AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de lolomito


lolomito
  23 janvier 2021

Comment résister à une aussi jolie couverture et à ce titre farfelu ?
Les deux réunis ont fait que je me suis lancée dans la lecture de ce livre avec envie et engouement.
Et c𠆞st sans compter sur la première phrase de la présentation éditeur qui dit :
« « Je m'appelle Basile. J'ai commencé ma vie en montrant ma lune. Est-ce pour cela que j'ai toujours eu l'impression de venir d'une autre planète ? »

Voilà, il ne m𠆞n a pas fallu plus pour tenter la lectrice que je suis en quête en ce moment d’un peu de légèreté et de couleurs.
Raphaëlle Giordano nous sert ici une belle brochette de personnages hauts en couleurs.
Basile Vega, tout d�ord,
créateur d’objet insolites qui n’ont aucune fonctionnalité pratique mais destinés à provoquer des réactions.
Lorsque Basile décide d’ouvrir une petite boutique destinée à présenter ses créations, tout le monde ne voit pas d’un bon œil l’installation de ce personnage un peu atypique au village.
À commencer par Louise Morteuil , qui gère l𠆚ssociation Civilissime et qui compte bien garder un œil vigilant sur les commerces susceptibles d𠆚voir une influence négative sur les concitoyens et la jeunesse.
Louise est donc bien décidée à mettre des bâtons dans les roues de Basile et de son commerce le bazar du zèbre à pois.
Mais Louise ne s𠆞n prend pas seulement à Basile.
Elle entremet également de faire régner l’ordre dans le village en essayant notamment de faire punir autant que faire se peut, le jeune Arthur Moretti, graffeur à ses heures et qui selon elle, vandalise les murs de sa ville.
Et puis il y a Giulia, la maman d𠆚rthur, qui élève seule son ado de fils et qui, pour subvenir à leurs besoins, occupe un emploi de «  nez » dans une entreprise de cosmétique spécialisée dans la fabrication des parfums.

Tous ces personnages vont évidemment se télescoper au contact de Basile et de sa boutique. Et ça va créer des étincelles.

Raphaëlle Giordano, sous couvert de roman fraîcheur, nous sert également comme elle en a l’habitude, un roman aux allures de précis de développement personnel.
Elle nous donne les grandes lignes pour aider tout un chacun à prendre des décisions qui tirent vers le haut et rendent la vie plus sympathique.

Au diable les conventions, nous dit-elle.
Et si on faisait tomber les barrières de la peur du jugement
Et si on s’octroyait la liberté d’être soi-même et d𠆚ller au bout de nos envies et de nos ambitions sans se soucier du regard des autres ou de la peur de l’échec d𠆚voir essayé ?

Elargir le champs du possible, se faire confiance, être libre, voilà ce que nous propose de mettre en pratique Raphaëlle Giordano avec ce sympathique roman de la rentrée littéraire de janvier.

Et pour conclure encore et toujours par une référence musicale, Ben Mazue ( et oui, encore lui 😉) pour sa chanson « Attends moi le monde » a écrit :
« Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire
Change, invente, arrache, crée
Charge, cogne, balafre-les
Dès qu'ils te disent que c'est foutu, que c'est foutu
Tu les fais taire »

Voilà voilà, avec Raphaëlle et Ben, tout est dit.
Ne jamais se laisser influencer par les ondes négatives émises par les autres et suivre son instinct.
Une des grandes lignes du bonheur.
Enjoy !
Commenter  J’apprécie          80



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (7)voir plus