AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782267024128
978 pages
Éditeur : Christian Bourgois Editeur (08/11/2012)

Note moyenne : 4.8/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Parallèlement aux journaux, aux notes et aux croquis dont il a rempli les pages de carnets au fil de ses voyages. Allen Ginsberg a poursuivi une oeuvre poétique tout au long de sa vie. Publiés successivement, en volumes séparés, ces poèmes sont à présent regroupés en un volume, chronologique et bilingue : Reality Sandwiches (1963), Planet News (1968), Mind Breaths/Plutonian Ode (1984), Linceul blanc (1986) et Cosmopolitan Greetings (1994).
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
TREMAOUEZANTREMAOUEZAN   15 décembre 2016
BIRDBRAIN / TÊTE DE NOEUD

Tête de nœud dirige le Monde !
Tête de nœud est l'ultime produit du Capitalisme
Tête de nœud, chef des bureaucrates de Russie, bâille
Tête de nœud a dirigé le FBI pendant 30 ans nommé par F.D. Roosevelt et n'a jamais traqué la Cosa Nostra !
Tête de nœud répartit le blé à brûler, il maintient les prix sur le marché mondial !
Tête de nœud prête de l'argent aux États policiers en Voie de Développement par le Fonds Monétaire International !
Tête de nœud ne se trouve jamais un coup tout seul il faut que ses secrétaires lui servent de maquereaux
Tête de nœud propose des transplantations de cerveau en Suisse
Tête de nœud se réveille au milieu de la nuit et refait son lit
Je suis tête de nœud !
Je gouverne la Russie la Yougoslavie l'Angleterre la Pologne l'Argentine les Etats-Unis le Salvador
Tête de nœud se reproduit en Chine !
Tête de nœud habite le cadavre de Staline dans les murs du Kremlin
Tête de nœud impose l'agriculture pétro-chimique dans les déserts d'Afrique !
Tête de nœud pompe la nappe phréatique de Californie du Nord au profit des Banques de l'Agro-Business des Agrumes
Tête de nœud harponne les baleines et mâche leur graisse sous les tropiques
Tête de nœud assomme les bébés-phoques et porte leurs fourrures à Paris
Tête de nœud dirige le Pentagone son frère la CIA, Dollars Gros Culs !
(Traduction française : Yves Le Pellec, Françoise Bourbon. Titre traduit par Jean-Jacques Lebel)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          80
PartempsPartemps   06 septembre 2020
1/Hurlement d'Allen Ginsberg
Pour
Carl Solomon


j'ai

vu les meilleurs esprits de ma génération détruits par la
folie, affamés et hystériques nus, se
traînant dans les rues nègres à l'aube à la
recherche d'une solution en colère, des
hipsters à la tête d'ange brûlant pour l'ancienne
connexion céleste à la dynamo étoilée dans la machine-
ère de la nuit,
qui la pauvreté et les lambeaux et les yeux creux et haut assis
fumant dans l'obscurité surnaturelle des
appartements d'eau froide flottant à travers les cimes des villes en
contemplant le jazz,
qui ont montré leur cerveau au ciel sous le El et ont
vu les anges mahométans titubant sur tene-
toits illuminés,
qui sont passés par les universités avec des yeux froids et radieux
hallucinant Arkansas et la tragédie de Blake-light
parmi les savants de la guerre,
qui ont été expulsés des académies pour fous et
publier des odes obscènes sur les fenêtres du
crâne,
qui se recroquevillaient dans des pièces mal rasées dans des sous-vêtements, brûlant
leur argent dans des corbeilles à papier et écoutant
la Terreur à travers le mur,
qui s'est fait éclater dans leur barbe pubienne revenant par
Laredo avec une ceinture de marijuana pour New York,
qui a mangé du feu dans des hôtels de peinture ou bu de l'essence de térébenthine à
Paradise Alley, mort, ou purgatori leurs
torses nuit après nuit
avec des rêves, avec des drogues, avec des cauchemars éveillés, de l'
alcool et du coq et des boules sans fin,
aveugle incomparable; des rues de nuages ​​tremblants et d'
