusion ne m'a pas donné d'éclairage.
Malgré cela, j'aime l'ambiance qu'il pose, ces personnages tordus qui vivent les uns près des autres dans une bourgade qui défend ce que les États-Unis ont de plus arbitraire et ultra-religieux, cette schizophrénie entre la défense d'une morale bien pensante et la triste ou sordide réalité de chacun une fois la porte close. Ce grand écart entre l'image et les faits.
Ainsi, tout n'est que mensonge et c'est ce qu'on attend d'une satire de la société américaine. .
J'ai passé un bon moment de lecture, chaque fois que Henry entame une nouvelle phase de vie, on s'attend à sa chute, on ne sait juste pas qui va le pousser en bas du ravin: sa mère adoptive? Son père? Sa femme? Ses chats? Ses voisins? Et malgré la lourdeur de certains passage, l'auteur nous tient grâce à ces situations absurdes qui nous emmènent plus loin dans le ratage d'une vie.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
Readingintherain
  08 janvier 2013
Un premier roman américain, ça fait toujours envie. Pourquoi plus qu'un premier roman français? A cause du fameux mythe du roman américain? Je pense que c'est plutôt une histoire de filtres. Un premier roman étranger, ça a passé tellement de filtres avant d'être traduit que forcément, c'est un poil meilleur. Tout simplement parce leurs premiers romans « moyens », voire même leurs romans « moyens », ceux qui encombrent les étagères de nos librairies, ben c'est tout simple on ne les voit pas, en France. Ils n'arrivent pas jusqu'à l'étape « traduction ». du coup, forcément, ça fait envie (enfin, comme toujours, ça dépend de l'éditeur, hein, mais bon). Les Baleines se baignent nues fut choisi à la fois pour son statut de premier roman, de roman américain, de roman au titre génial et de roman à la couv intéressante. Ça fait beaucoup, non?[...]
Lien : http://www.readingintherain...
Commenter  J’apprécie          70
sandrine1616
  19 avril 2014
Quelle claque ! Quel roman ! J'ai eu quelques difficultés à entrer dedans puis tout d'un coup je me suis retrouvé emportée dans ce monde dur et emplis de personnages marginaux, un peu fous mais si « vrais ». Ces personnages qui tentent désespérément d'être heureux, qui pensent approcher du bonheur et qui ne font que le frôler faute de bases solides. Un enfant né d'une femme qui ne voulait pas de lui et qui meurt en couches, un père plus que volage, une mère d'adoption perdue dans ses fantasmes et Peggy, qui m'a tant émue… Ce livre est dur et cynique mais d'une force rare qui m'a interpellée. Un coup de coeur !
Commenter  J’apprécie          10
Citations et extraits (47) Voir plus Ajouter une citation
viou1108viou1108   23 avril 2014
La religion ne méritait pas qu'on lui consacre autant de temps et d'efforts. D'accord, elle vous procurait une certaine tranquillité d'esprit, et il y avait bien quelques rengaines entraînantes là-dedans, mais au fond, ce n'était qu'une distraction pour des gens incapables d'accepter le fait que la vie n'était pas un prélude à quelque chose de mieux.
Les études aussi, c'était largement surfait. Jack avait lâché le lycée pour entrer dans l'armée, et ça n'avait strictement rien changé. Ce n'est pas parce qu'on va à l'école qu'on en sait davantage.
L'école ne vous enseignait pas à gérer les choses du quotidien, à faire montre de retenue ou à vendre des aspirateurs. Les gens les plus intelligents qu'il connaissait avaient été éduqués par la vie, pas dans une salle de classe. Qui plus est, tous les types instruits que Jack connaissait étaient ennuyeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          120
viou1108viou1108   24 avril 2014
Les enterrements sont une récompense, décidai-je, pour ceux dont la vie a été brutalement interrompue ou s'en est allée à vau-l'eau. Au fond, quand on y pense, c'est une récompense pour tout le monde. C'est l'une des rares manifestations où tout se déroule comme prévu. Personne ne se conduit mal. Les gens ne cachent pas leurs émotions et se montrent prévenants avec les autres. Si on allait à un enterrement tous les jours, le monde serait un lieu plus plaisant à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
viou1108viou1108   23 avril 2014
"Le meilleur rendez-vous qu'on puisse avoir, fiston, c'est quand tu dînes avec une fille et qu'elle te dit de ne rien commander avec de l'ail ou de l'oignon."
Même si je n'étais pas spécialement naïf pour mon âge, jamais je n'aurais pu anticiper son raisonnement.
"Ca donne un drôle de goût à ton sperme."
Commenter  J’apprécie          190
rkhettaouirkhettaoui   27 mars 2013
Je pardonne les gens toutes les semaines pour chaque péché capital et véniel. Pourquoi ? Parce que l’être humain est bourré de contradictions. Nous voulons vivre selon un idéal. Nous voulons bien faire, mais nous n’y arrivons pas toujours. Déchoir n’est pas seulement le centre de notre univers, c’est ce qui nous permet invariablement de distinguer le bien du mal. Être pasteur ne m’empêche pas de commettre des erreurs de jugement. Je suis un homme de Dieu, certes, mais je suis fait de chair et de sang.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
rkhettaouirkhettaoui   27 mars 2013
Malheureusement, l’amour ne triomphait pas toujours, et cette exaltation des sentiments était de courte durée. La femme regrettait bientôt de s’être livrée sans retenue ni censure, dévoilant ses faiblesses. Désormais, non seulement moi, mais le monde entier la voyait telle qu’elle était, chose qu’elle-même devait probablement éluder depuis le berceau. Elle me haïrait de l’avoir placée face à cette réalité-là. Il lui était bien plus facile de s’en prendre à moi, convaincue que sa confiance avait été trahie, sa dignité violée. À partir de là, elle pouvait reconstruire ses murs, les consolider avec tout le ciment, mortier et carnage émotionnel à sa disposition, pour se protéger d’un fait qu’elle avait miraculeusement occulté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Video de Eric Gethers (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Eric Gethers
Eric Gethers - Les Baleines se baignent nues .Eric Gethers vous présente son ouvrage "Les Baleines se baignent nues" aux éditions Calmann-Lévy. Traduit de l'anglais par Roxane Azimi. http://www.mollat.com/livres/gethers-eric-les-baleines-baignent-nues-9782702144374.html Notes de Musique : Amina Alaoui 11 Que fare?
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr




Quiz Voir plus

Dead or Alive ?

Harlan Coben

Alive (vivant)
Dead (mort)

20 questions
1222 lecteurs ont répondu
Thèmes : auteur américain , littérature américaine , états-unisCréer un quiz sur ce livre