AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet
EAN : 9782894853719
Lanctot (03/12/2007)
3.93/5   22 notes
Résumé :
Les Acadiens Évangéline Bellefontaine, dite LaBiche, et Gabriel Melanson portent dans leur coeur et dans leur chair la déchirure de tout un peuple arraché à ses racines pour assouvir les ambitions d'un conquérant anglais.

Dans le village de la Grand'Prée, Évangéline et Gabriel vivent, en 1755, les premiers frissons d'un grand amour. L'innocence de leur jeunesse se heurte bien vite aux mouvements des troupes anglaises, qui se font de plus en plus prés... >Voir plus
Que lire après Evangeline et GabrielVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (5) Ajouter une critique
Ce roman trainait dans ma bibliothèque depuis plusieurs années. J'ai enfin choisi de le lire question de faire un peu de place. Après tout, l'espace libéré par un roman de plus de 500 pages n'est pas négligeable.

J'ai été agréablement surprise par la plume de Pauline Gill : certains dialogues qu'elle a écrit m'ont particulièrement touchée. Ce roman, inspiré des amoureux mythiques du poème épique de Henry W. Longfellow, raconte la séparation forcée qu'ont subi Évangéline et Gabriel durant le Grand Dérangement Acadien. Dans cette version de l'histoire, l'auteure a toutefois imaginé une fin plus heureuse que celle décrite dans le poème ou dans la chanson Évangéline.

En tant que Québécoise, je connaissais peu les détails de cet évènement historique. Mais, grâce à la passion de madame Gill pour l'histoire, j'ai pu en apprendre davantage. Dès l'apparition des militaires britanniques dans le récit, des sentiments d'effroi et de colère envers la cruauté des Anglais ne m'ont pas quittée.

Pauline Gill a écrit plusieurs romans historiques qui racontent les exploits de femmes pionnières : il est bien possible que je lise ces romans afin de les découvrir.
Commenter  J’apprécie          60
C'est l'histoire d'amour mythique entre 2 colons déportés de l'Acadie. En fond de trame, la rivalité acadienne et anglaise. le racisme des anglophone pour les franco-canadiens. le droit de vivre en paix sur une terre sans subir la toute-puissance d'une monarchie tyrannique. À travers les yeux du couple, leur séparation déchirante sans un adieu, leur lutte rebelle, leur désir de se retrouver sans savoir où l'autre a été exporté, c'est le sort de tout un peuple qui est illustré. Avec simplicité et compassion de la part de son auteure (peut-être un peu trop même, parce qu'on la sent très présente dans le récit!). Petit bémol sur le vocabulaire sommaire utilisé et sa version modifiée de l'histoire en « tout est bien qui fini bien », moins tragique que la légende.
Commenter  J’apprécie          10
Une très belle histoire d'amour sur fond historique. J'adore l'histoire et depuis que je m'y intéresse, la déportation des Acadiens m'a toujours captivée. Je connaissais vaguement la légende d'Évangéline et Gabriel, par des chansons généralement, mais la façon dont Pauline Gill la raconte la rend encore plus vraie. J'ai compris certaines nuances, certains faits, l'aspect humain en particulier, tels qu'on ne les aborde jamais dans les livres d'histoire. C'est le genre de livres que j'aime, une légère trame romanesque sur de grandes bases historiques.
Lien : http://www.libellul.com/?p=414
Commenter  J’apprécie          50
Une sublime et triste histoire qu'est ce roman qui nous plonge chez les acadiens. L'espoir, l'amour, la dignité, la force et le courage de ce peuple attaché à leur terre est tout a fait émouvant. Et que dire de l'histoire d'amour entre Évangéline et Gabriel qu'on découvre au fil des pages ! Leur déportation est tellement horrible que cela m'a chamboulé le coeur tout le long à en échapper quelques larmes. Je ne puis réaliser ce qu'ils ont vécu tant cela paraît insurmontable. Bref, un roman incroyable qui relate avec douceur ainsi qu'avec le côté charmeur des acadiens un pan de l'histoire mais aussi la légende d'un amour éternel.

Lien : http://shana.vefblog.net
Commenter  J’apprécie          20
Une extraordinaire histoire d'amour...
Commenter  J’apprécie          00

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
C’est comme la marée montante, ma brave Clara. La première vague vient de loin et atteint à peine l’endroit où on se trouve sur la rive. Puis, la prochaine se rapproche, et ainsi de suite jusqu’à ce que nous devenions la mer elle-même. C’est pour cela que ces deux mots, mer et mère, se prononcent pareil. Il n’y a que la façon de l’écrire qui est différente, tu sais. Mais nous, celles qui parlons juste, on n’en fait pas, de différence. On sait que c’est la même mère ou mer! Peut-être parce que ce sont les hommes, pas les femmes, qui ont inventé l’écriture et qu’ils pensaient que ce n’était pas la même chose. Clara, quand les vagues commencent à se rapprocher, comme elles le font maintenant, il reste juste à laisser ce petit être que tu nous donnes nager dans les eaux tumultueuses de la Grande Vie.
Commenter  J’apprécie          70
Les deux hommes sortent de la maison en même temps. Gabriel pour aller livrer des sacs d'avoine et de farine aux habitants de la Grand'Prée, et Benoit pour faire le tour de ses bâtiments avant d'aller aider à la tonte chez les Arsenault. Il échange cependant quelques mots avec Gabriel au pied de l'escalier.
- Sa mère et moi, on n'a rien de plus précieux au monde.

- Je ne suis pas loin d'en dire autant pour moi, réplique Gabriel, se hâtant de sauter dans sa charrette avant que Benoît ne voie sur son visage l'émoi qu'y a fait naître cet aveu.
Commenter  J’apprécie          40
Les Micmacs croient que les morts retournent vers la source de lumière et de perfection, sans pour autant quitter les vivants. Le curé Chauvreulx parle du paradis. Evangéline et sa mère se demandent laquelle des deux croyances semble la plus réelle. Et si la différence n'existait que dans les mots ? dans les images ?
Commenter  J’apprécie          51
- J'ai deux grands souhaits dans le coeur depuis que je sais que tu vas te marier: pour toi, du bonheur et de l'amour autant que la Terre puisse en porter, et pour ta mère et moi, autant de petits-enfants qu'on aurait aimé te donner de frères et de sœurs, ma belle Evangéline.
Commenter  J’apprécie          40
-S'il est comme son père...

- Il est bien mieux encore! interrompt Evangéline. Il parle bien comme ça se peut pas et ses yeux deviennent tout petits quand il sourit parce que... parce que son sourire prend tout son visage. Ses mains sont grandes! Quand il rame, je vous jure que l'eau se tasse.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Pauline Gill (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Pauline Gill
Vidéo de Pauline Gill
autres livres classés : acadieVoir plus
Les plus populaires : Littérature étrangère Voir plus


Lecteurs (75) Voir plus



Quiz Voir plus

Quelle guerre ?

Autant en emporte le vent, de Margaret Mitchell

la guerre hispano américaine
la guerre d'indépendance américaine
la guerre de sécession
la guerre des pâtissiers

12 questions
3106 lecteurs ont répondu
Thèmes : guerre , histoire militaire , histoireCréer un quiz sur ce livre

{* *} .._..