AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
Critiques sur Le Moulin de Pologne (11)
Classer par :   Date   Les plus appréciées  



Ajouter une critique
lecassin
  05 février 2013
« le Moulin de Pologne », un curieux livre, qui par plusieurs aspects tranche avec le reste de l'oeuvre. Jean Giono nous présente un morceau d'histoire de la famille Coste ; une famille frappée de malédiction dont les membres meurent tous d'une manière ou d'une autre, mais tous de mort violente…

Le Moulin de Pologne n'est autre qu'une riche propriété à l'extérieur d'un gros bourg provençal qu'on imagine sans peine être inspiré de Manosque, la ville que Giono ne quitta guère. Un narrateur sans nom décrit la vie sur quasiment un siècle de la famille maudite.
Tout d'abord, l'installation du père Coste, un veuf, et de ses deux filles ; il a perdu sa femme et ses deux fils dans des circonstances tout à fait particulières. Aussi, veut-il s'assurer qu'il n'arrivera pas malheur à ses filles et cherche à les marier à des garçons auxquels « rien n'arrive jamais » …
Il finira par les trouver : deux frères, effectivement sans histoires. Il n'en faudra pas plus pour que le destin s'acharne contre leurs familles génération après génération ; désespérant... Restera Julie, la jolie Julie, initialement, mais à demi défigurée au moment du récit.
Elle vit en dehors de tout et de tous… Jusqu'à l'arrivée de M. Joseph. Il vient de s'installer au bourg. Sous leurs efforts conjugués, le Moulin de Pologne semble revivre. La malédiction qui frappe la famille Coste serait-elle à jamais conjurée, ou ne cherche-t-elle qu'une occasion pour frapper à nouveau ?

« le Moulin de Pologne », un ouvrage particulier dans l'oeuvre de Giono, certes, mais un des mes préférés. Il dépeint, en arrière plan, la médiocrité extraordinaire des gens ordinaires. Giono, délaissant ici son art de magnifier sa chère Provence, nous livre un texte fort qui ne laissera pas le lecteur indemne.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
GODON
  22 avril 2015
Un souvenir extraordinaire de lecture!

L'année où j'ai fait la traversée des Alpes, un soir, j'ai trouvé ce livre dans un refuge et je ne l'ai pratiquement pas lâché avant de l'avoir fini. Je ne parlais plus à mon frère, je lisais, captivé, j'aurai voulu lire tout d'une traite. Il fallait bien dormir et j'ai dû l'interrompre, mais j'avais bien calculé, au petit matin je n'avais plus qu'une dizaine de pages à lire. En petit-déjeunant, j'ai fini juste au moment où il fallait partir pour une longue journée de marche. Une lecture parfaite!

Je dirais que j'ai eu la chance de l'oublier complètement (?), et je l'ai relu récemment avec la même passion qu'autrefois.
Il est question de cette grande ombre : le Destin…
Trois personnages vont l'affronter avec trois approches :
- le père Coste qui le défiera.
- Mademoiselle Hortense qui prétendra l'endormir.
- Monsieur Joseph qui jouera aux échecs avec lui.

Tous perdront avec du malheur, de la cruauté, des morts horribles…
Les victimes et la société qui les entourent tissent une sorte de linceul de malédictions qui renforce et provoque les tragédies sur plusieurs générations.
Le narrateur qui ne s'exclue pas de ces médiocres, nous glace en décrivant une stupéfiante scène de lynchage où l'on ne sait plus qui est victime.
Au moment où l'on se trouve désorienté en pensant : «…Et si c'était possible?»; on tombe sur cette phrase énigmatique enfouie dans le roman :
«Le destin n'est que l'intelligence des choses qui se courbent devant les désirs secrets de celui qui semble subir, mais en réalité provoque, appelle et séduit.»
… Que j'interprète comme : on porte en soi le Destin, mais il est écrit en runes indéchiffrables. On peut comprendre comment il fonctionne, mais en aucun cas le maitriser.
Tout le récit est palpitant, on veut lire plus vite, on oublie de respirer…et de gouter ce style inspiré qui vaut bien celui de Flaubert pour rendre les sensations…

Ne ratez pas «Le Moulin de Pologne»!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          90
Tallula
  13 novembre 2012
Je suis surprise que le Moulin de Pologne soit si peu commenté et cité.

Le narrateur, dont on ne saura jamais le nom, homme aigri et condescendant, nous raconte l'histoire des Coste, famille frappée par une malédiction : tous les membres de cette famille meurent les uns après les autres, le plus souvent par des accidents.

Cette malédiction semble s'apaiser avec l'arrivée d'un errant dans cette petite ville, qui ressemble à Manosque. Errant qui sera longuement observé, épié, décortiqué par la communauté... C'est là que se voit l'ironie du narrateur lorsqu'il décrit cela (entre autres). Ironie qui va parfois jusqu'à la cruauté.

Mais malgré le passage de cet errant, cette famille se désintégrera. On se retrouve donc face à l'inexplicable, au destin, au supérieur.

Roman lu dans le cadre de ma licence, que je recommande. Soulignons aussi le style d'écriture de Giono (que j'ai découvert par ce roman) qui est tout simplement excellent.
Commenter  J’apprécie          90
Lavieestunlongfleuvetranquille
  11 août 2016
La bourgeoisie de province (et de Provence...) dans toute sa splendeur !
GIONO ne recule devant rien pour souligner la médiocrité de certains préjugés.
M. Joseph est-il un fin manipulateur, ou réellement (c'est peu probable) ce qu'il montre avec talent ?
Le narrateur, juriste et collaborateur de ce dernier depuis son mariage avec l'héritière du Moulin de Pologne, restera également en marge de cette vie sociale caricaturée.
Un point négatif qui continue à me surprendre à chaque relecture : l'épilogue. L'auteur tire un trait rapide sur la "malédiction" familiale, et l'on reste sur sa faim.
Commenter  J’apprécie          60
Duluoz
  13 avril 2015
Un Giono, pris négligemment pour une lecture aléatoire (un Giono de plus !), et au final, j'ai dévoré ce livre où le sens d'observation de l'être humain de l'auteur est au meilleurs de son acuité.
Commenter  J’apprécie          30
viduite
  04 décembre 2018
Âpreté tragique, comédie bourgeoise grinçante dans son exploration à la première personne d'un destin toujours dubitatif, le Moulin de Pologne frappe par la concision de ses portraits, la sécheresse de ses notations sur un milieu dont le lecteur ne parvient à départager l'admiration et la détestation. Giono se fait ici moraliste sans jugement et captive par une parole à laquelle il est impossible d'adhérer comme il se révèle difficile d'en renier la cruelle pertinence.
Lien : https://viduite.wordpress.co..
Commenter  J’apprécie          20
lusciniole
  18 août 2018
Lire Giono est, pour tous les livres que j'ai lus de lui une découverte, un plaisir de mots choisis, une musique que l'on retrouve de loin en loin avec grand plaisir. Il a souvent la dent un peu dure avec les personnages de ses romans, les travers des habitants de sa Provence dont il connaît aussi les endroits magiques qu'il partage superbement.
Lien : https://joelle.krikorian@yah..
Commenter  J’apprécie          10
dominica
  01 mai 2015
histoire assez difficile, beaucoup de mal a rentrer dans cette lecture ou trop de personnages se mêlent et m'ont rendu la compréhension de cette oeuvre difficile
Commenter  J’apprécie          10
garanemsa
  20 juin 2019
Giono Jean
Le moulin de Pologne
C'est un livre particulier à l'auteur, ce n'est pas vraiment le genre d'écriture ni de lieu, ni de forme de ses autres livres, j'en ai été un peu étonnée d'ailleurs.
Il n'y a pas beaucoup de dialogue, mais une impression malsaine de l'endroit ainsi que de la population, du populaire même
Un homme discret, insaisissable, inconnu, Monsieur Joseph arrive dans un petit bourg de Provence.
On jase beaucoup, on invente, on chercher à savoir, on ricane, on cancane.
Mais dans cet endroit une riche propriété avait été achetée par la famille Coste un veuf et ses deux filles, le Moulin de Pologne, il y avait des années de cela.
Mais cette famille était maudite semble-t-il, le sort s'acharnait contre lui, il a perdu sa femme et ses deux fils dans des circonstances tragique et en fin de compte il ne lui restait plus que ses filles à marier et il demande à une entremetteuse de trouver des hommes à qui il n'arrive rien et pour conjurer le sort, il cherche pour ses filles des maris auxquels rien n'arrive jamais, deux frères font l'affaire
Mais l'hécatombe continue et il ne reste plus que Julie, gentille, mais la risée de tout le village, raison pour laquelle est s'isole dans ce moulin , mais…. Monsieur Joseph, avec lui le moulin va renaître, il venge Julie des médiocres et fait venir tous les notables de la ville qui se moquaient tant
Mais le sort des Coste veille……………………….
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
rxamain
  18 novembre 2018
La saga des habitants du moulin, famille au destin brutal, décrite par un des habitants. La cruauté des cancans de province sur des boucs émissaires.
Très belle écriture.
Commenter  J’apprécie          00


Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre