AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266234633
Éditeur : Pocket (13/06/2013)

Note moyenne : 3.78/5 (sur 43 notes)
Résumé :
Océan atlantique, 9 000 ans av. J.-C. Après avoir caché leurs plus grands trésors, les prêtres fuient l'Atlantide engloutie par les flots.
Allemagne, 1er mai 1945. Au cœur du Berlin, des trésors archéologiques dissimulés par les nazis disparaissent.
Mer noire, de nos jours. Jack Howard découvre un ancien fragment d’écriture dans les ruines d’une citadelle engloutie. Se pourrait-il qu'il existe une nouvelle Atlantide, régie par des prêtres des ténèbres ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (8) Voir plus Ajouter une critique
Coeurdechene
  07 octobre 2012
Cinq ans après leur première et désastreuse expédition dans la cité perdue, Jack Howard et son inséparable binôme sont de retour pour percer l'un des plus vieux mystères de l'humanité. Avec, en toile de fond historique, la plus grande catastrophe naturelle que le monde ait connu : le Déluge.
Costas et Jack sont de nouveau sur le site d'Atlantis. Les découvertes sont légions. Mais cette aventure a un goût particulier. Celui des souvenirs encore vifs de la dernière expédition, durant laquelle plusieurs de leurs amis ont trouvé la mort face aux pirates.
C'est également l'occasion de régler les comptes laissés en suspens durant leurs derniers voyages. La fin des fouilles de Troie avec le professeur Hiebermeyer, la fouille du bunker aux trésors venimeux découvert dans la forêt allemande et la fin du contentieux avec la mafia afghane croisée deux ans plus tôt.
David Gibbins sort son sixième roman, et son sixième best-seller.
Son héros, Jack Howard, entraîne encore une fois le lecteur dans des contrées lointaines, à la recherche de trésors perdus de l'humanité. Mais derrière l'aspect purement scientifique de la recherche archéologique, il ne faut pas oublier qu'il y à L Histoire des hommes. Celle qui s'est écrite dans la sueur et le sang. Celle qui est à tout jamais gravée dans les objets, dans le sol, et dont les souvenirs percent parfois jusqu'à nous, à travers l'inconscient. C'est un peu ça que l'on trouve dans ce roman. Des réminiscences du passé. Des liens entre l'histoire antique, la religion, l'histoire contemporaine.
Certes, parfois, les raccourcis sont un peu rapides et Jack Howard semble être un surhomme. Il arrive à assembler des éléments complètement disparates pour en tirer une histoire. Bon, en même temps, c'est un roman. Mais s'il avait une faiblesse, ce serait celle-ci.
Pour le reste, Victor Hugo disait qu'il fallait raconter deux choses : L'Histoire pour l'ensemble, et la légende pour les détails. Et c'est exactement ce à quoi s'emploie David Gibbins. Nous avons L Histoire qui s'écrit devant nous durant les fouilles archéologiques, avec la compréhension et l'explication de la vie des cultures proto-historique. Et la légende qui entre en compte lorsqu'apparaissent tout à coup les noms de Noé et Gilgamesh...
Avec quelques citations de l'épopée de Gilgamesh et des passages bibliques du déluge, Howard donne un tout autre sens à cet événement majeur dans la plupart des cultures de tradition orale. Et vu sous cet angle, ça donne franchement envie d'y croire. Et on se prend à rêver à l'Atlantide, à un monde disparu, à une culture à l'origine de toutes les autres, à une civilisation engloutie. Et à notre propre histoire.
Et comme la fin d'un cycle, ce roman marque une étape forte dans la carrière de Jack Howard. Après cinq ans d'aventures à travers le monde, il revient en Atlantide, là où tout a commencé. En faisant le solde de ses aventures passées. Il est maintenant père, responsable. Et ce ne serait pas une surprise si après ce roman, Gibbins se tournait vers un autre héros à mettre en scène, comme Clive Cussler avant lui, dans un genre relativement proche.
Enfin, comme dans tous ses romans, Gibbins conclut l'histoire par un petit cahier d'annexes historiques où il fait le point sur les éléments utilisés, la part de réalité et de fiction. Et surtout l'actualité sur certaines recherches (comme les théories avancées par les scientifiques sur le Déluge). Ce n'est jamais inintéressant, et toujours instructif. Et puis ça aide à reprendre doucement pied avec la réalité à la fin du roman, quand un peu hagard on tourne la dernière page et que les yeux dans le vague on cherche à se rappeler où l'on se trouve et à quelle époque.
