AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2070128199
Éditeur : Gallimard (05/01/2010)

Note moyenne : 2.67/5 (sur 135 notes)
Résumé :
De ce « très grand amour », il faut ici parler au passé, car il n’apparaît qu’au travers de la rupture brutale et définitive d’une longue histoire. Alors que rien ne semblait devoir séparer le couple, il faudra l’irruption de la maladie, et surtout un désaccord fondamental sur le traitement à adopter, pour faire voler l’harmonie en éclats.

Lorsqu’on découvre chez le narrateur un cancer de la prostate à un stade assez avancé, celui-ci décide, pour prés... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (30) Voir plus Ajouter une critique
araucaria
  06 août 2015
Je me suis presque ennuyée à la lecture de ce roman que j'ai trouvé sans saveur particulière. C'est une histoire banale d'un cavaleur qui ne peut pas s'empêcher de courtiser des femmes souvent beaucoup plus jeunes que lui, qui vit une histoire avec une de ces femmes, l'épousant et ayant d'elle deux enfants... épouse qui le fuit au bout de six petites années car vieillissant, atteint d'un cancer de la prostate, il la dégoûte... Je n'ai pas vraiment apprécié cette histoire, ni le style, ni l'écriture, et je reste sur ma faim. Où se situe ce Très grand amour??? Je ne suis absolument pas convaincue. D'ailleurs après un chagrin assez relatif, le héros du livre se remet très vite et repart à la conquête des premiers jeunes jupons qui se présentent... Ce livre n'était pas fait pour moi, je le trouve trop inconsistant et il ne me provoque aucune émotion. Du pipeau!
Commenter  J’apprécie          432
Abrideabattue
  09 août 2010
Je vous assure que j'ai lu jusqu'au bout, espérant un petit bout d'élégance, une jolie phrase, une pensée personnelle qui m'aurait donné à réfléchir. J'ai avalé les répétitions, ses mea culpa à propos de sa tendance à la procrastination. Je lui pardonne sa facilité pour la "fruition" et j'applaudis qu'il ait réussi à caser ce mot deux fois dans son livre. J'ai enjambé sans rechigner les citations de Nietzsche, Green, Miterrand, Allais, Tournier, Hemingway, et j'en passe. Ah si, j'ai apprécié sa définition de la vieillesse, empruntée à Elie Wiesel : avec les années les étés deviennent de plus en plus courts.
Mais je n'ai pas supporté son égoïsme, ses obsessions nombrilistes et sa soit-disant passivité devant les gens qui l'impressionnent en lui faisant perdre son esprit critique qu'on sait démesuré. Il ne m'a pas fait oublier le mien, au contraire !
Lire la totalité de la critique à l'adresse
http://abrideabattue.blogspot.com/2010/08/lectures-dete-deceptions-assurees.html#uds-search-results
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Bellonzo
  04 janvier 2014
On peut ne pas goûter le personnage Franz-Olivier Giesbert,bateleur parfois,suffisant souvent,cabotin télévisuel comme il en est tant.Mais Giesbert est aussi un bon écrivain dont j'avais jadis aimé Mort d'un berger et plus encore le Sieur Dieu.Un très grand amour est le roman,si peu roman d'ailleurs,d'un homme de soixante ans,malade,quitté après avoir quitté,homme à femmes comme l'on disait il y a longtemps.Il y a un peu ici du syndrome d'Hemingway,dont le fusil remplaça sèchement les impuissances,littéraires et intimes.D'ailleurs le héros de ce récit que Giesbert assume totalement est tenté à plusieurs reprises par le suicide.Mais,velléitaire et épicurien à la fois F.O.G." s'arrange" avec les choses,quelques mensonges,quelques omissions,quelques compromissions. Comme j'ai trouvé cela bouleversant de pâte humaine,moi qui suis né la même année.
Autre héroïne du livre la Provence offre à Giesbert l'occasion de digresser sur les tomates et les chèvres.Ce diable d'homme,gourmand de toutes les vies,à s'en éclater la panse,trouve à l'évidence le ton juste pour brasser ses histoires de femmes,nombreuses,et d'enfants à tout vent,d'examens inquiétants et de whiskys rédempteurs,de copains délaissés et de parfums de melons.Vous serez tentés de chercher les clés.Je vous les donne:c'est l'histoire d'un homme,un homme à l'italienne,à la Mastroianni,à qui les femmes ont tant donné et tant repris,et qui (merci Moustaki) "a su faire souffrir autant qu'il a souffert".Mais lui il en a fait une histoire.Universelle,bouleversante,arrogante parfois et si proche toujours.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
Zoep
  06 mars 2016
J'ai réussi à finir ce livre -et difficilement- seulement car j'avais un long trajet de train et rien d'autre à faire. Pourtant cet ouvrage m'a marquée, mais c'est part sa médiocrité. le personnage d'Antoine est ridicule au plus haut point; le cliché même du macho qui collectionne les jeunes femmes en les jetant une part une -sans oublier de presque s'en vanter-. Ce que j'appelle un pauvre mec voulant pathologiquement démontrer sa pseudo virilité avec sa stupide quéquette se présente lui comme un amoureux des sentiments à la recherche du véritable amour. Mégalomane au plus haut point, il se décrit aussi comme un grand orateur érudit et nous étouffe de toutes ses références et citations censées faire honneur à sa culture. Durant sa déchéance je n'ai ressenti aucune pitié et prenait presque un certain plaisir à le voir dégoûter sa femme -je me demande même comment il n'a pas pu la dégoûter dès le début avant ainsi que toutes les autres-. Son histoire ne vaut décidément pas un livre, pour moi c'est celle d'un homme sans intérêt qui commence à vieillir et à perdre son charme, et qui considère donc sa dernière histoire avec une femme comme celle de sa vie, le "très grand amour" alors qu'il n'en est rien. Refermez vite ce livre, ça m'écoeure de me dire que des torchons pareils dégoulinants de sentiments écoeurants et faux ai eu le droit d'être publié.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          31
Bazart
  28 août 2011
Le tissu romanesque d'Un trés grand amour est certes assez riche, mais le narrateur fait quand même énormement penser à l'auteur : homme des médias, chroniqueur littéraire à la télé, qui a rencontré les grands de ce monde, écrivains et politiciens ( de Julien Green à Mitterrand), ca me fait penser à quelqu'un, quand même, mais je vois vraiment pas à qui...)))
Là encore, le gros problème du livre est la mégalomanie évidente de l'auteur: à presque toutes les pages, l'auteur nous auto cite ses plus belles réflexions, ou alors, celles des auteurs qu'il affectionne particulièrement. Très vite, le livre ressemble à un vaste catalogue de citations littéraires, dont certaines sont effectivement plutôt bien tournées ("Si l'on peut mesurer l'amour au degré de peur qu'il engendre, celui-là était le plus grand que j'aie jamais connu" ou bien encore "Je suis un homme: autrement dit le seul animal de la Création qui a sa queue devant et ne cesse de courir après".) qui entrave complètement le fil narratif. FOG passe avant pour un don Juan qui collectionne les aventures avec les belles et (très) jeunes femmes, et finalement le très grand amour en question n'est jamais vraiment ressenti comme il devrait l'être.
De plus, les derniers chapitres du livre, décrivant par le menu détail le cancer de la prostate dont a souffertvéritablement Giesbert, m'ont semblé particulièrement impudiques et m'ont mis vraiment mal à l'aise. de Giesbert, je préfère défintivement ses essais politiques, dont la tragédie du président qui m'avait bien captivé en nous dévoilant les facettes de la Présidence Chirac.
Lien : http://www.baz-art.org/archi..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
Citations et extraits (59) Voir plus Ajouter une citation
araucariaaraucaria   30 juillet 2015
J'ai compris très tôt qu'il valait mieux passer sa vie à aimer plutôt qu'à détester. On se sent mieux, le soir, avant de se coucher. De surcroît, haïr fatigue. Je n'ai plus l'âge.
Commenter  J’apprécie          440
araucariaaraucaria   31 juillet 2015
Dans une famille recomposée, le beau-père a rarement droit à la parole. Dès qu'il l'ouvre, les enfants l'interrompent ou couvrent sa voix pour capter l'attention de la mère qui, se sentant toujours coupable, est à leur merci.
Commenter  J’apprécie          260
araucariaaraucaria   02 août 2015
L'avantage avec les livres, de nos jours, c'est qu'ils ne seront jamais volés. Je croyais même qu'ils dissuaderaient les malfaiteurs et que leur abondance, à Mérindol, me prémunirait contre les cambriolages qui, du temps de ma mère, ne cessaient pas.
Commenter  J’apprécie          220
araucariaaraucaria   01 août 2015
Relisant ces pages, j'ai le coeur serré et me dis qu'il vaudra mieux continuer ce livre sans trop regarder derrière. Les souvenirs ne me réussissent pas, surtout quand ils sont beaux. Ils coulent comme des larmes, et je n'aime pas les larmes.
Commenter  J’apprécie          220
araucariaaraucaria   30 juillet 2015
Même quand j'étais heureux en ménage, ce qui fut souvent le cas, je continuais à rechercher le très grand amour, celui qui, selon Spinoza, constitue un "accroissement de nous-même".
Commenter  J’apprécie          270
Videos de Franz-Olivier Giesbert (24) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Franz-Olivier Giesbert
Franz-Olivier Giesbert - On n'est pas couché 3 novembre 2018 #ONPC
autres livres classés : autobiographieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Les écrivains et le suicide

En 1941, cette immense écrivaine, pensant devenir folle, va se jeter dans une rivière les poches pleine de pierres. Avant de mourir, elle écrit à son mari une lettre où elle dit prendre la meilleure décision qui soit.

Virginia Woolf
Marguerite Duras
Sylvia Plath
Victoria Ocampo

8 questions
691 lecteurs ont répondu
Thèmes : suicide , biographie , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..