AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2352840767
Éditeur : Editions du Jasmin (10/10/2000)

Note moyenne : 3.75/5 (sur 12 notes)
Résumé :
À peine Alexis a-t-il mis le pied à Marseille qu’il déteste déjà la ville. Des bagarres au fond de la cour au trafic de drogue, du racket à la criminalité organisée, de la mauvaise organisation des transports en commun au minuscule appartement où il doit vivre avec sa mère et sa tante, tout l’éloigne du confort auquel il était habitué avant le divorce de ses parents. Alors qu’Alexis découvre peu à peu la gentillesse et l’humour cachés derrière le sarcasme de ses cam... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (11) Voir plus Ajouter une critique
Seraphita
  21 décembre 2011
Depuis que ses parents ont divorcé, la vie D Alexis connaît bien des tumultes. Il a dû quitter Bangkok et ses amis du lycée français où il était scolarisé. C'est à Marseille qu'il va habiter dorénavant avec sa mère. Et il ne retrouvera plus son école accueillante et son confort habituel. A la place, il découvre un collège en zone défavorisée et côtoie des ados en rupture qui le rejettent brutalement. Jusqu'au jour où son voisin de classe, un jeune Moldave sans papiers, disparaît. Alexis va tout faire pour le retrouver…
J'ai pu lire ce roman jeunesse grâce à Babelio, dans le cadre de l'opération « Masse critique ». Je ne connaissais pas l'auteure, Isabelle Giafaglione, ni l'éditeur : les Editions du Jasmin.
J'ai beaucoup aimé ce livre, notamment le style de l'auteure, tout en retenue et en pudeur : elle a évité le piège de la caricature et du cliché facile. Pourtant, ce risque pouvait être présent dès le départ : le premier chapitre semble opposer deux mondes, un ado blanc, aisé, bon élève, face à des ados « de toutes les couleurs, sauf la sienne » (p. 9), d'un milieu défavorisé, en échec scolaire… Mais la suite montre qu'Alexis va s'ouvrir aux autres, au-delà de l'hostilité apparente qu'ils affichent.
Alexis va découvrir des réalités qu'il ne soupçonnait pas jusqu'alors : la misère, la drogue, les rackets, la mendicité, le drame des sans-papiers. A travers cette fiction, l'auteure a le souci de faire des liens avec la réalité : c'est ainsi que certains chapitres sont introduits par une citation, soit d'un article du Monde (daté), soit par des témoignages, qui font écho à l'intrigue (par exemple, p. 39, le témoignage d'une jeune majeure sans papiers, en 2009, rapporté par le Réseau Education sans Frontières).
Quand son voisin de classe disparaît, un jeune Moldave sans papiers, Alexis se mobilise, avec des copains de classe, pour venir en aide à son « ami en danger ». Les chapitres se succèdent, bien construits, avec des changements de point de vue. le suspens grandit, jusqu'au dénouement haletant… Bien des invraisemblances émaillent l'intrigue, mais là n'est pas l'important.
Un très beau roman jeunesse, à mon sens, qui ne tombe pas dans le pathos ni la caricature et qui dépeint très justement une réalité dramatique. Un seul bémol : la couverture du livre, et notamment l'illustration, qui ne me semble pas valoriser à sa juste mesure le contenu…
Un grand merci à Babelio et aux Editions du Jasmin pour cette belle découverte !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
KeiraSnape
  08 janvier 2012
L'auteure nous entraine par les sentiments dès le début du livre. C'est un livre qui nous fait réfléchir par rapport a des faits d'actualité qui se passent pres de chez nous mais dont nous ne faisons pas toujours attention car nous ne nous sentons pas toujours concernés par ces étrangers que nous ne connaissons guère.
L'histoire met aussi un peu en lumiere le large réseau des mendiants souvent laissé dans l'ombre.
Ce qui m'a plu également c'est la façon dont elle joue avec deux univers totalement différents : celui de Florin qui est d'une famille bourgeoise et celui des ses amis qui n'ont connu que les cités de Marseille. La façon dont elle entremêle leur univers de façon assez réaliste, ce qui n'etait pas donné…
J'aime beaucoup le style d'écriture de l'auteure, très fluide, très agréable à la lecture, tout en finesse aussi. C'est un livre accessible à un large public jeune et moins jeune. Les petits articles de journaux en début de chapitre m'ont beaucoup plu, ca donnait plus de réel à cette histoire, plus de poids.

Un très chouette roman jeunesse que je conseille particulièrement pour les lectures scolaires ☺
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
delcyfaro
  16 décembre 2011
Le thème de ce livre m'intéressait beaucoup, et donc j'avais sélectionné ce roman, parmi quelques autres lors du partenariat Masse Critique/Babelio consacré au roman jeunesse. J'ai donc été ravie de le recevoir (même si mon envie absolue allait plutôt sur un autre livre) car parler des sans papiers dans un roman destiné aux jeunes me semblent un sujet important et qu'il n'est pas toujours facile à aborder.
L'auteure a choisi de positionner son roman dans la ville de Marseille (qui est une porte d'accueil des clandestins comme on peut l'imaginer). On y suit donc l'arrivée D Alexis , jeune collégien , débarqué dans cette ville après la séparation de ses parents. Son père, lui est resté à Bangkok où ils vivaient ensemble et menaient une vie bourgeoise.L'arrivée à Marseille le plonge dans un univers qu'il ne connaissait pas et il lui faut bien du courage pour arriver à faire sa place dans ce monde de misère d'autant plus que ce monde de clandestins lui est totalement inconnu et qu'il faudra la disparition de son ami Florin, un moldave sans papiers, pour qu'il réalise combien la solidarité et l'amitié sont importantes dans la vie.
L'auteure, réussit à nous faire partager les sentiments D Alexis, son adaptation à une existence qu'il ne connaissait pas, ses prises de conscience des différences culturelles qui existent et son implication dans la recherche de son ami quand celui ci disparaît après l'arrestation de ses parents. Isabelle Giafaglione ne nous donne pas de leçons, ni de solutions concernant ce douloureux problème de la clandestinité et de toute la violence qui peut s'y rattacher, elle nous donne juste à penser que dans notre existence nous pouvons être amené à côtoyer des personnes différentes de nous et qu'il peut arriver que ces personnes deviennent une part importante de notre vie et qu'il ne faut jamais juger l'autre même s'il est différent car souvent on se laisse berner par une image fausse.Et ce qui est agréable dans ce roman c'est que la prise de conscience D Alexis passe par son amitié avec des enfants que la vie n'a pas épargné mais qui sont riches de cette solidarité et de ce soutien propre souvent aux personnes qui survivent dans des conditions précaires.
L'écriture d'Isabelle Giafaglione est très agréable, facile a lire et pleine de punch. Je ne doute pas que ce roman puisse vraiment intéresser des jeunes lecteurs, à la recherche d'histoires qui pourraient les toucher de prés.
Le seul bémol de cette histoire , (si je devais vraiment en trouver un et c'est surement mon oeil adulte qui me fait dire ça) c'est le rocambolesque de la recherche de Florin. On a du mal à y croire mais ce n'est pas à mon sens le but de ce roman alors ce n'est pas grave du tout.
Pour conclure, un bon roman jeunesse qui pose un regard intéressant sur un drame de la société et qui se lit vraiment très bien.
Un grand merci à Masse Critique-Babelio et aux Editions du Jasmin pour ce partenariat très agréable.
Lien : http://delcyfaro.blogspot.co..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Sio
  16 décembre 2011
J'ai reçu ce livre dans le cadre du Masse Critique Jeunesse, et ce fut une bonne surprise!
Le thème, pas forcément facile à aborder (il est question de sans-papiers clandestins et leur avenir en France), est ici très bien retranscris.
L'aventure est vue du point de vue D Alexis, adolescent débarquant de Bangkok où il menait avec ses parents une vie plus que confortable. L'arrivée à Marseille lui offre un dépaysement garanti!
La situation difficile dans les classes est bien retranscrite, et se double du problème d'un adolescent sans-papiers, arrêté durant les cours, et en voie d'être expulsé. Mais la grande force du roman, c'est qu'il ne se concentre pas sur cet unique problème. Evitant les péripéties tirées par les cheveux, l'auteur évoque dès le départ les réseaux de mendicité organisés par les passeurs.
J'ai beaucoup aimé l'idée d'intercaler des extraits de blogs et articles de journaux au récit; il permet ainsi de l'ancrer dans la réalité, et permettra peut-être à un enfant de mieux évaluer la situation. Par ailleurs, suivant le personnage que l'on suit (Alexis, Florin, ou la jeune mendiante), le ton et le niveau de langage changent; c'est assez subtil et accompagne vraiment bien la lecture.
Le côté un peu rocambolesque du sauvetage de Florin, s'il peut nous paraître peu vraisemblable, apporte au récit la petite dose d'optimiste strictement nécessaire, évitant qu'il ne tourne à la condamnation pure et simple de la situation (même si c'est peut-être le but).
En bref, c'est un très bon roman sur la question des clandestins en France, très actuel, porté par un style fluide et très accessible. A mettre entre toutes les jeunes mains!
Lien : http://encres-et-calames.ove..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
livr-esse
  08 janvier 2012
A la suite de la séparation de ses parents, Alexis débarque à Marseille avec sa mère.
Alors qu'il menait une vie de jeune bourgeois à Bangkok, il se retrouve parachuté dans un collège où la misère et la délinquance sont omniprésentes.
L'adaptation est difficile.
Rejeté par la plupart des autres élèves, il finit par se rapprocher d'un autre exclu, Florin, jeune garçon d'origine moldave.
Alors que les 2 ados deviennent amis, Florin est arrêté et mis dans un centre en attendant son expulsion.
Cet événement va être le déclencheur d'une longue série de catastrophes mais aussi d'un véritable réseau de solidarité.
Mon avis :
Vouloir aborder les thèmes de la séparation, de la clandestinité, de la pauvreté... dans un roman jeunesse est, comme on dit, un peu casse-gueule. Mais là, c'est encore une bonne surprise car tout s'enchaîne et se déroule sans lourdeur sans excès, sans dénonciation abusive.
C'est juste une histoire parmi tant d'autres, où l'exclusion et la souffrance se font damer le pion par une belle solidarité.
Le personnage D Alexis est particulièrement dense.
Ado, limite tête à claques au début du roman, il devient au fil des pages et des rencontres un jeune homme passionné et attachant. J'ai même versé ma petite larme à la fin (mais ça faut pas trop le répéter !!!).
Une écriture fluide, un vocabulaire simple et un rythme soutenu sont des atouts incontestables pour plaire aux jeunes lecteurs. Les thématiques abordées devraient finir de les conquérir, tout comme je l'ai été, grande et vieille adulte que je suis pourtant.
Une lecture passionnante qui ne fait que confirmer tout l'intérêt des romans jeunesse actuels.
Merci à Babelio pour cette découverte. En plus, je ne connaissais pas ces éditions mais croyez-moi, elles sont maintenant gravées dans ma petite cervelle.
Lien : http://www.livr-esse.com/art..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
sylvichasylvicha   11 août 2012
- Florin, il y croit. Il veut devenir quelqu'un, il essaie d'apprendre de tout son coeur. Bien sûr, c'est difficile, il a beaucoup de retard. Mais j'ai pensé qu'avec sa volonté et un peu d'aide, il pouvait y arriver. Et maintenant tout s'écroule. On lui dit qu'il n'a pas le droit d'être ici, qu'il n'a plus le droit d'apprendre, qu'il doit retourner dans son pays de misère. Ce n'est pas juste il ne gêne personne, il se comporte bien, il fait tout ce qu'il faut et voilà qu'un beau jour, il part entre deux flics, comme un bandit. et le pire, c'est que ça ne dérange personne qu'il soit traité comme ça. Ma prof, oui, les copains que je t'ai présentés, mais à part eux, qui se soucie d'un pauvre Moldave, d'un malheureux comme lui ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
CielvariableCielvariable   26 février 2019
— Mais il n’est plus là, papa, il se fiche de nous, il est en train de se faire dorer la pilule en compagnie de sa jeune...
— Alexis, je t’interdis de me parler sur ce ton ! Tais-toi, tu es insolent. Tu ne comprends rien à tout ça !
— Je comprends bien assez ! Vous, les adultes, vous faites toujours ce qui vous arrange sans vous soucier de vos enfants. On doit juste suivre, se taire et surtout bien travailler à l’école. Mais c’est fini, j’en ai assez que tu gouvernes ma vie, je ne suis plus un enfant, figure-toi...
— Tu ne seras plus un enfant quand tu gagneras ta vie. En attendant, tu viens avec moi à Paris ou tu retournes vivre avec ton père, s’il veut bien. Parce qu’avec tous ses déplacements, tu seras toujours seul et je ne crois pas que ce soit une bonne idée. Mais enfin, réfléchis, c’est à Paris que nous allons ! Ce n’est quand même pas le pire qui puisse nous arriver !
— Mais tu ne comprends pas, tu ne sais pas ce qu’il se passe ici ! Tu n’écoutes pas quand je te parle, rien ne t’intéresse en dehors de ta petite vie. Je t’ai déjà dit que Florin...
— Florin, Florin, mais ça suffit avec ce gamin. Tu es en train de perdre la tête pour un inconnu, pour un gamin que... qui..., un...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
docaborddocabord   18 mars 2013
"Tu vas où, Alexis? demanda Abdel.
- Au CDI avec Florin, on va travailler le français.
- J'peux venir? J'ai rien compris à l'accord du participe passé.
- Si tu veux, mais je vais aider Florin à refaire sa rédac, je ne sais pas si on aura le temps en une heure.
- OK, mais je viens quand même. J'veux pas aller en perm, avec Samir et les autres.
- Nous aussi, on vient. On dira à Mme André qu'on doit faire une recherche.
[...]
"Les enfants, si vous venez, c'est pour travailler!
- Y'a pas d'problème, m'dame, répondit Abdel avec son plus beau sourire. On est sérieux"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
sylvichasylvicha   11 août 2012
Tchja vu l'nouveau ? Un blond !
- Aya ! qu'il est beau, on dirait Brad Pitt !
- Hé, le nouveau, répète-moi ton nom, cria la surveillante.
- Leroy, alexis Leroy.
- Oh ! C'est Louis XIV qu'est arrivé au collège Molière !
Commenter  J’apprécie          20
53revolutionnaires53revolutionnaires   29 mars 2018
Alexis prit le CD ,les embrassa tous et sourit .
Ses pieds pesaientune tonne.
Quand l'avion décolla au-dessus de l'étang de Berre , il colla son front contre le hublot .
Il laissait derrière lui de vrais amis.
Commenter  J’apprécie          00
autres livres classés : marseilleVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr

Autres livres de Isabelle Giafaglione (1) Voir plus




Quiz Voir plus

Littérature jeunesse

Comment s'appelle le héros créé par Neil Gailman ?

Somebody Owens
Dead Owens
Nobody Owens
Baby Owens

10 questions
1031 lecteurs ont répondu
Thèmes : jeunesse , littérature jeunesse , enfantsCréer un quiz sur ce livre