AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Laurent Gidon (Éditeur scientifique)
ISBN : 2917689439
Éditeur : Actusf (01/09/2012)

Note moyenne : 2.81/5 (sur 21 notes)
Résumé :
Peut-on écrire des histoires dans lesquelles il n’y aurait ni guerre, ni conflit, ni violence ?
Un vrai défi qu’ont relevé avec talent, sensibilité et humour neuf des plus belles plumes de l’imaginaire en France sous la direction de Laurent Gidon.
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (12) Voir plus Ajouter une critique
boudicca
  23 juin 2013
Avec « Contrepoint », petite anthologie offerte suite à l'achat de deux ouvrages parus aux éditions Actu SF, Laurent Gidon nous propose de découvrir les textes inédits de neufs auteurs français parmi les plus réputés dans le monde des littératures de l'imaginaire. L'objectif : décrire des futurs utopiques et des ailleurs désirables, le tout sans jamais utiliser la violence ou le conflit en tant que ressort narratif. Autant dire que pour des auteurs tels que Thomas Day, Charlotte Bousquet, ou encore Stéphane Beauverger dont les écrits tournent pour la plupart autour de cet axe, le pari est loin d'être aisé. L'initiative est intéressante et si, comme dans toute anthologie, la qualité des textes varie évidemment d'un auteur à l'autre, je dois cependant avouer que rares sont les nouvelles de « Contrepoint » qui me laisseront un souvenir impérissable. La grande majorité d'entre elles ont en effet difficilement éveillé mon intérêt, que ce soit en raison du thème choisi (« L'amour devant la mer en cage » de Timothée Rey m'a notamment totalement laissé sur la touche du début à la fin), ou de la façon de l'aborder. Ni violence, ni combat, d'accord, mais est-ce pour cela qu'il ne doit rien se passer ?
Vous l'aurez compris, la plupart de ces textes ne m'ont guère passionnée, même si bien sûr certains parviennent encore et toujours à tirer leur épingle du jeu. Avec « Nuit de visitation », Lionel Davoust nous offre ainsi une très belle nouvelle située dans le même univers que sa trilogie « Léviathan » et abordant des sujets aussi variés que la mort, la culpabilité ou le pardon, le tout avec beaucoup de poésie et d'émotion. Pari également réussi pour Stéphane Beauverger qui signe avec « Permafrost » un texte intéressant au jeu duquel on se laisse rapidement prendre, ainsi que pour Sylvie Lainé qui nous propose avec « Petits arrangements intra-galactiques » une nouvelle pleine d'humour basée sur une idée plutôt originale et prêtant à sourire. Enfin, Thomas Day (dont la présence dans cette anthologie a du en étonner plus d'un) parvient encore et toujours à surprendre grâce à une ingénieuse pirouette qui lui permet de rester fidèle à lui même (sexe, trash, vulgarité, cynisme..., tout est là), tout en respectant les contraintes imposés par Laurent Gidon (« Semaine utopique »).
Au final, cette anthologie « Contrepoint » n'est que trop rarement parvenue à m'emporter, aussi ne garderai-je probablement que peu de souvenir de cette lecture. L'initiative reste toutefois à saluer, d'autant plus qu'il s'agit là d'un ouvrage pour lequel vous n'aurez rien à débourser.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          220
Chiwi
  14 juin 2015
Le but de cette anthologie est de savoir s'il espossible d'écrire des textes sans violence au sens large (guerre, combats, menaces). Voilà un objectif plutôt difficile à réaliser quand on voit la qualité des textes proposés. Comme toute anthologie il y a une disparité dans les textes.
Malheureusement il y a bien plus de textes auxquels je n'ai pas accroché que de textes qu'il serait possible de retenir.
– L'amour devant la mer en cage, Timothée Rey : voilà une nouvelle où il ne se passe rien. Rey utilise un vocabulaire inventé et donc hermétique. c'est un récit qui est plutôt mal placé en tête de recueil car cela met le lecteur sur la touche d'entrée.
– le chercheur du vent, David Bry : un récit purement descriptif et sans surprise. Comment un homme-oiseau apprend par lui-même à voler, je trouve qu'il y a peut-être plus enthousiasmant comme récit.
– Nuit de visitation, Lionel Davoust : voici le récit d'un homme au crépuscule de sa vie qui culpabilise au sujet de la relation avec un ami. Cet ami vient lui rendre visite sur son lit de mort alors qu'il avait disparu depuis 45 ans. C'est une nouvelle sombre et pas très enthousiasmante. La situation et les états d'âme du narrateur m'ont laissé de marbre.
– Tammy tout le temps, Laurent Queyssi : le narrateur se retrouve à utiliser une drogue lui permettant de revivre ses souvenirs de manière réaliste. L'expérience est sympa jusqu'au moment d'une soirée où un collègue de son père a abusé de lui étant enfant. Pour moi c'est une nouvelle qui ne rentre pas dans le cadre de l'anthologie. Il y a quand même un cas de violence sexuelle sur un enfant. Elle a au moins l'avantage d'être courte, ce qui n'est pas plus mal vue que sa structure est très répétitive pour une nouvelle de quelques pages.
Après les ratées il y en a deux moyennes à qui il manque quelque chose pour vraiment me plaire.
– Permafrost, Stéphane Beauverger : encore une nouvelle hors cadre. Des tribus d'hommes primitifs débattent de comment atteindre la plais autour de leur chaman. La violence est tout de même présente avec la mort du chaman, elle sert même de déclencheur de paix. C'est moins difficile que ce que j'ai déjà lu de Beauverger mais les questionnements de Cro-Magnon m'ont laissé de marbre.
– Mission océane, Xavier Bruce : Une plante étrange apparait dans la campagne française, un soldat va essayer d'entrer en contact avec elle. Ici on a droit au classique contact entre deux espèces dont l'une fascine l'autre et réussit à prendre possession d'elle. Ça m'a intéressé au début mais sa fin est abrupte, comme pour éviter de sortir du cadre de l'anthologie.
Heureusement il y a trois nouvelles qui sortent du lot.
– Petits arrangements intergalactiques, Sylvie Lainé : voici un space-opera sortant de l'ordinaire. Naufragé sur une planète le héros rencontre une sorte de gros mamifère rose se faisant piquer par des sapins bleus. le héros va découvrir la signification bien utile de ce procédé. Sylvie Lainé traite sur un ton humoristique de l'interdépendance entre les espèces.
– Avril, Charlotte Bousquet : un cyborg femelle est chargé de fouilles archéologiques sur une Terre désertée depuis plusieurs années. Elle découvre une momie qui va reprendre vie et va se lier d'amitié avec. C'est sûrement une des nouvelles qui m'aura le plus touché. Au contact des deux êtres à qui on dénierait toute humanité, on découvre qu'ils sont capables d'éprouver des sentiments. elles sont touchantes dans leur relation. La description de la mort du chat de la momie a remué quelque chose en moi car par deux fois j'ai eu à être à côté d'un de mes chats en fin de vie.
– Semaine utopique, Thomas Day : l'écrivain essaie de répondre à l'appel à textes pour l'anthologie Contrepoint. Il ne faut pas de violence, pas de conflit mais pourquoi pas du sexe ? Il va passer en revue plusieurs idées loufoques, irrévérencieuse, marrantes. Il y a bien sûr de multiples références à la culture populaire. C'est sûrement l'une des plus réussie dans sa tonalité.
Alors pour vous donner une idée de mon sentiment assez mitigé après la lecture de cette courte anthologie, je laisse le dernier mot à Thomas Day : « Y a pas plus chiant qu'une histoire où le monde est beau de partout, où tout le monde est trop gentil. Quel ennui de vivre sans menace, sans imprévu désagréable.«
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
JeanneSelene
  01 septembre 2015
Bon, alors... visiblement, pour répondre à la question posée en présentation par Laurent Gidon, il semblerait que, pour beaucoup d'auteurs, ce soit "non" ! En effet, j'ai trouvé que beaucoup des nouvelles ici présentées ne répondaient pas bien à la contrainte. Heureusement que nous ne sommes pas à l'Éducation Nationale sinon ils auraient sûrement eu le droit à un beau HS en rouge dans la marge...
- L'amour devant la mer en cage de Timothée Rey : je suis restée totalement hermétique à cette nouvelle dans laquelle il ne se passe pas grand chose et où, en plus, les personnages sont sans aucun référent connu ni description pour s'en créer. Seule la dernière page a réussi à me parler à peu près. Mais, au moins, la contrainte d'écriture m'a semblé bien respectée.
- Le chercheur de vent de David Bry : une jolie description d'un premier envol. Le thème est respecté à mon avis dans cette nouvelle très courte.
- Petits arrangements intra-galactiques de Sylvie Lainé : j'ai déjà lu et critiqué cette nouvelle (ici) il y a peu puisqu'elle faisait partie de l'Opéra de Shaya (mon dernier coup de coeur soit dit en passant...).
- Nuit de visitation de Lionel Davoust : une nouvelle que j'ai trouvée très jolie mais qui ne m'a, encore une fois, pas semblé convenir au thème imposé puisqu'elle prend sa source dans un conflit.
- Tammy tout le temps de Laurent Queyssi : une nouvelle très courte afin un fond intéressant mais qui ne convient absolument pas au thème pour moi. Côté violence, c'est quand même le pompon avec une histoire de pédophilie...
- Avril de Charlotte Bousquet : j'ai beaucoup aimé cette nouvelle qui parle d'une rencontre entre deux femmes pas tout à fait humaines.
- Permafrost de Stéphane Beauverger : une nouvelle intéressante autour d'un débat entre plusieurs tribus primitives mais, encore une fois, hors sujet : ce n'est que conflit et il y a même un mort dans l'histoire !
- Mission océane de Xavier Bruce : le récit classique mais sympathique d'une rencontre entre deux espèces qui se fascinent mutuellement.
- Semaine utopique de Thomas Day : l'idée de mise en abîme était très intéressante mais j'avoue ne pas avoir réussi à adhérer.
Au final, c'est très difficile pour moi de fixer une note pour ce livre (déjà qu'à la base, je n'aime pas plus que ça mettre des notes...) car cela dépend beaucoup des nouvelles !
Lien : http://jeanneselene.blogspot..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
idevrieze
  23 novembre 2015
L'avantage de faire sa rentrée littéraire chez les Editions Actu SF
Non seulement j'adore cette maison d'édition et des que je peux, je vais chercher ma came chez les Indés de l'Imaginaire, en gros. Mais, quand vous commandez pour la rentrée, vous avez un livre gratuit. IIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIIII. Moi, perso, dès qu'on m'offre un livre gratuit, je suis heureuse comme tout. Mais j'avoue que je ne savais pas trop comment j'allais le lire. Déjà parce que j'avais pas mal de Bifrost en retard, mais en prime, un recueil de nouvelles sans heurts ni violence alors qu'on Est dans la SF. Non mais Monsieur Gidon, ça va pas bien la tête quand même. Quant à la couverture un peu rétro, un peu de tout, un peu Actu SF, d'ailleurs. Certains la trouverons bizarre, moi je la trouve tellement mignonne. Je rêve d'une chambre avec pleins de posters des couvertures comme ça (et oui).
Bref, vous voyez, Actu SF me rend déjà bisounours avant même d'ouvrir le livre. C'est un comble. Mais je n'ai toujours rien lu. Et puis est arrivé le 13 Novembre où j'ai appris les attentats en revenant d'une soirée entre copines. J'encaisse le coup, je cherche les infos et quand je ne vais pas bien, j'ai tendance à me tourner vers la SF. Mais la Science Fiction, souvent, cela fait un futur très sombre. Et là, je me suis souvenue de Contrepoint et je me suis dit que franchement, c'était pile poil le bon moment de le lire, celui là (donc, si vous avez le moral en berne, vous savez quoi faire maintenant).

Un ensemble de nouvelles qui vous donneront la pêche ou pas.
En tous cas, cela vous fera bien réfléchir. Entre les divagations sur un bord de mer, un rite de passage, et pour couronner le tout, la semaine de Thomas Day, je me suis dit qu'écrire de la SF sans guerre, sans violence, sans rien. C'est pas simple. Déjà, il faut trouver l'histoire. Et une bien. Et un univers qui va avec. Et surtout, il faut susciter notre intérêt. Parce que bon. S'il n'y a pas du sexe, du sang et du rock'n roll, sauf si on est fan des romans à l'eau de rose, c'est pas facile de nous accrocher les loulous.
Et surtout, je me suis rendue compte (surtout avec Thomas Day) que ce n'est pas en mettant des choses de la guerre ou de la violence dans un récit que cela ne peut pas nous choquer, nous interroger sur nous même, nous faire violence en fait. Et c'est en cela que ce recueil est bien intelligent. C'est fou ce qu'on peut tirer sur nous même et sur les autres sur un si petit recueil. Alors, oui, c'est le moment de piocher une petite nouvelle ou deux et de faire une belle petite introspection. Comme ça pouf. Et pas seulement parce que dehors, c'est un peu le bordel. C'est juste parce que la nature humaine telle quelle peut nous inspirer tout ceci.
Alors, je n'ai qu'une hâte : être à la prochaine rentrée littéraire :D
Lien : http://labibliodekoko.blogsp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
Cornwall
  25 février 2013
« L'amour devant la mer en cage » : j'ai largué les amarres au bout de trois pages, je suis totalement hermétique à ce type de texte…. « le chercheur de vent » : très beau texte qui respecte très bien la charte de l'anthologie, les descriptions sont magiques, j'ai bien cru voler avec lui tant la narration est sublimement imagée. « Petits arrangement intra-galactiques » : un texte savoureux à consommer sans modération. « Nuit de visitation » : une nouvelle de Lionel Davoust qui se déroule dans l'univers de Léviathan, mais absolument accessible sans connaître le thriller. Je pense qu'avec ce texte, l'auteur pourra convaincre ceux qui ne s'y sont pas encore décidés à se précipiter acheter les deux premiers tomes de Léviathan. Une nouvelle qui traite avec pertinence du thème de la mort et du pardon. Un texte qui a su faire passer les émotions … « Tammy tout le temps » : j'avoue que je l'ai lu en entier, mais qu'il ne me reste rien, je suis passée à côté. « Avril » : pour moi la petite pépite de l'anthologie, cela fait déjà un moment que je me dis qu'il faut que je lise du Charlotte Bousquet. Et là je n'ai pas été déçu. Un texte post-apocalyptique cybernétique poétique où l'amour ne connaît aucune frontière. Etant une grande fan de Wall-E, d'une certaine manière j'y ai retrouvé les mêmes saveurs. « Permafrost » : même si cette nouvelle n'a pas retenu mon attention autant que d'autres, cela reste un texte fort qui dans son objectif se veut sans conflit mais qui n'en n'est pourtant pas exempt. « Mission océane » m'a fait penser aux amours des mantes religieuses. Ou quand un soldat ne devient pas forcement un gros bill écervelé devant l'inconnue. Encore un beau texte … « Semaine utopique » me laisse sans opinion … J'ai pris le choix de ne pas résumer chaque nouvelle, étant donné les 130 pages de l'anthologie, je ne voulais pas risquer de dévoiler trop de contenu. En conclusion, le bilan de cette anthologie s'avère de mon point e vue assez positif et c'est assez surprenant de lire une nouvelle en sachant dès le départ qu'il y aura absence de conflit. Il existe une vrai attente dans la manière dont l'auteur va mener son récit. Et s'il fallait faire un rapport qualité-prix de cet ouvrage, je dirais qu'il est presque inévitable de se le procurer si vous achetez des ouvrages aux éditions ActuSF.
Lien : http://laprophetiedesanes.bl..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
boudiccaboudicca   15 juin 2013
J'ai contemplé, physiquement comme en rêve, des contrées dont la beauté suffit à t'étrangler d'un sanglot. J'ai flotté parmi les étoiles, j'ai parlé au puma d'Amazonie dans sa propre langue. J'ai assisté à la naissance et à la mort d'univers entiers entre deux battements de cœur. J'ai compris que tout était possible en ce monde, et que la force de notre volonté pouvait s'imposer comme une loi. Je suis devenu mon propre maître et mon propre dieu. Je n'appartiens plus vraiment au monde ni au temps désormais. Je suis une force de la nature. Je suis un mage. (Lionel Davoust, Nuit de visitation)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          130
TesrathildeTesrathilde   29 août 2015
Un genre de petit hérisson saute soudain sous mon pied, s’envole jusqu’à la hauteur de mon visage en poussant un couinement perçant, et disparaît à toute vitesse en bondissant comme s’il était monté sur une tige à ressort. Drôle de bête. Il faudra que je vérifie si elle est comestible. ~ Petits arrangements intra-galactiques, Sylvie Lainé
Commenter  J’apprécie          50
TesrathildeTesrathilde   29 août 2015
(…) Ce qui réside dans nos actes passés, et surtout dans les conséquences de notre inaction, constitue un fardeau obsédant qui contamine l’esprit entier, teinte tous les instants d’une marque indélébile qu’on affronte et reconnaît, ou bien qu’on apprend à cacher. ~ Nuit de Visitation, Lionel Davoust
Commenter  J’apprécie          30
TesrathildeTesrathilde   29 août 2015
Arrivé à ce point, un autre matin de besoin d’infini, il aurait infléchi vers la droite et serait descendu par le chahutoir, empruntant ensuite une des passerelles tressées au-dessus de l’oued-à-ouate avant d’aborder la plage. ~ L'amour devant la mer en cage, Timothy Rey
Commenter  J’apprécie          30
TesrathildeTesrathilde   29 août 2015
La seule chose à laquelle je puisse ressembler un peu sur ce monde est le sapinou. J’imagine que si je m’approche à cloche-pied, les bras bien serrés le long du corps, il ne s’inquiéteront pas trop (…). ~ Petits arrangements intra-galactiques, Sylvie Lainé
Commenter  J’apprécie          30
Video de Laurent Gidon (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Laurent Gidon
Conférence "Les Littératures de l'imaginaire" enregistrée au festival Autres mondes (Lambesc - octobre 2013) Avec Karim Berrouka, Adrien Tomas, Charlotte Bousquet, Laurent Gidon et Jean-Luc Marcastel
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2911 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre