AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures

Henri Godard (Éditeur scientifique)
ISBN : 2070392961
Éditeur : Gallimard (23/05/1995)

Note moyenne : 3.87/5 (sur 23 notes)
Résumé :
Toute sa vie, Giono a écrit de courts essais, des préfaces, des articles. Ce sont eux qui sont réunis dans ce recueil
Le but de ces essais c'est de monter la Provence telle qu'il la connait et telle qu'il la voit
Lire à la suite ces textes écrits sur la Provence à divers moments, c'est embrasser d'un coup le parcours si particulier de cette oeuvre. Leur mérite est de se situer à mi-distance du pays où Giono n'a jamais cessé de vivre et des romans qu'i... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (2) Ajouter une critique
lecteur84
  26 septembre 2016
Provence, Giono nous livre ici, dans son style parfois curieux, une fresque d'une Provence disparue. Au délà du témoignage historique, il y a ce fameux chant du monde que Giono n'a cessé de retranscrire dans ses oeuvres. L'humanité brute des rapports de l'homme avec son milieu, et avec ses congénères. Il y a une douceur mélancolique à traverser ses pages, à se rtrouver dans ses solitudes un brin hostiles, dans lesquelles on voyage pourtant avec aisance et confiance. Il ya cette simplicité et la description de cette vie rude, modeste, qui faisait des êtres peu envieux de modernité peu désireux d'un confort qui n'avait à leurs yeux aucun sens. le paysan ici est bien conscient des difficultés de sa vie, mais il reste éloigné du prolétariat et du crédit pour garder son âme et sa fierté, pour rester unique et libre. C'est ce tableau qui est ici peint avec la poésie parfois désuète d'un écrivain qui rencontrerait aujourd'hui à n'en pas douter bien des difficultés à être publié. C'est pourtant un écrivain à lire et à relire, car il y a bien au fond de ses mots un chant puissant qui monte et qu'il serait bon de savoir à nouveau écouter.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          160
Duluoz
  26 juillet 2018
Choix d'articles de presse extrait des fonds de tiroir de la maison Gallimard certes ! mais fonds de tiroir parfumés aux herbes de Provence. Un livre que ne devrait ignorer aucunement un digne employé "d'office de tourisme" de la région P.A.C.A (Giono aurait eut en horreur ce triste acronyme).
Commenter  J’apprécie          20
Citations et extraits (11) Voir plus Ajouter une citation
domdu84domdu84   23 août 2011
J'ai beau être né dans ce pays et l'avoir habité sans interruption pendant près de soixante ans : je ne le connais pas. Je l'ai parcouru dans tous les sens : à pied, à cheval, en voiture, sans jamais pouvoir dresser le catalogue complet de ses vertus et de ses vices. Mon premier voyage eut lieu en 1911. Ma mère m'envoya au pèlerinage de l'aube à Moustiers-Sainte-Marie. Jusque-là, je n'avais vu que les vergers d'oliviers autour de Manosque. Il s'agissait cette fois de traverser la Durance, de monter sur le plateau de Valensole et d’aller chercher de l'autre côté, dans des montagnes bleues, une petite chapelle perchée.
On partit à six heures du soir, en septembre. Une heure après, le postillon fit descendre tous les voyageurs de voiture pour soulager les chevaux qui abordaient au pas la rampe montant sur le plateau. J'entendis le bruit des forêts d’yeuses. J'étais à ce moment-là nourri d’Homère et des tragiques grecs. Ce froissement de cuirasses m’exalta.
J'ai revu le plateau en pleine nuit, vingt ans après, à la suite d'une panne d'auto qui nous immobilisa, un ami et moi, dans ces étranges parages. Il ne fallait pas compter sur nos connaissances en mécanique et il ne fallait pas compter sur une aide quelconque venant d'autrui. Dès la nuit, tout le monde se barricade ici, même dans les petits bourgs. On peut toujours tambouriner à la porte des garages. Plus on frappe fort, plus l'habitant fait le mort. Il aurait d'ailleurs fallu marcher pendant plus d'une quinzaine de kilomètres avant de pouvoir frapper à une de ces portes qui ne s'ouvrent pas. Nous avions du tabac, il faisait beau, c'était l'été. Les étoiles donnaient assez de clarté pour qu'on puisse distinguer à l'horizon le hérissement noir des Alpes. Peu à peu nos yeux s'habituèrent à l'obscurité jusqu'à voir, pas très loin de nous dans les vergers d'amandiers, la masse d'une grosse ferme fortifiée au milieu des éteules. Ce plateau aime le mystère : la nuit lui convient.
Nous étions du pays, mon ami et moi, nous savions que, dans ces cas-là, il faut parler à voix haute. C'est ce que nous faisions. Les chiens n’aboyaient pas. D'ailleurs, on ne les laisse jamais dans la cour. On les fait entrer et on se barricade avec eux. Ce sont de bonnes bêtes, mais qui, même en plein jour, font passer la fidélité au maître avant la bonté. Ils attendent que leur patron soit Couché et ils s'allongent au pied de son lit. Leurs yeux sont couverts de poils, ils peuvent aisément feindre le sommeil, tout en guettant à travers leurs épais sourcils. Ils ressemblent au chien qui suivait saint Benoît Labre. Ce sont des griffons hauts sur pattes et râblés, bâtards bien entendu et qui s'abâtardissent à chaque printemps, mais sans jamais perdre cette fidélité totale ; au contraire, plus ces griffons sont laids, plus ils sont héroïques. Accouplés souvent à des hommes lourds et sournois, à des familles rendues sauvages par des siècles de peur, à des troupeaux malades qui ne peuvent leur donner aucun plaisir, ils gardent leurs vertus. Ils ont l'air même de se jeter à corps perdu dans une sorte de sainteté.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
lecteur84lecteur84   21 septembre 2016
Ce que je veux écrire sur la Provence pourrait également s'intituler: "On ne peut pas connaître un pays par la simple science géographique. On ne peut, je crois, rien connaître par la science; C'est un instrument trop exacte et trop dur. le monde a mille tendresses dans lesquelles il faut se plier pour les comprendre avant de savoir ce que représente leur somme.
Commenter  J’apprécie          100
lecteur84lecteur84   22 septembre 2016
Un chalut coûte des millions. Pour aller à la pêche, il faut un capital considérable. Qu'on en soit proriétaire ou qu'on soit débiteur d'un bailleur de fonds, on est dans la combinaison des finances modernes, ce qui exclut de façon totale et absolue le droit à la sieste. Tout compte fait, cette façon de vivre avec de l'argent n'est pas belle, n'est pas adroite, n'est même pas logique. Je préfère celui qui, dès qu'il à cent francs de trop, va boire un coup.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          62
lecteur84lecteur84   20 septembre 2016
C'est un pays qui résiste à la civilisation de l'argent parce que, je crois, une longue habitude de la pauvreté leur a donné la certitude que leurs joies étaient gratuites.
Commenter  J’apprécie          120
raynald66raynald66   09 septembre 2017
Les oliviers composent d'immenses temples silencieux et sombres ;
la vigne avec ses bras noirs tout tordus envahit les champs les uns après
les autres ; les terres les plus solitaires portent des forêts d'amandiers
brûlants dans des feutres d'herbes dures, de chardons et de thym qui
mélangent sous l'ombre claire les somptueuses couleurs de leurs fleurs
bleu-jaune et rouges franchement
Commenter  J’apprécie          30
Lire un extrait
Videos de Jean Giono (44) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Jean Giono
A l'occasion de la 11ème édition du salon international du livre en format livre de poche Saint-Maur En Poche, le libraire Jean-Edgar Casel et le journaliste David Medioni (ernestmag.fr) recevaient l'auteur et le parrain de SMEP 2019 Ron Rash...
Un silence brutal de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Gallimard https://www.lagriffenoire.com/145502-divers-litterature-un-silence-brutal.html
Un pied au paradis de Ron Rash et Isabelle Reinharez aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/145625-nouveautes-polar-un-pied-au-paradis.html
Le chant du monde de Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/71308-poche-le-chant-du-monde.html
Moby Dick de Herman Melville et Jean Giono aux éditions Folio https://www.lagriffenoire.com/48529-poche-moby-dick.html
La culture décontractée !!!!! ABONNEZ-VOUS A NOTRE CHAINE YOUTUBE ! http://www.youtube.com/user/griffenoiretv/featured (merci) La boutique officielle : http://www.lagriffenoire.com
#soutenezpartagezcommentezlgn Merci pour votre soutien et votre amitié qui nous sont inestimables. @Gérard Collard @Jean-Edgar Casel
+ Lire la suite
autres livres classés : provenceVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Jean Giono

Né à Manosque en ...

1875
1885
1895
1905

12 questions
272 lecteurs ont répondu
Thème : Jean GionoCréer un quiz sur ce livre