AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 287580166X
Éditeur : Kennes Editions (16/09/2015)

Note moyenne : 3.44/5 (sur 17 notes)
Résumé :
Printemps 1960. Norman Oaks est chroniqueur à la pige pour un journal new-yorkais. Il vit seul mais heureux dans son appartement de Greenwich Village. Sa quiétude est troublée par la jolie Bebe Newman, une hôtesse de l'air particulièrement bruyante qui s'installe un étage au-dessus du sien. Elle aime faire la nouba jusqu'au petit matin ; il aime se coucher et se lever à heures fixes. Elle ne jure que par la modernité ; il préfère la tradition. Bref, tout les oppose.... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (16) Voir plus Ajouter une critique
Sirenna
  06 septembre 2017
Est-ce que quelqu'un m'a suggéré de lire cette BD ?
Non.
Est-ce quelqu'un m'a obligé à lire ce livre ?
Non.
Est-ce que j'aime perdre mon temps ?
Non.
Alors pourquoi diable ai-je lu ce roman graphique ?
Par inertie !
Je croyais que ce livre serai amusant et me ferai rire.
Mais les illustrations m'ont déplus et l'histoire encore plus !
Est-ce que l'histoire poussive d'une hôtesse de l'air irrespectueuse avec son entourage me plait ?
Non.
Est-ce que son voisin, journaliste de surcroit et futur amant m'attendri ?
Non.
Des personnages sans intérêt et dont l'histoire m'indiffère et que j'ai pourtant ingérée à l'insu de mon plein gré^^
C'est juste idiot de ma part d'avoir dépensé 45 minutes de ma vie pour des banalités sans gout ni saveur.
Plus jamais cet auteur !
Je lui interdis de me faire de l'oeil dans l'allée centrale de ma médiatique avec sa page de couverture rutilante ^^ comme un bolide de luxe ^^ alors qu'il n'a en vérité que le moteur d'un shooter trafiqué…
Eh, oui, j'utilise une métaphore mécanique qui décrit ma déception car je m'attendais à plus fort, plus puissant ...un livre qui m'embarque...qui me transporte^^
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          294
Presence
  05 août 2017
Ce tome comprend une histoire complète et indépendante de toute autre ; il n'y a pas eu de tome 2. Cette histoire a été publiée pour la première fois en 2015. Elle écrite par Gihef (Jean-François Baudot), dessinée et encrée par Antonio Lapone, avec une mise en couleurs réalisée par Anne-Claire Thibault-Jouvray. Elle a bénéficié d'une édition en noir & blanc augmentée d'un carnet de croquis : GREENWICH VILLAGE - Artist Edition.
Ce récit se déroule au printemps 1960, dans le quartier de New York appelé Greenwich Village. Norman Oaks est un chroniqueur à la pige pour un journal newyorkais. Ce jour-là, il rentre dans son appartement comme tous les jours. Il constate la présence d'un camion de déménagement devant son immeuble de Perry Street, et de déménageurs en train de s'affairer. Alors qu'il arrive devant la porte de son appartement, il voit qu'elle est ouverte, qu'une jolie jeune femme blond platine se tient dans l'embrasure et que certains déménageurs sortent ses affaires à lui, pendant que d'autres amènent ses affaires à elle. Il se présente à Bebe Newman et lui explique qu'elle s'est trompée et que son appartement à elle se situe à l'étage du dessus. Elle s'excuse, d'autant plus qu'elle a dû faire sauter la serrure pour entrer.