Je le disais au début, c'est encore un best-seller. Mais c'est surtout un excellent roman avec une histoire palpitante, des personnages que l'on aime retrouver, une intrigue historique qui se veut intelligente et un récit foisonnant qui vont à contre-sens de 80% de la production actuelle des thrillers où l'on oscille entre le mystico-charabia et les complots mondiaux de tout poil.
Ça change un peu, et c'est bien.
Lien : http://www.biblioblog.fr/pos..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Miaka
  05 novembre 2013
Après ma déception sur Tigres de Guerre, j'avais délaissé David. Boudée même. Et puis, voilà qu'en un livre, il me fait oublier tous les torts qu'il m'a causé.
Suite du premier tome des aventures de Jack Howard, Les Dieux d'Atlantis est en réalité la fin d'un cycle, un cycle de 6 livres tournant tous, de près ou de loin à la cité perdue.
Ainsi, pour lire ce roman, je vous conseille d'avoir lu les précédents romans de David Gibbins, essentiels pour comprendre tout le schmilblick. Car, sans que l'on s'en soit rendu compte, l'auteur nous lie tous ses ouvrages, même ceux, à priori, les plus éloignés des Atlantes. Un joli coup de maître.
Passionnant, Les Dieux d'Atlantis l'est assurément. Si Atlantis m'avait déçu (trop descriptif, trop scientifique et possédant trop de longueurs), ce second tome est un véritable anti-ennui.
On notera tout de même quelques chapitres un peu long, où l'on accroche un peu moins, mais finalement, Les Dieux d'Atlantis est une parfaite conclusion pour le cycle Atlantis.
Une manière, pour David Gibbins de changer d'air, et pour son héros, de revenir aux sources. le nouveau roman, dont on a eu vent en lisant Les Dieux d'Atlantis, sera l'occasion de passer du côté de l'Egypte avec Akhénaton. Un nouveau thème, point éloigné de ses précédents romans puisque le point de départ se situe à Troie. Mais le chapitre Atlantis est refermé (définitivement ?) et on a hâte de voir ce que nous réserve David Gibbins pour la suite.
Lien : https://parole2libraire.word..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Chatton
  25 août 2012
Livre plutôt décevant.
Autant le premier livre "Atlantis" était génial que celui-ci est bof bof. En effet, l'histoire n'est pas vraiment originale on retrouve les vieux ennemis (Saumerre et les Tigres) qui pour certain sont sans réel intérêt..
De plus, là où David Gibbins nous montre des théories impressionnantes sur l'histoire celle là est (à mon goût) tiré par les cheveux : un Noé avide de sang fondateur des civilisations meso-américaines (Maya et Aztèques surtout).
Bref le seul intérêt de ce livre est de finir l'histoire du Masque de Troie.
Commenter  J’apprécie          21
tomcamp
  30 décembre 2013
Une aventure sur la trace de la mythique civilisation perdue avec en arrière plan des références à la Bible et au IIIe Reich. de l'archéologie moderne à la fine pointe de la technologie avec des incursions marines dans des lieux exotiques et des courses poursuites. Un récit alterné qui met en perspective le passé et le présent sur les atrocités de la guerre et les dérives de la religion.
Commenter  J’apprécie          20
Adiwan
  12 février 2017
Cette aventure de l'archéologue Jack Howard est directement liée au roman Atlantis, du même auteur, paru en 2005. David Gibbins nous entraîne dans un récit plein d'action, de rebondissements avec comme toile de fond des intrigues archéologiques reposant sur des sources historiques solides (l'auteur est docteur en archéologie). Je recommande vivement la lecture de ce roman.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
CoeurdecheneCoeurdechene   07 octobre 2012
— Jack, tu ne devineras jamais ce que je viens de trouver ! De l'or, de l'or massif !
Jack Howard se retourna et regarda la lueur orangée provenant de la lampe frontale de son partenaire de plongée, dont la silhouette était presque entièrement masquée par le nuage de sédiments noirs qui tourbillonnaient dans le tunnel.
[...]
Son coeur s'emballa sous l'effet de l'excitation. Cela ne faisait aucun doute, c'était une colonne, sur une sorte de plinthe. Une colonne sculptée par les mains de l'homme...
— Génial ! s'exclama Jack. Je commençais à me demander si cet endroit existait vraiment ou si ce n'était qu'un pur produit de mon imagination.
Il contempla la plinthe, taillée dans le tuf calcaire, et se rappela le jour où Costas et lui avaient vu pour la première fois les vestiges archéologiques de ce site. C'était cinq ans auparavant. [...]
— Nous avons enfin la preuve que tout était bien réel, soupira Jack. Tu as raison, d'un point de vue archéologique, c'est de l'or !
