AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782070362745
192 pages
Éditeur : Gallimard (08/12/1972)

Note moyenne : 3.65/5 (sur 134 notes)
Résumé :
"Moulin de Pologne, pourquoi ce nom? Personne n'en sait rien.
Les uns prétendent qu'un pèlerin polonais allant à Rome s'établit jadis à cet endroit-là dans une cabane. Un peut après la chute de l'Empire, un nommé Coste acheta le terrain, fit construire la maison de maître et les dépendances qu'on voit encore. Coste était un enfant du pays, mais il y revenait après un long séjour au Mexique. C'était, paraît-il, un homme maigre et silencieux. On se souvient sur... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
lecassin
  05 février 2013
« le Moulin de Pologne », un curieux livre, qui par plusieurs aspects tranche avec le reste de l'oeuvre. Jean Giono nous présente un morceau d'histoire de la famille Coste ; une famille frappée de malédiction dont les membres meurent tous d'une manière ou d'une autre, mais tous de mort violente…
Le Moulin de Pologne n'est autre qu'une riche propriété à l'extérieur d'un gros bourg provençal qu'on imagine sans peine être inspiré de Manosque, la ville que Giono ne quitta guère. Un narrateur sans nom décrit la vie sur quasiment un siècle de la famille maudite.
Tout d'abord, l'installation du père Coste, un veuf, et de ses deux filles ; il a perdu sa femme et ses deux fils dans des circonstances tout à fait particulières. Aussi, veut-il s'assurer qu'il n'arrivera pas malheur à ses filles et cherche à les marier à des garçons auxquels « rien n'arrive jamais » …
Il finira par les trouver : deux frères, effectivement sans histoires. Il n'en faudra pas plus pour que le destin s'acharne contre leurs familles génération après génération ; désespérant... Restera Julie, la jolie Julie, initialement, mais à demi défigurée au moment du récit.
Elle vit en dehors de tout et de tous… Jusqu'à l'arrivée de M. Joseph. Il vient de s'installer au bourg. Sous leurs efforts conjugués, le Moulin de Pologne semble revivre. La malédiction qui frappe la famille Coste serait-elle à jamais conjurée, ou ne cherche-t-elle qu'une occasion pour frapper à nouveau ?
« le Moulin de Pologne », un ouvrage particulier dans l'oeuvre de Giono, certes, mais un des mes préférés. Il dépeint, en arrière plan, la médiocrité extraordinaire des gens ordinaires. Giono, délaissant ici son art de magnifier sa chère Provence, nous livre un texte fort qui ne laissera pas le lecteur indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
GODON
  22 avril 2015
Un souvenir extraordinaire de lecture!
L'année où j'ai fait la traversée des Alpes, un soir, j'ai trouvé ce livre dans un refuge et je ne l'ai pratiquement pas lâché avant de l'avoir fini. Je ne parlais plus à mon frère, je lisais, captivé, j'aurai voulu lire tout d'une traite. Il fallait bien dormir et j'ai dû l'interrompre, mais j'avais bien calculé, au petit matin je n'avais plus qu'une dizaine de pages à lire. En petit-déjeunant, j'ai fini juste au moment où il fallait partir pour une longue journée de marche. Une lecture parfaite!
Je dirais que j'ai eu la chance de l'oublier complètement (?), et je l'ai relu récemment avec la même passion qu'autrefois.
Il est question de cette grande ombre : le Destin…
Trois personnages vont l'affronter avec trois approches :
- le père Coste qui le défiera.
- Mademoiselle Hortense qui prétendra l'endormir.
- Monsieur Joseph qui jouera aux échecs avec lui.
Tous perdront avec du malheur, de la cruauté, des morts horribles…
Les victimes et la société qui les entourent tissent une sorte de linceul de malédictions qui renforce et provoque les tragédies sur plusieurs générations.
Le narrateur qui ne s'exclue pas de ces médiocres, nous glace en décrivant une stupéfiante scène de lynchage où l'on ne sait plus qui est victime.
Au moment où l'on se trouve désorienté en pensant : «…Et si c'était possible?»; on tombe sur cette phrase énigmatique enfouie dans le roman :
«Le destin n'est que l'intelligence des choses qui se courbent devant les désirs secrets de celui qui semble subir, mais en réalité provoque, appelle et séduit.»
… Que j'interprète comme : on porte en soi le Destin, mais il est écrit en runes indéchiffrables. On peut comprendre comment il fonctionne, mais en aucun cas le maitriser.
Tout le récit est palpitant, on veut lire plus vite, on oublie de respirer…et de gouter ce style inspiré qui vaut bien celui de Flaubert pour rendre les sensations…

Ne ratez pas «Le Moulin de Pologne»!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Tallula
  13 novembre 2012
Je suis surprise que le Moulin de Pologne soit si peu commenté et cité.
Le narrateur, dont on ne saura jamais le nom, homme aigri et condescendant, nous raconte l'histoire des Coste, famille frappée par une malédiction : tous les membres de cette famille meurent les uns après les autres, le plus souvent par des accidents.
Cette malédiction semble s'apaiser avec l'arrivée d'un errant dans cette petite ville, qui ressemble à Manosque. Errant qui sera longuement observé, épié, décortiqué par la communauté... C'est là que se voit l'ironie du narrateur lorsqu'il décrit cela (entre autres). Ironie qui va parfois jusqu'à la cruauté.
Mais malgré le passage de cet errant, cette famille se désintégrera. On se retrouve donc face à l'inexplicable, au destin, au supérieur.
Roman lu dans le cadre de ma licence, que je recommande. Soulignons aussi le style d'écriture de Giono (que j'ai découvert par ce roman) qui est tout simplement excellent.
Commenter  J’apprécie          100
nathalie_MarketMarcel
  11 janvier 2021
Un homme, M. Joseph, arrive dans une petite ville. Il est intrigant, mais on ne sait pas pourquoi. le narrateur raconte ensuite, grâce à un long retour en arrière, l'histoire d'une famille, celle des Coste, sur laquelle s'acharne le destin. Pas possible d'être en paix avec le malheur. Ensuite, le narrateur raconte comment M. Joseph unit sa vie à celle de cette famille.
Pour moi, cette histoire se développe sur deux grands axes. D'abord, celui des Costes, riche famille terrienne, la propriété, les chiens, les chevaux, les hommes, les femmes. La tragédie s'y unit au grotesque et l'humour plus ou moins déplacé du narrateur empêche de véritablement compatir à leur malheureuse histoire. Famille maudite certes, mais nous ne sommes pas dans les Atrides. Ensuite, il y a la petite ville dont fait partie le narrateur. Petite ville qui juge celui qui n'est pas comme elle, qui se scandalise, qui commente, qui tolère mal ceux qui ont l'air un peu différent ou qui ont le mauvais oeil. Mais petite ville médiocre, ce n'est pas un choeur antique.
Je n'ai pas vraiment aimé ce roman. Mon principal souci provient de cette petite ville dont je ne comprends absolument pas les réactions ni le fonctionnement. de ce fait, un certain nombre de péripéties me semblent factices. Je n'ai vu ni scandale ni bizarrerie là où on m'a dit qu'il y en avait. C'est peut-être le décalage temporel ? Il n'y a plus aujourd'hui ce genre de ville où tout le monde se connaît, avec sa stratification sociale, ses codes de conduite… Pour moi, c'est un mauvais théâtre qui sonne faux.
C'est dommage, parce qu'il y a par ailleurs plusieurs trouvailles grinçantes et remarquables. L'une d'elle est le général des jésuites qui fait une apparition notable.
N'empêche qu'il y a le narrateur, insincère, faux et pusillanime, membre de la communauté, mais désireux de se rapprocher des personnages de l'histoire, on le soupçonne sans cesse de manipuler le récit et le lecteur. Toujours une habileté de la narration d'avoir un narrateur retors.
Et puis la très belle langue de Giono. Poétique, mais cruelle, ironique et grinçante, c'est un monde à elle toute seule.
Lien : https://chezmarketmarcel.blo..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          50
lehibook
  28 octobre 2019
Un roman sur le destin : la famille Coste subit au fil des générations un sort digne des Atrides ou des Lagides . La dernière représentante , Julie, résume la lignée: jolie fille rendue hideuse par une mauvaise farce , moquée de tous dans sa petite ville ( Il y a du Carrie au bal du Diable là) elle est prise sous la protection d'un protection d'un mystérieux M.Joseph ( le malicieux Giono a certainement pensé à l'Eminence Grise de Richelieu) .Mais pourra-t-il contrecarrer le fatum? Un étrange roman de Giono , où la seule nature est la nature humaine , avec son narrateur minable et ces citadins odieux . Amer , très amer , comme le parfum des buis après la pluie.
Commenter  J’apprécie          70

Citations et extraits (21) Voir plus Ajouter une citation
charlottelitcharlottelit   02 février 2012
Je sais très bien faire le feu.
Il parait que c'est l'apanage des amoureux et des poètes.
Je pris mon repas bien au chaud en le faisant traîner.
Je ne suis pas de ces hommes seuls qui se dépêchent.
Mon état m'a toujours plu.
Il n'y a jamais eu aucune raison que je me hâte.
Mes plus grandes JOIES, je les ai toutes eues dans ces lenteurs.
Commenter  J’apprécie          200
lehibooklehibook   28 octobre 2019
L’essentiel n’est pas de vivre : c’est d’avoir une raison de vivre. Et cela n’est pas facile à trouver. Je sais bien qu’il y a des gens qui ont toujours la grandeur à la bouche, encore faut-il pour trouver une raison de vivre dans la grandeur, avoir les éléments de cette grandeur en soi ou autour de soi. En nous-mêmes, il est impossible qu’il y en ait. Et je vais vous dire très simplement pourquoi. Tout notre temps est pris par la recherche du nécessaire matériel. Plus que tout le monde, mais disons, si vous le préférez, comme tout le monde, il nous faut manger avant d’être vertueux. Neuf fois sur dix nous constatons que, pour nous emplir la bouche, il faut vider celle du voisin. A ce régime, celui qui porterait en lui les éléments de la grandeur crèverait, la bouche vide, comme doivent mourir les plus faibles. Aussi bien ceux d’entre nous (et il y en a, hélas!) qui ont été dotés de certains éléments de grandeur s’empressent de s’en débarrasser, sinon ce serait un suicide. D’instinct, on va aux choses capables de nous conserver la vie. C’est ce que nous faisons. C’est pourquoi, en nous comme autour de nous, tout est petit.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          41
lecassinlecassin   05 février 2013
C'était à mon avis une si imprudente déclaration qu'il me sembla entendre siffler l'enfer dans la profondeur des sycomores.
Commenter  J’apprécie          140
GODONGODON   21 avril 2015
Je pense à cette veillée d’armes de Mlle Hortense chaque fois que je sors dans la nuit d’été. Le chant des courtilières grésille comme de l’huile à la poêle. La rumeur des blés mûrs tient les chiens éveillés. Les charbonniers des collines jouent du piston près des feux de camp. Le silence gagne l’étendue : on entend gronder les fontaines. Il fait une chaleur étouffante.
- J’ai froid, dit Coste.
- Il faudrait qu’on ait un remède, dit le docteur.
Si j’avais seulement un trocart…
Coste montrait les dents.
- C’est le rire tétanique, dit l’homme de science.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
DuluozDuluoz   13 avril 2015
Il fut évident qu'il dissimulait quelque chose. Jamais la méchanceté, qui nous est naturelle ici, à nous qui vivons dans un pays ennuyeux, ne s'exerça cependant contre lui; enfin ne s'exerça vraiment; nous pouvons être tellement habile, nous arrivons à des résultats extraordinaires quand nous prenons la peine d'être méchants, qu'en ce qui le concerne on peut dire non.
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Jean Giono (40) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
[ÉMISSION] LA PETITE LIBRAIRIE - S3E5
La Petite Librairie, c'est tous les mois ! Votre libraire Gérard Collard vous présente ses dernières pépites littéraires. Un programme qui vous réservera des surprises et des rencontres exclusives ! A NE PAS MANQUER !!!!!!! • • le grand amour de Marie-Antoinette : Lettres secrètes de la reine et du comte de Fersen de Evelyne Lever aux éditions Tallandier https://www.lagriffenoire.com/1055438-encyclopedie-le-grand-amour-de-marie-antoinette-----lettres-secretes-de-la-reine-et-du-comte-de-fersen.html • 1984 de George Orwell et Josée Kamoun aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1042137-poche-1984.html • La ferme des animaux de George Orwell et Jean Quéval aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/19057-poche-la-ferme-des-animaux.html • 1984 de George Orwell et Fido Nesti aux éditions Grasset https://www.lagriffenoire.com/1061898-divers-litterature-1984.html • Orwell de Christin Pierre et Verdier Sébastien aux éditions Dargaud https://www.lagriffenoire.com/1006628-achat-bd-georges-orwell.html • le Gant de Véronique Cauchy et Virginie Grosos aux éditions Circonflexe https://www.lagriffenoire.com/1028704-divers-jeunesse-le-gant.html • le Cinquième Coeur T2 de Dan Simmons et Cécile Arnaud aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1057368-nouveautes-polar-le-cinquieme-coeur.html • Noyade de J.P. Smith et Philippe Loubat-Delranc aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/1044716-nouveautes-polar-noyade.html • Histoire féminine de la France : de la Révolution à la loi Veil (1789-1975) de Yannick Ripa et Michelle Perrot aux éditions Perrin https://www.lagriffenoire.com/1054818-encyclopedie-histoire-feminine-de-la-france-----de-la-revolution-a-la-loi-veil.html • La Gestapo Sadorski de Romain Slocombe aux éditions Robert Laffont https://www.lagriffenoire.com/1054909-divers-litterature-la-gestapo-sadorski.html • L'homme qui plantait des arbres de Jean Giono aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/119669-article_recherche-l-homme-qui-plantait-des-arbres.html • le chant du monde de Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/?fond=produit&id_produit=71308&id_rubrique=397 • le voyage en Italie de Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/1064438-article_recherche-voyage-en-italie.html • • Chinez & découvrez nos livres coups d'coeur dans notre librairie en ligne lagriffenoire.com • Notre chaîne Youtube : Griffenoiretv • Notre Newsletter https://www.lagriffenoire.com/?fond=n... • Vos libraires passionnés, Gérard Collard & Jean-Edgar
+ Lire la suite
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
309 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre

.. ..