AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix BabelioRencontresLe Carnet

Alain Gillot (Autre)
EAN : 9782080243225
240 pages
Flammarion (17/03/2021)
3.87/5   15 notes
Résumé :
" La nature, tu la domines ou elle te tue. "
C'est ce que pense Virgil, ingénieur du pétrole, à peine revenu d'Afrique et débarquant dans le Grand Nord pour une nouvelle exploration. Des circonstances aussi brutales qu'effrayantes vont faire de lui un naufragé des glaces, isolé sur une banquise atteinte par ce réchauffement qu'il a contribué à créer... La rencontre avec une femme inuite, elle-même en rupture avec son propre monde, va tout changer.
En... >Voir plus
Que lire après La banquise en chacun de nousVoir plus
Critiques, Analyses et Avis (4) Ajouter une critique
En me plongeant dans ce roman d'aventure « La banquise en chacun de nous », j'ai découvert l'univers fascinant d'un auteur que je ne connaissais pas.
L'histoire démarre sans grande originalité, on y fait connaissance avec le héros, Virgil Bauer. Son métier d'ingénieur pétrolier le conduit dans tous les coins du monde et le voilà qui quitte l'Afrique pour le Grand Nord, là ou des forages prometteurs attendent son expertise.
« En deux jours à peine, j'étais passé du sable à la glace, du Grand Sud au Nord le plus extrême. C'était assez violent »
Après un accident dont il est le seul survivant, Virgil va se retrouver seul dans une contrée inhospitalière. Lui qui ne connait pas les codes de survie dans ce Grand Nord isolé et loin de toute civilisation, va devoir affronter la banquise et la débâcle des glaces. La confrontation avec une nature aussi hostile est à la fois terrifiant est magnifique. Lorsque notre héros rencontre une inuite qui lui sauve la vie, leur relation sera difficile
« Sa rudesse ne devait pas me surprendre, j'étais le représentant des envahisseurs qui souillaient son monde »
Entre leurs deux visions du monde totalement différentes, on découvre les méfaits de l'empreinte humaine sur l'écosystème d'un monde fragile. Peu à peu, Virgil va abandonner ses prétentions d'ingénieur et apprendre à survivre dans ces conditions extrêmes grâce à Anna l'inuite solitaire que la vie n'a pas épargné.
Ce sont de belles pages sur une relation entre deux personnages aux antipodes que nous offre l'auteur avec beaucoup de sensibilité ; l'occasion aussi de nous faire découvrir un pan de la culture inuite.
« Uninngavoq
- Quoi ?
- C'est ce que tu dos apprendre, A rester immobile »
De cette confrontation à une nature rude et de sa rencontre avec une femme libre et forte, Virgil va revenir changé en profondeur.
« Il suffit que je ferme les yeux pour entendre le chant de la glace, cette déchirure qui nous est commune, naufragés que nous sommes, en quête d'un improbable abri »
Alors qu'il retrouve le consortium pétrolier qui l'emploie, quel sens va-t-il donner à sa vie ?
Un passionnant roman d'aventure pétri d'humanité et un constat terrible sur la destruction programmée des lieux sauvages du grand Nord.


Commenter  J’apprécie          563
"La banquise en chacun de nous" est le troisième roman d'Alain Gillot que je lis. Si "La surface de réparation" avait été un petit coup de coeur", j'avais beaucoup moins apprécié "La meilleure chose qui puisse arriver à un homme c'est de se perdre". Pour moi, ce nouveau roman se situe pas loin derrière "La surface de réparation". le coup de coeur n'a pas été au rendez-vous mais j'ai néanmoins beaucoup aimé l'histoire.

J'ai trouvé que ce roman se démarquait nettement des autres titres de l'auteur. Si l'aspect identitaire, la quête de soi, est toujours au coeur de l'histoire, il ajoute ici une dimension écologique cruellement d'actualité. Il confronte son personnage principal à ses choix, au tumulte de sa conscience. Outre la thématique, j'ai apprécié le dépaysement procuré par l'histoire. L'écriture d'Alain Gillot se fait presque visuelle tant elle nous immerge dans les décors de son roman. Il fait de la nature un personnage à la fois sublime et impitoyable.

Je dois avouer qu'un des éléments du dénouement m'a surprise. J'avais imaginé une autre fin, un "autre possible". Malgré tout, le retour du personnage sur sa "terre natale" est intéressant car il nous amène à réfléchir sur l'endroit où nous choisissons de vivre et ce qu'il révèle de nous et de nos désirs.
Commenter  J’apprécie          30
Virgil est ingénieur du pétrole et parcourt la planète à la recherche de nouveaux gisements pour une grosse société. Célibataire endurci, il n'est attaché à aucun projet personnel et se contente d'exercer avec brio sa tâche d'expert dans la découverte de sites pétroliers rentables. de retour d'Afrique, le voilà envoyé dans le grand Nord où des prospecteurs on repéré un gisement prometteur au bord de la banquise. Un accident effroyable va faire de lui un naufragé solitaire sur une banquise atteinte par ce réchauffement qu'il a contribué à créer.
Luttant pour sa vie dans ce milieu hostile, il fait la rencontre d'Anna, une femme inuit en rupture avec son propre monde. Cette rencontre va tout changer.


---------------------------------------------------------------

Je ne connaissais pas Alain Gillot avant d'ouvrir ce roman. Pourtant il est l'auteur de « la surface de réparation » (Flammarion 2015) adapté au cinéma sous le titre « Monsieur-je-sais-tout », de « la meilleure chose qui puisse arriver à un homme c'est de se perdre » et de « s'inventer une ile » (Flammarion 2017 et 2019).
C'est une grande découverte car ce récit m'a vraiment pris aux tripes.
A travers le personnage de Virgil, on prend conscience des dégâts occasionnés par l'activité humaine insensible à son impact. La rencontre avec cette femme inuit d'un tempérament rude va lui ouvrir les yeux sur la vanité de son point de vue d'occidental face à la nature. Ce roman est aussi une aventure humaine car Virgil doit apprendre à survivre, aidé par cette femme énigmatique. Les dangers de la vie dans le grand nord n'épargnent pas Virgil et Anna et leur survie ne tient qu'à un fil. Virgil prépare son retour à la civilisation mais la fonte de la banquise lui impose de traverser une zone dangereuse de l'océan Arctique et de construire une frêle embarcation, aidé par Anna.
Jour après jour, il comprend de mieux en mieux la communion de la jeune femme avec la nature. Vient le jour du départ, mais en a-t-il vraiment envie ? Cette nouvelle expérience ne le rend-t-il pas étranger au mode de vie occidental ?

Un roman qui fait réfléchir sur la nature humaine et ses contradictions sans discours moralisateur et avec beaucoup de sensibilité. On découvre petit à petit la personnalité d'Anna et la raison de sa présence en ce lieu inhospitalier. On se reconnaît dans le personnage de Virgil qui doit quitter sa neutralité en prenant conscience des enjeux qui le dépassent.

J'ai eu un gros coup de coeur pour ce roman et ai désormais l'envie de lire les précédents ouvrages d'Alain Gillot !

Lien : https://leslecturesdugabian...
Commenter  J’apprécie          20
Virgil est ingénieur au service d'une grande société pétrolière. Alors qu'il est en mission dans le grand nord, il se retrouve seul sur la banquise...

La couverture est magnifique et l'histoire me faisait penser à de Pierre et d'os de Bérengère Cournut.
Et j'ai bien aimé, même si j'ai trouvé que le passage vraiment aventure sur la banquise était un peu court par rapport au reste du récit. C'est un peu dommage, mais le roman est court, dynamique et se laisse lire tout seul !
Une jolie découverte !
Lien : https://www.instagram.com/p/..
Commenter  J’apprécie          10


