AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 978B08QDY6BDV
Éditeur : Plon (14/01/2021)

Note moyenne : 4/5 (sur 9 notes)
Résumé :
Auteur star, Raphaëlle Giordano revient chez Plon avec un roman réjouissant. Après le best-seller Cupidon a des ailes en carton, l'auteur du phénomène Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une surprend et séduit une nouvelle fois. Au meilleur d'elle-même.
" Je m'appelle Basile. J'ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j'ai toujours eu l'impression de venir d'une autre planète ? Je n'ai pourtant pas compris tout de... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
nadiouchka
  16 janvier 2021
# Rentrée littéraire 2021
C'est par hasard que j'ai choisi « Le bazar du zèbre à pois » (éditions PLON) de Raphaëlle Giordano, écrivaine française, dont on dit qu'elle est spécialiste en créativité et développement personnel.
Elle le démontre bien dans ce dernier livre, qui m'a bien étonnée par sa teneur car je ne m'attendais pas du tout à lire une si originale histoire et la jolie couverture de ce livre.
Son premier roman, « Ta vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une », avait déjà connu un vif succès et gageons que celui-ci connaîtra le même sort.
Mais comme c'est une nouveauté, il ne faudrait pas trop en dire et je me limiterai donc à ces quelques lignes.
Les personnages :
* Basile Vega, qui ouvre une boutique assez particulière, « Le bazar du zèbre à pois ». Basile adore inventer et sa boutique est jugée comme comportementaliste car ses inventions font travailler les neurones – elles apportent des réflexions philosophiques, de l'onirisme, mais aussi une certaine poésie. Concernant sa boutique, il dit : «Je m'offre un nouvel art de vivre. Plus épuré. Plus authentique. Les objets que j'invente titillent l'imagination, la créativité. (…) Sur la porte, j'ai peint en jolies lettres cursives la mention : Boutique d'objets provocateurs. » (p.26)
Pour Basile : « Qu'est-ce que ça pouvait bien être la normalité ? Sûrement un truc qui rassure. »
On entend parler de « droitier du cerveau », le côté du cerveau qui donne place à la créativité, aux émotions mais aussi aux intuitions. C'est ainsi que l'auteure a été intéressée par ce fait et a créé Basile.
* Arthur, (Arth'), un jeune garçon qui n'aime pas l'école au grand dam de sa mère et qui, par contre, adore taguer, ce qui ne va pas lui valoir que des désagréments.
* Giulia, la mère d'Arthur, et dont la profession est d'être un « nez » chez Olfatum.
* Louise Morteil ( la dame au chien), qui fait partie d'une association : « Civilissime » et qui cherche à mettre des bâtons dans les roues de ce Bazar. Cette association développe en sous-main une forme « d'underground politique. »
Les trois premiers personnages vont se rencontrer dans cette boutique spéciale – il va être question d'audacité (état d'esprit prônant la pensée en dehors de la curiosité) – d'un détonateur sensoriel – de technologies – le désir de changer, d'agir – de brainstorming...
Quand Basile (qui a déjà une vie sentimentale avec Audrey), rencontre Giulia, c'est « une rencontre silex » qui va les mener d'abord à une coopération puis…. Un peu plus loin, ce qui fait immensément plaisir à Arthur qui a vu sa vie transformée grâce au Bazar où il se rend tellement utile et inventif, lui le cancre de l'école.
Les créations se multiplient et connaissent un vif succès mais aussi quelques aléas.
Dans « Le bazar du zèbre à pois », Raphaëlle Giordano utilise un style tout en finesse, de l'humour, et laisse sous entendre que la chance est à notre portée, pour peu que l'on veuille bien la voir, car nous avons tous des talents cachés.
J'ai trouvé la conclusion de ma chronique dans ces lignes :
ADN
S'affirmer dans sa singularité, trouver son essence.
A ffirmer son identité et ses singularités.
D évelopper ses talents spécifiques.
N ourrir la confiance en sa valeur propre.
L'ultime audace,
n'est-ce pas d'oser le bonheur d'être soi ?
Bons baisers de Basile (P. 327)

 A tous. Soyons inventeurs de nos vies. » (Remerciements).
Ouvrage lu grâce à l'envoi des éditions #PLON par l'intermédiaire de « Lire et Sortir. » Un grand merci pour cette découverte inattendue.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          280
lolomito
  23 janvier 2021

Comment résister à une aussi jolie couverture et à ce titre farfelu ?
Les deux réunis ont fait que je me suis lancée dans la lecture de ce livre avec envie et engouement.
Et c𠆞st sans compter sur la première phrase de la présentation éditeur qui dit :
« « Je m'appelle Basile. J'ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j'ai toujours eu l'impression de venir d'une autre planète ? »
Voilà, il ne m𠆞n a pas fallu plus pour tenter la lectrice que je suis en quête en ce moment d’un peu de légèreté et de couleurs.
Raphaëlle Giordano nous sert ici une belle brochette de personnages hauts en couleurs.
Basile Vega, tout d�ord,
créateur d’objet insolites qui n’ont aucune fonctionnalité pratique mais destinés à provoquer des réactions.
Lorsque Basile décide d’ouvrir une petite boutique destinée à présenter ses créations, tout le monde ne voit pas d’un bon œil l’installation de ce personnage un peu atypique au village.
À commencer par Louise Morteuil , qui gère l𠆚ssociation Civilissime et qui compte bien garder un œil vigilant sur les commerces susceptibles d𠆚voir une influence négative sur les concitoyens et la jeunesse.
Louise est donc bien décidée à mettre des bâtons dans les roues de Basile et de son commerce le bazar du zèbre à pois.
Mais Louise ne s𠆞n prend pas seulement à Basile.
Elle entremet également de faire régner l’ordre dans le village en essayant notamment de faire punir autant que faire se peut, le jeune Arthur Moretti, graffeur à ses heures et qui selon elle, vandalise les murs de sa ville.
Et puis il y a Giulia, la maman d𠆚rthur, qui élève seule son ado de fils et qui, pour subvenir à leurs besoins, occupe un emploi de «  nez » dans une entreprise de cosmétique spécialisée dans la fabrication des parfums.
Tous ces personnages vont évidemment se télescoper au contact de Basile et de sa boutique. Et ça va créer des étincelles.
Raphaëlle Giordano, sous couvert de roman fraîcheur, nous sert également comme elle en a l’habitude, un roman aux allures de précis de développement personnel.
Elle nous donne les grandes lignes pour aider tout un chacun à prendre des décisions qui tirent vers le haut et rendent la vie plus sympathique.
Au diable les conventions, nous dit-elle.
Et si on faisait tomber les barrières de la peur du jugement
Et si on s’octroyait la liberté d’être soi-même et d𠆚ller au bout de nos envies et de nos ambitions sans se soucier du regard des autres ou de la peur de l’échec d𠆚voir essayé ?
Elargir le champs du possible, se faire confiance, être libre, voilà ce que nous propose de mettre en pratique Raphaëlle Giordano avec ce sympathique roman de la rentrée littéraire de janvier.
Et pour conclure encore et toujours par une référence musicale, Ben Mazue ( et oui, encore lui 😉) pour sa chanson « Attends moi le monde » a écrit :
« Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire »
Voilà voilà, avec Raphaëlle et Ben, tout est dit.
Ne jamais se laisser influencer par les ondes négatives émises par les autres et suivre son instinct.
Une des grandes lignes du bonheur.
Enjoy !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
Pilly
  23 janvier 2021
J'ai découvert Raphaëlle Giordano avec son premier livre : "Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une". Moi qui aimais beaucoup les livres de Laurent Gounelle, je n'avais pas été totalement conquise, même si finalement ça avait été une agréable lecture.
Eh bien cette fois j'ai beaucoup aimé ! 😊
Ça reste du feelgood en lien avec le développement personnel, mais je ne sais pas, j'ai trouvé qu'il y avait plus de matière. le style m'a mieux convenu aussi. Les éléments de développement personnel sont peut-être amenés de manière plus adéquate.
Peut-être est-ce également parce que ça me parle, moi qui manque sans doute un peu "d'audacité"...enfin surtout d'audace, parce que par contre je peux être très tenace ! Faut dire que je suis bretonne ! 😂
L'histoire est sympathique, et se lit très bien.
Elle se découpe en scènes. Eh oui ! Car nous sommes les acteurs /trices de notre propre vie !
J'ai beaucoup aimé les personnages un brin (ou deux, trois, quatre...brins) atypiques :
- Basile, l'inventeur d'objets faisant réfléchir à sa façon de vivre,
- Arthur, le jeune artiste graffeur cherchant sa place, un sens à sa vie,
- Giulia, nez dans une entreprise, où elle a fini par endormir sa créativité.
Ce sont différents univers que j'ai trouvés très inspirants.
On y parle d'atypisme ou de singularité, d'art, de créativité, de vivre sa vie sans la subir, de trouver sa place, d'oser... d'être enfin l'acteur/trice principal(e) de nos vies !
Ça m'a donné envie de me replonger dans tout ce qui m'anime. Et je peux vous dire qu'il y a de quoi faire ! 😜
Je pense donc que le livre est réussi, vu l'effet qu'il a eu sur moi. 😄
Le p'tit plus non négligeable est de retrouver les différents concepts de développement personnel à la fin du livre. Très chouette d'avoir la possibilité de s'y replonger pour se redonner un p'tit coup de peps ! Ou un p'tit coup de pied aux fesses !
En tout cas, j'adorerais trouver un bazar du zèbre à pois chez moi... Un tel concept de magasin me fait rêver.
Y'a personne qui veut s'y mettre ?
Un attendant, je vous laisse découvrir cette boutique atypique en lisant ce livre, qui titille notre imaginaire et notre créativité. 😉
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08
  26 janvier 2021