Dès la première nuit, Bebe Newman donne une soirée dans son appartement, toute la nuit durant, et Norman Oaks n'arrive pas à la joindre pour lui demander un peu de calme. le lendemain alors qu'il essaye d'écrire une chronique, elle passe l'aspirateur ce qui fait un boucan d'enfer dans son appartement, rendant toute concentration impossible. Il sort faire un tour dehors pour se calmer. Il se rend compte que la photographie de Bebe Newman en uniforme d'hôtesse de l'air de la Pan American Airlines apparaît sur la couverture d'un magazine mis en avant dans toutes les devantures. de retour à son immeuble, il va la voir pour lui demander plus de calme, mais il se voit offrir une coupe de champagne par la charmante jeune femme, et n'arrive pas à expliquer son cas avant qu'elle ne le mette précipitamment dehors. Il va se plaindre chez la logeuse madame Senzapresky, dont le mari est justement monté chez Bebe Newman pour réparer une fuite d'eau.
Un seul regard à la couverture de l'album suffit pour évoquer une comédie romantique dans le ton de Diamants sur canapé (1962, Breakfast at Tiffany's) une comédie romantique de Blake Edwards, avec Audrey Hepburn dans le rôle principal. le lecteur note la similitude de la situation d'écrivain (de chroniques au lieu de romans) de Norman Oaks avec Paul Varjak (Fred) et la propension à organiser des fêtes déchaînées dans son appartement de Bebe Newman, comme Holly Golightly. Il constate rapidement que la situation n'est pas identique puisque Bebe Newman exerce un emploi, et Norman Oaks n'est pas entretenu par son amante. Il s'en suit donc un récit original qui garde l'esprit de la comédie romantique, mais sans la musique envoutante d'Henry Mancini et sans la chanson Moonriver.
Le lecteur ne se lance pas dans cette histoire en s'attendant à y trouver une intrigue renversante. La situation de départ est des plus classiques : un homme et une femme mal assortis qui se retrouvent voisin, un amoureux possessif de la jeune femme Massimo Bellocchio, une cohabitation forcée pour les 2 jeunes gens afin de donner le change. L'issue de l'histoire ne fait pas un doute. En outre, le lecteur se rend compte que la narration est débarrassée de mélancolie et de vague à l'âme, qu'elle reste dans un ton léger avec quelques réactions exagérées pour un effet comique. Évidemment, ce n'est pas une histoire basée sur l'action. Il y a bien un enlèvement, mais il est raté, et il n'a pas grande conséquence. Les événements les plus nombreux relèvent de la vie de tous les jours, comme Bebe Newman faisant irruption chez Cole Slowe (son voisin du dessus), suivie par une autre voisine Dora Macalistair et son fils Bucky. Il y a aussi une machine à laver qui fuit et une exposition de sculpteurs avant-gardistes. Pourtant le lecteur se retrouve vite immergé dans cette histoire et dans ce quartier de New York grâce aux dessins.
La couverture donne une bonne idée des graphismes à l'intérieur. le lecteur y voit une jeune femme élancée, mais pas dessinée de manière réaliste, ainsi qu'un chat représenté de manière plus conceptuelle que descriptive. S'il s'amuse à regarder la jeune femme dans le détail, le lecteur a dû mal à croire que ces différentes formes s'agrègent pour former une silhouette si élégante. Les sourcils sont exagérément allongés et gras. le chapeau est ridiculement petit et perché de telle manière à ce qu'il tombe à coup sûr au premier mouvement de tête. Les doigts ressemblent à des dents fourchette, sans jointure apparente et il est un peu surprenant qu'elle n'ait pas quitté ses gants pour lire. Ses genoux forment un angle aigu absolument anatomiquement impossible. Il vaut mieux que le regard ne s'attarde pas sur la finesse de sa taille ou la forme de ses escarpins. le chat conserve uniquement une allure de chat, mais il ne faut pas regarder la taille de sa tête, ou l'absence de pattes à ses jambes. le tout constitue une très belle jeune femme, une vraie liane légère et gracile, élégante et délicate, avec un sens de la mode et du chic tout en conservant son naturel.