Costas lui tapa sur l'épaule et fit remonter le faisceau de sa lampe le long de la paroi jusqu'au milieu de la colonne.
— Jack, je te parle d'or authentique... Regarde mieux que ça !
Jack prit une profonde inspiration et retint son souffle un instant pour monter de cinquante centimètres dans l'eau. Il balaya d'un revers de la main les particules volcaniques qui tournoyaient devant lui et resta figé.
— Ça alors... murmura-t-il.
— Tu vois ce que je veux dire ?
Jack se demanda si son imagination n'était pas en train de lui jouer des tours : l'objet qui se trouvait en face de lui était remarquablement similaire à celui qu'ils avaient trouvé cinq ans auparavant, celui qui les avait conduits jusqu'à ce site. [...] C'était un disque d'or de la largeur d'une main, enchâssé dans la colonne. Dans la lumière, son éclat était presque aveuglant. Jack le toucha délicatement à travers son gant : il était bien réel. En proie à une prodigieuse poussée d'adrénaline, il se tourna vers Cosats, au comble de l'exaltation.
— Maintenant, j'y crois vraiment ! s'exclama-t-il.
— C'est le symbole d'Atlantis, non ?
Atlantis...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
BlackKatBlackKat   01 septembre 2015
Cet endroit représente la guerre sous l'aspect le plus terrible que l'on puisse imaginer: la guerre qui dépasse les champs de bataille pour atteindre les pires excès, jusqu'au génocide. Et pourtant, nous avons un terme encore plus effrayant pour décrire ce qui s'est passé là où nous allons nous rendre, au cœur de l'Allemagne nazie: la Gesamtkrieg. (…) La guerre totale.
Commenter  J’apprécie          50
sakura230sakura230   11 juin 2013
Je crois que nous allons faire demi-tour, comme Gilamesh, déclara Jack. Nous allons retourner dans un monde où les hommes sont devenus des Dieux, où les pilliers sans visages des temples néolithiques ont donné naissance aux dieux-rois du Moyen-Orient et aux pires mégalomanes de notre temps : Hitler, Himmler et tous les autres monstres du nazisme. Mais c'est notre héritage et nous savonsn grâce à ce qui c'est passé aujourd'hui, que nous pouvons le transcender. Si nous continuons vers l'Ouest et suivons Noé-Uta-Napishtim jusqu'au coeur des ténèbres, nous n'arriverons nulle part. Il n'y a rien là-bas, pas de trésors au bout du chemin, juste un exemple horrible de ce que les êtres humains sont capables de s'infliger mutuellement.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
sakura230sakura230   11 juin 2013
Il me revient un passage de l'épopée de Gilamesh, dit-il : "Ce rêve est excellent, même si ta crainte en est grande." C'est ce que je ressent en ce moment. Il faut toujours chérir ses rêves, quelle que soit la crainte qu'ils nous inspirent. Ces symboles gravés sur la paroi de la grotte sont en quelque sorte la lumière au bout du tunnel, comme l'étoile qui est un jour tombée du ciel sur ce peuple de la préhistoire pour le guider. Notre rêve nous a attirés dans un tunnel de terreur et nous sommes arrivés au bout.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
BlackKatBlackKat   30 mars 2015
C'était un escroc d'envergure, un intellectuel, un homme politique et probablement un partisan du fondamentalisme, mais surtout c'était un gangster à la tête d'un empire criminel.
Commenter  J’apprécie          10
Videos de David Gibbins (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de David Gibbins

Le masque de Troie par David Gibbins aux Editions First parution le 9 juin 2011
« Qu'obtient-on en croisant Indiana Jones et Dan Brown ? Réponse : David Gibbins » Daily Mirror 1876. Mycènes, Grèce. Lors d'une fouille secrète, l'archéologue Heinrich Schliemann découvre le masque d'or d'Agamemnon et un autre artefact dont il ne parlera jamais. 1945. Allemagne. La libération d'un camp de concentration révèle des indices menant à des antiquités volées par les nazis, mais aussi à une arme bien plus terrifiante que toutes celles jamais conçues. de nos jours, en mer Egée. Jack Howard retrouve l'épave d'une galère de guerre qui aurait fait partie de la flotte d'Agamemnon et se lance dans une chasse au trésor de tous les dangers à travers toute l'Europe. Mais de la guerre de Troie à la Solution finale, l'Histoire dissimule de nombreux et monstrueux secrets. Et à vouloir les exhumer, Jack va prendre le risque de perdre ce qu'il a de plus précieux ...
+ Lire la suite
autres livres classés : archéologieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1822 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre