AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2896493697
Éditeur : VLB Editeur (02/04/2012)

Note moyenne : 4.15/5 (sur 27 notes)
Résumé :
Béatrice, écrivaine en mal d'inspiration, arrive au Yukon avec l'espoir d'y trouver le sujet de son prochain roman. Sur la route qui relie Whitehorse à Dawson City, elle prend une femme en auto-stop et réalise très vite qu'il s'agit d'Isabelle St-Martin, une esthéticienne dont elle a déjà été la cliente. Mais la Yukonnaise qui occupe le siège du passager n'a plus rien de la Québécoise superficielle qu'elle a connue autrefois. Au fil des conversations, Béatrice décou... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr
Critiques, Analyses et Avis (10) Voir plus Ajouter une critique
bilodoh
  31 janvier 2017
Escapade au Yukon, un Territoire du Nord du Canada, juste à côté de l'Alaska.

Une écrivaine québécoise va chercher l'inspiration dans la petite ville de Dawson City, au confluent du fleuve Yukon et de la rivière Klondike. Vous l'aurez deviné, il s'agit de la ville qui a connu la célèbre « ruée vers l'or. »

Cette fois, l'auteur ne parlera pas de « Lili Klondike » et des chercheurs d'or, mais plutôt d'une femme d'aujourd'hui qu'elle a rencontrée au Yukon. Elle racontera le parcours d'une jeune esthéticienne de Québec venue chercher l'amour à Dawson et qui, comme les anciens mineurs, devra faire face à bien des désillusions. Car même si l'histoire se passe à la fin du vingtième siècle, c'est dans une cabane sans eau courante et sans électricité que notre apprentie yukonnaise devra apprendre à vivre.
On choisira ce livre pour la description du décor et de la façon de vivre de ces gens, un dépaysement total pour les citadins. Et que dire du froid et la longue nuit polaire? Heureusement que la générosité des gens apporte une bonne dose de chaleur humaine!
La prose est efficace mais sans fioritures et les personnages n'ont pas toujours autant de substance que l'on aimerait. Mais on passe un agréable moment de lecture en découvrant l'autre bout du monde!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          372
iarsenea
  14 octobre 2014
Depuis quelques mois, je n'ai plus qu'une obsession : visiter le Yukon et l'Alaska. Aussitôt que j'ai découvert que Mylène Gilbert-Dumas avait aussi un intérêt particulier pour le Yukon, je me suis empressée d'aller à la bibliothèque pour emprunter ses livres. J'avais l'intention de prendre Lili Klondike, mais le premier tome n'était pas disponible. Je me suis donc jetée sur ce roman moins connu de l'auteure, qui se passe à une époque beaucoup plus récente.
Aussitôt plongée dans l'histoire, je me suis mise à dévorer les pages comme si ma vie en dépendait. Pourtant, il n'y a ici pas d'action particulière, même les paysages de Dawson ne sont pas beaucoup décrits. Pourtant, j'ai complètement été happée par l'histoire de cette esthéticienne rapatriée au Yukon pour et par un homme. Une femme qu'on aurait jamais cru voir survivre si longtemps dans ce village loin de toute commodité. Pourtant, elle s'est adaptée, et même séparée de l'homme qui l'y avait amenée, elle a fait le choix d'y rester.
Je pense que ce sont les mots choisis par l'auteure qui sont gagnants dans cette histoire. Aucun flafla, une histoire en toute simplicité, comme les habitants du Yukon. La lecture est fluide, et les pages passent sans qu'on s'en rende compte.
Au bout de cette lecture, je ne sais pas ce qui me retient d'aller au Yukon au plus vite. J'ai très envie de découvrir cette partie de mon propre pays qui demeure un mystère pour moi. le manque d'argent, sans doute... En attendant, je devrai me contenter de Lili Klondike.
Lien : http://lecturesdisabelle.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
mallard
  03 mai 2017
Laissez-vous transporter vers le Yukon le pays des chercheurs d'or (de nos jours), mais aussi de la vie dans son plus simple appareil. La Yukonnaise est à mon humble avis à lire. (Tout comme l'Escapade sans retour de Sophie Parent (un incontournable)). C'est l'histoire de Béatrice une écrivaine en manque d'inspiration qui part pour le Yukon pour quelques mois chez une aubergiste afin d'en garder sa maison. Elle fera la rencontre fortuite d'Isabelle, une esthéticienne de la ville de Québec dont elle a déjà été la cliente des années auparavant. En effet, Isabelle est partie pour le Yukon il y a neuf ans de cela et celle-ci n'est jamais revenue au Québec. Pourquoi est-elle partie et n'est-elle jamais revenue? Que trouve-t-elle à cette terre d'accueil peu accueillante et à son climat aride? C'est ce que découvrira l'écrivaine tout au long du récit de la mystérieuse jeune femme.
Commenter  J’apprécie          30
Cielvariable
  21 septembre 2012
Histoire très originale et intéressante qui présente la vie au Yukon comme on en entend rarement parler. L'histoire tient constamment le lecteur en haleine (on veut vraiment savoir ce qui a poussé une esthéticienne superficielle et tête en l'air de Québec à s'exiler au Yukon et à devenir une femme forte, indépendante et indifférente au jugement social). le roman ne donne pas envie d'aller au Yukon (à moins d'avoir un grand intérêt pour la misère, la solitude et les grands froids), mais il permet de comprendre mieux le style de vie dans le Grand Nord.
Commenter  J’apprécie          30
Cocotte8017
  05 février 2015
Isabelle est une esthéticienne de Québec qui vient de perdre son amoureux. Elle décide de quitter sa région pour le Yukon après avoir fait la rencontre de Guy. Au fil du temps, elle deviendra une vraie "Yukonnaise".
J'ai adoré ce roman! L'histoire d'Isabelle est captivante pour plusieurs raisons. Tout d'abord, parce qu'on en apprend beaucoup sur le Yukon et les habitudes de ses habitants. On est loin de notre confort des gens du sud! On s'attache beaucoup aux personnages surtout à Isabelle, une femme qui écoute son intuition et qui chemine devant nos yeux. Elle a une force de caractère qui m'a inspirée.
J'ai bien l'intention de poursuivre ma découverte de cet auteure!
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (12) Voir plus Ajouter une citation
CielvariableCielvariable   03 janvier 2013
J'avais loué une maison à Dawson, au pied du Midnight Dome. Par la fenêtre de la cuisine, on voyait le fl euve Yukon et la falaise, de l'autre côté. Le village se déployait au premier plan, avec ses édifi ces colorés et bordés d'arbres minces, givrés en hiver. C'était une grande maison, selon les critères de Dawson. Au Québec, on aurait dit un chalet. Maureen, la propriétaire, l'avait construite de ses mains et répétait à qui voulait l'entendre qu'elle avait pelé elle-même chacun des troncs avant de les assembler pièce sur pièce. À la fi n janvier, quand le soleil recommençait sa tournée, il se couchait de biais, presque au sud. Ses rayons s'engouffraient alors par les fenêtres, inondant le salon de rose, de mauve et d'orangé. C'était du moins ce que prétendait l'annonce que j'avais trouvée sur internet.
À ceux qui me posaient la question, je répondais que je louais la maison. En vérité, on me la prêtait en échange de menus services. Maureen possédait un appartement au Mexique. Depuis sa retraite de l'enseignement, elle y passait un mois par année. L'hiver, de préférence. Pendant ce qu'elle appelait ses « vacances », elle offrait sa maison de Dawson à quiconque s'engageait à nourrir le poêle à bois, histoire de préserver les tuyaux du gel. L'occupant devait également prendre soin d'un chien et d'un chat. Rien de bien compliqué, m'étais-je dit en sautant sur l'occasion.
Je suis écrivain. Écrivaine, plutôt. En 2009, après six mois de congés sabbatiques à réfl échir devant un écran blanc, j'étais une écrivaine qui ne savait toujours pas sur quoi son prochain roman allait porter.

Je me trouvais en transit à Whitehorse ce jour-là. Mon avion avait atterri la veille au soir, et j'attendais de prendre un vol vers Dawson City le lendemain.
Nous étions en janvier. Les touristes qui envahissaient le Yukon de la fi n mai à la fi n août avaient depuis longtemps abandonné le territoire aux Yukonnais. Pour passer le temps, j'avais trouvé refuge au Baked Café, à l'intersection de la Main et de la 1re Avenue, c'est-à-dire à une dizaine de mètres seulement du fl euve, donc exposé aux intempéries. M'y rendre avait été périlleux à cause de l'obscurité qui s'éternisait, mais aussi parce que la neige tombait en abondance et que le vent du nord se montrait harassant. À l'intérieur cependant, l'air surchauffé avait un parfum de cannelle que j'ai trouvé revigorant.
Dès mon arrivée, l'aspect familier des lieux avait fait naître un sourire sur mes lèvres. Un éclairage cru, des murs peints orange brûlé, une déco éclectique, mélange de boiseries traditionnelles et d'oeuvres d'art contemporain. Avec la musique d'Amy Winehouse qui planait en sourdine, on oubliait qu'on se trouvait au Yukon pour s'imaginer quelque part sur le Plateau Mont-Royal ou dans le chic quartier Montcalm à Québec. Il s'agissait de toute évidence d'un lieu branché, mais, si tôt le matin un jour de tempête, l'endroit était désert, mis à part un jeune homme penché sur son ordinateur.
J'ai boudé les fauteuils pour m'asseoir sur une chaise droite et poser mon propre ordinateur sur la table adjacente. De là, mon bol de café dans les mains, je n'avais qu'à lever les yeux pour admirer, à travers l'immense mur vitré, le jour qui gagnait enfi n sur la nuit. Il était passé 10 heures.
C'est en reportant mon attention sur l'intérieur du café que j'ai aperçu l'affi che fi xée au-dessus de la porte. Il s'agissait d'une photographie laminée d'un vieil édifi ce de trois étages recouvert de déclin rose. Les mots « Westminster Hotel, est. 1898 » peints sur la façade contribuaient à lui donner un petit air western qui rappelait l'époque des chercheurs d'or. Voilà qui me ramenait malgré moi à mon travail. J'ai effl euré le clavier de mon ordinateur pour le sortir de son état de veille et j'ai ouvert le dossier ROMAN auquel je n'avais pas touché depuis quelques jours. Puisque j'étais au Yukon pour écrire, aussi bien m'y mettre !
Ce n'était pas par hasard si j'avais proposé mes services pour garder la maison de Maureen. Après tout, il y a plus exotique pour une Québécoise qu'un hiver dans le Grand Nord. La vérité, c'est que j'espérais trouver l'inspiration à Dawson City. Une partie du village avait été restaurée, et j'étais persuadée qu'on y sentait encore l'esprit de la ruée vers l'or. Si c'était le cas, je me disais que j'arriverais peut-être à raconter dans un roman les diffi cultés qui avaient jonché la route des prospecteurs cent ans plus tôt.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
bilodohbilodoh   31 janvier 2017
Jamais, de ma vie, je n’avais vu de gens aussi indifférents à leur apparence et à celle des autres. Comme Isabelle, leurs valeurs se trouvaient ailleurs, dans la chaleur qu’on ressentait en leur présence, dans l’affection qu’ils témoignaient l’un envers l’autre, dans la sincérité de leurs propos et dans cette liberté qu’ils s’étaient octroyés et qu’ils défendaient farouchement.

(vlb, p. 208)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
bilodohbilodoh   26 janvier 2017
— Si les étoiles brillent davantage au Yukon, ce n’est pas juste parce qu’il fait plus noir. C’est surtout parce qu’on prend le temps de les regarder. Plus souvent et plus longtemps.

(VLB, p. 311)
Commenter  J’apprécie          150
LefelyneLefelyne   28 avril 2014
-Mon doux seigneur!
La forêt venait de s'éclipser pour faire place à une clairière au centre de laquelle se trouvait une cabane en rondins. Sur la galerie, un magnétophone branché à une batterie d'auto crachait à tue-tête Is This Love de Bob Marley. Près du tiers du terrain était occupé par un potager clôturé. Le reste n'était qu arbres, arbustes et foin long. En bordure du bois, une construction minuscule, un peu plus de un mètre sur un mètre, sema la panique dans l'esprit d'Isabelle.
-Ne me dis pas que c'est une bécosse que tu as là.
Guy se raidit.
- C'est-à-dire que.
Elle s'énerva.
-J'espère au moins que tu as le reste.
-C'est quoi le reste?
-Un bain ou une douche, un lavabo ou un évier.
- C'est-à-dire que...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
CielvariableCielvariable   05 mars 2018
-Mon doux seigneur!

La forêt venait de s'éclipser pour faire place à une clairière au centre de laquelle se trouvait une cabane en rondins. Sur la galerie, un magnétophone branché à une batterie d'auto crachait à tue-tête Is This Love de Bob Marley. Près du tiers du terrain était occupé par un potager clôturé. Le reste n'était qu arbres, arbustes et foin long. En bordure du bois, une construction minuscule, un peu plus de un mètre sur un mètre, sema la panique dans l'esprit d'Isabelle.

-Ne me dis pas que c'est une bécosse que tu as là.

Guy se raidit.

- C'est-à-dire que.

Elle s'énerva.

-J'espère au moins que tu as le reste.

-C'est quoi le reste?

-Un bain ou une douche, un lavabo ou un évier.

- C'est-à-dire que...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Videos de Mylène Gilbert-Dumas (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Mylène Gilbert-Dumas
L'escapade sans retour de Sophie Parent - Mylène Gilbert-Dumas - VLB éditeur
autres livres classés : yukonVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonCulturaMomoxLeslibraires.fr





Quiz Voir plus

Littérature québécoise

Quel est le titre du premier roman canadien-français?

Les anciens canadiens
La terre paternelle
Les rapaillages
L'influence d'un livre
Maria Chapdelaine

18 questions
137 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature québécoise , québec , québécoisCréer un quiz sur ce livre