éclairs dans l'esprit sautant vers les pôles du
Canada et de Paterson, illuminant tout le
monde sans mouvement du temps entre, les
solidités des couloirs
Peyotl, l'aube du cimetière d'arbres verts d'arrière-cour , l'ivresse au vin sur les toits, les quartiers
devanture des magasins de Teahead Joyride le néon
clignotant, le soleil et la lune et les
vibrations des arbres dans le crépuscule hivernal rugissant de
Brooklyn, les élucubrations ashcan et la gentille lumière d'esprit du roi,
qui se sont enchaînés aux métros pour l'infini
roulez de Battery à Holy Bronx sur la benzédrine
jusqu'à ce que le bruit des roues et des enfants
les fasse descendre tremblant, bouche bée et
battue, un cerveau épuisé de brillance
à la lumière morne de Zoo,
qui a coulé toute la nuit dans la lumière sous-marine de Bickford qui a
flotté et assis à travers la bière rassis après
midi dans la désolation Fugazzi's, écoutant le crack
of doom sur le juke-box à hydrogène,
qui parlait continuellement soixante-dix heures de parc en
pad en bar à Bellevue en musée au
pont Brooklyn,
bataillon perdu de causeurs platoniques sautant
le feu s'échappe des rebords des fenêtres
au large de l'Empire State hors de la lune,
yacketayakking hurlant vomissements chuchotant des faits
et des souvenirs et des anecdotes et des coups de pied du globe oculaire
et des chocs d'hôpitaux et de prisons et de guerres,
des intelligences entières dégorgées en rappel total pendant sept jours
et nuits avec des yeux brillants, de la viande pour la
synagogue coulée le trottoir,
qui a disparu dans nulle part Zen New Jersey laissant une
traînée de cartes postales ambiguës de l'
hôtel de ville de l'Atlantique ,
souffrant de sueurs orientales et de grincements d'os de Tangerian
et de migraines de Chine sous junk- with- drawal
dans la sombre salle meublée de Newark,
qui a erré autour et autour à minuit dans le
cour de chemin de fer se demandant où aller, et est allé,
ne laissant aucun cœur brisé,
qui a allumé des cigarettes dans des wagons couverts wagons boxcars racketter
dans la neige vers des fermes solitaires dans la
nuit de grand-père,
qui a étudié Plotinus Poe Saint-Jean de la Croix télép-
athy et bop kabbalah parce que le cosmos
vibrait de manière instinctive à leurs pieds au Kansas,
qui le parcouraient dans les rues de l'Idaho à la recherche d'
anges indiens visionnaires qui étaient des
anges indiens visionnaires ,
qui pensaient qu'ils n'étaient fous que lorsque Baltimore
brillait d'extase surnaturelle,
qui a sauté dans des limousines avec le Chinois d'Okla-
homa sous l'impulsion de la
pluie de minuit en hiver ,
qui se prélassait affamé et solitaire à travers Houston à la
recherche de jazz, de sexe ou de soupe, et a suivi le
brillant Espagnol pour converser sur l'Amérique
et l'éternité, une tâche sans espoir, et a donc pris le bateau
pour l'Afrique,
qui disparu dans les volcans du Mexique ne laissant
que l'ombre de la salopette
et la lave et les cendres de poésie éparpillées dans la cheminée de
Chicago,
qui réapparut sur la côte ouest enquêtant sur le
FBI en barbes et shorts avec de grands
yeux pacifistes sexy dans leur peau sombre passant des
tracts incompréhensibles ,
qui ont brûlé des trous de cigarette dans leurs bras pour protester contre
la brume de tabac narcotique du capitalisme,
qui a distribué des brochures supercommunistes à Union
Square en pleurant et se déshabillant pendant que les sirènes
de Los Alamos les pleuraient et pleuraient
sur Wall, et le ferry de Staten Island a également
pleuré,
qui s'est cassé pleurer dans les gymnases blancs nus
et tremblants devant la machinerie d'autres
squelettes,
qui
mordaient les détectives dans le cou et hurlaient de plaisir dans les policiers pour n'avoir commis aucun crime mais leur
