AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Dernière sortie pour Wonderland (38)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
Snarkhunter
  11 décembre 2019
"Dernière Sortie pour Wonderland" rend les fantasmes de l'auteur plus clairs que les fantasmes de Carroll. Gilberti est un maître de l'écriture de fiction : Il pourrait également réécrire les instructions d'utilisation d'une machine à laver comme un roman sur les appareils électroménagers pervers.
Lien : https://teatimeatbloomsbury...
Commenter  J’apprécie          00
cheyennerachel
  06 octobre 2019
Chronique📖

Dernière sortie pour Wonderland
De Ghislain Gilberti
L'inavouable histoire de la véritable Alice et de Lewis Carroll,son bourreau.

Éditions Ring
ISBN : 979-10-91447-67-6
(2017)

~ Alors qu'elle s'apprête à mixer lors d'une free party , Alice Price décide de s'octroyer un p'tit remontant juste avant et se dirige vers les toilettes. Sur place elle tombe sur un type étrange, qui lui donne une poudre violette qu'elle ne connais ni d'Adam ni d'Eve,mais qu'elle fini par sniffer sans trop d'hésitations.
Puis la voilà partie dans un monde où elle vas croiser le lapin blanc et autres personnages de Wonderland,en jonglant avec le monde réel à l'époque de Lewis Carroll...
Simple trip ou plongée dans un monde parallèle...
Que va-t-elle découvrir ?
Pourra-t-elle sortir de cette folie, vivante ?
Ou comme tant d'autres va-t-elle y rester,victime d'une overdose ?
~ Ce livre a été un véritable coup de coeur pour moi. Wonderland bien loin d'un conte pour enfants a son lot de monstruosités. Mais bien pire a été de plonger dans les parties de l'époque de Lewis Carroll...
À chaque fois c'était une plongée en enfer...

Ma note :
⭐⭐⭐⭐⭐/⭐⭐⭐⭐⭐

Note sur l'auteur :
Ghislain Gilberti est né dans la "cité du Lion" en 1977.
Son premier roman publié fut "Le festin du serpent " En 2013. Mais même si "Dynamique du Chaos" qui parle du passé sombre de l'auteur, n'a été édité qu'en 2017,il fut largement diffusé sur la toile dès 2007 .
Dernière sortie pour Wonderland est son 5ème livre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
kikenbook
  05 août 2019
C'est avec un certain soulagement que je termine "Derniere sortie pour Wonderland" tellement sa lecture en a été parfois éprouvante.
Cette resucée d' "Alice au Pays des Merveilles" met en scène Alice Price, une jeune femme qui vient de terminer une étude sur Lewis Caroll et qui, après avoir ingurgité une drogue transmise par un inconnu dans une discothèque, se retrouve dans un trip bien costaud qui la plonge alternativement dans un Pays des Merveilles sous acide, trash, qui se veut la face sombre du Wonderland imaginé par Caroll, et dans une Angleterre victorienne où elle assiste impuissante à la relation glauquissime que Lewis Caroll entretenait avec la vraie petite Alice et d'autres petites filles qu'il aimait photographier nue dqns des positions plus que suggestives.
L'Alice contemporaine doit résoudre la situation problématique que traverse Wonderland soumise à la terrifiante et dictatoriale Reine Rouge.
Bref Gilberti a l'habitude d'écrire cash, réaliste et même si ici en flotte aussi dans le merveilleux, certaines scènes n'en restent pas moins difficiles à supporter.
Cela reste un roman à charge contre Lewis Caroll (probablement à juste titre) et non un documentaire ou une biographie car aucune source n'est citée si ce n'est la reproduction de photos malsaines prise par Caroll.
Satisfait d'être sorti de ce Wonderland "malaisant" et toujours aussi admiratif de la plume incisive de Gilberti.
A noter le très bel objet livre produit par la Mecanique Générale.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          11
DViolante
  28 juillet 2019
J'ai découvert ce roman sur Instagram et je savais que si le sujet m'attirait - une plongée dans l'univers imaginaire de Lewis Carroll - la lecture en serait dérangeante, voire malsaine. En effet, sous couvert d'un roman fantastique, parfaitement écrit et documenté, l'auteur, Ghislain Gilberti, nous propose l'image d'un Lewis Carroll autiste, pédophile et opiomane.

Alice Price, étudiante et DJ, vient de terminer son mémoire sur le thème de "Lewis Carroll et l'invention du nonsense". Elle a l'habitude de prendre des drogues, mais la poudre violette qu'elle vient d'absorber dans les toilettes de cette salle de concert lui font un étrange effet. Dans un "very bad trip", elle va se retrouver plongée dans le monde enchanté de Lewis Carroll, mais côté sombre.

Alice Price suit exactement le même parcours que son homonyme dans le conte, mais les personnages sont tous toxiques et malsains : le chat du comté de Cheshire est un horrible spécimen, sans poils, aux griffes et dents acérés, la chenille, le chapelier et le lièvre de Mars sont des drogués et même le lapin blanc est un espion de la reine. Wonderland est devenu une prison dans laquelle Lewis Carroll invite ses "amies enfants" pour mieux les soumettre à ses désirs.

En effet, en parallèle, Alice se retrouve plongée dans des moments de la vie de Lewis Carroll. Certains sont franchement dérangeants et sortis de l'imagination de l'auteur. Mais si à Wonderland Alice est actrice de l'histoire, dans le "passé" elle n'est que spectatrice de scènes qui la révoltent. Sautant d'un monde à l'autre Alice va tenter de délivrer les fillettes en anéantissant le monde sordide créée par Lewis Carroll.

Même si j'ai trouvé l'idée de départ assez intéressante et le (bad) trip de cette étudiante au Pays des Merveilles pluôt bien adapté, j'aurais aimé autre chose qu'une version "côté obscure" du Pays des Merveilles original. L'idée d'intercaler des scènes de la vie de Lewis Carroll, en particulier ses relations avec les fillettes qui lui ont servies de modèles, est intéressante, mais totalement partiale.

Bien sur nous sommes dans un roman où tout peut être écrit, choquant ou non, mais j'aurais aimé des références sérieuses sur lesquelles étayer la thèse de l'auteur... Donc roman original, gothique et sombre à souhait, mais à ne pas prendre forcément au pied de la lettre, car il présente quand même la vision d'une héroïne droguée...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
margotte1984
  24 mai 2019
Un livre selon moi qui mériterait de ne pas être noté par le principe d'étoiles (même si je le fais car il poussera peut-être le chaland à le découvrir).

Pourquoi?

Parce que c'est un livre qui dérange... mais pas forcément dans le mauvais sens du terme. Alice au pays des merveilles de Carroll (doublé du dessin animé de Walt Disney) fut pour moi mes lectures d'enfant et j'avoue sans rougir que je me suis réfugiée plus d'une fois à Wonderland pour oublier mes chagrins de petite fille... et là, coup de théâtre (qui n'en est plus vraiment un tant les penchants de Carroll sont maintenant de notoriété publique), les décors de l'enfance sont renversés, comme si on voyait de l'autre côté du miroir si j'ose dire... et l'envers de ce décor n'est guère reluisant!

Pourtant, et en dépit de mon univers enfantin que j'ai vu piétiner et souiller, j'ai pris du plaisir à lire ce livre... car c'est intelligent, le tout mené dans un rythme alerte avec de jolies réflexions sur le regard croisé des enfants que nous fûmes et des adultes que nous sommes en train de devenir.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
leschroniquesdeminuit
  30 avril 2019
"Le temps est une invention ou il n'existe pas".

À l'heure où je rédige ce billet, je suis encore sous le coup de la lecture de ce livre magistral. Et pour tout dire, à la limite de la nausée.

Alice et tous ses amis du pays des merveilles, vous et moi les fréquentons depuis toujours. La petite fille éthérée et étourdie m'a ravie tant de fois dans son univers onirique, poétique, enchanteur. J'ai même participé à une comédie musicale sur le thème quand j'étais enfant, je jouais le chat de Chester...

Et si....

Et si....

Et si on relisait cette histoire autrement. Et si des investigations sur Charles Dodgson alias Lewis Carroll venaient nous crier une autre version, une autre vérité passée sous silence... Pédophilie, pédopornographie, no way!
Posons un joli mouchoir blanc sur ce qui dérange.
Angleterre victorienne oblige...
Disney oblige...
Et si la petite Alice, ses soeurs, ses camarades de souffrances nous imploraient de regarder les événements en face, sous un prisme bien plus dégueulasse...

Je vous invite à suivre Alice Price, jeune étudiante toxicomane (personne n'est parfait), en 2016, sur un chemin qui lui permettra, peut être, de rendre justice et liberté à toutes ces fillettes oubliées derrière le paravent de la notoriété et de la bienséance. Trip ou réalité, souhaitons lui de la chance et du courage.

Carroll est un immonde salaud.

Je remercie Ghislain Gilberti d'avoir mis de la poésie dans l'insoutenable tout en dévoilant une vérité nécessaire. Son roman, inspiré de faits avérés, démontre encore une fois combien il faut être vigilants pour nos enfants et leur apprendre à se défendre.
Je suis très émue.

Une chose est certaine, cette lecture a été ma dernière sortie pour Wonderland...

Lien : https://leschroniquesdeminui..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          12
Emeelinee_
  25 avril 2019
Que dire...WHAAAAOUUUUH
J'adore les Disney mais alors la je me suis prise une énorme gifle.
L'histoire est dérangeante mais tellement captivante, pas moyen de lâcher mon bouquin !
Il ne faut pas être naïve, les histoires avec des princes charmants et des fins heureuses, ça n'existe pas... enfin... presque ?!
Mais pas ici, entre drogues et pornographies rien n'est merveilleux dans le pays de Wonderland.
Alice Prince étudiante est souvent tentée par la drogue, mais celle qu'elle va prendre va l'emmener voir Lewis Carroll mais surtout Wonderland.
Mais est-ce un trip ou la réalité ?
A vous de le découvrir !
Commenter  J’apprécie          40
Dario13
  12 avril 2019
Alice au pays des Merveilles... plus qu'un roman pour enfants, un mythe de la littérature anglaise et une icône de la culture populaire. Souvent copiée, jamais égalée, déclinée à toutes les sauces possibles et imaginables (albums illustrés, mangas, films, dessins animés, jeux-vidéos, cosplay, parodies...et j'en passe!), l'oeuvre de Lewis Caroll n'en finit plus de nourrir notre imaginaire.

D'imaginaire, il en est justement question dans cette étonnante Dernière sortie pour Wonderland...ou plus exactement de perversion par l'imagination! Sous couvert d'une relecture en mode "au pays des camés" des aventures de la petite fugueuse traqueuse de lapin retardataire, Ghislain Gilberti nous invite ainsi à en revivre les épisodes les plus emblématiques pour mieux dévoiler leur sombre signification cachée. Sous la forme d'un jeu de miroir mettant en parallèle les rencontres surréalistes (Chat de Cheshire, Chapelier fou, Reine de coeur…tous répondent présents) et certains épisodes supposés véridiques de la vie de Lewis Caroll, le roman prend ainsi des airs de puzzle tordu soulignant peu à peu une éprouvante symbolique du vice et de l'horreur. Abus de pouvoir, manipulation des esprits, addictions destructives, maltraitance animale, viols pédophiles…on est clairement aux antipodes de l'imagerie estampillée Walt Disney d'autant que Gilberti appuie sa vision d'un Caroll maléfique et pervers sur la découverte (véridique) de clichés issus de la sa collection personnelle (l'écrivain victorien étant à ses heures perdues un pionnier de la photographie). Clichés au contenu des plus éloquents quant aux penchants douteux de leur auteur qui sont rassemblés en fin d'ouvrage en tant que dossier complémentaire.

Que l'on ne s'y trompe toutefois pas : loin de prétendre au titre de documentaire – les faits incriminant Caroll relèvent davantage du recoupement déductif crédible que d'une véritable retranscription -, Dernière sortie pour Wonderland est clairement à aborder en tant que fiction de dark fantasy gentiment trash qui se lit d'une traite grâce à un style direct (quoique non dénué de petites maladresses ponctuelles comme certaines répétitions de mots récurrentes) et à un franc-parler quand il s'agit d'évoquer l'affadissement de la culture de masse, règlement de compte auquel même le réalisateur Tim Burton n'échappe pas !! La conclusion appelle à une suite…que l'on attend de pied ferme !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
red_inblue
  07 avril 2019
Une lecture dérangeante qui m'a fasciné mais aussi mise mal à l'aise.
J'avais une discussion très intéressante avec mes parents sur la pédophilie, les actes perpétrés sur les enfants.... Et ma mère m'a proposé de lire cette biographie très romancée de Lewis Carroll. Bien sûr, elle m'a mise en garde sur les termes violents et crus écrits par l'auteur.
Je connais le roman Alice au pays des merveilles par le biais du dessin animé (vu quand j'étais petite) et récemment vu le film de Tim Burton. Une histoire onirique que je n'ai pas bien compris.
Dans cette histoire qui n'a vraiment rien à voir avec le classique, Alice est une fille déjantée. Celle-ci me paraît plus réaliste. Mais le récit est tout aussi foufou (!).
Lewis Carroll est montré comme un personnage pervers, toxique, malsain, bref , un être abject.
Les photos en fin de livre nous montrent "sa maladie mentale". Je me suis aussi renseigné sur Wikipédia (sa biographie) et comment son enfance traumatisée a (peut-être) pû expliquer son comportement déviant.
Ce récit était dur. Je ne suis pas sûre que tout le monde puisse le lire. Je le conseillerais seulement aux personnes qui ont le coeur bien accroché.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
EmilieAFDL
  04 avril 2019
J'avoue avoir eu énormément d'a priori en commençant ce roman et surtout une angoisse d'être confrontée au pire. Pourtant, ce que nous offre Ghislain Gilberti n'est pas aussi horrible que certains l'ont dit. La majeure partie du livre est consacrée au conte d'Alice aux pays des Merveilles en lui-même, certes bien revisité (ou rectifié ?) et adapté au concept de l'auteur, mais au conte tout de même.
J'ai adoré ce que m'a raconté Ghislain Gilberti, d'autant plus qu'il y a une réelle ambiance psychédélique, colorée, glauque, fantaisiste à souhait et totalement perchée qui sert absolument l'histoire.

