AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Jacques Mailhos (Traducteur)
ISBN : 2351780264
Éditeur : Gallmeister (04/06/2009)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 18 notes)
Résumé :
Les récits qui composent ce “Traité” parlent de pêche à la mouche, d’amitié et de tout ce qui fait une vie de pêcheur – du café de bivouac aux voitures en passant par les cannes à mouche et autres équipements. Ni traité philosophique, ni récit d’aventures, ni manuel de pêche, ce livre combine des éléments de ces trois veines, avec en prime une bonne dose d’humour et d’esprit. Sous la plume faussement légère de John Gierach se dissimulent de subtiles considérations s... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
lafilledepassage
  03 septembre 2019
Quelle mouche m'a piquée de me lancer dans la lecture de ce traité du zen et de l'art de la pêche à la mouche, paru chez Gallmeister dans la collection « L'Amérique grandeur nature » ?
J'avais déjà pratiqué la pêche aux USA avec « La vie selon Gus Orviston » de Duncan et « La pêche à la truite en Amérique» de Brautigan, et cela m'avait laissé d'excellents souvenirs qui m'ont sûrement orientée vers ce récit.
J'ai probablement aussi été attirée par la première partie du titre. Peut-être même ai-je été trop vite en besogne et n'ai-je pas lu le titre jusqu'au bout … Parce que oui je n'ai aucune excuse la couleur est annoncée dans le titre : on va parler de pêche à la mouche. L'auteur va même faire pratiquement que ça pendant plus de 260 pages : description des poissons, notamment des différentes sortes de truites, des types de cannes à pêches, des mouches, des techniques et j'en passe. Il vaut mieux avoir un intérêt pour la pêche, sinon ce récit va vous sembler fastidieux.
Quant au zen …. Peu de mots en fait sur le sujet. Certes la pêche à la mouche se fait dans une nature préservée idéalement, voire sauvage (pour autant que cela existe encore), qu'il faut savoir « écouter ». Certes savoir quand le poisson a mordu requiert une grosse part d'intuition. Certes la pratique de ce type de pêche est surtout question de patience et d'humilité. Certes il faut aussi faire preuve de persévérance pour acquérir la technique du lancer. Mais n'est-ce pas le lot de toute passion, de tout loisir ? Je pense que je peux appliquer ces leçons à mes passions aussi, à l'apprentissage de la musique, de la cuisine et d'un art martial …
Voilà, un lecteur averti en vaut deux …
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          252
Corboland78
  28 mars 2012
Les éditions Gallmeister nous ont encore déniché un chouette écrivain américain, John Gierach est un « écrivain-pêcheur » installé dans le Colorado auteur d'une vingtaine d'ouvrages. Ce Traité du zen et de l'art de la pêche à la mouche écrit en 1986 est son premier livre traduit en français. Une fois de plus je constate qu'il y a deux sortes de littérature qui m'intéressent réellement, les auteurs (souvent) américains racontant leurs vies ou aventures dans les grands espaces et la littérature dite classique, des écrivains des siècles passés, surtout la charnière XIX et XX siècle. le reste (en gros) n'est souvent que roupie de sansonnet. J'exagère un peu bien sûr, mais je ne suis pas tellement loin de la vérité.
Ce long préambule pour dire que je me suis encore une fois régalé à la lecture de ce bouquin. Pourtant ce n'était pas si évident car je ne suis pas pêcheur – hélas mon dieu – me risqué-je à écrire car après la lecture de cet édifiant ouvrage, un monde nouveau m'est révélé. Une vingtaine de textes nous immergent dans le monde secret des pêcheurs à la mouche, us et coutumes sont dévoilés, et un incroyable vocabulaire d'accessoires vous apprend une langue nouvelle. Savez-vous ce que sont les Middler Minnow, Eagle Claw, Garrison, ce sont entre des dizaines d'autres des cannes à pêche et si j'évoque les Wooly Buggers, Zonkers, Oreille-de-lièvre, ce sont entre mille cette fois, des mouches. Ca semble rébarbatif dit ainsi, mais c'est là tout le talent de John Gierach, son écriture fluide et simple dégage un extraordinaire pouvoir évocateur, au fil des pages nous sommes à ses côtés dans une cabane au fond des bois, nous marchons le long d'un torrent à truites, nous fabriquons nos propres mouches avec des poils d'écureuil ou des plumes d'oiseaux, sans oublier de boire une bière ou deux.
Car la pêche dont on parle ici, ce n'est pas celle du gars qui somnole au bord de la Seine, le cul sur un pliant. Ici, il s'agit d'un mode de vie, d'efforts physiques au coeur de la nature qu'on aime, respecte et connaît. Les bons lieux de pêche se méritent « même dans les zones très courues, il existe des lacs et des sections de rivières aux berges rarement foulées par le pied de l'homme » bref des coins où la main de l'homme n'a jamais mis le pied.
Le titre de l'ouvrage est en deux parties, pour la seconde vous avez compris, mais le zen où est-il demanderez-vous, curieux comme vous êtes. Il découle de cet art de la pêche, ou inversement, allez savoir. Il est dans le goût du café fait dans une cafetière sur un feu de bois au bord d'un ruisseau, il est dans ces longues heures d'attente seul au milieu de la rivière à lancer votre fil dans l'attente qu'une faro veuille bien mordre, il est aussi dans les quelques mots échangés avec l'ami pêcheur avec lequel on part deux ou trois jours en montagne à la recherche d'un plan d'eau inconnu mais qu'on devine riche en poissons.
Finalement je ne ferai qu'une seule critique à ce livre, c'est qu'il se lit trop vite, encore est-elle mineure puisqu'on peut le reprendre encore et encore.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Floccus
  19 octobre 2016

"Quoi qu'en disent les cartographes, un plan d'eau qui n'abrite pas de truites n'est pas un lac, c'est un trou d'eau." (188)
Je me suis dit qu'un livre consacré à la pêche se passerait nécessairement en pleine nature, critère de plus en plus prépondérant dans mes choix de lecture. Ne pratiquant moi-même aucunement cet exercice, l'expérience ne pouvait, autre critère non négligeable, que sortir de l'ordinaire.
"En un sens, les truites sont des organes fonctionnels du courant; elles servent à transformer l'eau, le soleil, l'oxygène et les protéines en conscience." (23)
Et bien m'en a pris… élégance cultivée, autodérision charmeuse, curiosité naturaliste, sens du récit qui fait papillonner les yeux, les qualités toutes britanniques de cet auteur américain m'ont portée à m'attarder comme auprès d'un bon feu. J'ai passé des heures à parcourir des pages comparant les mérites respectifs des canes en bambou, en carbone ou en fibre de verre. Je me suis passionnée pour le montage des mouches, retrouvant dans les obsessions de l'auteur pour le matériel mes propres désirs inavouables pour les fils, tissus ou aiguilles de mes occupations de broderie. "Activité éminemment réelle", la pêche à la mouche prend sous sa plume une dimension de présence au monde, d'attention et d'harmonie instinctive où "jolies courbeuses de canes", insectes et humains se mêlent dans la danse de la simple existence.
"D'un point de vue factuel, la vison que nous avons des truites est probablement aussi faussée que celle qu'elles ont de nous, mais les idées folkloriques que nous nourrissons sur elles sont utiles, donc en ce sens correctes." (20)
Un esprit joyeux dont la compagnie berce les jours. Rendez-vous est pris pour de prochaines escapades de pêches… littéraires.

Lien : http://versautrechose.fr/blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Electra
  22 août 2017
Je ne sais pas pour les autres, mais pour moi, les pêcheurs à la mouche sont réellement nés dans mon esprit avec l'adaptation cinématographique du formidable roman de Norman Maclean « Et au-delà coule une rivière ».
Depuis, je les ai croisés à plusieurs reprises lors de mes voyages dans l'Ouest américain ou au Québec. Une belle rivière, quelques courants, des truites ou des saumons, et le pêcheur, le corps a moitié immergé qui semble interpréter un numéro de danse lorsqu'il lance sa ligne.
Le film, comme le roman original, m'avait déjà transmis la magie qui opère entre ces pêcheurs et la nature, lorsque que les premiers marchent dans la rivière. Loin du pêcheur français lambda du dimanche, le cul assis sur son siège dépliant, la pêche à la mouche requiert un investissement physique de la part du pêcheur.
Et rebelote avec ce traité, qui en une vingtaine de textes, m'a fait replonger avec délice dans les eaux froides de ces rivières, auprès de ces hommes, qui avouons-le, sont des taiseux. Et ce mystère qui les entoure, peu d'entre nous, sommes allés voir au-delà. Je suis toujours intimidée lorsque je vois ces hommes, au milieu de la rivière, lancer leur ligne. Je n'ai jamais osé les interpeler, craignant d'interrompre brutalement ce moment magique.
John Gierach, dans une écriture fluide et simple, nous permet enfin de suivre l'un d'eux, d'être à ses côtés. Qu'il soit dans sa cabane, ou le long d'un torrent, à fabriquer ses mouches (tout un art!) ou à se rafraichir avec une bière. Si le roman de Maclean nous laissait toujours spectateur, Gierach nous offre ici la possibilité de partager ces moments. La fabrication d'une mouche requiert patience, minutie et inventivité. Et respect. Respect d'une nature où on souhaite attirer le poisson avec un insecte brillant de mille feux. le pêcheur à la mouche m'impressionne toujours autant avec son dévouement envers ce sport, ou plutôt cet art. Solitaire.
Et le pêcheur aime s'isoler, si vous aimez la nature comme je l'aime, vous allez fouler avec lui des sentiers que peu de gens connaissent. Comme dans le recueil de nouvelles de Robin MacArthur, ces petits coins d pêche du Vermont que seuls les gens du coin connaissent et dont ils gardent farouchement le secret.

Lien : http://www.tombeeduciel.com/..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Kajaku
  30 mars 2019
Si vous êtes pêcheur ou bien si vous vous préparez à l'être, ce récit est pour vous.
Sinon, passez votre chemin. le style est agréable, l'humour bien présent, mais c'est un livre écrit par un pêcheur pour des pêcheurs point barre !
Abandonné lâchement vers la page 50...Ce n'est que mon avis bien entendu.
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   09 janvier 2017
Une truite, sur ce contient tout au moins, est une arc-en-ciel, une dorée, une mouchetée, une fario, une cutthroat, ou une autre sous-espèce ou hybride de ces familles-là, même si tout pêcheur à la mouche se réjouit secrètement de savoir que la truite mouchetée n'est en fait pas du tout une truite, mais plutôt une sorte d'omble, sans que cela ait à vrai dire la moindre espèce d'importance.
Commenter  J’apprécie          140
Corboland78Corboland78   28 mars 2012
Lorsque vous roulez dans la campagne, ce qui est encore le plus souvent le cas ici, dans l’Ouest, vous pouvez vous arrêter de temps en temps dans ces merveilleux bouis-bouis, cafés, tavernes, stations service et toutes combinaisons possibles de ces différentes raisons sociales. Ces lieux n’ont généralement rien de remarquable de l’extérieur, si ce n’est qu’ils semblent habités, avec leurs collections de caravanes, de poulaillers à l’abandon, de fumoirs, de pick-up à la retraite et de constructions à l’usage indéterminé. Côté route, l’enseigne peut indiquer à peu prêt tout et n’importe quoi, mais l’appellation classique dit : ESSENCE ASTICOTS BIERE FRAICHE
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Wendat69Wendat69   07 décembre 2016
Pour ma part, j'estime que la gestion des zones sauvages telles qu'elles existent encore, devrait se limiter à ce qui suit: tout d'abord on commence par raser les "équipements sanitaires", labourer les routes et les parkings, réensemencer les pistes, et par ailleurs laisser l'intérieur de la zone vivre en paix. Puis aménager un parking en terre battue à la limite du secteur concerné et y planter le panneau suivant:
AU-DELA DE CE POINT, VOUS ENTREZ DANS LA GRANDE NATURE SAUVAGE,
ATTENTION!
MAUVAIS TEMPS,TERRAIN DIFFICILE,OURS AU COMPORTEMENT ETRANGE, ZERO SECOURS,
QUICONQUE CHOISIT DE PENETRER DANS CETTE ZONE LE FAIT A SES RISQUES ET PERILS,
BONNE JOURNEE.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
lafilledepassagelafilledepassage   03 septembre 2019
En pratique, le sens du poisson est ce que les vieux sages zen appelaient l’éveil: tout simplement l’art de voir ce qui est sous vos yeux sans avoir à faire passer votre perception par le filtre d’innombrables pensées et théories ou, oui, d’équipement de pêche hors de prix.
Commenter  J’apprécie          50
Wendat69Wendat69   07 décembre 2016
A un moment, je sentis quelque chose me tirer par l'arrière du cou: c'était mon épuisette, qui s'était prise dans les saules et dont les élastiques s'étaient étirés au maximum, sur près de quatre pieds. Lorsqu'elle se décrocha, la base du manche vint me frapper violemment en haut de la nuque. Sous le choc, entre trente-six chandelles, j'eus la vision des gros titres que j'allais susciter: "Un pêcheur de la région tué par sa propre épuisette -Nous sommes ici face à un cas rare de maladresse et de stupidité extrême- déclare le légiste."
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de John Gierach (5) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de John Gierach
John Gierach - All Fishermen Are Liars
autres livres classés : nature writingVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Nature writing

Quel philosophe est considéré comme le fondateur du Nature writing?

Ralph Waldo Emerson
Henry David Thoreau
Benjamin Franklin

10 questions
69 lecteurs ont répondu
Thèmes : nature writing , écologie , littératureCréer un quiz sur ce livre