propre pédérastie et ivresse de cuisine sauvage,
qui hurlaient à genoux dans le métro et étaient
traîné du toit en agitant des organes génitaux et des
manuscrits,
qui se sont laissés baiser dans le cul par des
motards saintes , et ont crié de joie,
qui ont soufflé et ont été soufflés par ces séraphins humains,
les marins, caresses de l'
amour atlantique et caribéen ,
qui le matin le soir dans les roseraies
et l'herbe des parcs publics et des
cimetières dispersant librement leur sperme à
quiconque vient qui peut,
qui hoquetait sans cesse en essayant de rire mais se retrouvait
avec un sanglot derrière une cloison dans un bain turc
quand le blond & un ange nu est venu les percer
d'une épée,
qui ont perdu leurs loveboys contre les trois vieilles musaraignes du destin
la musaraigne borgne du dollar hétérosexuel
la musaraigne borgne qui cligne de l'utérus
et la musaraigne borgne qui ne fait que
s'asseoir sur son cul et couper les
fils d' or intellectuels de la métier d'artisan,
qui copulé extatique et insatié avec une bouteille de
bière une chérie un paquet de cigarettes une can-
dle et est tombé du lit, et a continué le long
du sol et dans le couloir et s'est évanoui
sur le mur avec une vision de la chatte ultime et
viens échapper au dernier gyzym de la conscience,
qui a adouci les bribes d'un million de filles tremblantes
au coucher du soleil, et avaient les yeux rouges le matin
mais se préparaient à adoucir l'arraché du
lever du soleil , les fesses clignotantes sous les granges et nues
dans le lac,
qui sortaient se prostituer à travers le Colorado dans une myriade de
voitures de nuit volées, NC, héros secret de ces
poèmes, cocksman et Adonis de Denver - joie
à la mémoire de ses innombrables pontes de filles
dans les terrains vides et dans les arrière-cours des dîners, les
rangées branlantes des cinémas, au sommet des montagnes dans les grottes ou avec des
serveuses décharnées dans des
soulèvements familiers de pet- ticoat solitaires et surtout les
solipsismes secrets de la station-service des clients, et des ruelles de la ville aussi,
qui s'est évanoui dans de vastes films sordides, a été déplacé dans les
rêves, s'est réveillé soudainement à Manhattan, et est
sorti des sous-sols
recouverts de Tokay sans cœur et des horreurs des
rêves de fer de la Troisième Avenue et est tombé dans les
bureaux de chômage ,
qui ont marché toute la nuit avec leurs chaussures pleines de sang sur
les quais des bancs de neige attendant qu'une porte de l'
East River s'ouvre sur une pièce remplie de vapeur
et d'opium,
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   06 septembre 2020
2/
qui ont créé de grands drames suicidaires sur les
rives des falaises de l'appartement de l'Hudson sous le
projecteur bleu de la guerre. la lune et leurs têtes seront
couronnées de laurier dans l'oubli,
qui mangeait le ragoût d'agneau de l'imagination ou digérait
le crabe au fond boueux des rivières de
Bowery,
qui pleurait au romantisme des rues avec leurs
poussettes pleines d'oignons et de mauvaise musique,
qui était assis dans des boîtes respirant l'obscurité sous le
pont, et se leva pour construire des clavecins dans
leurs greniers,
qui toussa au sixième étage de Harlem couronné
de flammes sous le ciel tuberculeux entouré
de caisses oranges de théologie,
qui griffonnaient toute la nuit en se balançant et en roulant sur de hautes
incantations qui dans le matin jaune étaient
strophes de charabia,
qui a cuit des animaux pourris poumon coeur pieds queue borsht
& tortillas rêvant du
règne végétal pur ,
qui se sont plongés sous des camions de viande à la recherche d'
un œuf,
qui ont jeté leurs montres du toit pour voter
pour l'Éternité hors du temps, et des réveils sont
tombés sur leurs têtes tous les jours pendant la prochaine décennie ,
qui ont coupé leurs poignets trois fois successivement sans succès
, ont abandonné et ont été forcés d'ouvrir des
magasins d' antiquités où ils pensaient
vieillir et pleurer,
qui ont été brûlés vifs dans leurs costumes de flanelle innocents
sur Madison Avenue au milieu d'explosions de vers de plomb
et le le cliquetis des régiments de fer
de la mode et les cris de nitroglycérine des
fées de la publicité et le gaz moutarde des
éditeurs intelligents sinis- ter, ou ont été abattus par les
taxis ivres d'Absolute Reality,
qui a sauté du pont de Brooklyn, ce qui est
arrivé et est parti inconnu et oubliés
dans la stupéfaction fantomatique des allées de soupe
et des camions de pompiers de Chinatown , pas même une bière gratuite,
qui chantait par les fenêtres de désespoir, est tombé par
la fenêtre du métro, a sauté dans le sale pas-
saic, a sauté sur les nègres, a pleuré partout la rue,
dansé sur des verres à vin cassés pieds nus cassés des
disques phonographiques de nostalgiques européens
Le jazz allemand des années 1930 a terminé le whisky et
a vomi en gémissant dans les toilettes sanglantes, des gémissements
dans leurs oreilles et le souffle de
sifflets à vapeur colossaux ,
qui ont dévalé les autoroutes du passé en
se dirigeant vers la montre hotrod-Golgotha ​​prison-solitude
ou l'incarnation du jazz de Birmingham ,
qui a conduit pendant soixante-douze heures à travers le pays pour savoir
si j'avais une vision ou si vous aviez une vision ou il avait
une vision pour découvrir Eternity,
qui s'est rendu à Denver, qui est mort à Denver, qui
est revenu à Denver et a attendu en vain, qui
veillait sur Denver et couvait et se tenait à
Denver et s'en alla finalement pour découvrir le
Le temps, et maintenant, Denver est solitaire pour ses héros,
qui sont tombés à genoux dans des cathédrales sans espoir priant
pour le salut, la lumière et les seins de l'autre,
jusqu'à ce que l'âme illumine ses cheveux pendant une seconde,
qui se sont écrasés dans leurs esprits en prison en attendant des
criminels impossibles avec des têtes dorées et le
charme de la réalité dans leurs cœurs qui chantaient du doux
blues à Alcatraz,
qui s'est retiré au Mexique pour cultiver une habitude, ou Rocky
Mount pour offrir Buddha ou Tanger aux garçons
ou Southern Pacific à la locomotive noire ou
Harvard à Narcissus à Woodlawn à la
marguerite ou à la tombe,
qui ont exigé des procès de santé mentale accusant la radio d'hyp
notisme et se sont retrouvés avec leur folie, leurs
mains et un jury pendu,
qui ont jeté une salade de pommes de terre aux conférenciers du CCNY sur le dadaïsme
et se sont ensuite présentés sur les
marches de granit de la maison des fous avec des têtes rasées
et un discours d'arlequin du suicide, exigeant
une lobotomie instantanée,
et qui ont reçu à la place le vide concret d'insuline
Métrazol électricité hydrothérapie
psychothérapie ergothérapie ping-pong &
amnésie,
qui, en protestation sans humour, a renversé une seule
table de ping-pong symbolique , se reposant brièvement dans la catatonie,
revenant des années plus tard vraiment chauve à l'exception d'une perruque de
sang, de larmes et de doigts, à l'
homme fou visible condamné des quartiers des fous de l'
Est, les salles fétides de
Pilgrim State's Rockland et Greystone
, se chamaillant avec les échos de l'âme, rock -
ing et roulant dans la solitude-banc de minuit
dolmen-royaumes de l'amour, rêve de la vie un cauchemar
, corps transformés en pierre aussi lourd que la
lune,
avec maman enfin ******, et le dernier livre fantastique
jeté par la fenêtre de l'appartement, et la dernière
porte s'est fermée à 4 heures du matin et le dernier téléphone a
claqué contre le mur en réponse et le dernier fur-
salle terminée vidée jusqu'au dernier meuble
mental, une rose en papier jaune tordue
sur un cintre métallique dans le placard, et même cet
imaginaire, rien d'autre qu'une petite
hallucination pleine d'espoir -
ah, Carl, pendant que tu n'es pas en sécurité je ne suis pas sûr, et
maintenant vous êtes vraiment dans la soupe totale des animaux de
time--
et qui donc RAN dans les rues glacées obsédés
par un éclair soudain de l'alchimie de l'utilisation
de l'ellipse le catalogue le compteur et le vibrat-
ment avion,
qui a rêvé et fait des lacunes incarnées dans le temps et l'espace à
travers des images juxtaposées, et piégé
archange de l'âme entre 2 images visuelles
et a rejoint les verbes élémentaires et mis ensemble le nom
et le trait de conscience en sautant
avec la sensation de Pater Omnipotens Aeterna
Deus
pour recréer la syntaxe et la mesure de la
prose humaine pauvre et se tenir devant vous sans voix et
intelligent et tremblant de honte, rejeté mais
confessant à l'âme de se conformer au rythme
de la pensée dans sa tête nue et interminable,
le fou et l'ange battaient dans le temps, inconnus,
mais posant ici ce qui pourrait rester à dire
au moment venu après la mort,
et rose se réincarne dans les vêtements fantomatiques du jazz en
l'ombre d'or du groupe et a soufflé la
souffrance de l'esprit nu américain pour l'amour dans
un
cri de saxophone eli eli lamma lamma sabacthani qui a fait frissonner les villes jusqu'à la dernière radio
avec le cœur absolu du poème de la vie massacré
de leur propre corps bien manger mille
ans.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   06 septembre 2020
3/
Quel sphinx de ciment et d'aluminium frappé a ouvert
leur crâne et a dévoré leur cerveau et leur imagination
?
Moloch! Solitude! Saleté! La laideur! Ashcans et
dollars indisponibles ! Des enfants hurlant sous les
escaliers! Des garçons sanglotant dans les armées! Des vieillards
pleurant dans les parcs!
Moloch! Moloch! Cauchemar de Moloch! Moloch le
sans amour! Mental Moloch! Moloch le lourd
juge des hommes!
Moloch la prison incompréhensible! Moloch la
prison sans âme croisée et le Congrès des
peines! Moloch dont les bâtiments sont le jugement!
Moloch la vaste pierre de la guerre! Moloch les
gouvernements stupéfaits !
Moloch dont l'esprit est une pure machinerie! Moloch dont le
sang fait couler de l'argent! Moloch dont les doigts
sont dix armées! Moloch dont la poitrine est une
dynamo cannibale ! Moloch dont l'oreille est une
tombe fumante !
Moloch dont les yeux sont mille fenêtres aveugles!
Moloch dont les gratte-ciel se dressent dans le long
rues comme des Jéhovah sans fin! Moloch dont les usines
rêvent et croassent dans le brouillard! Moloch dont les
cheminées et les antennes couronnent les villes!
Moloch dont l'amour est l'huile et la pierre sans fin! Moloch
dont l'âme est l'électricité et les banques! Moloch
dont la pauvreté est le spectre du génie! Moloch
dont le destin est un nuage d'hydrogène asexué!
Moloch dont le nom est l'esprit!
Moloch dans lequel je suis assis seul! Moloch en qui je rêve des
anges! Fou à Moloch! Cocksucker à
Moloch! Lacklove et sans homme à Moloch!
Moloch qui est entré dans mon âme tôt! Moloch en qui
je suis une conscience sans corps! Moloch
qui m'a fait peur de mon extase naturelle!
Moloch que j'abandonne! Réveillez-vous à Moloch!
La lumière jaillit du ciel!
Moloch! Moloch! Appartements robot! banlieues invisibles!
trésors squelettes! capitales aveugles!
industries démoniaques ! nations spectrales!
maisons folles invincibles ! coqs de granit! bombes monstrueuses!
Ils se sont cassés le dos en soulevant Moloch au paradis! Pavés
, arbres, radios, des tonnes! élevant la ville au
Ciel qui existe et qui est partout autour de
nous!
Visions! présages! hallucinations! des miracles! extases!
descendu le fleuve américain!
Rêves! adorations! illuminations! religions! la totalité
bateau plein de conneries sensibles!
Des percées! au dessus de la rivière! flips et crucifixions!
descendu le déluge! Des hauts! Épiphanies! De-
spairs! Dix ans de cris d'animaux et de suicides!
Esprits! De nouveaux amours! Génération folle! sur
les rochers du temps!
Un vrai rire sacré dans la rivière! Ils ont tout vu! les
yeux sauvages! le saint hurle! Ils ont fait leurs adieux!
Ils ont sauté du toit! à la solitude! agitant!
portant des fleurs! Jusqu'à la rivière! dans la
rue!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PartempsPartemps   06 septembre 2020
2/
L'Asie se soulève contre moi.
Je n'ai pas la chance d'un Chinois.
Je ferais mieux de considérer mes ressources nationales.
Mes ressources nationales se composent de deux joints de
marijuana, des millions de parties génitales, une
littérature privée non publiée qui parcourt 1400 miles à l'heure
et vingt-cinq mille établissements psychiatriques.
Je ne dis rien de mes prisons ni des millions de
défavorisés qui vivent dans mes pots de fleurs
sous la lumière de cinq cents soleils.
J'ai aboli les bordels de France, Tanger
est la prochaine à partir.
Mon ambition est d'être président malgré le fait que
je suis catholique.
Amérique, comment puis-je écrire une sainte litanie dans votre
humeur idiote ?
Je vais continuer comme Henry Ford mes strophes sont comme
individu comme ses automobiles plus donc ils sont
tous des sexes différents.
Amérique Je vais vous vendre des strophes 2500 $ chacune 500 $ d'acompte
sur votre vieille strophe
Amérique libre Tom Mooney
Amérique sauvez les loyalistes espagnols
Amérique Sacco et Vanzetti ne doivent pas mourir
Amérique Je suis les garçons de Scottsboro.
L'Amérique quand j'avais sept ans maman m'a emmené à des
réunions de la cellule communiste, ils nous ont vendu des pois chiches une
poignée par billet un billet coûte un sou et les
discours étaient gratuits tout le monde était angélique et
sentimental à propos des travailleurs c'était si sin-
cere vous n'avez pas idée quelle bonne chose le
la fête était en 1835 Scott Nearing était un grand
vieil homme un vrai mensch Mère Bloor m'a fait
pleurer J'ai vu une fois Israël Amter plaine. Tout le monde
devait être un espion.
Amérique, vous ne voulez pas vraiment entrer en guerre.
L'Amérique ce sont eux de mauvais Russes.
Les Russes, les Russes et les Chinois.
Et ces Russes.
La Russie veut nous manger vivants. La puissance de la Russie est
folle. Elle veut sortir nos voitures de nos
garages.
Elle veut attraper Chicago. Elle a besoin d'un Red Readers '
Digest. Elle veut nos usines automobiles en Sibérie.
C'est une grosse bureaucratie qui dirige nos stations-service
.
Ce n'est pas bon. Pouah. Il fait apprendre aux Indiens à lire.
Il a besoin de gros nègres noirs. Hah. Elle nous fait
tous travailler seize heures par jour. Aidez-moi.
Amérique, c'est assez grave.
Amérique, c'est l'impression que j'ai en regardant dans
la télévision.
L'Amérique est-ce correct?
Je ferais mieux de me mettre au travail.
C'est vrai que je ne veux pas rejoindre l'armée ou faire tourner des tours
dans des usines de pièces de précision, je suis de
toute façon myope et psychopathe.
Amérique Je mets mon étrange épaule au volant.

Berkeley, 17 janvier 1956
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00

Videos de Allen Ginsberg (4) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Allen Ginsberg
[RARE] Allen GINSBERG – Une Vie, une Œuvre : L’incantation du souffle (France Culture, 1998) Émission "Une Vie, une Œuvre" par Michel Cazenave, sous-titrée « L’incantation du souffle », diffusée le 11 juin 1998 sur France Culture. Invités : Jean-Jacques LEBEL, Yves LE PELLEC, Alain DISTER, Brice MATTHIEUSANT, Christian BOURGOIS, Hawe SILVERBLAT et Bob ROSENTHAL.
autres livres classés : poésie américaineVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
888 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre