AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio

Robert Ricatte (Éditeur scientifique)Henri Godard (Éditeur scientifique)Pierre Citron (Éditeur scientifique)
EAN : 9782070108824
1744 pages
Éditeur : Gallimard (04/10/1977)

Note moyenne : 4.38/5 (sur 8 notes)
Résumé :
Ce volume contient :

* Angelo
(Texte présenté, établi et annoté par Henri Godard)

* Mort d'un personnage

* Le Hussard sur le toit
(Textes présentés, établis et annotés par Pierre Citron)

* Le Bonheur fou
(Texte présenté, établi et annoté par Robert Ricatte)

Notices, appendices, notes et variantes.

Couverture :
Giono en 1951 à Montjustin
Photo... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Citations et extraits (3) Ajouter une citation
WilliamineWilliamine   29 mars 2020
Il n'était pas question d'écrire un roman, mais de rédiger un document susceptible de servir par la suite à l'écriture d'un roman. Angelo a été écrit en six jours (…). Le Hussard sur le toit m'a occupé pendant huit ans. Ce n'est pas du tout le même travail. Il ne s'agissait dans ces six jours que d'analyser le personnage qui venait de naître et d'éprouver les éléments de l'analyse (…). Ce texte est donc un simple rapport de laboratoire. 
(Notice générale - page 1115 - A propos du roman Angelo, Jean Giono évoque le "Cycle du Hussard.)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
WilliamineWilliamine   10 mai 2020
De Fabrice [Del Dongo], Angelo a naturellement la situation d'origine : la noblesse, la naissance irrégulière, la nationalité italienne ; il a les traits italiens, qui seront soulignés à diverses reprises ; la gravité, l'appétit pour le mystère, les gestes excessifs, la fougue ; il a l'admiration pour l'Arioste qui lui présente, comme à Fabrice, des modèles de chevalerie ; il a de la pitié qui lui vient de sa mère, et invoque la Madone ; surtout, il a la qualité de hussard ; Fabrice est habillé par sa tante en officier de hussards lorsqu'il a douze ans, et c'est en hussard qu'il s'habille à Waterloo. De Lucien Leuwen, Angelo a cette naïveté optimiste qui lui fait juger les gens au-dessus de leur valeur. Coffe dit à Lucien : "Vous tendez vos filets trop haut". C'est littéralement ce que Giono dit d'Angelo dans son carnet : "Angelo, celui qui tend ses filets trop haut". 
(Notice générale, page 1121)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
WilliamineWilliamine   10 mai 2020
C'est parce qu'il vient de Stendhal qu'Angelo – fait nouveau chez Giono – appartient à ce type de héros que le récit suit presque de bout en bout, dont les pensées, les rêves parfois, sont constamment connus de l'intérieur, alors que les autres personnages sont vus le plus souvent par ses yeux.
(notice, page 1122)
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean Giono (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
Jean Giono : Un Roi sans divertissement (1963 / France Culture). Photographie : Dernier portrait de Jean Giono par Jean Dieuzaide, Manosque, 1968. Diffusion sur France Culture le 8 décembre 1963. Adaptation par Alain Allioux. Réalisation de Claude Mourthé. Le titre "Un roi sans divertissement" renvoie à la phrase qui clôt le roman et que Giono emprunte aux "Pensées" de Pascal : « un roi sans divertissement est un homme plein de misères » (fragment 142 de l'édition Brunschvicg), indiquant ainsi l'interrogation moraliste de l'auteur qui veut montrer que l'homme — pour sortir de son ennui existentiel par le divertissement — peut aller jusqu'à la fascination du Mal. C'est dans le monde figé du grand silence blanc de l'hiver montagnard que cet ennui atteint son paroxysme qui peut conduire au meurtre ou au suicide. L'action du roman se déroule dans une région que Giono connaît bien, le Trièves, entre les massifs alpins du Vercors et du Dévoluy, et qui lui a déjà fourni le cadre de "Batailles dans la montagne" et d'une partie des "Vraies richesses". Cette action s'inscrit dans une période d'un peu moins de cinq années, rythmées par six hivers successifs, de 1843 à 1848 et a pour axe le capitaine de gendarmerie Langlois qui s'installe dans l'auberge d'un village isolé par la neige pour rechercher un tueur mystérieux qu'il finira par abattre. Ayant démissionné de la gendarmerie, il revient ensuite au village comme commandant de louveterie et organise une chasse au loup qui rappelle la poursuite précédente. Il veut s'installer et se marier et participe aux fêtes locales mais effrayé de sa fascination pour la beauté du sang d'une oie sur la neige, il se suicide en fumant un bâton de dynamite. Le roman est remarquable aussi par sa complexité narrative caractérisée par la multiplicité des narrateurs qui vise à restituer la tradition orale d'événements vieux d'un siècle. Ce choix narratif permet également de diversifier les tons et les points de vue sur le personnage principal, le mystérieux et troublant Langlois, et enrichit le roman en lui conférant une saveur et une originalité singulières. Interprétation : Raymond Pellegrin, Pierre Bertin, François Chaumette, Bernard Lajarrige, Marcel André, Alexandre Rignault, Margo Lion, Rosy Varte, Lise Delamare, Albert Médina, Sylvie Favre, Jacques Gripel, Bruno Balp, René Clermont, Jean Clarens, Yves Duchateau, Elsa Manet, Jacqueline Moresco, Philippe Mahrer, Jean Péméja, Yves Peneau, Lily Siou, Yvonne Farvel, Anne Wartel et Geneviève Morel.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : romanVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
320 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre