AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782756099200
112 pages
Delcourt (21/08/2019)
4.18/5   93 notes
Résumé :
C'est la petite histoire d'une famille de Lituanie au temps de la grande Histoire de l'URSS. C'est le récit d'un oncle envoyé au goulag pour avoir collé des affiches dans la rue, d'un grand-père apparatchik qui a accès aux magasins secrets on paie en dollars, d'une grand-mère qui trouvera quoi qu'il arrive un moyen d'acheter une bouteille de Cognac même quand on lui dit qu'il n'y en a pas, de chewing-gum qu'on mâche à tour de rôle quand on parvient à en avoir un. >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (24) Voir plus Ajouter une critique
4,18

sur 93 notes
5
11 avis
4
9 avis
3
2 avis
2
0 avis
1
0 avis

marina53
  16 mars 2021
En 1952, l'URSS parade aux JO. Tout le monde admire ses sportifs de très haut niveau. Ce merveilleux système pourrait bien faire des envieux, d'autant que toute la population se réjouissait d'habiter ce si beau pays parce que, évidemment, tout était super... Oui mais derrière cette belle image que renvoyait ce pays se cachait un tout autre visage. Il était interdit de critiquer sous peine d'être envoyé très loin, les gens se méfiaient les uns des autres, des espions surveillaient partout. GiedRé a même eu un oncle qui, après avoir collé des affiches dans la rue, s'est retrouvé emprisonné pendant 5 ans. Sa propre mère n'avait le droit de lui rendre visite qu'une fois par an. Pourtant, GiedRé ne garde pas un mauvais souvenir de ces années passées en Lituanie, trouvant dans chaque situation difficile du positif. Aujourd'hui, avec son regard d'adulte, elle entrevoit différemment les choses...
Née à Vilnius en 1985, au temps où la Lituanie faisait encore partie du bloc soviétique avant qu'elle ne retrouve sa souveraineté en 1990, GiedRé garde quelques souvenirs des quelques années passées là-bas. Groupés à ceux de sa mère, de son frère et d'un de ses oncles, elle nous raconte son enfance avec ses yeux d'adulte. Des situations cocasses à certaines parfois plus tragiques en passant par des moments agréables, certains sûrement inoubliables. Avec le recul, l'exil de la Lituanie vers la France, elle se rend compte aujourd'hui que la vie n'était pas facile là-bas, ses parents ayant pourtant été privilégiés de par le statut de son grand-père. Avec beaucoup d'humour et de dérision, elle rend très attachante la petite fille qu'elle était. Graphiquement, le trait naïf, enfantin et très coloré de Holly R sied parfaitement à cet album touchant et plein de fraîcheur.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          640
Ziliz
  10 octobre 2020
GiedRé [prononcer Gui-èd-ré], je la connais depuis peu, et je l'ad♥re !
Je l'ai d'abord vue dans mon feuilleton préféré du printemps 2020 : le 'Journal de confinement' de Pierre-Emmanuel Barré, génial et bien barré, justement, mélange d'humour scato, de prises de position politiques et de préoccupations de confiné (dans un environnement de rêve, même si on préfère la mer à la montagne).
GiedRé, la veinarde, était 'enfermée' avec lui et leur chien Miskine, dans une maison du sud-ouest, aussi mignonne vue de l'extérieur qu'à l'intérieur - à l'image de son occupante, d'après l'idée que j'en ai : des fleurs & plantes, de jolis tissus (à pois, fleuris, colorés, avec dentelle) pour les fringues et la déco, des pulls tricotés par une mamie (ou comme si)...
Née en 1985 à Vilnius, GiedRé est arrivée de Lituanie avec son frère et leur mère, à la fin de l'empire soviétique. Elle n'avait que sept ans en 1992, mais garde des souvenirs précis de sa vie là-bas, en ex-URSS.
Elle les relate dans cet album superbement illustré par Holly R..
Ce témoignage a le charme des souvenirs d'enfance : des faits du quotidien en Lituanie dans les années 80 (surprenants pour nous, Occidentaux, même si on connaissait les problèmes de pénurie à l'Est), des anecdotes amusantes ou tragiques, le tout raconté avec un subtil mélange de candeur touchante (sans mièvrerie) et de maturité.
Frais, mignon, sincère, cruel, cet album ressemble à GiedRé, ou en tout cas à son personnage public (qui est également audacieux et provocateur*).
J'adore, j'admire cette chanteuse/musicienne/actrice, et je dois être un peu envieuse de son environnement : quelques 'gauchiasses' futés et rigolos de France Inter, notamment (en plus de son chien, de sa maison, etc.).
C'est donc avec beaucoup d'émotion que j'ai découvert la petite fille qu'elle a été.
Les interrogations & inquiétudes maternelles, en fin d'album, sont intéressantes... Je vous laisse découvrir cet aspect. ♥
-------
* https://www.youtube.com/watch?v=avtsdYnVUbo ♪♫
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          375
blandine5674
  16 mai 2021
Biographie de la chanteuse GiedRé qui y raconte son enfance, sa famille en Lituanie. Il en ressort beaucoup d'hypocrisie avec ces habitants qui doivent afficher qu'ils sont heureux, que tout va bien alors que c'est la galère pour trouver de la nourriture. Mais bon, on n'y voit pas comme en France des gens qui vivent dans l'abondance et qui passent indifférents devant un SDF. C'est montré comme une constatation au travers de l'autrice, qui me semble en écoutant ses chansons, aura toujours son âme d'enfant. Les dessins colorés correspondent bien à son état d'esprit. C'est frais, tendre, intéressant, joyeux et triste. Un pur bonheur, façon l'Arabe du futur.
Lu grâce à la critique de Ziliz que je remercie.
Commenter  J’apprécie          304
Bazart
  02 octobre 2019
GiedRé est une auteure-compositrice-interprète née à Vilnius en 1985. Elle a confié son histoire personnelle aux crayons de Holly R et il en naît l'album La boîte de petits pois.▪️
Pour nous raconter l'histoire de sa famille à commencer par l'enfance de sa mère en Lituanie dans les années 50, GiedRé a décidé d'adopter le point de vue d'une petite fille (celle qu'elle sera des années plus tard). Cela lui permet de dire certaines choses avec fausse naïveté et humour. ▪️
Sous ce vernis enfantin (créé par la voix qui raconte comme par les illustrations), les auteurs montrent le sort des opposants politiques, le climat d'espionnage généralisé et la paranoïa qui en résulte.