Le lecteur peut aussi s'attarder sur le décor : les rideaux imprimés avec leurs motifs représentatifs d'une époque et une qualité de finition moderne, la façade en arrière-plan détourée avec à la règle tout en faisant penser à l'architecture de Greenwich Village. Tout du long de cette histoire, Antonio Lapone rend compte des façades typiques du quartier en les délimitant avec un trait d'une épaisseur régulière, assez fin, sans chercher à y installer des ombres, mais avec quelques petits traits pour évoquer les briques. le lecteur note que la coloriste complète à quelques reprises les traits encrés par des petites touches de couleurs, par exemple pour figurer les feuilles des arbres en page 4, ou des trames à base de point pour ajouter de la texture par exemple pour les haies de la résidence de Massimo Bellocchio en page 45.
L'artiste soigne aussi le mobilier et les appareils électroménagers. En page 7, le lecteur découvre l'intérieur de l'appartement de Bebe Newman, avec son canapé, son gros fauteuil tout rond, sa table basse avec une forme caractéristique, le design particulier de la radio, les motifs sur les rideaux (les mêmes que sur la couverture), les motifs en étoile des coussins, etc. le lecteur éprouve la sensation de se retrouver projeté dans un décor d'une comédie d'un film de l'époque. La même sensation se reproduit avec la même intensité dans le salon de madame Senzapresky avec ses cages à canari évoquant celle de Titi, sur le toit de l'immeuble où logent Bebe Newman et Norman Oaks, dans l'appartement de ce dernier, etc. le dessinateur nourrit encore cette sensation nostalgique avec les appareils modernes de l'époque : l'aspirateur, le fer à défriser (un moule à saucisson nucléaire pour madame Senzapresky), la cafetière, le climatiseur, l'énorme téléviseur, le tourne-disque, etc. le scénariste renforce cette nostalgie avec des références aux Beatniks, à John Fitzgerald Kennedy, à Dalton Trumbo, à la série Perry Mason, à la série Twilight Zone, à l'hôtel Waldorf Astoria.
Bien sûr, Antonio Lapone soigne les toilettes (un peu trop courtes au goût de madame Senzapresky) de Bebe Newman, ainsi que sa silhouette et celles des autres personnages. Norman Oaks porte un pantalon et une veste de costume, avec une chemise blanche avec un tout petit peu de flottement pour la liberté de mouvement et une impression de détente. La silhouette de madame Senzapresky est plus épanouie avec une robe noire neutre et une coiffure sage. Massimo Bellocchio a un costume beaucoup plus flamboyant en cohérence avec sa personnalité exubérante. L'artiste a donc choisi de déformer les silhouettes et les visages pour leur insuffler plus de vie, et applique cette approche à tous les personnages. Cela lui permet de rendre les visages plus expressifs, d'accentuer les émotions et les états d'esprit pour un effet comique. le lecteur est incapable de résister au visage épanoui de Bebe Newman souvent souriant, aux expressions d'étonnement ou d'exaspération de Norman Oaks, au visage de zombie d'Emil Senzapresky, aux expressions de charmeur de Massimo Bellocchio. du fait de l'exagération, Lapone peut aussi se permettre d'utiliser des codes graphiques comme des petits coeurs à la place des yeux sur un visage, comme lorsque madame Senzapresky est sous le charme de Bellocchio page 15. Les dessins génèrent donc une ambiance détendue et amusée plaçant le récit dans le registre de la comédie dédramatisée, très différente de celles de Billy Wilder, car ni moraliste, ni caricaturiste. L'immersion du lecteur devient une expérience sensorielle totale lorsque les auteurs réalisent des pages dépourvues de texte (pages 28, 29, 42, 43, 47), car son niveau de participation active augmente encore.
En sortant de cette oeuvre, le lecteur se rend compte qu'il sourit, encore sous le charme de de la demoiselle, dans ce New York rêvé, sous le charme de l'élégance des personnages et des décors, totalement subjugué par le destin inéluctable qui a réuni cette femme et cet homme, pour le meilleur. Il n'a pas ressenti de manque du fait de l'absence de noirceur ou de complexité des personnages. Il a apprécié à sa juste valeur ce conte à la forme sophistiquée et enlevée, avec une nostalgie assumée.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
RosenDero
  10 février 2017
Norman Oaks vit à New York, plus précisément à Greenwich Village. Il aime la tranquillité du quartier, la quiétude de son immeuble, la calme de son appartement d'où il travaille comme journaliste. Tout va changer avec l'arrivée d'une nouvelle locataire : Bebe Newman, hôtesse de l'air loufoque et bruyante qui passe ses nuits à faire la nouba et ses journées à passer l'aspirateur ou à laisser la tv hurler...
---
Alors c'est donc ça une "comédie dramatique" ? Si la fin est courrie d'avance,, il n'empêche que certaines situations sont drôles, plusieurs tirades bien trouvées et les personnages attachants. L'ambiance et l'architecture de Greenwich sont bien rendus, le côté sit com est agréable (si l'on est prévenus, c'est mieux^^).
La mention "tome 1" laisse augurer une suite, mais cet album se suffit à lui-même et la fin en est vraiment une.
Commenter  J’apprécie          170
argali
  23 septembre 2015
J'ai reçu avec plaisir cette bande dessinée des éditions Kennes. Non seulement parce que je ne connaissais ni le dessinateur Lapone ni le scénariste Gihef mais aussi parce que l'époque dans laquelle évoluent les personnages me plait beaucoup.
Cette comédie s'inscrit dans une série d'albums se déroulant tous dans un immeuble de Perry Street et mettant en scène ses différents locataires. (Cela évoque immanquablement, l'époque en moins, les Chroniques de San Francisco.) Ce premier récit enlevé et drôle est mis en valeur par l'élégance des dessins de Lapone qui a croqué d'un trait léger les moindres détails. Dès la première planche, nous sommes plongés dans le New-York des années soixante. Par les vêtements, les meubles, la déco, on se croirait dans un épisode de « Ma sorcière bien aimée ». le ton bon enfant et l'humour sont également au rendez-vous.
Fascinés par la culture populaire américaine des années 50 et 60, Gihef et Lapone ont choisi de placer leur histoire au coeur de Greenwich Village, « le Village » comme l'appelle les New-Yorkais, car c'est un quartier a taille humaine, où la vie de bohème est encore de mise. L'apparition tonitruante de Bebe dans cette immeuble sans histoire va pimenter et secouer la vie de tous les locataires et surtout celle de son très sérieux voisin du dessous. Malgré sa candeur étonnante, cette jolie hôtesse de l'air est en fait un cocktail explosif qui ne laisse personne indifférent. Cela nous donne de belles scènes dynamiques et burlesques un peu à la manière des comédies romantiques de Billy Wilder.
Les auteurs ne ratent pas l'occasion de glisser dans le récit, des allusions à L Histoire, que ce soit à propos de la fondation de Greenwich Village, de la compagnie aérienne Pan Am, des élections américaines et du jeune JFK, de l'art, des programmes télé de l'époque...

Je ne peux que vous conseiller cet album très réussi. Un petit bijou d'humour et de joie de vivre à l'esthétisme et au design soignés. J'attends impatiemment la suite.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
nathlie93100
  20 juin 2016
En ce moment, je me suis remise à lire des bande-dessinées : un support que j'avais un peu délaissé depuis quelques temps. Greenwich Village est une bande-dessinée qui m'a tout de suite intriguée par son dessin et ses couleurs très particuliers.

Ce premier tome de Greenwich Village nous raconte l'histoire de Norman Oaks, un homme à la vie rangée et aux horaires fixes, chroniqueur dans un journal new-yorkais qui fait la rencontre de Bebe Newman, une hôtesse de l'air qui aime faire la fête et qui vit dans un bruit constant (télé, aspirateur, musique...). Autant dire que tout oppose ces deux personnes mais un concours de circonstances va les obliger à cohabiter pour quelques temps. Crises de fous rire garanties !
J'ai beaucoup aimé ces deux personnages que tout oppose mais qui apprennent peu à peu à se connaître et s'apprécier. Norman ne peut pas supporter Bebe mais est bien obligé le faire pour les besoins de sa chronique pour le journal dans lequel il travaille.
L'histoire est fraîche et drôle, et les situations rocambolesques dans lesquelles se retrouvent les personnages m'ont beaucoup fait rire ! On ressent aussi beaucoup l'inspiration des années 60 dans cette bande-dessinée avec l'essor de l'électro-menager mais surtout dans l'ambiance générale du New York de Greenwich Village.
L'histoire qui nous est racontée est une comédie romantique fraîche et burlesque. On se croirait vraiment dans de la click-lit sous forme de bande-desinnée basée dans les années 60.
Cela ressort aussi au travers des illustrations qui réussissent à nous faire entrer dans ce New York des années 60 dès le début de la lecture. Les dessins sont de qualités, à la beaux et très originaux.
Les auteurs réussissent très bien à nous faire ressentir le bruit ambiant qui entoure nos personnages et on ne peut que rire des situations ou compatir pour ce pauvre Norman qui voit sa vie dérangée de bien des manières.
Je souhaiterais enfin mettre un mention spéciale pour le personnage de Massimo, fraîchement débarqué d'Italie pour retrouver sa bien-aimée. Son accent est tout simplement mythique ! J'ai tellement ri en lisant ses répliques !
En conclusion, j'ai passé un agréable moment avec ce premier tome de Greenwich Village. C'est une comédie romantique fraîche et burlesque aux illustrations très accrocheuses. J'ai hâte de pouvoir lire la suite et j'espère qu'elle sera tout aussi drôle !
Lien : http://reveuseeveillee.blogs..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

critiques presse (3)
BoDoi   16 novembre 2015
Une intrigue légère et plaisante même si les rebondissements, aussi rocambolesques qu’improbables, cassent un peu la vraisemblance.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   12 octobre 2015
Nul doute qu’il possède tous les ingrédients pour ravir les lectrices... et même les lecteurs.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   31 août 2015
Très sympathique album de 46 planches qui se dévore d'une traite.
Lire la critique sur le site : Sceneario
Citations et extraits (9) Voir plus Ajouter une citation
PresencePresence   05 août 2017
Ce pauvre Norman a toujours eu bien du mal à s'acclimater au tohu-bohu de la ville et à son florilège de nuisances sonores. C'est pour cette raison qu'il erre régulièrement à Washington Square, havre paisible et verdoyant en plein cœur de Manhattan ou l'on peut encore entendre les oiseaux gazouiller.
Commenter  J’apprécie          00
PresencePresence   05 août 2017
Parfois j'ai l'impression que nous ne parlons pas la même langue. Comme si les mots étaient pareils mais n'avaient pas le même sens chez toi.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   05 août 2017
Cette petite devrait faire plus attention à la température de ses lessives. Ses toilettes diminuent à vue d'œil.
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   05 août 2017
Ce n'est pas la ville qui me gêne. C'est la vitesse à laquelle elle change. Et le monde avec…
Commenter  J’apprécie          10
PresencePresence   05 août 2017
Si d'aventure, vous vous égarez du côté de Greenwich Village, vous serez d'emblée frappé par son charme intemporel.
Commenter  J’apprécie          00
Lire un extrait
Videos de Gihef (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Gihef
Interview de Gihef au festival BD d'Anzin-Saint-Aubin en 2012.
Livres les plus populaires de la semaine Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les Amants de la Littérature

Grâce à Shakespeare, ils sont certainement les plus célèbres, les plus appréciés et les plus ancrés dans les mémoires depuis des siècles...

Hercule Poirot & Miss Marple
Pyrame & Thisbé
Roméo & Juliette
Sherlock Holmes & John Watson

10 questions
3500 lecteurs ont répondu
Thèmes : amants , amour , littératureCréer un quiz sur ce livre
.. ..