critiques presse (1)
LaLibreBelgique
16 avril 2021
"Dans la banquise en chacun de nous", Alain Gillot nous invite à suivre la trajectoire d'un ingénieur du pétrole pétri de certitudes qui voit sa vie basculer dans le Grand Nord. Intense.
Lire la critique sur le site : LaLibreBelgique
Citations et extraits (5) Ajouter une citation
C'est sur le chemin du retour que j'ai vu la sterne. elle se tenait sur un rocher et passait d'une patte sur l'autre, puis soudain elle a crié et j'ai pensé à ce qu'Anna m'avait dit, ce jour où l'oiseau nous avait rejoints, tandis que nous façonnions des peaux.
"Parfois, c'est juste qu'elles s'attachent aux hommes..."
Commenter  J’apprécie          210
Détroit d'Ormouz, mer de Cortez, baie de Melville, autant de noms qui m'avaient subjugué, moi qui n'avais jamais vu que ma Bretagne et cet océan qui rongeait la terre sur lequel les paysans que nous étions ne naviguons jamais.
Commenter  J’apprécie          10
Il suffit que je ferme les yeux pour entendre le chant de la glace, cette déchirure qui nous est commune, naufragés que nous sommes, en quête d'un improbable abri.
Commenter  J’apprécie          10
Je crois qu'il n'y avait plus un rocher sur la colline quand j'ai achevé son tombeau et j'aurais voulu me transformer en pierre, moi aussi.
Commenter  J’apprécie          10
Au bout du monde on n'emmène jamais que soi, et il faut faire avec.
Commenter  J’apprécie          20

Video de Alain Gillot (1) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Alain Gillot
L'émission intégrale : https://www.web-tv-culture.com/emission/alain-gillot-s-inventer-une-ile-51513.html
Il a été journaliste sportif, grand reporter pour des magazines de voyages mais aussi scénariste pour le cinéma. Alain Gillot a eu mille vies en une, avide de rencontres, d?espaces et d?évasion. Gamin de banlieue élevé dans un milieu aimant mais modeste, Alain Gillot a cherché à concrétiser ses rêves d?enfant. L?enfance, il en est question dans ses romans. C?est en 2015 qu?il publie son premier titre « La surface de réparation », l?histoire d?un entraineur de foot un peu bourru qui se voit confier la garde de son neveu, atteint de la maladie d?Asperger. Joli succès de librairie, le livre est adapté au cinéma sous le titre « M. je sais tout ». Après un second titre « La meilleure chose qui puisse arriver à un homme, c?est de se perdre », nous retrouvons Alain Gillot avec ce nouveau roman « S?inventer une île » paru chez Flammarion. Dani est contremaitre dans le BTP pour des chantiers internationaux. En mission en Chine, il reçoit un coup de fil lui annonçant la mort de son fils, Tom. Agé de 7 ans, le gamin s?est noyé sur une plage de Bretagne, là où il passait ses vacances chez sa grand-mère. Dani rentre en France, retrouve son épouse Nora, vit les premiers jours dans un état second entouré de l?affection maladroite de ses proches. S?inspirant de sa propre vie, Alain Gillot s?interroge ici sur l?impossible deuil, sur la difficulté de rester un couple uni face à l?épreuve, sur la façon d?accepter la bienveillance de l?entourage quand on aurait envie d?hurler. Dani tente alors de se reconstruire en culpabilisant sur le peu de temps qu?il a consacré à son fils. C?est alors que celui-ci lui apparait et lui parle. Incrédule face à cette apparition aussi mystérieuse qu?inexplicable, Dani l?accepte et entraine le petit bonhomme sur une île, pour réinventer leur relation et poursuivre leur histoire au grand dam de Nora, la maman, exclue de ce duo père-fils. Sur un sujet douloureux, la perte d?un enfant, Alain Gillot a su construire un roman délicat, pudique qui ne tombe jamais dans la sensiblerie. Par l?insouciance de Tom et la fragilité de Dani, l?histoire réserve même quelques jolis sourires. Quant à Nora sans oublier les personnages secondaires, ils trouvent aussi leur place. Porté par une belle écriture et une atmosphère maritime salvatrice, le nouveau roman d?Alain Gillot touche au c?ur et on gardera en mémoire ce proverbe tibétain que l?auteur a mis en exergue « Aussi vrai que l?homme est le père de l?enfant, l?enfant est le père de l?homme ». « S?inventer une île » d?Alain Gillot est publié chez Flammarion.
+ Lire la suite
autres livres classés : fonte des glacesVoir plus
Les plus populaires : Littérature française Voir plus


Lecteurs (34) Voir plus



Quiz Voir plus

L'écologiste mystère

Quel mot concerne à la fois le métro, le papier, les arbres et les galères ?

voile
branche
rame
bois

11 questions
245 lecteurs ont répondu
Thèmes : écologie , developpement durable , Consommation durable , protection de la nature , protection animale , protection de l'environnement , pédagogie , mers et océansCréer un quiz sur ce livre

{* *}