AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Thierry Gillyboeuf (Traducteur)
EAN : 9782842054144
93 pages
Éditeur : 1001 Nuits (09/02/2004)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 29 notes)
Résumé :

"Peu d'entre eux nous sont capables d'ajouter un fait à un autre et d'en faire une vérité." Comme Le Fou et Le Prophète, L'Errant de Khalil Gibran (1883-1931) nous entraîne à la recherche d'une sagesse toute humaine, qui récuse aussi bien les espoirs en l'au-delà que le mensonge des apparences. Racontés sur le ton - et souvent avec l'humour - du fabuliste, ces courts apologues chantent "la beauté du monde ... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (6) Voir plus Ajouter une critique
Erik35
  02 octobre 2017
LA PAROLE DU SOUFI.
L'errant est un recueil de textes méconnus de l'auteur, poète et philosophe libanais Khalil Gibran. Publié un an après le décès de son créateur, en 1932, il regroupe une série de fables, paraboles et petits contes philosophiques, d'où il émane parfois une étrange forme de nihilisme - qui n'en est jamais tout à fait, la pensée de Gibran étant bien plus complexe - que conterait, selon le narrateur, un bien étonnant fabuliste ainsi présenté :
«Je l'ai rencontré à la croisée des chemins, un homme qui n'avait qu'un manteau et un bâton : un voile de chagrin recouvrait son visage. Nous nous sommes salués, et je lui ai dit : "Viens chez moi et sois mon hôte."
Et il est venu» ajoute avec la plus grande des simplicités ce narrateur inconnu.
Cet homme, qui nous est présenté comme un errant, eut tout aussi bien pu être un derviche, titre auquel songeait Gibran pour cette oeuvre avant sa mort, peut-être aussi en référence au titre auquel l'auteur prétendait tout au bout de la voie qu'il s'était choisie à la fin de sa vie, sa voie de soufi.
Dans les contes ou quasi paraboles présentées ici l'on retrouve toutes les antiques dichotomies : le beau et le laid, le bon et le mauvais, le pur et l'impur, la joie et la tristesse, le bonheur et le malheur, mais c'est pour mieux rendre instable leur mise en oeuvre, les rendre incertaines à nos préjugés, repousser nos certitudes éternelles. Quant à notre vain amour-propre, il ne peut trouver aucun repos, aucun remède, qu'il surgisse à travers la gloire littéraire, le pouvoir, la religion, le progrès. Il n'est aucune consolation à toutes ces habitudes que nous donnent nos existences.
Le seul chemin possible est cependant, peut-être, celui de l'errance, du silence, du laisser dire et laisser faire, du "laisser couler" comme le dit l'expression vulgaire, mais avec sagesse, avec philosophie.
Comme bien souvent avec l'auteur du fameux "Le Prophète", il ne s'agir pas forcément de lire cet ouvrage d'une traite mais par petites touches, plutôt, afin d'en savourer tout les sucs, y réfléchir, y revenir plusieurs fois pour mieux s'en pénétrer et avancer sur le chemin de nos individuelles errances...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          535
sandrine68
  10 septembre 2015
des apologues, courtes histoires ressemblant à des fables, à la différence près qu'aucune morale n'est donnée explicitement; au lecteur de comprendre, parfois, la leçon à tirer s'impose d'elle même, parfois, c'est moins facile (ex: le champ de zaad). Mes préférées: le chant d'amour, larmes et rires, l'éclair, l'ermite et les bêtes, corps et âme, la statue, la ceinture dorée, les deux poèmes
Commenter  J’apprécie          10
Mamzellegazelle
  01 mai 2015
En règle générale, j'aime beaucoup cet auteur et surtout la littérature orientale. Malheureusement ici, je me suis ennuyée, pas accrochée du tout aux textes et j'ai été très déçue.
Commenter  J’apprécie          20
MaD2016
  22 août 2019
L'auteur de ce livre est apparemment un très grand écrivain, notamment dans son pays.
Malheureusement, je n'ai pas su mesurer la probable portée philosophique ce livre.
Il comporte toutefois moins de 100 pages (lu en une demie heure) et est ouvert à tous.
Commenter  J’apprécie          00
Danieljean
  13 mars 2016
C'est une place spéciale dans mon coeur cet auteur, et ce livre apporte de doux rappel.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (6) Voir plus Ajouter une citation
DanieljeanDanieljean   13 mars 2016
Un homme dit à un autre :
« A la marée haute, il y a longtemps, avec un bout de mon bâton j'écrivis un vers sur le sable ; et les gens s'arrêtent encore pour me lire et font attention à ce que rien ne l'efface ».

Et l'autre homme dit :
« Et moi aussi j'écrivis un vers sur le sable, mais c'était à marée basse, et les vagues de l'immense mer l'ont effacée.

Mais dis-moi qu'avais-tu écrit ? »

Et le premier homme répondit :
« J'avais écrit ceci : "Je suis celui qui est". Mais toi, qu'avais-tu écrit ? »

Et l'autre homme répondit :
« J'avais écrit ceci : "Je ne suis qu'une goutte de ce grand océan" ».
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Erik35Erik35   27 octobre 2016
A ce moment la rivière parla d'une voix forte et dit :
Venez à moi, venez à moi, nous allons à la mer. Venez à moi, venez à moi, ne parlez plus. Soyez avec moi maintenant. Nous allons à la mer. Venez à moi, venez à moi, car en moi vous oublierez vos errances. Tristes ou gaies. Venez à moi, venez à moi. Et vous et moi oublierons tous nos détours quand nous atteindrons le cœur de notre mère la mer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Anis0206Anis0206   06 avril 2017
Un jour la Beauté et le Laid se rencontrèrent sur le rivage. Et ils se dirent : « Allons nous baigner dans
la mer. » Alors ils se dévêtirent et nagèrent. Au bout d’un moment le Laid revint sur le rivage ; il s’habilla avec les vêtements de la Beauté et poursuivit son chemin. Et la Beauté sortit aussi de la mer, mais ne trouva pas ses habits ; parce qu’elle était trop timide pour rester nue, elle s’habilla avec les vêtements du Laid. Et la Beauté poursuivit son chemin. Et à compter de ce jour les hommes et les femmes prennent l’un pour l’autre.
Cependant il en est qui ont aperçu le visage de la Beauté, et ils la reconnaissent malgré ses habits. Et il en est qui connaissent le visage du Laid, et ses vêtements ne le dissimulent pas à leurs yeux.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Anis0206Anis0206   06 avril 2017
L’âme du philosophe réside dans sa tête, l’âme du poète est dans son cœur ; l’âme du chanteur s’attarde dans sa gorge, mais l’âme de la danseuse demeure dans tout son corps.
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206Anis0206   06 avril 2017
Il n’existe pas de personne qui soit gouverneur. Seuls les gouvernés existent pour se gouverner.
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Khalil Gibran (7) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Khalil Gibran
Khalil GIBRAN – Une Vie, une Œuvre : athée, fou, mystique ? (France Culture, 1990) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Elisabeth Huppert, sous-titrée « athée, fou, mystique », diffusée le 6 septembre 1990 sur France Culture. Invité : Georgy Farah.Mise en ligne par Arthur Yasmine, poète vivant, dans l’unique objet de perpétuer la Poésie.
Dans la catégorie : Littérature arabeVoir plus
>Littérature des autres langues>Littératures afro-asiatiques>Littérature arabe (151)
autres livres classés : littérature libanaiseVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jésus qui est-il ?

Jésus était-il vraiment Juif ?

Oui
Non
Plutôt Zen
Catholique

10 questions
1345 lecteurs ont répondu
Thèmes : christianisme , religion , bibleCréer un quiz sur ce livre