AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266152769
Éditeur : Pocket (11/05/2006)

Note moyenne : 3.6/5 (sur 454 notes)
Résumé :
Rome, avril 2005. Une archiviste du Grand Orient est assassinée lors d’une soirée à l’ambassade de France, suivant un rituel qui évoque la mort d’Hiram, fondateur légendaire de la franc-maçonnerie. À Jérusalem, un archéologue en possession d’une énigmatique pierre gravée subit un sort similaire.

Le commissaire Antoine Marcas, maître maçon, et son équipière, Jade Zewinski, qui abhorre les « frères », se trouvent confrontés aux tueurs implacables d’une ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (59) Voir plus Ajouter une critique
Hugo
  07 août 2018
Le rituel de l'ombre conviendrait bien…. « Mon dieu je m'en veux déjà »… à la suce-gestion d'un poignet bien affuté à cette frénésie délicieuse de la branlette, mais déjà moule-te-foi répétée, comme le va et vient solitaire qui suggère à mon avant-bras engourdi de tirer un peu moins sur la fainéantise de mes écrits qui se font de plus en plus rares, alors abandonnons la branlette, sujet ô combien bandant mais qui à la longue se fait courte, j'ai déjà développé la chose à écoeurer toutes les entres jambes plus ou moins gourmandes de ce site, alors que pouvons faire pour nous occuper le temps d'une critique ? qui n'a le mérite de raconter qu'un tas de rien à foutre dans ta gueule....
« arff désolé fallait que je termine …. »
Non le rituel de l'ombre c'est d'errer tel un souvenir sur le site, prendre le temps que je n'ai pas en ce moment pour flirter avec les écrits de chacun, le temps me manque, la fatigue après un échauffement hivernal s'est gentiment dit qu'il était temps de passer pro, le truc qui me sert de gosse, s'est quant à elle proclamée « pot de colle », et pas le genre de colle qui te poisse sur les doigts pour finalement fini au fond des chiottes…
Putain il fait chaud, c'est l'été, champion du mondeeeeeeee… Ouais on s'en branle je n'ai plus 16 ans, demain faut que je lève mon cul pour aller chagriner du mieux que je somnole… du taf à se burn-outer dans ce futile emploi qui paye les croquettes des chats… T'y rajoutes des extras pour des talents manuels qui peuvent rapporter gros, gigolo du bois sans les pipes, faut bien que je paye les vacances… Alors la lecture, je l'ai foutu sur la liste d'attente, d'abord faut que je bricole une bibliothèque pour moi dont l'idée s'est modélisée, et ce à moindre cout, je garde les coups pour toi, enfin avec consentement, là il fait trop chaud hein, on pourrait envisager un bâillement saugrenu qui viendrait se reposer langoureusement sur l'éternel mal en tendu qui m'obsède si souvent, du coup on pourrait rajouter la pipe dont je ne serai que le plus fidèle des spectateurs…

Alors je bricole par ci par là, plus les corvées quotidiennes de ma virilité envolée, le temps s'égrène lamentablement et je n'avance qu'à moitié, trainant des claquettes, un vieux short en guise de bof, manque plus que les chaussettes tirées jusqu'au mauvais gout et me voilà paré pour me gras-souiller le bide au feu du barbeuc qui suinte la bonne bouffe, le rosé coule à Anjou, je picole à gorge profonde, mais je m'arrête au Rosé, les reste appartient aux désirs de chacun… Ouais je suis un grand adepte du barbeuc, du jardin, des claquettes… Quicksilver les claquettes, je ne suis pas surfeur, mais plongeur alors bon faut rester sur la vague…
Les vacances s'approchent, la fin de semaine se profile, la clim est rentabilisée, le taf s'accumule et moi j'attends que Vendredi vienne m'embrasser, je vais la foutre en samedi et lui en mettre plein le dimanche, lundi c'est repos, et Mardi je décolle au septième ciel… Pourvu que l'avion soit à la hauteur de ma survie, sinon c'est la merde, parce que je serai mort, pas là pour voir ça, mais bon mes deux chats tout seul, la petite elle sera morte avec nous, et avant le drame je lui crierai quelques paniques comme quoi on va juste crever, les autres reprendront en coeur… M'enfin on n'en est pas encore là, j'espère pouvoir profiter du vin blanc pour imaginer une fin heureuse… Vous me direz…
Sinon le livre c'est Dans la lignée des "DAN BROWN"...C'est bien foutu si peu que vous soyez un adepte de ce genre de roman... ouais je n'ai jamais lu « Dan Brown » mais je m'en suis fait une idée quand les gens ont crié au génie, moi je n'ai jamais aimé Aladin donc j'ai pas cherché plus loin, vous voyez le genre quoi…
Bonne vacances les copains
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          334
Marple
  16 octobre 2014
Le rituel de l'ombre... Ça ne serait pas plutôt Colombo chez les francs-maçons ?
Soyons honnêtes, une fois de temps en temps, j'aime bien une petite touche d'ésotérisme dans un bon polar. Sauf que là, ce n'est pas une petite touche, c'est l'artillerie lourde de l'ésotérisme, avec sociétés secrètes neonazies, rituels maçonniques dévoyés et formule de fin du monde... et que finalement on n'apprend pas grand chose sur la franc-maçonnerie, hormis quelques détails folkloriques et le fait que ça aide le héros à se sentir apaisé... et que le polar en lui-même ne casse pas trois pattes à un canard (même un canard franc-maçon), très classique, pas trop crédible, axé essentiellement que la violence et le sexe...
Attention, je n'ai pas dit que la lecture était désagréable; au contraire, ça se lit facilement, le suspense est efficace et les personnages plutôt sympathiques, à part les méchants vraiment très méchants. Il ne me manquait que la mer, la chaise longue et le soda pour avoir une bonne lecture de vacances...
501 pages avec les annexes sur les francs-maçons, donc ça devrait pouvoir compter dans le challenge Pavés de Gwen21...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          413
SMadJ
  15 août 2014
Une bonne introduction à la maçonnerie, ses rites et ses us.
Un mystère à résoudre.
Une odyssée à travers les âges et le temps.
Une quête chimérique de la perfection
Et une poursuite sanglante.
Ouf j'ai tout dit car les deux auteurs ont tous mis :-)
Ce qui est bien ici c'est que, comme dans la vraie vie, celle de tous les jours, les protagonistes ne pensent qu'à envisager la baise dès qu'ils ou elles rencontrent un personnage de l'autre sexe. Ça rassurera tous les petits cochons et toutes les petites cochonnes. En même temps, me souffle-t-on, c'est écrit par deux mecs et en même temps, ça conclut jamais vraiment. Ah oui, comme dans la vraie vie alors.
Bon trêves de digressions car je vois vos yeux s'allumer et je ne veux pas être responsable de pensées coupables (ou pas :p). L'air des plages du Sud et de tous ces corps caramel dénudés sans doute. Oh mais je m'égare encore...
Pour en revenir au bouquin qui n'est pas qu'un bouquin de cochons, Giacometti et Ravenne nous scotchent dès le début avec une intrigue mystérieuse, interpellante et complexe. Ça fait du bien, des auteurs qui ne cherchent pas la facilité.
L'écriture est limpide, claire, simple mais pas simpliste. Journalistique et documentée. Point fort.
C'est rempli d'informations longues pour le profane et pas simple à ingurgiter. Ça fait chauffer les neurones. Et ça fait du bien. Car il faut réfléchir en plus de lire. Ouille ouille !!! Non, rassurez-vous, tout va bien se passer.
En revanche, si l'intrigue est palpitante dans les 2 premiers tiers - l'histoire se construit patiemment, trainasse un peu, nous enrichit d'informations, s'alanguit mais reste toujours passionnante - le dernier tiers accélère d'un coup et est trop vite expédié (mais non ça n'a pas de rapport avec un cochon précoce...)
La partie finale aurait mérité quelques largeurs de plus et d'étirer l'histoire. C'est pas tous les jours qu'on réclame un peu plus de pages, dis donc.
Un premier opus qui donne envie d'en savoir plus. Un premier opus prémices d'aventures et de révélations extraordinaires. Un premier opus hautement recommandable. 3/5
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          3110
Mestrale
  16 décembre 2013
Le rituel de l'ombre est le premier livre d'une série introduisant le personnage d'Antoine Marcas, commissaire de police et franc-maçon de son état. C'est donc une combinaison habile de thriller policier et de culture franc-maçonnique que l'on trouve dans ce livre : l'intrigue est bien sûr lié en partie aux francs-maçons et à un de leurs vieux ennemis, ce qui nous fait remonter le temps et découvrir l'histoire des "frères".
L'histoire est bien menée, les aspects érudits et ésotériques sont intéressants sans verser dans l'indigeste (trop d'érudition ralentit l'histoire et endort le elcteur) ou le rocambolesque (quelqu'un a dit "Da Vinci Code" ?) et surtout le personnage principal, même s'il n'est finalement pas si prépondérant que cela est bien développée avec une véritable personnalité, en dehors d'être un franc-maçon.
J'ai d'ailleurs bien aimé le stylé d'écriture qui nous fait passer du point de vue d'un personnage à un autre, les "gentils" comme les "méchants", les principaux comme les secondaires qui permet au lecteur de mieux appréhender toutes les facettes de l'histoire et donc d'être encore plus absorbée par l'intrigue.
Bref une première rencontre très positive avec ce commissaire que je pense continuer à suivre dans ses autres aventures selon les stocks disponibles dans ma bibiothèque la plus proche !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
Supermax
  15 février 2018
Voilà bientôt 10 ans que j'ai acheté ce livre et qu'il traîne dans ma bibliothèque, attendant sagement que je veuille bien me motiver à l'ouvrir enfin.
C'est maintenant chose faite. le voilà soulagé que je lui ai finalement porté de l'attention. Et moi au regret d'avoir repoussé ce moment si longtemps pour deux petites semaines de lecture.
Deux semaines durant lesquelles je ne me suis pas ennuyé avec le rituel de l'ombre.
Je m'attendais cependant à une intrigue plus conventionnelle comme on en trouve dans les polars, mais le livre n'est pas construit comme un polar. On y retrouve certes des éléments, tels les meurtres, ou un commissaire en charge de l'enquête de façon officieuse. Mais on se retrouve vite plongé dans un roman d'aventure fortement teinté d'ésotérisme.
La franc-maçonnerie est en effet largement abordée dans l'oeuvre. Cela m'a d'ailleurs beaucoup intéressé. C'est un univers que je ne connaissais que de loin, n'ayant jamais eu l'opportunité ou l'envie de m'y passionner. C'est aussi un domaine qui donne lieu à des théories de complots, des liens avec l'ésotérisme, comme tout regroupement de personnes incompris et donc mal jugé.
C'est aussi un besoin chez l'Homme de trouver des liens entre des événements importants de l'Histoire et une quelconque puissance supérieure, humaine ou non, qui aurait participé de près ou de loin aux dits événements. Et la franc-maçonnerie n'y échappe pas.
Les auteurs (un franc-maçon et un ancien journaliste ayant enquêté sur la franc-maçonnerie) connaissent leur sujet et ça sent l'authenticité et la rigueur dans les descriptions et l'évocation des tenues maçonniques ou des faits historiques. J'en ai appris beaucoup sur l'histoire de la franc-maçonnerie, ses origines, ses déviances, et aussi sur la société Thulé, ennemie des francs-maçons, dont les racines racistes ont inspiré l'idéologie nazie.
Mais trop d'étalage d'informations nuit au déroulement de l'histoire. Bien que toute cette documentation soit nécessaire pour cerner le cadre du roman, je m'attendais à davantage de récit d'aventures. Eric Giacometti et Jacques Ravenne remplissent trop de pages à évoquer l'Histoire de la maçonnerie, mais pas assez à raconter une histoire qui tienne en haleine de bout en bout.
Je n'ai pas ressenti d'ennui pour autant, mais j'aurais souhaité avoir davantage de suspens. le dosage n'est pas assez équilibré selon moi entre les descriptions des tenues maçonniques, le contenu historique/ésotérique et le récit d'aventures/thriller.
Je n'ai pas pu m'empêcher de penser au Da Vinci Code, de Dan Brown en lisant le résumé à l'époque où j'ai acheté ce livre. Les auteurs évitent fort heureusement le copié-collé, mais s'agissant de deux intrigues policières mélangées à l'ésotérisme, la comparaison se fait rapidement. Là où Dan Brown n'hésitait pas à embrouiller l'esprit du lecteur dans des faits historiques et ésotériques totalement inventés mais plausibles, Eric Giacometti et Jacques Ravenne se sont fait un devoir d'ancrer leur récit dans la réalité, tout en créant une intrigue fictive, ce qui le rend un peu moins haletant peut-être, mais plus réaliste.
J'ai apprécié les deux personnages principaux, Antoine Marcas, commissaire de police et franc-maçon, et Jade Zewinski, qui a une dent contre la franc-maçonnerie. Cela donne lieu à une relation de partenariat très tendue, qui s'apaise petit à petit au fil de l'histoire, sans tomber dans le cliché de la comédie sentimentale. Leur personnalité est bien construite, ils sont attachants et intéressants. Mais j'aurais apprécié de les voir collaborer plus encore dans leur enquête et leurs recherches, qu'ils doivent s'allier davantage dans leur périple et les épreuves.
Je lirai la suite des aventures d'Antoine Marcas, pas certain de retrouver le personnage de Jade. Je pense que dans les romans suivants, les auteurs allégeront les pages d'informations historiques sur la franc-maçonnerie, ce qui apportera moins de lourdeur au récit. A suivre dans le prochain épisode, mais cette fois je n'attendrai pas une décennie pour le lire…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Citations et extraits (46) Voir plus Ajouter une citation
collectifpolarcollectifpolar   10 décembre 2019
En 1944, il avait rejoint la brigade SS Frankreich, puis la division Charlemagne, et avait prêté serment de fidélité à Adolf Hitler. Sans le moindre état d’âme, d’autant qu’il avait reçu la bénédiction de Mgr Mayol de Lupé, l’aumônier français de la SS. Les paroles du prélat à la gueule de soudard restaient gravées dans sa mémoire :
Vous allez participer au combat contre le bolchevisme, contre le mal à l’état pur.
Très vite, il était devenu l’un des plus fanatiques officiers de la division, n’hésitant pas à exécuter froidement une vingtaine de prisonniers russes qui avaient eux-mêmes abattu cinq de ses hommes.
Son courage et sa dureté le firent remarquer par le général de la division Charlemagne, qui avait aussi pour tâche de repérer les éléments les plus sûrs dans les rangs des volontaires étrangers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
collectifpolarcollectifpolar   10 décembre 2019
Comme d’autres jeunes gens de sa génération au lendemain de la défaite, il avait compris que la France était tombée à cause des Juifs et des francs-maçons. Les corrupteurs de son pays, selon les speakers de Radio Paris.
L’Allemagne, le vainqueur généreux, tendait la main pour reconstruire une nouvelle Europe. Fervent partisan de la collaboration, germanophile de la première heure, il avait fini par trouver le vieux maréchal Pétain trop mou et s’était engagé avec enthousiasme en 1942 dans la Légion des volontaires français contre le bolchevisme.
Contre la volonté de sa famille qui, bien que pétainiste, l’avait renié, l’accusant même de trahison. Les imbéciles.
Enrôlé sous l’uniforme de la Wehrmacht, comme des milliers d’autres Français à l’époque, il avait gagné ses galons de capitaine en deux ans de campagne sur le front de l’Est.
Mais cela n’avait pas suffi. Pour lui, l’idéal absolu demeurait la SS. En permission en Allemagne, il regardait avec envie les seigneurs du Reich et s’était juré d’en faire partie quand il avait appris que les unités Waffen SS incorporaient des volontaires étrangers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   10 décembre 2019
Il se souvenait encore de ses permissions quand il se promenait dans les rues au bras de ses conquêtes fugitives. Partout où il se rendait dans l’empire nazi, de Cologne à Paris, il déchiffrait avec amusement la crainte et le respect dans les yeux des passants. La soumission suintait dans leur regard dès qu’il apparaissait.
Même les très jeunes enfants, qui pourtant n’étaient pas en âge de comprendre ce que représentait son uniforme, manifestaient un malaise palpable, s’écartant de lui quand il se voulait amical.
Comme si la noirceur de sa tenue faisait resurgir en eux une peur ancestrale, primitive, inscrite dans des gènes endormis et brutalement réactivés. Et il aimait cela intensément. Sans le national-socialisme et son chef bien-aimé, il n’aurait été qu’un anonyme comme les autres, destiné à une vie médiocre aux ordres d’autres médiocres dans une société sans ambition. Mais le destin en avait décidé autrement et il s’était retrouvé propulsé dans le cercle de fer de la race des seigneurs de la SS.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   10 décembre 2019
Au cours des rares repas partagés avec le général et d’autres officiers, le jeune Français avait alors découvert une facette cachée de l’ordre noir. Ces SS avaient totalement rejeté le christianisme – une religion pour les faibles – et professaient un paganisme surprenant, mélange de croyances issues des vieilles religions nordiques et de doctrines racistes.
L’officier de liaison du général, un major originaire de Munich, lui avait un jour expliqué qu’à la différence des SS étrangers, ceux issus du sang germanique le plus pur recevaient une formation historique et « spirituelle » poussée.
Fasciné, François Le Guermand écoutait ces enseignements étranges et cruels, évoquant le dieu rusé Odin, le légendaire Siegfried et surtout la mythique Thulé, le berceau ancestral des surhommes, vrais maîtres de la race humaine. Tout au long des millénaires, un combat immémorial opposait la race aryenne aux peuplades dégénérées et barbares.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
collectifpolarcollectifpolar   10 décembre 2019
Un nouveau tremblement secoua les murs de béton, de la poussière grise tomba du plafond. Cette fois, l’explosion devait être toute proche, peut-être même au-dessus du bunker, sur ce qui restait des jardins de la chancellerie.
Il n’avait pas peur. Il était prêt à mourir pour défendre jusqu’au bout Adolf Hitler, le chef de la grande Europe qui s’effondrait dans un déluge d’acier et de sang. Tout ce que le national-socialisme avait bâti disparaîtrait, balayé par la haine de ses ennemis.
L’Obersturmbannführer François Le Guermand jeta un dernier coup d’œil au miroir écaillé.
Quel chemin parcouru pour en arriver là… Lui, le natif de Compiègne, allait verser son sang pour l’Allemagne, le pays qui, cinq ans auparavant, avait envahi le sien.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Éric Giacometti (30) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Éric Giacometti
Largo Winch - Introduction à la Finance : Finance, Super-Ordinateurs et Intelligence Artificielle
autres livres classés : franc-maçonnerieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1768 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre
.. ..