AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Philippe Mikriammos (Traducteur)
EAN : 9782264022059
267 pages
Éditeur : 10-18 (29/01/1995)

Note moyenne : 3.82/5 (sur 17 notes)
Résumé :
En 1962 et 1963, Allen Ginsberg séjourne en Inde avec son ami, le poète Peter Orlovsky. Au fil de ses observations, il accumule une matière écrite aussi fascinante que variée : scènes de rue abondantes et fouillées ; conversations avec des mendiants, des marchands, des poètes, des gurus ; transcription des interrogations et observations de sa propre conscience ; apprentissage de prières et mysticismes indiens...
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
Unhomosapiens
  09 février 2020
Envoûtant ! Ce livre est tout simplement envoûtant, pour peu qu'on se laisse entraîner dans la prose de ce très grand poète qu'est Allen Ginsberg. Ginsberg relate ici son long séjour en Inde en 1962 et 63 en compagnie de son ami Peter Orlovsky. Mais attention, il ne faut pas s'attendre à un récit de voyage ordonné, linéaire, alignant les descriptions de ce qu'il voit en les confrontant à ses propres jugements de valeur, comme dans les relations de voyages romantiques. Non, Comme Ginsberg nous le précise en quatrième de couverture, il est en quête de lui-même, plus ou moins à la recherche d'un guru pour donner une autre orientation à sa vie. On peut donc lire ce livre également comme une quête spirituelle. le voyage sera autant géographique que mystique et onirique. Son parcours n'est absolument pas linéaire. On passe de Bombay à Calcutta ou Bénarès quasiment sans transition. Parfois, on le suit dans un train mais bien souvent c'est à son errance en compagnie de mendiants ou de sadhus qu'il nous convie. On le suit également dans son installation provisoire dans des chambres sordides situées au-dessus de rues peuplées de tout une faune bigarrée à laquelle il se mêle avec aisance et une joie non dissimulée. Il s'attache à décrire les contrastes de cette Inde des années 60, pays alors en devenir, encore sous la présidence de Nehru. Il va sans dire qu'il accompagne ses déambulations de substances hallucinogènes dont il fait une énorme consommation avec son ami Peter. C'est d'ailleurs très souvent sous l'emprise de ces substances qu'il nous décrit ses « visions » dont on ne sait plus si elles sont réelles ou provoquées par l'acide ou l'opium. Pas toujours facile de le suivre. Mais il nous offre ainsi un patchwork de sensations d'une grand sensibilité qui entraîne le lecteur dans ses propres divagations personnelles. Qu'importe au fond si on ne peut démêler l'artifice de la réalité. C'est à un voyage total qu'il nous convie. A cela il faut aussi ajouter ses propres rêves nocturnes qui renvoient bien souvent à des situations vécues dans son passé où l'inconscient entrecroise des expériences de son voyage présent. On pourrait penser que c'est inutile mais, au contraire, ces descriptions oniriques viennent enrichir la lecture que nous avons de la réalité de son périple. On notera aussi ses réflexions sur la société et la politique américaine qu'il hait profondément et qu'il dénonce largement ici. Ainsi que ces longues litanies sur les conflits qui ensanglantent alors la planète. Interminable énumération qui a pour objectif de renforcer sa recherche spirituelle pour échapper à ce monde qui semble courir à sa ruine. Il semble fasciné par la mort. A Bénarès, il s'étend longuement sur la vision des cadavres sur les ghâts qui attendent leur incinération pour être ensuite confiés au courant du Gange. Nombreuses descriptions de corps en décomposition, dont les chairs enflent avant d'éclater. La puanteur, la misère, le dénuement le plus total de cette population est sublimé par les croyances religieuses que Ginsberg respecte profondément. Certains lecteurs pourront aussi être choqués par la descriptions triviale des ébats érotiques avec son ami Peter où les défécations nombreuses qui émaillent les promenades de l'auteur.
On l'aura compris, Ginsberg se livre ici à une description de l'humanité dans ce qu'elle a de plus vil et de plus merveilleux. Ce livre semble par moment être un exutoire à son mal-être dont on le sent envahi en profondeur, ce qui explique sa quête mystique inassouvie.
Je ne peux m'empêcher de rapprocher cette lecture de celle des livres de spiritualité et développement personnel que je lis parallèlement. C'est le revers d'une même quête : sublimer, transcender le sordide des contingences par le merveilleux et faire partie de l'harmonie de l'Univers.
J'allais oublier : L'édition que j'ai eu entre les mains propose des dessins et des photos prise par l'auteur qui aident le lecteur à se faire une idée encore plus précise de son voyage. De même, concernant la forme, Ginsberg s'interroge sur la manière d'écrire de la poésie et n'hésite pas à bousculer la tradition du commencement à la ligne à gauche. On doit le suivre parfois dans une écriture en escalier, ou suivre un long texte sans ponctuation, ou bien encore se satisfaire de noms indiens non traduits. Heureusement, cette édition présente un bon lexique de traduction des mots vernaculaires employés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          230
LibraireDeParis
  05 février 2013
Les journaux de Ginsberg n'ont un intérêt littéraire que limité. Limité aux amateurs de la Beat Generation et à la construction d'une écriture. Lors de son séjour en Inde avec Peter Orlovsky entre 1962 et 1963, Ginsberg consigne dans ses carnets ses moments vus et vécus, ainsi que ses rêves et réflexions sur la poésie. Il y a certains moments troublants, quelques envolées lyriques, mais le lecteur reste noyé, étouffé presque, dans l'écriture riche en vocabulaire exotique (le lexique en fin de livre pourrait être d'une grande aide ou, au contraire, détourner de la lecture). Ginsberg était un grand poète mais ces journaux ne font pas oeuvre.
Commenter  J’apprécie          30

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
UnhomosapiensUnhomosapiens   03 février 2020
10 déc. 1962 22 ou 24 h
Doon Express 3e classe pour Bénares

Dans la glace des toilettes je fixe
mon visage aux yeux noirs
qui scrute mes cheveux noirs luisant
mon front qui se dégarnit - nous
devons tous mourir
lettre griffonnée d'adorables
repères brillants d'un halo rond
(nouvelles brèves de Bill - envoyé lettres
jour où je quitte Calcutta -)
dans la glace du train
qui gronde om om sur les rails, l'autre
pâle univers hurlement inhalation
oreille œsophage branchie -
pensait que c'était le ouitch
ouitch de la Locomotive -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          100
UnhomosapiensUnhomosapiens   02 février 2020
Toit noir d'acier long d'un mille
Tonnant vers la rive opposée
à côté du Wills Gold Flake/ bleu vif
Éclair lumineux sur les eaux
du Gange, et lumière de bougie
dans l'ombre rembrandt ds chalands
à la dérive sous ma vue
aux jambes croisées - près des muscles
huileux des lutteurs Indiens lors des rituels
nocturnes sur les nattes de jute
sous Howrah Bridge -
Rugissement du mascaret - mur d'eau grise
fonçant le long des crématoires.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
UnhomosapiensUnhomosapiens   16 avril 2020
Noël 1962
TAJ MAHAL

Ce qu'on a fait - Au Taj Mahal, resté 2 nuits Noël même, voix ourdous crues au Microphone dans le néon bleu à la Porte - nous avons dormi
froid sur le rebord d'une fenêtre -
sec mais chaud dans le marbre de l'alcôve -
protégé de la lumière de la Porte
sombre obscurité incolore -
les sons relancés par l'écho tout
autour du toit d'église ramassé
résonnant comme le métal ou la Pierre
vibration-écho forgé OM !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          40
UnhomosapiensUnhomosapiens   30 janvier 2020
Paradis : un endroit au-delà de la merde et du désir. Ne plus avoir peur de personne ni de rien.
Commenter  J’apprécie          150
UnhomosapiensUnhomosapiens   06 février 2020
Ma coupe déborde, ma semence répandue dans une
douce bouche familière
mois après mois, comme si une autre naissance
n'allait pas relier la vie
à elle-même après la mort , tout dans le noir oubli
du passé -
Pas même le destin, pas même l'Enfer sauf ce qu'est
vraiment ceci
ma bouche sèche et je dois me lever et sortir dans
le frais crépuscule pour pisser un coup
essayant d'écrire un poème - n'importe quoi,
griffonnant dans un large livre de pages blanches,
espérant que ma mort donnera un sens au
chaos de ces notes -
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Allen Ginsberg (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Allen Ginsberg
[RARE] Allen GINSBERG – Une Vie, une Œuvre : L’incantation du souffle (France Culture, 1998) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Michel Cazenave, sous-titrée « L’incantation du souffle », diffusée le 11 juin 1998 sur France Culture. Invités : Jean-Jacques LEBEL, Yves LE PELLEC, Alain DISTER, Brice MATTHIEUSANT, Christian BOURGOIS, Hawe SILVERBLAT et Bob ROSENTHAL.
autres livres classés : indeVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

La littérature indienne : etes-vous intouchable ?

Quel est le nom de l'ancienne propriétaire de la maison qu'occupe le couple dans "Loin de Chandigarh" de Tarun Tejpal ?

Fizz
Karine
Catherine
Angela

10 questions
87 lecteurs ont répondu
Thèmes : littérature indienne , indeCréer un quiz sur ce livre