Ce que j'ai préféré est l'autre lecture que l'on peut faire de ce livre à travers des chapitres qui montrent la facette perverse du créateur du conte d'origine : Lewis Carroll. C'est à travers des chapitres dits « parasites » que Ghislain Gilberti va nous raconter l'homme, ses perversions et donner un tout autre sens à son histoire dont on peut imaginer les scènes réelles desquelles elle est tirée ou qui permettent des interprétations. le lecteur (moi du moins, ça peut être une expérience très personnelle) sort alors du conte pour imaginer la manière dont Carroll a écrit l'histoire d'Alice, dans quelles conditions, dans quelle situation.
Le roman est agréable à lire, l'ambiance et le récit très visuel participent activement à l'immersion du lecteur, c'est glauque et beau, étrange et fascinant. Et puis… le dernier tiers et la très longue pause qui m'a été nécessaire pour apprécier la fin du livre.
Comment vous expliquer que j'ai vraiment aimé ce roman mais que j'ai peiné à lire le dernier tiers ? Je n'ai pas lu ce livre d'une seule traite et j'ai eu le temps d'en lire plusieurs (beaucoup !) à côté avant de le finir. Est-ce que je me suis lassée du concept ? Est-ce qu'une fois que j'ai eu compris la mécanique, le but, l'ambiance, l'écriture et la finalité du roman, je n'ai plus rien eu à quoi me raccrocher ? Honnêtement, je n'en ai pas la moindre idée et je ne saurais clairement dire à quel moment j'ai commencé à ralentir puis à vouloir aller mettre mon nez dans un autre livre entre deux chapitres de Dernière sortie pour Wonderland pour finalement arriver au moment où je pensais que j'allais l'abandonner, puis l'instant où je l'ai mis de côté pendant deux mois avant de le reprendre. Est-ce que pour autant cela veut dire que la fin de ma lecture a été gâchée ou au-dessous du reste ?

Et bien pas du tout. Deux mois après avoir laissé de côté Alice, j'ai repris l'intrigue là où je l'avais laissée sans avoir l'impression de l'avoir abandonnée justement. J'ai redécouvert le livre, l'écriture de l'auteur, l'ambiance particulière de ce roman et j'ai adoré tout ça, adoré la fin et repris plaisir, comme au début si bien qu'en une séance de lecture, c'était plié.
Dernière sortie pour Wonderland est un très bon roman qui apporte une lumière totalement différente sur les contes d'Alice et sur son créateur, et ce roman, il fallait tout de même le pondre. Créer un univers à partir d'un autre qui n'est pas le nôtre, puis broder une histoire avec une histoire déjà existante qui n'est pas la nôtre pour raconter toute autre chose, est un concept casse-gueule que Ghislain Gilberti a réussi haut la main jusqu'à recréer une histoire originale.
Lien : https://surlestracesde.wordp..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          30


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Retrouvez le bon adjectif dans le titre - (6 - polars et thrillers )

Roger-Jon Ellory : " **** le silence"

seul
profond
terrible
intense

20 questions
1781 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature , thriller , romans policiers et polarsCréer un quiz sur ce livre