AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2266243004
Éditeur : Pocket (12/09/2013)

Note moyenne : 4.05/5 (sur 432 notes)
Résumé :
Il y a des crimes parfaits.
Il y a des meurtres gratuits.
Folie sanguinaire ou machination diabolique, la peur est la même. Elle est là, partout : elle s'insinue, elle vous étouffe... Pour lui, c'est un nectar. Pour vous, une attente insoutenable. D'où viendra le coup fatal ? De l'ami ? De l'amant ? De cet inconnu à l'air inoffensif ? D'outre-tombe, peut-être...

Ce recueil comprend les nouvelles Post-mortem et J'aime votre peur
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (134) Voir plus Ajouter une critique
marina53
  27 janvier 2015
Un chapeau et des lunettes teintées pour tenter de se camoufler. Même si les deux femmes dans la cage d'escalier semblent l'avoir reconnue, cette actrice très connue. Morgane monte les escaliers en vitesse et arrivée au troisième étage, elle s'arrête devant la porte du notaire avec qui elle a rendez-vous. Encore maintenant, elle ne comprend pas pourquoi elle est là, ne connaissant pas l'homme qui vient de mourir et qui, apparemment, l'a couchée sur son testament. La maman du défunt ainsi que son frère et sa soeur, assis devant le notaire, lui lancent un regard noir dès qu'elle pénètre dans la pièce. L'ambiance est pesante d'autant plus qu'à la lecture du testament, la famille apprend qu'Aubin Mesnil, le défunt, ne lui laisse que peu de choses alors que Morgane hérite de sa maison dans l'Ardèche. C'est en compagnie de son ami Marc qu'elle s'y rend et se rendra vite compte qu'il ne s'agit nullement d'un cadeau...
Yann, un jeune flic, reçoit un appel en pleine nuit. Un dangereux psychopathe vient de se faire la belle de l'asile dans lequel il était enfermé depuis 6 ans, non sans avoir buté un infirmier, blessé un vigile et le conducteur de la voiture qu'il a volé. le connaissant pour l'avoir poursuivi, Yann se doute que ce Maxime Hénot ne va pas en rester là. Un instinct animal et meurtrier semble encore l'habiter malgré les soins qu'il a reçus. Et, effectivement, après avoir roulé quelque temps, abandonné la voiture pour en voler une autre, le tueur va même jusqu'à prendre la place de l'homme qu'il a assommé. le voilà donc chauffeur d'un car en route pour le Vercors. A son bord pas moins de 16 enfants handicapés accompagnés de Lisa, une belle monitrice qui éveille en lui ses démons...

Karine Giebel nous offre deux nouvelles différentes aussi bien sur le fond que sur la forme. En tout juste 60 pages chacune, l'auteur capte le lecteur dès les premières pages et le tient en haleine tout du long. Pas facile comme exercice et pourtant, l'auteur y parvient sans mal. le suspense est bien présent, l'intrigue plutôt bien ficelée et l'angoisse crescendo. Même si la deuxième est plus convenue et moins surprenante, les deux sont implacables et surprenantes. L'écriture est enlevée et rythmée, notamment dans la seconde où l'action se passe dans un court laps de temps et où l'auteur donne la parole tantôt au flic tantôt au tueur. Efficace, tout simplement...
Saurez-vous reconnaître les Maîtres du jeu?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          590
Yggdrasila
  01 avril 2020
Voilà un petit recueil composé de deux nouvelles que j'avais hâte de découvrir.
La première s'intitule Post mortem.
On y découvre Morgane Agostini, une célèbre et riche actrice de cinéma convoquée chez un notaire. Celui-ci lui annonce qu'elle vient d'hériter de la maison d'un certain Aubin Mesnil, un de ses anciens admirateurs.
Pourquoi hérite-elle d'une maison dans l'Ardèche alors que la propre famille du défunt n'a qu'une maigre compensation ? Est-ce véritablement un cadeau ou un piège ?
Pour une nouvelle, j'ai trouvé cette histoire pleine de rebondissements.
Les deux personnages principaux sont plutôt bien creusés. Cependant, j'aurais voulu en connaître plus sur le personnage de Marc, le mari de Morgane.
On est purement dans le registre tragique, ne sachant jamais jusqu'où l'auteure peut nous entraîner.
L'histoire est bien pensée avec quelques retours en arrière dans la chronologie des faits.
Seul petit bémol à la seconde moitié où le rythme fléchit un peu. Par contre, la fin est surprenante et fourbe, comme d'habitude. 3,5/5
Dans la seconde nouvelle J'aime votre peur, nous avons affaire à un homme échappé d'une UMD (unité pour malades difficiles). Après plusieurs faits graves, il parvient à s'infiltrer au sein d'un groupe accompagnant seize enfants handicapés en route pour le Vercors.
À bord du car, personne ne se doute qu'un dangereux psychopathe est parmi eux.
Cette nouvelle est légèrement plus courte que la première, mais tout aussi prenante.
Le décompte des heures qui défilent donne du rythme au récit. de plus, on a différents points de vue qui ajoutent du relief à la narration.
J'ai aimé le personnage de Yann, le flic et je me suis attachée à Mathis, le petit garçon timide.
La plume de Karine Giebel est toujours aussi captivante à lire.
Dans cette histoire, j'ai apprécié la réflexion que l'auteure porte sur la critique de la loi de rétention de sûreté (qui peut effectivement être contraire aux principes de légalité des délits et des peines) et le principe de non rétroactivité.
C'est toujours intéressant de se questionner sur le sort réservé aux criminels potentiellement dangereux ayant accompli leur peine... 4/5
Deux histoires palpitantes à découvrir !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          504
garrytopper9
  27 avril 2014
Ce petit livre regroupe deux nouvelles, « Post mortem » sorti un peu plus tôt tout seul, et « j'aime votre peur » .
La première nouvelle (dont j'ai fait la critique il y a peu) est d'une très grande qualité, elle nous tiens en haleine pendant soixante pages, pour nous offrir un final incroyable.
La deuxième est un peu plus classique mais diablement efficace. Comme toujours, les personnages sont rapidement développés et on les comprends immédiatement. L'intrigue n'as rien d'exceptionnel car ici, c'est plutôt l'évolution d'un certain personnage qui est mise en avant.
Deux petites nouvelles d'une soixantaine de pages donc, et qui prouvent que même dans un format court Karine Giebel sait manier sa plume et nous dresser un portrait de la société très réaliste. Après « Juste une ombre » qui est assez épais, j'avoue être vraiment conquis par cet auteur.
Je pense qu'il va falloir que je me penche sérieusement sur ses autres livres.
Commenter  J’apprécie          583
Annette55
  10 mars 2017
Commentaire court car tout a été dit déjà.......
Voici deux nouvelles lues d'une traite, remarquables surtout la première .......
L'auteur nous amène inexorablement ,là où elle le souhaite très exactement , en nous faisant croire simultanément que nous maîtrisons une partie ou tout de l'histoire ........
Le lecteur est pris par le récit , happé, entraîné, séduit, avec une légère pointe d'angoisse ......
Le suspense est bien présent, les personnages campés solidement .
Talent et maîtrise, brio , lecture rapide , époustouflante , l'angoisse monte subrepticement, l'écriture est enlevée, rythmée, efficace, le dénouement glacial , le final inattendu......les apparences totalement trompeuses, la peur est là et l'attente insoutenable!
L'auteur réussit son pari !
Un moment de lecture agréable et surprenant ! Je n'ai pas l'habitude de lire ce genre d'ouvrage, merci à mon amie Marylin de la médiathèque!
Je découvre Karine Giebel .
Commenter  J’apprécie          432
NoemieTrnr
  23 juillet 2019
Deux ans sans lire Karine Giebel ! Je me demande encore comment c'est possible.
J'avais lu « Juste une ombre » et « Les morsures de l'ombre » précédemment. J'avais beaucoup aimé ce côté un peu trash de l'auteur, alors c'est sans hésitation que j'ai acheté « Maitre du jeu ».
POST MORTEM :
Autant dire que je ne m'attendais pas à ça. C'est du grand art.
La nouvelle post mortem est de loin l'un des meilleurs récits que j'ai pu lire de toute ma vie !
C'est à la fois très court, mais mais complètement captivant ! Impossible d'arrêter ma lecture ! J'ai dévoré les pages une à une.
Durant toute la lecture de la nouvelle mes sentiments se sont fait trimbalé de gauche à droite sans ménagement. J'ai été horrifié, pleine de doute, sous le charme, passionné et complément retourné par la fin, par cet incroyable auteur qu'est Karine Giebel.
J'ai vraiment adoré cette nouvelle ! Si ça avait était un livre (unique je veux dire) ça aurait été mon préféré ! Vraiment ! C'est machiavélique.
Et la fin? Exceptionnelle. Une chute comme je les aimes.
Karine Giebel est vraiment le genre d'auteur avec qui on ne s'ennuie pas. Chaque pages constitue un élément de l'histoire. Personnellement pour chacun de ses livres je me suis vu complètement absorbé.
Plusieurs fois dans les lectures j'ai eu la sensation que certaines pages, certains chapitres, ne servaient qu'à comblé un trou, ou un manque de page tout simplement. Mais je n'ai jamais eu cette sensation en lisant Karine Giebel.
J'AIME VOTRE PEUR :
Cette nouvelle m'a un peu moins plus que la précédente. Malgré tout elle n'en reste pas mauvaise pour autant. Disons que le récit était plus prévisible, j'ai été moins surprise, moins étonnée. Et en ce qui concerne la fin, tout ce passe comme j'en avais envie alors que demander de plus?
A dévorer sans plus attendre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          362
Citations et extraits (42) Voir plus Ajouter une citation
Anis0206Anis0206   24 mars 2020
On dit que la déception est toujours à la hauteur de l'espoir.
Commenter  J’apprécie          10
Anis0206Anis0206   24 mars 2020
Tu viens déjeuner? On réfléchit mieux le ventre plein !
Commenter  J’apprécie          00
marina53marina53   27 janvier 2015
La nuit, tout est plus beau… La laideur intrinsèque du monde, la pourriture qu’exhalent ses entrailles, tout cela est mis entre parenthèses le temps d’un songe. Il n’y a que la solitude et les angoisses pour être exacerbées. Plus de bruits parasites, de mots inutiles, d’occupations futiles ou de déguisements dérisoires: face au noir, au silence, tout devient évident. Et intolérable. La nuit nous prépare à la mort, à doses homéopathiques; un granule tous les soirs.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          550
RoggyRoggy   14 juillet 2018
La peur est là, collée à sa peau glacée. La mort est là, tout près.
Il y a des heures que Marc s’est éteint. En même temps que la lampe.
Il n’avait plus de souffle, elle n’avait plus de piles.
Commenter  J’apprécie          330
lauwielauwie   16 octobre 2013
Elle se dirige vers la Chrysler, garée à une cinquantaine de mètres.
Sur son chemin, un homme. Allongé par terre, sur un carton. Avec, pour seule compagnie, une bouteille de vin presque vide. En passant, elle lui jette un regard. Alors que lui ne la voit pas. Normal, il fixe le mur du cimetière. Il va sans doute crever de froid cette nuit.
Mourir dans l'indifférence générale.
Tous coupables. Tous.
Pourtant, aux yeux de la loi, personne ne sera condamnable.
Personne.
Voilà le crime parfait.
Celui où l'on n'a aucun remords...

(p. 64)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
Videos de Karine Giebel (51) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Karine Giebel
Karine Giebel sera en dédicace conférence à Bargemon le 11 Janvier 2014
autres livres classés : nouvellesVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Juste une ombre

Comment s'appelle l'héroïne du roman?

Cloé Beauchamp
Chloé Beauchamps
Chloée Beauchamt
Kloé Beauchamp

10 questions
288 lecteurs ont répondu
Thème : Juste une ombre de Karine GiebelCréer un quiz sur ce livre
.. ..