J'ai choisi ce livre surtout pour sa couverture flashy que j'aime beaucoup, pour son titre un peu loufoque / sympa et aussi parce qu'il pouvait rentrer dans un challenge que je fais avec des ami(e)s. Et comme je n'avais encore jamais lu de livre de la fameuse Raphaëlle Giordano, je me suis dit que c'était l'occasion. Eh bien, pour le coup, j'aurais dû y réfléchir à deux fois. Je demande pardon d'avance à tous les fans de cette auteure, mais je n'ai pas franchement apprécié. L'histoire est cousue de fils blancs. Pratiquement dès le début, on sait déjà comment cela va se terminer. Moi qui aime les suspenses, je me suis bien ennuyée. de plus, tous les sentiments sont exacerbés. Les bons sont tellement gentils et pétris de bonnes intentions et les méchants caricaturaux au possible. Très peu de nuances au niveau des personnages et de l'histoire. Vous rajoutez là-dessus, des préceptes de bienveillance, de bien-être, de réussite de sa vie intérieure avec une foule d'idées positives tout au long du livre, vous finissez la lecture, englué dans de la guimauve et des bisounours plein les yeux. Bref, vous l'aurez compris je n'ai pas accroché. Même si les personnages sont sympas et l'écriture agréable. Je me suis ennuyée. Même pas envie de vous parler de l'histoire, voir le résumé de l'éditeur qui en dévoile beaucoup trop à mon goût. Pour les amateurs de Raphaël Giodarno, pour les autres, passez votre chemin.
Lien : https://mapassionleslivres.w..
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          60
louiz_bc26
  22 janvier 2021
Raphaele Giordano nous étonne à nouveau par sa maîtrise du développement personnel et sa capacité à créer une histoire émouvante. On suit l'histoire de Basile, un homme atypique et attachant. Mu d'une créativité débordante, il cherche à faire travailler son cerveau droit et son cerveau gauche ensemble. Parallèlement, Arthur est un adolescent en pleine quête de lui-même, qui est doué en graffiti, d'où son surnom de graffeur "Arth'". Une rencontre entre ces deux êtres va s'opérer et ils vont chacun s'apprendre mutuellement des choses. Un livre émouvant qui nous fait nous poser des questions en même temps que les personnages s'en posent.
Un livret de réflexions créatives et de développement personnel est présent à la fin du livre.
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (29) Voir plus Ajouter une citation
Lilou08Lilou08   25 janvier 2021
Je m’assieds dans un excentrique fauteuil vintage chiné dans une brocante, comme tous les objets qui m’ont permis de poser le décor de ce coin du Bazar « comme à la maison ».
Le fauteuil est généreux, avec son dossier rembourré haut comme celui d’un trône, son cadre ouvragé et ses motifs alvéolaires rouge et blanc ; pour contraster, une petite table en cèdre clair invite à la simplicité, et un tabouret en fausse fourrure bleue aux pieds en fer forgé, une lampe à abat-jour héritée de mon arrière-grand-mère, un miroir-soleil aux rayons en osier, une boîte à cookies frais en libre-service de gourmandise, des tasses dépareillées à côté d’une thermos toujours pleine complètent le tout.
Plus qu’une boutique, j’ai depuis le départ rêvé d’un lieu à vivre.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
Lilou08Lilou08   25 janvier 2021
Le laxisme ambiant la désespère. Remettre les esprits dans le rang, redonner des repères : une discipline stricte, le goût de l’effort et de l’engagement – la vie se dessine sur des lignes et des carreaux, se plaît-elle à dire… Elle aime le grand C du mot Civilisation. Or, pour elle, une grande civilisation construit ses piliers avec d’autres grands C : convictions, compétences, coopération. Et, surtout, il faut en passer par une certaine mise au pas, se conformer aux règles, revenir à un esprit de traditions, indispensables racines des peuples.
Galvanisée par sa propre exaltation matinale, Louise Morteuil s’est laissé emporter par Opus, soudain décidé à cavaler. Elle ne peut éviter l’homme les bras chargés d’un énorme paquet planté au beau milieu de son chemin. La collision envoie balader le tout au sol.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   25 janvier 2021
Un grognement rauque en guise de bonjour et un rapide bisou donné à l’arrache sans interrompre le rap en roue libre dans ses oreilles. À ce degré d’écoute intensive, ce ne sont plus des écouteurs, mais des greffes auditives…
Giulia attrape le bus in extremis. Le long du trajet, elle a soudain envie d’écrire une lettre virtuelle à son fils, de faire parler son cœur, trop souvent tiraillé entre amour et agacement. Le propre de l’adolescence ? Les mots défilent dans sa tête en même temps que le paysage.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
Lilou08Lilou08   25 janvier 2021
J’avais la chance d’avoir un père bricoleur. Il avait une passion pour les vieilles motos. Il en achetait, les retapait entièrement et les revendait ensuite. J’avais donc à portée de main tout un attirail d’outils qui me fascinaient. J’aimais passer un maximum de mon temps libre dans ce lieu paisible et inspirant. Seul. Tranquille dans mon univers, en tête à tête avec mes rêveries. Enfin chez moi. C’est là que j’ai créé mes premières bestioles articulées. Des araignées mécaniques.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
PillyPilly   24 janvier 2021
C'est vrai que, au début, elle avait été un peu sceptique quant au concept du Bazar du zèbre à pois, consciente que l'idée d'une boutique comportementaliste pouvait déranger, interloquer. Mais n'était-ce pas justement tout l'intérêt ?
Elle-même était de plus en plus lassée du côté uniformisé et souvent lisse du prêt-à-penser : les programmes, les contenus, les modes avaient tendance à dicter une manière monolithique de penser, de manger, de vivre. Au milieu de tout ça, une déferlante d'injonctions au bien-être et au bonheur, qui finissaient par être agaçantes, voire culpabilisantes.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10

Videos de Raphaëlle Giordano (27) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Raphaëlle Giordano
Raphaëlle Giordano, Lylian et Sophie Ruffieux vous parlent de l'adaptation BD du roman Ta deuxième vie commence quand tu comprends que tu n'en as qu'une !
Résumé : Camille, femme active, mariée et mère de famille a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Pourtant, elle se sent coincée dans cette routine qu'est devenue sa vie... Ce qu'elle voudrait, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Un soir, suite à un accident de voiture, elle fait la connaissance de Claude, routinologue. Cette lumineuse rencontre va bouleverser sa vie et celle de sa famille.
En savoir plus : https://www.editions-soleil.fr/bd/series/serie-ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-qu-une/album-ta-deuxieme-vie-commence-quand-tu-comprends-que-tu-n-en-qu-une
Retrouvez-nous sur le site internet et réseaux sociaux pour plus de BD : http://www.soleilprod.com/ https://www.facebook.com/soleil.editions https://twitter.com/editions_Soleil https://www.instagram.com/delcourt_soleil_bd/
Achetez le tome : Amazon : https://amzn.to/3a7FNTd Fnac : https://bit.ly/3iyqCpL Cultura : https://bit.ly/2LTbE1F
+ Lire la suite
autres livres classés : Psychologie positiveVoir plus
Notre sélection Littérature française Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Philo pour tous

Jostein Gaarder fut au hit-parade des écrits philosophiques rendus accessibles au plus grand nombre avec un livre paru en 1995. Lequel?

Les Mystères de la patience
Le Monde de Sophie
Maya
Vita brevis

10 questions
332 lecteurs ont répondu
Thèmes : spiritualité , philosophieCréer un quiz sur ce livre