La boîte de petits pois aborde aussi les privilèges des gens du parti communiste (les fameux apparatchiks), l'interdiction de vendre et d'acheter quoique ce soit, ce qui donne lieu à des situations ubuesques, l'absence de chômage (mais pas le droit de choisir son travail), l'absence de sans abri (mais pas le droit de choisir l'endroit où l'on vit).GiedRè a les mêmes joies et les mêmes peurs que les enfants de l'Ouest mais est peut être moins "blasée" qu'eux, n'ayant pas tout ce qu'elle veut. Quand un produit rare est rapporté de l'étranger, elle souligne le sens du partage ancré dans les mentalités.
En arrière plan de cette histoire de famille, se dessine la Grande Histoire, celle de l'émancipation des pays baltes. J'ai appris ainsi que le 23 août 1989, les peuples des pays baltes ont formé une grande chaîne humaine en Estonie, Lettonie et Lituanie pour marquer les esprits.
La dernière partie du roman se passe en France où la mère de GiedRé s'installe avec ses enfants. Ce qui était produit de luxe ne l'est plus, ici on a accès à tout (mais ses petits camarades ne partagent pas)."et il y avait des gens qui avaient plein plein de trucs.
Et d'autres, qui n'avaient presque aucun truc, même pas de maison." La boîte de petits pois est un roman graphique que je vous invite vraiment à ouvrir pour mettre fin, au moins, au mystère des petits pois !
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          281
Apikrus
  11 octobre 2020
GiedRé est née en 1985 et a vécu ses premières années en Lituanie, à l'époque de l'Union soviétique. Elle a ensuite rejoint la France, après la déclaration d'indépendance du pays en 1990, et l'ouverture de la frontière vers l'ouest pour les Lituaniens.
Avec ses textes et à travers les dessins de la dessinatrice Holly R, elle nous montre les difficultés de la majeure partie des citoyens soviétiques à l'époque : absence de liberté d'expression (l'oncle déporté pendant plusieurs années pour avoir collé quelques affiches), difficultés d'approvisionnement pour de nombreux produits, interdiction de sortir du pays… Certains cherchent à s'évader grâce à l'alcool.
Elle loue aussi des valeurs de solidarité et de partage qui se sont développées entre enfants (chewing-gum passant de bouche en bouche, gomme partagée en morceaux…).
L'arrivée en Occident est pour elle source d'émerveillement (découverte de bananes, abondance alimentaire…) et d'étonnements : il lui est notamment difficile de comprendre l'existence de SDF dans un pays si riche.
Cette bande dessinée est un témoignage à la fois sobre, émouvant et amusant de la vie quotidienne de nombreux soviétiques. J'en recommande la lecture !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160


critiques presse (6)
Bedeo   19 novembre 2019
Le tandem a donc donné vie à une belle tranche de vie malgré un contexte oppressif et étouffant. Le happy end qui le ponctue, puisque la chanteuse habite la France, ne doit pas faire oublier le message : être heureux pour une boîte de petits pois, tout en sachant que certains pourront l’avoir trop injustement et facilement.
Lire la critique sur le site : Bedeo
Ricochet   12 novembre 2019
Le ton est simple, et l'auteure insiste à raison sur l'anecdote marquante. Charge au lecteur de creuser la grande Histoire. Au final, son récit en « je » donne une bande dessinée dense, sorte de petit roman en images.
Lire la critique sur le site : Ricochet
ActuaBD   28 octobre 2019
Le trait aux couleurs vives de Holly R habille avec finesse les scènes d’enfance, mais il adoucit également des épisodes plus dramatiques. [...] En évitant des références géographiques ou politiques trop précises, l’album élargit son propos à toute la mémoire de l’ex-URSS. Et vient nous rappeler, 30 ans après la chute du mur de Berlin, que ce monde gris béton a bien existé.
Lire la critique sur le site : ActuaBD
BoDoi   20 septembre 2019
Le ton décalé de ce récit en épisodes est très joliment porté par le dessin de Holly R, dont les pinceaux et les crayons de couleur se mêlent avec minutie, donnant à ce récit illustré une connotation à la fois joyeuse et surannée. De l’ensemble s’échappe une forme de nostalgie lucide, à laquelle on ne peut qu’être sensible.
Lire la critique sur le site : BoDoi
Sceneario   19 septembre 2019
Nous sommes réellement happés par l'émotion fraîche et pleine de recul qui se dégage de ces planches. C'est tendre, bourré d'un humour plein de finesse, assez décalé parfois, mais toujours très touchant !
Lire la critique sur le site : Sceneario
BDGest   17 septembre 2019
Album dépaysant, intelligent et goûteux à plusieurs égards, La boîte de petits pois mérite de s'y attarder.
Lire la critique sur le site : BDGest
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
ZilizZiliz   09 octobre 2020
Parce qu'à l'époque, quand on voulait acheter quelque chose, il fallait aller voir son patron...
- J'ai besoin d'un lit pour bébé.
- D'accord.
... qui vous donnait un ticket.
On donnait ce ticket dans un magasin, et il était rangé avec les autres tickets en attente.
Alors on attendait...
Et quand il y avait une livraison...
[ 5 ans après ]
... on pouvait aller acheter enfin le truc qu'on avait demandé.
(p. 25-26)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          142
cecilitcecilit   02 janvier 2021
Il y avait souvent des parades et des grandes manifestations à la gloire de ce merveilleux système qui était le meilleur qui existe.Et si on vous demandait il fallait répondre que tout était super et qu'on était très contents.
(Tout est super ! On est très contents !).
Parce que l'endroit où on envoyait les gens qui disaient que c'était pas super était encore moins super. Déjà, c'était hyper loin. Il y faisait toujours -10 000°c et parfois on devait rester 10 ans...Alors, en général, les gens se retenaient de critiquer.
(Youpi, on est vraiment méga heureux).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
JevousdisquecestmoiJevousdisquecestmoi   27 août 2019
Une autre fois, les voisins ont apporté un jeu vidéo qui se branchait sur la télé.
On osait pas demander à y jouer mais on avait le droit de regarder.
Mais un jour, en cherchant un programme sur notre poste...
mon frère a capté les signaux de leur télé à eux.
Alors souvent on se mettait sur le canal et on attendait que notre voisin se mette à jouer.
Bon, parfois il fallait attendre très longtemps, mais quand il jouait on regardait et c'était trop bien !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
EllexaEllexa   14 septembre 2019
Elle était aussi pas mal forte pour acheter de l'alcool. Elle s'habillait très bien (avec des trucs qu'elle se fabriquait)... Allait au magasin où bien sûr il n'y avait pas d'alcool. Alors elle prenait un air très important et demandait à voir le directeur du magasin. La plupart du temps, la vendeuse avait peur que ce ne soit effectivement quelqu'un de très important. Ma grand-mère rentrait dans le bureau du directeur (toujours avec son air supérieur). Je ne sais pas trop ce qu'elle lui racontait mais elle ressortait du magasin avec ses bouteilles. Et après, elle les cachait un peu partout dans la maison parce que bon quand même on sait jamais. Malheureusement, souvent mes oncles et mon père les trouvaient. Alors ils buvaient tout et étaient très soûls. Elle était très fâchée (mais ils s'en fichaient parce qu'ils étaient soûls).
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ZilizZiliz   11 octobre 2020
Ma grand-mère a toujours rêvé que ma mère apprenne à parler français.
Parce qu'elle voulait qu'elle lise des livres de Zola assise dans un fauteuil avec un grand chapeau.
Elle avait vraiment un truc avec les chapeaux.
Elle n'avait jamais lu Zola mais elle trouvait que ça faisait chic.
(p. 30)
Commenter  J’apprécie          70

Lire un extrait
Videos de Giedré (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Giedré
Il y a un an sortait ma BD "La Boîte de Petits Pois" - c'est l'occasion rêvée de partager mon premier Live à la Radio (comme quoi déjà à l'époque je ne pouvais pas m'empêcher de faire l'intéressante en poussant la chansonnette) (mais heureusement que je me trompe un peu moins dans les paroles aujourd'hui).
autres livres classés : LituanieVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox




Quiz Voir plus

Les personnages de Tintin

Je suis un physicien tête-en-l'air et un peu dur d'oreille. J'apparais pour la première fois dans "Le Trésor de Rackham le Rouge". Mon personnage est inspiré d'Auguste Piccard (un physicien suisse concepteur du bathyscaphe) à qui je ressemble physiquement, mais j'ai fait mieux que mon modèle : je suis à l'origine d'un ambitieux programme d'exploration lunaire.

Tintin
Milou
Le Capitaine Haddock
Le Professeur Tournesol
Dupond et Dupont
Le Général Alcazar
L'émir Ben Kalish Ezab
La Castafiore
Oliveira da Figueira
Séraphin Lampion
Le docteur Müller
Nestor
Rastapopoulos
Le colonel Sponsz
Tchang

15 questions
4217 lecteurs ont répondu
Thèmes : bd franco-belge , bande dessinée , bd jeunesse , bd belge , bande dessinée aventure , aventure jeunesse , tintinophile , ligne claire , personnages , Personnages fictifsCréer un quiz sur ce livre

.. ..