AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9791091447676
Éditeur : Ring (31/08/2017)

Note moyenne : 3.72/5 (sur 66 notes)
Résumé :
" Un pédophile se cache-t-il derrière le conte le plus célèbre du monde, Alice au Pays des Merveilles ? Lewis Carroll a-t-il brouillé les pistes pour masquer la véritable Alice, bien réelle, qui aurait été l'une de ses victimes ? Le roman gigogne de l'auteur français, Ghislain Gilberti, Dernière sortie pour Wonderland, remonte la piste d'Alice et de son bourreau à travers un puzzle effroyable et brillant. "

Norah Spencer, CBS News
Durant une... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (42) Voir plus Ajouter une critique
lyoko
  11 mars 2019
Ce roman me faisait peur ( et a juste raison), mais quand j'ai vu que la Mécanique Générale le sortait en poche j'ai sauté le pas.
D'abord sujet qui fâche en général chez moi, la pédophilie … d'autant que je connais l'écriture de Gilberti et que je sais qu'il ne prend pas de gants.. et qu'il est très bon pour décrire l'indescriptible.
Ensuite c'est Un "remake" a la sauce Gilberti d'Alice au pays des merveilles et que je n'aime pas du tout l'original ... ni l'animé, ni le film, et encore moins le roman de Lewis Caroll.
Je reste donc dubitative sur ce roman, mais il faut reconnaitre que la plume de l'auteur est toujours belle, agréable, franche. Comme je l'ai toujours aimé.
Sous acide ou non l'histoire du lapin blanc ne m'a jamais fait rêver, donc il était évident que je n'allais pas accrocher.

Pour le côté pédophile de Caroll il faut reconnaître que le contenu des photos en fin de livre pousse quand même a la réflexion...mais qu'aucune preuve tangible ne confirme a 100% la chose… On pourrait d'une certaine façon comparer cela a ce qu'il peut se passer aujourd'hui avec le nouveau documentaire sur Michael Jackson… Peut qu'être que oui.. ou peut être que non.
Bref, je préfère nettement Gilberti dans ses autres romans
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          636
Franckync
  24 avril 2018
Titre : Dernière sortie pour wonderland
Auteur : Ghislain Gilberti
Année : 2017
Editeur : Ring
Résumé : Au cours d'une soirée, Alice Price étudiante et artiste de la scène underground, se voit proposer une drogue inconnue jusqu'alors. Les effets du stupéfiant la propulse dans un monde inconnu. Au bord de l'overdose, guidé par un étrange lapin blanc la jeune fille va pénétrer dans un monde parallèle : l'univers fantasmagorique et pervers de Lewis Carroll.
Mon humble avis : J'avoue que je ne connaissais pas du tout l'oeuvre de Lewis Carroll avant de m'attaquer à ce roman de Ghislain Gilberti. Pour moi Alice au pays des merveilles était un conte pour enfant et je n'avais que de brefs souvenirs du dessin animé tiré de l'oeuvre de l'auteur britannique. Avant de lire ce bouquin je prenais donc quelques renseignements sur Caroll et quelle ne fut pas ma surprise de constater que la vie privée de l'auteur fut entièrement dédiée à sa passion perverse pour les très jeunes filles. Pédophile le mot est lâché et semble tout à fait adapté pour ce photographe amateur qui brûla la majorité de ses clichés quelques temps avant sa mort ( l'infime partie restante donne un avant-goût de ce que devait être sa collection…) Mais revenons au roman de Ghislain Gilberti puisque c'est de cela qu'il s'agit. Entreprise de désacralisation, roman à tiroirs, plongée dans un monde psychédélique, ce bouquin bascule sans cesse du monde imaginaire au monde réel puis à l'époque victorienne où vécut l'illustre auteur. J'avoue avoir été passionné par les passages plus réalistes mais beaucoup moins par le monde fantasmagorique où bascule Alice. Question de goût, j'ai toujours eu beaucoup de mal avec les romans de ce type et celui-ci n'à pas été une exception. Je reconnais quand même à l'auteur un certain savoir faire dans la narration, une maîtrise absolue dans la construction complexe de son roman et des idées à foison. Si dernière sortie pour wonderland est un roman tout à fait agréable à lire et plutôt passionnant je me dois de préciser que certaines scènes (la relation d'Alice et de son bourreau principalement) sont d'une perversité rare et certains pourraient être effrayés voir choqués par les actes immondes de Carroll. L'oeuvre magistrale d'un auteur doit-elle faire oublier les perversions de l'homme ? La question est vaste et d'actualité. A mon avis la réponse est définitivement négative mais cela n'engage que moi…
J'achète ? : Si tu as le coeur accroché et du goût pour les mondes fantasmagoriques, si tu es prêt à te lancer dans une expérience assez inédite alors ce bouquin t'es destiné. Si au contraire tu es sensible et plutôt terre à terre alors passe ton chemin camarade !
Lien : https://francksbooks.wordpre..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          250
labiblidelili
  06 septembre 2018
"Un pédophile se cache-t-il derrière le conte le plus célèbre du monde, Alice au Pays des Merveilles? Lewis Carroll a-t-il brouillé les pistes pour masquer la véritable Alice, bien réelle, qui aurait été l'une de ses victimes?
Durant une free party, Alice Price, étudiante et artiste de la scène électronique underground, goûte à une drogue inconnue. Les effets du produit la dépassent rapidement et, aux frontières de l'overdose, un étrange lapin blanc la propulse au coeur d'un monde parallèle et piégé : l'univers de Lewis Carroll. La chenille, le chapelier fou, le lièvre de mars, le chat du Cheshire, tous les personnages du conte victorien sont là et invitent cette Alice contemporaine dans les sombres mystères de la création du vrai Wonderland.
Les innocents ne sont pas toujours ceux que l'on croit, les alliés sont rares et les périls nombreux. Si elle veut rester vivante, la jeune Alice n'a plus le choix et doit reconstituer le puzzle diabolique de Lewis Carroll."
J'ai découvert cet ouvrage par le biais d'une bookstagrammeuse et j'avoue que l'enthousiasme dont elle a fait preuve à la lecture de ce roman m'a donné fortement envie de le découvrir.
Malheureusement, ma déception a été à la hauteur de son enthousiasme sur de nombreux points (je tiens à préciser que je n'avais pour seul repère que le dessin-animé Disney, n'ayant jamais lu le conte original).
Pour commencer, parlons de l'univers dépeint par Ghislain Gilberti.
L'auteur nous offre une revisite sombre et particulièrement déjantée de l'histoire. Par conséquent, si vous n'adhèrez pas aux univers denses, psychédéliques et particulièrement barrés, passez votre chemin (il y a tout de même près de 500 pages à avaler dans cette ambiance).
Ensuite, le livre nous vante la "véritable histoire du bourreau d'Alice" et j'avoue que le gros de ma déception vient de là. En effet, j'aurais préféré que la psychologie et la personnalité de Caroll soient plus présentes, plus fouillées et que l'auteur aille au-delà de quelques passages par-ci par-là.
Ces passages justement... Précisons qu'ils sont de nature assez crue et qu'ils peuvent à la fois, surprendre, choquer, écoeurer. Rappelons qu'il s'agit ici de pédophilie et que ces scènes parfois très détaillées interpellent le lecteur de manière extrêmement forte. Des photos retrouvées chez Caroll avant sa mort sont jointes à la fin de l'ouvrage et renforcent les aspects glauques et malaisants présents dans le livre, qui n'est pas à mettre entre toutes les mains.
Mais ces points de déception sont toutefois compensés par la plume remarquable de Ghislain Gilberti. Une plume fluide, accessible et particulièrement riche tant dans la construction que dans l'utilisation d'un vocabulaire extrêmement riche et varié.
Si ce livre n'a pas été un coup de coeur, il n'en demeure pas moins une expérience de lecture unique et enrichissante, bien que troublante. "Dernière sortie pour Wonderland" a changé indéniablement ma vision du célèbre conte mais je n'exclus pas la possibilité de lire le conte original afin de me faire une idée plus précise et complète de l'histoire. Et vous, oserez-vous, comme Alice, suivre le lapin blanc jusqu'au pays des" merveilles"?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Mosaik
  09 septembre 2017
Lors d'une fête, Alice Price, se voit offrir de la poudre violette. Amatrice de drogue, elle s'enferme dans les toilettes pour sniffer cette substance inconnue. Très vite, un lapin blanc apparaît, et l'emmène à Wonderland. Il ne s'agit pas vraiment du pays des merveilles, mais d'un lieu transformé par la noirceur de l'âme de son créateur. Ainsi, nous apprenons que drogue, violence et mort sont devenue le quotidien de Wonderland. Alice Price devra venir en aide à Alice Liddell, la vrai Alice ayant inspiré Lewis carroll, et vaincre la malédiction qui emprisonne l'âme des petites filles malmenées par l'écrivain et photographe. Ainsi, Wonderland pourra retrouver sa paisible existence. À condition d'être prêt à plonger dans les abîmes sombres de l'âme d'un individu adoré de tous pour ses histoires, bien qu'il fût un grand prédateur dans le monde réel.
J'avais hâte de me lancer dans cette lecture. Étant fan d'Alice au pays des merveilles et connaissant les reproches faits à l'auteur sur ses relations avec ses "amies-enfants", je voulais découvrir comment l'auteur réunirait le côté conte et le côté réel. Je ne m'attendais pas à me replonger d'aussi près dans l'histoire d'origine. On y retrouve la plupart des personnages et des scènes rencontrer dans l'histoire original, mais bien sûr avec la touche très personnelle et sombre de Ghislain Gilberti. le rôle d'Alice dans Wonderland est de briser la malédiction qui rend la reine de coeur impitoyable, et affaibli tous les autres personnages. Elle va devoir trouver ce qui pourrit le pays des merveilles.
Durant son aventure, Alice Price alternera entre deux mondes; celui de Wonderland, et le passé du monde réel. On y découvrira Lewis Carroll à diverses périodes de sa vie, user de l'innocence des petites filles, en les droguant à l'opium ou en leur faisant peur, pour pouvoir les prendre en photos dans des positions malsaines ou les toucher sans qu'elles puissent réagir. Alice Price ne peut pas agir dans cette dimension, elle est juste spectatrice des agissements de ce pervers.
Je suis contente qu'un auteur ait abordé l'histoire de cette manière, car on a un sentiment d'injustice envers ces petites filles quand on voit que seul le succès de cet homme est mis en avant et rarement ses travers. Bien que, dans la version illustrée par Benjamin Lacombe, ce dernier met à disposition du lecteur des photos ambiguës prisent par Lewis Carroll ainsi que plusieurs correspondances entre Lewis Carroll et les petites filles dont Alice Liddell.
J'ai apprécié ma lecture de Dernière sortie pour Wonderland, mais j'aurai aimé me retrouver plus souvent dans le passé avec la vrai Alice et Charles. l'Dogson. J'aurai aimé suivre un peu plus l'histoire de cette petite fille dans son quotidien et découvrir un peu plus la vie de Dogson. le style de l'auteur est reconnaissable et c'est avec un grand plaisir que je me suis immergé dans ce roman, sans voir passer le temps, pour suivre Alice Price dans sa quête pour apaiser l'âme de son homonyme, Alice Liddell, une petite fille enfin sortie de l'ombre de son bourreau.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          82
sandrinedurochat
  14 juin 2018
Dans ce roman, l'auteur déchire le voile sur Charles Lutwidg Dodgson, alias Lewis Carroll – auteur glorifié d'Alice au Pays des Merveilles et vous fait passer de l'autre côté du miroir pour découvrir l'envers noir et crade de Lewis Carroll et du livre culte.
Le pitch en deux mots :
Alice Price, étudiante anglaise et DJ de la scène underground goûte à une drogue inconnue lors d'une free party.
Commence alors pour elle un très, très, mauvais trip!!!
L'esprit d'Alice se dissocie de son corps et se retrouve projeté dans un monde parallèle, à la poursuite d'un lapin blanc, sous acide et carrément flippant. Elle atterrit dans l'univers de Lewis Carroll et d'Alice au Pays des Merveilles mais en version glauque et répugnante.
Pas de merveilles dans ces bas-fonds (qui sont à l'image de l'esprit tordu de Lewis Carroll) mais un monde dur et cruel nommé Wonderland, copie décadente et ultra-violente du conte originel.
Tout le talent de l'auteur se déploie dans ce roman gigogne car Alice Pride et le lecteur virevoltent entre deux mondes se superposant selon les chapitres :
Le premier monde est réel et passé : c'est celui de Lewis Caroll, l'auteur du conte culte, évoluant entre 1850/1860. Dans ce monde de l'époque victorienne, l'héroïne, Alice Pride, est le témoin impuissant et invisible des actes de pédophilie de Lewis Carroll sur ses amies-enfants, et notamment sur la petite Alice Liddell, âgée d'une dizaine d'années (qui sera plus tard l'enfant ayant inspiré le personnage d'Alice au Pays des Merveilles).
Le second monde est Wonderland, copie décadente et ultra-violente du conte originel, noircie par l'esprit tordu de Lewis Carroll. Alice Pride s'y perd et tente par tout moyen d'en sortir. Alice y retrouve le lapin blanc sous acide, la chenille sous opium, le chat du Cheshire version psychopathe ainsi que le chapelier fou et le lièvre de mars en mode défonce. Dans cet univers déformé, on tue, on pourchasse, on décapite par pur plaisir ou simple envie.
Alice Pride va devoir faire face aux mille dangers de Wonderland pour sauver sa peau et en ressortir coûte que coûte...
Mon avis :
Bein j'ai adoré tout simplement ce roman que je qualifie d'incroyable et d'inclassable et ce, pour plusieurs raisons qui sont les suivantes:
Le sujet choisi, la construction du roman avec les deux mondes réel et fantasmé, le ton percutant de l'auteur et les « tiroirs » qu'il ouvre par ci par là.
Je m'explique :
Sur le sujet choisi : Ghislain Gilberti fracasse avec intelligence et brio le mythe Carroll de l'époque victorienne. Chapeau ! L'analyse de l'auteur est très documentée et révèle un pédophile, toxicomane, introverti maladif qui ne peut prendre son pied qu'avec des fillettes.
J'avais lu quelques articles sur le monde pas bien reluisant de Disney qui incrustait parfois des messages subliminaux à connotation sexuelle dans des dessins animés, mais je ne connaissais pas du tout Lewis Carroll et ses perversions. Ghislain Gilberti fait éclater le tabou et le montre dans toute sa noirceur. Un certain nombre de planches photographiques sont d'ailleurs annexées en fin de livre afin d'appuyer ce récit…
J'en suis ressortie écoeurée sur les abus décrits mais aussi lucide sur le personnage.
Ensuite, le fait d'avoir développé dans un roman un double univers réel et parallèle effrayant et un même fil directeur est aussi assez dingue et inédit. le lecteur s'en prend plein les yeux, et la construction est parfaite.
L'ensemble est servi par un ton percutant. La plume de Ghislain Gilberti est conforme à ce que j'avais découvert dans Dynamique du Chaos, c'est-à-dire : cash, sans artifice et sans compromis, donnant un vrai souffle au roman.
Et enfin, enfin, il y a les petits « tiroirs » ouverts^^… Non seulement, Gilberti maîtrise son récit avec intelligence mais il ouvre ce que j'appelle des « tiroirs », en d'autres termes des sujets de réflexion plus profonds, comme l'abêtissement des esprits, la manipulation des masses avec des allégories bien senties, notamment avec « la course au pessimiste » qui vous glace d'effroi et en utilisant à bon escient de jolis références littéraires.
Bref, vous l'avez compris : je suis une nouvelle convertie au gilbertisme et je ne peux que vous conseiller cette lecture, ne serait-ce que pour vous faire une opinion sur le mythe Carroll.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Citations et extraits (2) Ajouter une citation
MosaikMosaik   09 septembre 2017
l'homme est en pleine démonstration de force, faisant subir à la gamine des tortures psychologiques inqualifiables, intolérables mais surtout terriblement vicieuses. Les peurs des enfants sont éveillées par la manipulation de son imaginaire et vivement alimentées par chaque mot prononcé par son bourreau.
"C'est de ta faute, Alice, tu as pleuré comme un b-bébé et à présent voilà, nous sommes t-tous sur le point d-de nous noyer. T-tous tes actes ont des conséquences, n'oublie jamais ça. Chacun de mes c-contes peut devenir r-réalité. Et quand t-tu auras écouté celui-ci, tu comprendras que la d-docilité est la seule façon de ne pas mal f-finir. Tu ne voudrais pas t-te retrouver réellement sous t-terre, Alice? Ni tuer tes s-sœurs et ce bon r-révérend Duckworth par ton entêtement à r-refuser de m'obéir?"
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30
ABLecturesABLectures   05 septembre 2017
On peut se défoncer, se mettre à l'ouest pour squatter un moment le confort jouissif du paradis, mais il faut rester prudent et discret.
Il ne faut surtout pas se faire gauler par les anges. Ils pourraient prendre les clandestins pour des résidents permanents et leur interdire tout retour dans leurs carcasses.
Commenter  J’apprécie          30

Videos de Ghislain Gilberti (22) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Ghislain Gilberti
"La révélation polar qui balaie tout sur son passage !" (Gérard Collard, le choix des libraires)
Ghislain Gilberti ouvre une nouvelle épopée du thriller hexagonal. Encensé par la presse, Prix Géant du Polar, cette édition poche collector de Sa Majesté des Ombres est sortie des rotatives avant l'arrivée du virus et restera l'un des très rares livres nés et maintenus au coeur de la catastrophe.
Bienvenue dans le Réseau Fantôme : https://amzn.to/391AwtD
autres livres classés : pédophilieVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1944 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre