AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Guy Goffette (Préfacier, etc.)Jacqueline Blancart-Cassou (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070416569
Éditeur : Gallimard (04/12/2002)

Note moyenne : 4.02/5 (sur 25 notes)
Résumé :

La Balade du Grand Macabre (1935), du grand écrivain d'origine flamande, est une farce foisonnante, truculente, fleurie, qui reprend un thème ancien, celui de la Mort en personne venue « se balader » sur terre pour faucher tous les vivants, et se laissant entraîner à boire au point de passer elle-même pour morte. C'est en Breugellande, pays de Bruegel, que se déroule l'aventure, et ce sont de joyeux drilles qui eniv... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Foxfire
  28 janvier 2020
Avant de tomber sur ce livre dans une bourse d'occasion le nom De Ghelderode m'était totalement inconnu. Pourtant ce dramaturge belge a connu une période de grand succès dans les années 50, ses oeuvres étant jouées aux 4 coins du monde. L'auteur semble être retombé dans l'oubli depuis. Ce n'est donc pas sa réputation qui m'a incitée à acquérir « la balade du grand macabre ». Ce sont le titre, la couverture et le résumé qui m'ont donnée envie de tenter l'expérience. Et l'idée de découvrir du théâtre belge me plaisait également. J'aurais voulu aimer cette pièce, mais malheureusement ma lecture me laisse des impressions mitigées.
« La balade du grand macabre » a indéniablement des qualités. Ghelderode a du style. La pièce est très bien écrite, il y a de belles trouvailles stylistiques et de savoureux néologismes. L'argument de la pièce avait de quoi me plaire. « La balade du grand macabre » raconte la venue dans la contrée de Bruegellande de Nekrozotar, l'incarnation de la Mort, venu provoquer l'apocalypse. Il, comme le veut la tradition flamande (et aussi la tradition Pratchettienne) la Mort est un Monsieur, va passer une journée éthyliquement chargée en compagnie de joyeux ivrognes. Hélas, je n'ai pas été séduite par la pièce De Ghelderode. Malgré son imagination et ses qualités d'écriture, « la balade du grand macabre » ne m'a pas fait passer un bon moment. A vrai dire, je me suis ennuyée. Je n'ai pas trouvé la pièce drôle, à peine m'a-t-elle arraché quelques sourires. Et j'avoue que je n'ai pas compris où l'auteur voulait m'emmener et finalement l'ensemble m'a paru assez creux. J'ai eu l'impression que ça ne racontait pas grand-chose.
Même si « la balade du grand macabre » n'est pas une mauvaise pièce, cette lecture a été pour moi une déception. Je suis peut-être passée à côté… Quoi qu'il en soit, si je ne regrette pas d'avoir fait preuve de curiosité en m'intéressant à Ghelderode, je ne lirai pas d'autres oeuvres de l'auteur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          324
Bruidelo
  11 septembre 2018
Il fut un temps où Breugellande - pays de Brueghel - était un vrai pays de Cocagne, où l'on n'avait d'autre souci que de soigner sa bedondaine, dormant, riant ou dansant, en attendant que les alouettes vous tombent rôties dans la bouche, ou que pleuvent des marrons glacés, près d'une fontaine de cidre ou d'hypocras. « Nul ne thésaurisait, ou ne besognait ou n'enviait son semblable. » Ce n'était qu'amour, paix et joie.
Mais hélas, cet Éden fut détruit par la secte des pédants et des voraces. Ne restent de cet âge d'or que des bouteilles à boire in memoriam.
Et voilà que Nekrozotar, le montreur de cataclysme, l'ordonnateur du Grand Raffût, le maître des asticots, chevauchant l'ivrogne Porprenaz, vient annoncer la fin du monde. Mais se pourrait-il que cette apocalypse farcesque et carnavalesque remette le monde à l'endroit en laissant les plus vilains mourir de male-rage à l'idée de leur anéantissement, libérant Breugellande de leur influence néfaste, laissant la place à ceux qui veulent se « conduire de sorte que les hommes de l'avenir ne pleurent autrement que de joie »?
J'ai aimé ce côté fable farcesque aux références picturales joliment exploitées. J'ai moins été emballée par le mélange des registres si souvent loué chez Ghelderode: le langage ampoulé des amants m'a ennuyé. Même dans le côté farcesque, tout n'est pas réussi: le troisième tableau qui présente Sire Goulave victime de ses ministres caricaturaux manque d'originalité et m'a un peu lassée à la lecture (ça peut sans doute être beaucoup plus drôle quand c'est joué). Mais dans l'ensemble, c'est une pièce intéressante.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          212
Pirouette0001
  01 mai 2016
Une des premières pièces de théâtre lue à l'école et vue en représentation. Spectacle inoubliable. Souvenir inextinguible de cette découverte qu'il existait, à côté de la littérature française, une littérature belge de tout grand niveau.
Comme l'histoire se passe en Breugellande, "het land van Breugel", le pays de Breugel, et bien le rythme et le souffle en sont dignes du peintre. C'est joyeux, soiffard, mais profond et interpellant aussi.
A découvrir si vous ne connaissez pas.
Commenter  J’apprécie          140
Laureneb
  17 juin 2019
Au Moyen-Âge, la danse de la Mort est un thème répandu dans les temps troublés, venant faucher les âmes. Mais ici, la Mort se "balade", vient sur Terre non semer la peur mais le burlesque.
Au niveau du style, j'ai beaucoup pensé à Ubu de Jarry : les personnages sont "hénaurmes", gros, gras, paillards, buveurs. Les deux politiciens, le Noir et Le Blanc, pourraient également conseiller Ubu. Salivaine qui bat son mari à coups de bâtons et de fouet, pourrait être également une Mère Ubu convaincante, ou se retrouver dans le Médecin malgré lui. Oui, humour de geste, humour de farce, burlesque se mêlent dans un esprit médiéval. D'ailleurs, on peut aussi convoquer Rabelais, puisque ce sont les soudards - sympathiques - qui survivent. Boire fait vivre, boire empêche de mourir... Enfin, si les amants peuvent sembler trop niais au départ, leur importance est révélée à la fin : ils apportent la poésie et l'espoir.
Commenter  J’apprécie          40
lehibook
  16 juin 2019
La fin du monde ! On nous la prédit assez , la voici , mais à l'ancienne avec comète , squelette et faux , mais aussi une fin du monde breughélienne ,gaillarde et forte en gueule , un carnaval de masques et , surtout , du jus de la treille ! Et que les pisse-froid finissent en enfer !
Commenter  J’apprécie          30
Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
wellibus2wellibus2   13 mars 2016
VIDEBOLLE. ---Alarme ! Il arrive, il est arrivé ! Qui ? Le fantasmagorant, le coupe-ficelles, le croque-vivants, le désossé, l'histrion des derniers jour, le montreur de cataclysmes, l'ordonnateur du Grand Raffût, le maître des asticots, le dégonfleur de panses, l'équarrisseur fatidique, l'étouffeur, le carbonisateur, le pulvérisateur, l'échaudeur, l'écorcheur, l'émusculateur, le broyeur...
Il vient celui que nul n'attend. Accourez, contemplez, admirez...On prend ses places...
A minuit le théâtre flambera, explosera, croulera, et rien ne sera plus grandiose !...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
gillgill   29 avril 2013
Transposition audacieuse de l'univers du peintre Breughel.
Les Flandres et leur truculence, un visionnaire se prenant pour "l'ange du mal", l'apparition d'une comète sont les ingrédients de cette fable féroce écrite en 1934 par le génial auteur belge de "Fastes d'Enfer" et de "La farce des ténébreux".
(extrait de "la bibliothèque idéale" présentée par Bernard Pivot et parue en 1988 aux éditions "Albin Michel")
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lehibooklehibook   16 juin 2019
Il arrive,il est arrivé!Qui? Le fantasmagorant,le coupe-ficelle,le croque-vivant,le désossé,l'histrion des derniers jours,le montreur de cataclysmes,l'ordonnateur du Grand Raffût,le maître des asticots,le dégonfleur des panses,l'équarisseur fatidique,,l'étouffeur,le carbonisateur,le pulvérisateur,l'échaudeur,l'écorcheur,l'émusculateur,le broyeur...Il vient celui que nul n'attend.
Commenter  J’apprécie          10
LaurenebLaureneb   17 juin 2019
BASILIQUET.
Dénombrons. Depuis que votre Altesse nous confia le pouvoir, nous n'avons créé que l'impôt sur les chauves, les chevelus, les gras, les maigres.
ASPIQUET.
La moutarde, les mélomanes, les myopes, les presbytes.
BASILIQUET.
Les femmes stériles, les géraniums, les bulles de savon.
ASPIQUET.
Les pipes en terre, les somnambules.
BASILIQUET.
Les idées noires.
ASPIQUET.
Les calembours.
GOULAVE.
Et le dernier venu ?
BASILIQUET.
Infaillible. Il s'agit d'une taxe sur l'air que l'on respire.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
LaurenebLaureneb   17 juin 2019
PORPRENAZ.
A son âge, il suffit d'oublier de respirer. Accordons que notre ami Nekrozotar mourut avec hauteur, je veux dire qu'il tomba de haut. Et puis quoi ? Il a tout froid son cul, c'est la loi. Le voilà sourd, muet, aveugle, paralytique, donc heureux. Enterrons, enterrons celui qui enterra.
Commenter  J’apprécie          00
Video de Michel de Ghelderode (1) Voir plusAjouter une vidéo

Les plages du Nord ; 7 : Ostende : Max Ernst, James Joyce, Michel de Ghelderode et Paul Delvaux
- à 1'30, Willy VAN DENBUSCH, directeur du Musée d'Art Moderne : parle de James ENSOR et de Constant PERMEKE, peintres d'Ostende et de la côte belge, enracinés en terre flamande, et évoque ses projets pour le Musée et le quartier populaire d'Ostende (au total 6'45) - à 10'15, Xavier TRICOT, historien d'art : évoque sa passion pour ENSOR (au total 4'10) - à 13'35, Norbert HOSTYN,...
Dans la catégorie : Littérature dramatiqueVoir plus
>Littérature (Belles-lettres)>Littérature des langues romanes. Littéraure française>Littérature dramatique (842)
autres livres classés : théâtreVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Titres d'oeuvres célèbres à compléter

Ce conte philosophique de Voltaire, paru à Genève en 1759, s'intitule : "Candide ou --------"

L'Ardeur
L'Optimisme

10 questions
567 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature française , roman , culture générale , théâtre , littérature , livresCréer un quiz sur ce livre