AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782070363117
256 pages
Éditeur : Gallimard (21/01/1973)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 134 notes)
Résumé :
Alors, il se met à tripoter son paquet de cartes comme s'il tirait sur un accordéon. Il le frappe, il le pince, il le soufflette, il le caresse, il l'étire et le referme. Il annonce : roi de pique, sept de carreau, trois de cœur, roi de trèfle, dame de cœur, neuf de pique, deux de carreau ; et chaque fois la carte annoncée tombe. Il jette le jeu de cartes dans le bassin de la fontaine et, quand il va y tomber, le jeu de cartes se regroupe dans sa main. Il me l'étale... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (15) Voir plus Ajouter une critique
berni_29
  04 septembre 2020
Les grands chemins, roman de Jean Giono publié en 1951, m'a quelque peu dérouté au départ. J'avoue avoir eu un peu de mal à y entrer, je ne sais pas trop dire pourquoi. Je cherchais le côté solaire des premiers romans de l'écrivain, je ne le trouvais pas, je vivais une sensation qui me déstabilisait, un sentiment d'inquiétude dans un texte indomptable.
Je ne me sentais pas serein à l'abord des premières pages de cette lecture, mais est-ce le but d'un roman ? Je ressentais comme une sorte d'inquiétude, de malaise...
Pourquoi ?
Est-ce le paysage rugueux, ce fond de vallée où les chemins se perdent, n'arrivent nulle part ?
C'est peut-être l'approche de l'hiver dans ces montagnes où le jour se resserre dans l'étau de la vallée comme une peau de chagrin.
Cela tient peut-être aussi aux personnages qui ne ressemblent pas à ceux que j'avais l'habitude de rencontrer dans l'oeuvre de Giono.
Peut-être aussi parce que nous sommes ici loin du lyrisme de ses premiers romans.
Posons un peu le décor, les personnages, l'intrigue...
Nous sommes à la fin de l'été. Un narrateur, épris de nature et de grands espaces, nous invite à suivre ses pas, son itinéraire de nomade, de vagabond. Il aborde un paysage de montagne. C'est un trimardeur, courageux à la tâche, il sait un peu tout faire, conduire des engins agricoles, des poids lourds, travailler de ses mains. C'est ainsi qu'il va dans son existence, il n'a jamais de mal à trouver du boulot. Qui plus est, son allure débonnaire l'aide rapidement à poser une relation de confiance avec les autres.
La vallée qui s'offre ici est presque un lieu fermé où l'hiver va venir. Déjà la lumière s'atténue vite dès le soir venu. Il faudra sans doute songer à se poser dans un des villages qui émergent du paysage.
Il fait la rencontre d'un homme qui le séduit d'emblée. C'est un joueur de cartes. Il est fasciné par la prouesse de ses doigts avec les cartes. Ils s'entendent tout de suite, il y a quelque chose qui les aimante l'un à l'autre.
Tous deux ne tiennent pas en place, c'est sans doute à cela qu'ils se sont reconnus tous deux... Mais pour le reste, ils sont totalement différents : l'un veut travailler, l'autre pas.
Malgré cette association contre nature, ils deviennent dès lors des compagnons de route pour aborder cette vallée, le narrateur appelle aussitôt cet homme qui le fascine l'Artiste.
On ne saura jamais leur nom, sauf celui de l'Artiste tout à la fin.
Les chemins les amènent au tout début de leur périple de village en village. Ils se séparent, se retrouvent. Ce sera ainsi tout au long du récit. L'Artiste s'avère très vite menteur, tricheur...
Voilà une relation d'amitié complexe, ambigüe, presque impossible. Un jeu d'attirance, de domination et de répulsion.
Ils n'ont peut-être en commun que l'errance qui les entraîne sur les chemins et la volonté de se poser brusquement au même moment. Ils sont tous deux sans attache et veulent être libres.
Il y a comme un désir de protection du narrateur à l'égard de l'Artiste, mais ce dernier le prend comme une sorte de contrôle et ne l'accepte pas.
C'est une amitié où s'invite la fascination, le vertige, le rejet.
Parfois, en amitié, c'est un peu comme en amour, il y a un des deux qui en demande un peu plus...
Ce livre un peu rebelle, qui résiste à certains endroits, avouons-le, je l'ai ressenti comme une impuissance fraternelle à trouver un territoire pour accueillir une amitié. Et pourtant cette amitié me paraît à bien des manières totalement inoubliable...
Il y a des forces telluriques dans ce roman, qui portent et soulèvent les personnages, les sentiments sont taillés à coup de haches comme les à-pics d'une paroi rocheuse.
On sent à un moment que la tension va crescendo dans le récit. Il y a quelque chose de taiseux, le paysage devient brusquement oppressant.
J'ai aimé cette amitié un peu revêche qui se promène là entre eux deux sans trop savoir comment se poser. Elle est violente et c'est beau. L'aspérité des personnages, du moins celle de leur relation, m'a totalement convaincu.
Les grands chemins ne mènent nulle part ou ailleurs, pas forcément là où nous le voulions.
Il y a une forme d'errance et de solitude, une désillusion, quelque chose qui fait penser que Jean Giono ne croit plus ici en l'humanité.
La grandeur des chemins, ici je pense qu'il faut la chercher dans les abîmes intérieurs des personnages.
Et à la fin, ce roman m'est apparu magnifique.
L'écrivain René Frégni, que j'ai eu le plaisir de rencontrer cet été, inconditionnel de Giono - cela se ressent d'ailleurs dans son oeuvre - m'a incité à lire ce roman qu'il considère comme un des plus beaux et importants récits de cet écrivain.
Pas solaire, avais-je dis en début de ma chronique ? Et si les soleils les plus ardents étaient ceux qui brûlent en nous ?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          415
lecassin
  02 février 2013
Jean Giono nous présente ici un vagabond anonyme, à la recherche de son idéal. Il rencontrera l'Artiste, en fait un joueur de cartes , à qui il vouera une admiration sans limite. Naîtra une amitié virile au long de cette route qui les mènera vers leur destin.
Mais comme il arrive parfois dans ce genre d'amitié, un conflit finira par ternir les relations des deux hommes. S'en suivra une véritable chasse à l'homme ou le narrateur poursuit son compagnon d'infortune, joueur et menteur invétéré… Pour lui régler son compte ? peut-être… mais il lui faudra faire vite s'il veut le rejoindre avant la meute des villageois en colère également à ses trousses.
« Les grands chemins », un roman qu'il est convenu de situer dans la deuxième époque de l'auteur, celle de l'après guerre. On le sent désabusé…et sa prose se fait moins lumineuse, moins olfactive. Il reste malgré tout les thèmes chers à Giono : les petits boulots, l'amitié virile et les grands chemins qui ne mènent nulle part si ce n'est à soi-même…
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          300
saphoo
  08 février 2021
Cela faisait bien longtemps que je n'avais lu un Giono. Je retrouve cette plume si agréable, chantant et pleine de sensations. On lit mais on marche aussi en même rythme, respirant les odeurs, sentant la caresse du vent, le froid non piqué le nez etc... c'est plein de poésie, de ressentis, j'ai adoré cette balade sur les grands chemins.
L'Artiste qui vient mettre son grain de sel dans ce décor, une drôle d'amitié, un tandem bancal mettront un peu de piquant au récit. Pour ma part, j'en avais point besoin, simplement me promener aux côtés du marcheur me comblait grandement.
Une chouette lecture qui fait du bien en ces temps si particuliers.
Commenter  J’apprécie          273
SZRAMOWO
  25 octobre 2014
Je lis ce livre souvent. Il porte en lui une formidable force, un optimisme, celui de la confiance en l'humain.
Les routes de bitume gris empruntées par le héros, les places des villages qu'il traverse, les fermes dans lesquelles il travaille, les granges qui l'accueillent au hasard de ses pérégrinations, tout porte à la confiance dans l'autre, même lorsqu'il ne la mérite pas, car loin de tomber dans l'angélisme, Giono donne une image réelle et crue de la société des hommes, à l'image de ce qu'ils en font.
Commenter  J’apprécie          240
charlottelit
  29 décembre 2011
une forte amitié ; un homme sincère en demande et l'autre qui prend
ses distances ; d'où une souffrance,
road movie : ils sont deux à tailler la route et tout est intense
le dénouement comme une offrande ....
cette histoire nous emporte dans les campagnes : on se sent très bien
parmi tous ces gens de passage ; le drame couve bellement
Commenter  J’apprécie          180

Citations et extraits (43) Voir plus Ajouter une citation
Cricri124Cricri124   09 septembre 2019
Son regard est mauvais plus que méchant. J’en connais qui préféreraient, et qui préfèrent en être loin que près : Catherine par exemple, le petit blond par exemple, le patron par exemple qui m’a déjà demandé qui était ce personnage que je traînais avec moi. Je ne peux pas dire que j’aime ce regard-là ; personne ne peut l’aimer. Il n’annonce rien de bon. Il vous juge à son profit. Et moi je sais que celui qui a ce regard, et l’envie de profiter de tout le monde, ne peut plus profiter de personne. (p135)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          210
Cricri124Cricri124   08 septembre 2019
Il me demande où est passé tout l’argent qu’il avait sur lui. Je lui réponds que, quand je l’ai trouvé dans la souillarde en train de geler à côté du pot de chambre, il n’avait pas un rond dans les poches. Sauf ce couteau que je lui rends.
— Que tu m’as pris ?
— Que je ne t’ai pas pris. Que je t’ai emprunté pour les besoins de la cause.
J’attends qu’il me dise que je lui ai également emprunté sa galette pour les besoins de la cause. Mais il ne le dit pas. Je suis même certain qu’il ne le pense pas. Mais la pensée des autres nous ne la connaissons jamais. Nous l’inventons. (p119)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          170
Cricri124Cricri124   07 septembre 2019
Pour savoir ce qu’il a fait à Saint-Crépin je peux toujours repasser. Il ne refuse pas de répondre, au contraire, il répond. Il ment. Il s’en tient fermement à son mensonge. Il embellit son mensonge. Je m’y connais et j’en bave. Il ment franc, si on peut dire. Je sais qu’il ment, il ne s’en cache pas et je sais qu’ayant écouté ce mensonge je ne saurai jamais la vérité. Même si un autre me la dit, même si cent autres me la disent. Même si j’ai des preuves. J’ai trop intérêt à croire ce qu’il dit. (p52)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          180
berni_29berni_29   30 août 2020
Quand on est bel et bien en présence du problème qui consiste à ce qu'on appelle vivre qui est simplement en définitive passer son temps, on s'aperçoit vite qu'on n'arrive pas à le passer sans détourner les choses de leur sens. Père et mère, femme et enfants, voisins, voisines, si l'on s'en sert comme il se doit, ça mène à peu de chose. Mais, si on s'en sert comme on ne doit pas, quel miracle !
Commenter  J’apprécie          100
domdu84domdu84   12 novembre 2011
Être heureux c'est abattre des atouts, ou les attendre, ou les chercher. Forcer la main est magnifique. Demandez aux gens quand est-ce qu'ils sont nés par ici : ce sont tous des enfants de l'hiver. Il n'y a pas plus de jour dans les maisons du village et dans les fermes que dans mon moulin. Les fenêtres, là-bas comme ici, ont les mêmes carreaux gris. La cuisine des Jourdan où j'ai bu le coup après avoir livré l'huile est chaude et abritée, mais un point c'est tout. Restent les coups de la bise contre les murs. Qu'est-ce qu'elle annonce? C'est le commencement de quel théâtre? Devant la porte rouge du poêle, là-bas, ils voient aussi le bout de leurs nez, leurs mainsj leurs genoux, leurs jambes et leurs pieds. Admettons que pendant cinq minutes ils puissent rigoler en eux-mêmes du fait qu'il y a devant la porte rouge du poêle les nez, les mains, les genoux, les jambes et les pieds de toute la famille. Mais après ces cinq minutes, quoi? Détester non plus ne dure pas. S'il y a quelques crimes, par ici, ce sont également des crimes d'hiver. Rabrouer des vieil¬lards et même pousser plus carrément à la roue fait plaisir mais, comme ce qu'on a pour se distraire est fragile! Dans un sens comme dans l'autre, tout est trop vite fait.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20

Videos de Jean Giono (41) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
Jean Giono : Un Roi sans divertissement (1963 / France Culture). Photographie : Dernier portrait de Jean Giono par Jean Dieuzaide, Manosque, 1968. Diffusion sur France Culture le 8 décembre 1963. Adaptation par Alain Allioux. Réalisation de Claude Mourthé. Le titre "Un roi sans divertissement" renvoie à la phrase qui clôt le roman et que Giono emprunte aux "Pensées" de Pascal : « un roi sans divertissement est un homme plein de misères » (fragment 142 de l'édition Brunschvicg), indiquant ainsi l'interrogation moraliste de l'auteur qui veut montrer que l'homme — pour sortir de son ennui existentiel par le divertissement — peut aller jusqu'à la fascination du Mal. C'est dans le monde figé du grand silence blanc de l'hiver montagnard que cet ennui atteint son paroxysme qui peut conduire au meurtre ou au suicide. L'action du roman se déroule dans une région que Giono connaît bien, le Trièves, entre les massifs alpins du Vercors et du Dévoluy, et qui lui a déjà fourni le cadre de "Batailles dans la montagne" et d'une partie des "Vraies richesses". Cette action s'inscrit dans une période d'un peu moins de cinq années, rythmées par six hivers successifs, de 1843 à 1848 et a pour axe le capitaine de gendarmerie Langlois qui s'installe dans l'auberge d'un village isolé par la neige pour rechercher un tueur mystérieux qu'il finira par abattre. Ayant démissionné de la gendarmerie, il revient ensuite au village comme commandant de louveterie et organise une chasse au loup qui rappelle la poursuite précédente. Il veut s'installer et se marier et participe aux fêtes locales mais effrayé de sa fascination pour la beauté du sang d'une oie sur la neige, il se suicide en fumant un bâton de dynamite. Le roman est remarquable aussi par sa complexité narrative caractérisée par la multiplicité des narrateurs qui vise à restituer la tradition orale d'événements vieux d'un siècle. Ce choix narratif permet également de diversifier les tons et les points de vue sur le personnage principal, le mystérieux et troublant Langlois, et enrichit le roman en lui conférant une saveur et une originalité singulières. Interprétation : Raymond Pellegrin, Pierre Bertin, François Chaumette, Bernard Lajarrige, Marcel André, Alexandre Rignault, Margo Lion, Rosy Varte, Lise Delamare, Albert Médina, Sylvie Favre, Jacques Gripel, Bruno Balp, René Clermont, Jean Clarens, Yves Duchateau, Elsa Manet, Jacqueline Moresco, Philippe Mahrer, Jean Péméja, Yves Peneau, Lily Siou, Yvonne Farvel, Anne Wartel et Geneviève Morel.
Sources : France Culture et Wikipédia
+ Lire la suite
autres livres classés : vagabondageVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Vous aimez ce livre ? Babelio vous suggère




Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
320 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre

.. ..