AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 0785167080
Éditeur : MARVEL - US (12/08/2013)

Note moyenne : 4.57/5 (sur 7 notes)
Résumé :
It's not important what our parents did. It matters what we do. Someone has to save the world. You're someone. Do the math. The critically acclaimed team of Kieron Gillen and Jamie MKelvin reinvent the teen super-hero comic for the 21th century - uniting Wiccan, Hulkling and Kate "Hawkeye" Bishop with Kid Loki, Marvel Boy and Miss America. No pressure, right? When Wiccan makes a horrible mistake that comes back to bite everyone on their communal posteriors, we cue f... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Presence
  04 mai 2015
Ce tome est le premier d'une nouvelle série qui a débuté en 2013. Il contient les épisodes 1 à 5, ainsi qu'un prologue de 8 pages extrait de "Marvel NOW point 1". le scénario est de Kieron Gillen, les dessins et l'encrage de Jamie McKelvie, et la mise en couleurs de Matthew Wilson.
Prologue - Kid Loki invite America Chavez (Miss America) à manger dans un restaurant. Au cours du repas, il se prend un coup de poing bien senti et vole à travers la vitrine. Mais il a atteint son but : capter l'attention de la miss. Kate Bishop (Hawkeye) a passé la nuit avec Noh-Varr à bord de son vaisseau spatial. Au petit matin, ils sont attaqués par des skrulls. Malgré la promesse faite à la fin de The children's crusade, Teddy Altman (Hulkling) continue de jouer au superhéros en cachette. Il a emménagé chez Billy Kaplan (son petit ami, Wiccan) qui vit toujours chez ses parents. Pour faire plaisir à Teddy, Billy utilise ses pouvoirs pour récupérer la mère de son ami dans une réalité alternative et la faire venir sur la Terre 616. C'est une grosse boulette qui va amener Kid Loki à proposer son aide, avec tous les risques que cela comporte. Mais Miss America le surveille de près.
À l'origine, les Young Avengers relèvent d'une idée commerciale dont les comics sont coutumiers : proposer une série dérivée d'une autre qui se vend bien (ici les Avengers) en déclinant le principe avec des personnages plus jeunes (une variante peut être d'introduire la version féminine d'un personnage, voire de combiner les 2, comme pour Supergirl). À la surprise de tous, la première histoire Young Avengers (2005/2006, scénario d'Allan Heinberg, dessins de Jim Cheung) est exceptionnelle. Elle bénéficiera d'une suite réalisée par la même équipe de créateurs : "Children's crusade" (2010/2012). Les Young Avengers (Hawkeye, Wiccan, Hulkling, Iron Lad, Patriot, Stature et Speed) apparaissent épisodiquement dans d'autres séries, mais juste pour que les lecteurs ne les oublient pas. Il faut donc attendre 2013 pour qu'ils bénéficient à nouveau de leur propre série, en reprenant les personnages de Hulkling et Wiccan. Kid Loki avait bénéficié de sa propre série écrite également par Kieron Gillen, à commencer par Fear Itself: Journey into Mystery. Miss America est un personnage créé par Joe Casey dans Vengeance. Et Noh-Varr avait été créé par Grant Morrison et JG Jones dans Marvel Boy.
Dans le cadre de "Marvel NOW", ce ne sont pas les séries Avengers qui manquent : "Avengers" et "New Avengers" de Jonathan Hickman, "Uncanny Avengers" de Rick Remender, "Secret Avengers" de Nick Spencer, "Avengers Arena" de Dennis Hopeless, "Avengers assemble" de Kelly Sue Deconnick, et tout ça uniquement pour la première vague de 2013 (suivi après par "Mighty Avengers" d'al Ewing, "Avengers AI" de Sam Humphries, et j'en oublie sûrement). Mais il est vrai que les Young Avengers partent avec un gros potentiel de sympathie et que Kieron Gillen s'était montré convaincant en narrant les aventures de Loki dans "Journey into Mystery". le prologue permet de constater qu'il n'a pas perdu la main pour écrire ce personnage ambigu à la roublardise irrésistible. Néanmoins, si (Kid) Loki est bien un membre à part entière de l'équipe, il ne phagocyte pas le récit, Gillen ne transforme cette série en une suite déguisée de "Journey into Mystery".
Très rapidement, il prend soin d'installer les autres personnages. Ça commence assez fort avec la relation ouvertement charnelle entre America Chavez et Noh-Barr, ça continue encore plus fort avec un baiser pleine bouche entre Teddy et Billy. Avec un peu d'honnêteté intellectuelle, le lecteur constate que Gillen ne fait qu'utiliser les ressorts classiques des comédies de situation, avec un degré de finesse qui fait exister les personnages dont les émotions apparaissent réelles et naturelles. Simplement Gillen refuse de se montrer frileux, et expose les choses comme elles sont. À y regarder de près le style délicat de Jamie McKelvie ne joue pas non plus sur une dramatisation exacerbée de ces moments. Les traits fins qu'il utilise rendent les dessins simplement descriptifs en préservant la délicatesse et la fragilité de ces moments loin du racolage. du coup le moment suivant (qui est peut-être encore plus provocateur dans le cadre d'un comics de superhéros) paraît banal en comparaison de cette franchise inattendue. Teddy respecte et aime sa mère, comme un bon fils.
Si, si, on parle bien d'un comics de superhéros, avec un supercriminel disposant de superpouvoirs, et des héros en costume moulant aux couleurs franches. Or Gillen et McKelvie sondent avec délicatesse et nuances les sentiments amoureux et affectifs d'adolescents finalement très normaux. Ils utilisent le genre "superhéros" pour oser évoquer ce type de relations autrement que sur l'unique composante de la testostérone. Il y a de l'humour, de la passion, des sentiments complexes, des individus aux motivations plus ou moins altruistes. Sous des dehors de comics banal, Gillen et McKelvie respectent les conventions du genre (superpouvoirs flamboyants, affrontements physiques), tout en développant des thèmes qui sont d'habitude proscrits dans ce genre de publication.
Kieron Gillen n'est pas le seul à emmener le récit dans des paysages narratifs inhabituels. Jamie McKelvie utilise un style de nature plutôt réaliste, avec une représentation simplifiée et allégée, plutôt de nature épurée que bâclée. En fonction des séquences, il représente les décors avec plus ou moins régularité et de détails, mais avec une fréquence supérieure à la normale des comics. Il apporte plus de soin pour dessiner les personnages, avec une gamme d'expressions du visage étendue et nuancée. Et puis à 3 ou 4 reprises, il propose une mise en page novatrice et quasi expérimentale, portant toute la narration de manière visuelle et imaginative. Cela commence avec cette composition de 21 cases sur une double page, montrant l'attaque de skrulls en combinaison spatiale sur le vaisseau de Noh-Varr, plongeant le lecteur dans la rapidité de l'action de manière imparable. Il y a 2 pages dans lesquelles les personnages jouent avec les bordures de case dans des arrières plans blancs, très ludique. Il y a l'arrivée de Noh-Varr dans le night-club de MJ dans une perspective isométrique avec son parcours repéré de numéros pour chacune de ses actions. McKelvie transpose la liberté d'innovation que Fraction avait développée sur la série Casanova, à un comics de superhéros estampillé "Avengers", faisant écho à l'approche conceptuelle de David Aja dans la série "Hawkeye" (Little hits) de Matt Fraction (en plus chronique pour McKelvie).
Ce tome comprend la reprographie des 3 couvertures alternatives dont celle réalisée par Bryan Lee O'Malley, l'auteur de Scott Pilgrim.
Avec ce premier tome, Kieron Gillen et Jamie McKelvie (qui avaient déjà collaboré sur la série Phonogram) appliquent une vision alternative au comics de superhéros pour une aventure en respectant les conventions, tout en apportant un ton inattendue, une sensibilité réelle, et des mises en pages innovantes. Cette première histoire se termine dans le tome 2.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Kenehan
  09 décembre 2013
Après les excellentes mini-séries "Affaires de famille" et "La croisade des enfants" plus les quelques apparitions dans les grands évènements de l'univers Marvel, les Young Avengers nous reviennent avec cette version "2013".
Bon, l'équipe à quelque peu changée et on ne retrouve presque plus les membres originels des séries susmentionnées. C'est un peu dommage étant donné qu'on s'était habitué à cette équipe mais "La croisade des enfants" a eu aussi la particularité de se conclure de manière assez brutale avec des changements radicaux dans l'univers Marvel ayant conduit à une cessation des activités des Young Avengers et à leur dispersement.
Malgré leur promesse de ne plus jouer les super-héros, nous retrouvons ici Hulkling qui continue d'arpenter les rues sous les traits de Spider-man afin d'aider les personnes en détresse.
Il faut dire qu'il a tout perdu excepté son petit-ami dans les précédentes séries et il tente du mieux qu'il peut de protéger ce qu'il a de plus précieux. Mais voilà que pour lui faire plaisir, Wiccan, sa moitié, décide de ramener la mère de son copain d'entre les morts... Une grosse bourde qui va conduire à la reformation des Young Avengers dans une lutte contre les "parents".
Comme je l'ai dit, globalement, les personnages sont différents, mais ce n'est pas plus mal. Ça nous donne l'occasion d'en découvrir d'autres et de renouveler un peu l'histoire.
Pour ce qui est de l'histoire, on démarre là où les précédentes s'étaient arrêtées. En revanche, l'ambition d'Allan Heinberg n'a plus lieu d'être ici et on retombe dans une intrigue un peu plus "banale". Pour autant, ça tient bien la route, c'est intéressant et le tout aborde des thèmes pas si présent que ça dans les comics. Ne serait-ce qu'en ce qui concerne la sexualité : ici nous avons des personnages adolescents et pourtant il n'y a pas de fausse pudeur. Et je ne parle pas de l'homosexualité qui est une fois de plus clairement affichée par le biais de geste tendre et de baisers. Donc pas d'ados chastes et sages mais bel et bien des ados normaux avec tout ce que cela peut amener de problèmes et de considérations. Les pouvoirs et les responsabilités héroïques en plus !
Du côté des graphismes, on a ici un tout nouveau style, plus épuré, plus dessin animé en quelque sorte... Personnellement, j'aime beaucoup. le trait est fin, clair, et confère aux personnages un air juvénile qui colle tout à fait. Les couleurs sont douces et bien dosées. Enfin, la mise en page rompt de temps en temps avec les classiques "cases" pour innover et apporter une nouvelle vision des évènements. Parfois, c'est simplement l'occasion de jouer avec la mise en page pour laisser les personnages se balader autour des cases. Bref, c'est rafraichissant.
Au final, un retour plutôt sympa. Ce n'est pas aussi épique que dans les volumes précédents mais on ne boude pas notre plaisir. Et je dois dire que devant la multitudes de séries estampillées "Avengers", mon choix s'est fait très rapidement pour celle que je connaissais jusqu'à présent dans sa totalité. La seule donc qui pour le moment aura eu mon entière attention et la seule que je poursuivrais avec les tomes suivants. Reste à voir si mes incursions épisodiques dans les autres séries finiront par m'amener vers d'autres horizons...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (1) Ajouter une citation
NeljaNelja   29 septembre 2013
Loki: You really do love him. I'm not surprised. You are dating a reality warper and all.
Commenter  J’apprécie          20
Videos de Kieron Gillen (3) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Kieron Gillen
Vidéo de Kieron Gillen
autres livres classés : homosexualitéVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Les plus grands classiques de la science-fiction

Qui a écrit 1984

George Orwell
Aldous Huxley
H.G. Wells
Pierre Boulle

10 questions
2899 lecteurs ont répondu
Thèmes : science-fictionCréer un quiz sur ce livre