AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
EAN : 9782203211001
200 pages
Casterman (15/01/2020)
4.16/5   246 notes
Résumé :
Avant de "descendre combattre à la Fosse", le père d’Aldobrando sachant son heure venue, le confia à un mage. Celui-ci devrait le protéger et l’éduquer jusqu’à ce qu’il soit en âge de découvrir le vaste monde. Quelques années plus tard, voilà que la préparation d’une potion tourne au drame. Grièvement blessé à l’œil par un chat qui ne voulait pas bouillir, le mage demande à son jeune protégé d’aller en urgence lui quérir l’Herbe du loup. Mais comment peut-on se débr... >Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura
Critiques, Analyses et Avis (49) Voir plus Ajouter une critique
4,16

sur 246 notes
5
23 avis
4
19 avis
3
4 avis
2
0 avis
1
0 avis

ithaque
  28 septembre 2020
Quand on a adoré un livre, on est irrésistiblement tenté de s'emballer sur sa critique, risquant ainsi de faire miroiter de divines oasis regorgeant d'outres plantureuses, gorgées de nectars infinis, pour d'autres sensibilités que la nôtre et donc d'autres attentes, d'où cruelles déceptions.
Je tenterais donc le braquet en-dessous pour vous parler de ce que j'ai : adoré, (ou "particulièrement apprécié", en se résignant à des précautions oratoires.)
Pour la somme profondément ridicule de 23 misérables euros (ou pour peau de balle dans toute bonne médiathèque) vous pourrez lire 200 pages fantastiques ("particulièrement intéressantes", en langage diminué, auquel je ne me résigne pas), orchestrées par un couple de génies ("très bons auteurs ") italiens, Gipi et Critone (oui, génies ! Maestro…).

Nous sommes il y a fort longtemps, mais les hommes y sont les jouets d'intemporels ballets, hélas bien connus, rythmés par la partition d'airain de la naissance et de la fortune ainsi que par les lois plus fantasques du hasard et de la bonne fortune. L'amour se réservant néanmoins la part du lion, au mépris du PIB personnel ou de toute autre prérogative gonflée à l'hélium du pouvoir.

Par son aspect poussinesque marqué, le jeune et frêle Aldobrando convoque des bouffées adoptives si vous êtes un brin mère poule ou père pélican ; on n'aura de cesse qu'il se sorte de toutes les situations où il va se fourrer, guidé par une loyauté et une candeur peu compatibles avec cet univers si banalement régi par les hyènes.
D'autres personnages magnifiques nous transportent dans la chaleur réconfortante du royaume du bien, les auteurs assumant pleinement un univers où le mal sous toutes ses formes finit en vermisseau courbaturé et anémique, en dépit de toutes nos craintes les plus légitimes. On en ressort huilé de bien-être, un sourire dalaïlamesque aux lèvres et le cerveau vidangé de tous ses miasmes prosaïques.

La subtilité est reine dans l'expression des visages et dans de nombreux retournements de situations et de caractères.
La beauté d'âme d'Aldobrando irradie doucement mais inexorablement et brise la coque des carnes les plus accomplies, dégelant en eux le ruisselet puis le fleuve de la conscience de l'autre.

Réussissant tranquillement à faire du neuf avec des vieilles lunes, les auteurs nous panent dans la chapelure du féerique (ayest je m'emballe encore, donc : "nous convainquent très sûrement") et nous font pâmer d'aise, pour une longue séance de béatitude.
"C'est très réussi" . Non, c'est génial ! :)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          516
le_chartreux
  30 novembre 2020
Emballé ! Littéralement transporté !
ALDOBRANDO, j'adore !
C'est une merveilleuse histoire liée à une sorte de malédiction ou de machination : un chevalier veuf se sachant condamné par un suzerain bête et machiavélique remet son très jeune fils à un vieil homme en exigeant de lui la promesse de l'élever comme remboursement d'une dette que le vieillard lui devait.
Le chevalier part au combat, et meurt.
Le vieillard est un peu sorcier. le galopin, naïf et bien benêt…
Un jour que le vieil homme lui enseigne un certain sortilège, celui-ci échappe à tout contrôle. Voici donc notre jeune novice contraint par son maître à courir par tous les chemins de France et de Navarre pour chercher de cette curieuse herbe du loup qui permettra la rémission des torts.
Mais de cette herbe, il n'en trouvera jamais. En revanche, se rapprochant de la ville et des gens, il rencontrera veulerie, violence et duperie, injustice et raillerie, des luttes d'intérêts, de la perfidie, le mensonge et l'asservissement des uns par les autres… Désolations que tout cela.
Il trouvera aussi quelques bonnes gens au milieu d'une foule de maudits et de bourreaux.
Mais il parait que la vaillance d'un coeur pur peut renverser la tyrannie...
Les illustrations de Luigi Critone réalisées à l'encre et colorisées à l'aquarelle par Francesco Daniele et Claudia Palescandolo sont superbes et d'une beauté magique. La reconstitution des décors est soignée et confère au fabuleux scénario de Gipi un charme poétique.
Le duo d'amants maudits formé par Viola et Beniamino me rappelle un peu celui formé naguère par la rayonnante Michelle Pfeiffer qui incarnait Ladyhawke et Rutger Hauer en fier chevalier à la noblesse éclatante.
Et notre jeune novice dans tout ça ?
Vous le saurez en vous ruant - je n'en doute plus maintenant que vous me lisez toujours - en vous ruant, disais-je, sur ce bel album édité chez Casterman.
L'amour est bien le plus puissant et le plus beau sentiment que l'être humain puisse éprouver, non ?
(soupirs…)
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          340
Bdotaku
  19 mars 2021
Gipi et Critone forment un duo et nous proposent un conte philosophique en forme de geste médiévale dans un beau one-shot de 200 pages lumineux malgré la sombre période qu'il décrit. Oyez donc braves gens l'histoire du jeune orphelin Aldobrando !
Fils d'un roi qui sait qu'il a peu de chances de réchapper d'un duel, Aldobrando est confié enfant à un vieux mage qui a pour mission d'en faire un homme. Alors qu'il est devenu un jeune homme solitaire qui ne quitte guère la cabane de son mentor, Aldobrando va devoir parcourir le vaste monde à la recherche d'une herbe miraculeuse qui aurait le pouvoir de sauver son maître blessé lors de la création d'une potion. Au fil des rencontres et des périples qu'il devra affronter, le jeune candide va évoluer…
DU ROMAN PICARESQUE AU CONTE PHILOSOPHIQUE
La couverture dans des camaïeux de bruns, jaunes et orangés pose le décor (un château) et grâce à son lettrage gothique présente l'époque (Moyen-Age). Elle suscite également l'interrogation : le personnage au premier plan, chétif et maigrelet, ressemble davantage à un fermier qu'à un chevalier et tient une épée en bois dans la main ! On retrouve cette arme singulière en 4eme de couverture, une mention de la physionomie fragile du héros éponyme : « tu as deux bras, ces pattes de merle » ainsi que deux objets pour le moment mystérieux.
A l'origine d'« Aldobrando » on trouve un jeu de société imaginé par Gipi se déroulant au Moyen-Age. Il est donc normal que tous les personnages emblématiques s'y trouvent : le mage, le méchant roi, la pure demoiselle en détresse, l'ogre, l'amoureux transi, le félon etc… Mais, un peu comme dans « Azimut » d'Andreae et Lupano, les personnages sont drôles et loufoques et/ou , ajout original, souvent émouvants également.
La princesse Bianca, pâle et frêle, apparaît aussi pure que son prénom, le roi libidineux ressemble à une illustration de Rabelais par Gustave Doré, Gueulevice à un noble sorti d'un tableau d'Antonello da Messina, Aldobrando à un personnage « gipesque » et son père a les traits de Critone lui-même créant ainsi une savoureuse mise en abyme.
La candeur de l'antihéros ressort d'autant mieux dans le cadre violent. Il se pose et pose aux autres beaucoup de questions. Sous ses aspects benêts, il s'interroge sur l'essentiel et finira par changer la structure sociale d'un royaume basé sur la corruption et l'injustice.
On tient là à la fois un roman picaresque (Gipi rend un hommage à Cervantès à travers le couple Genarro/ Aldobrando qui reduplique le duo Don Quichotte & Sancho Panza) et un conte philosophique à la manière du « Candide » De Voltaire. Comme chez l'auteur espagnol, on y trouve une satire du roman de chevalerie (qui vire à la farce en dernière partie) ; et comme chez Voltaire une réflexion sur l'arbitraire du pouvoir et l'esclavage.
On peut y percevoir également des thèmes plus personnels à Gipi : celui de la filiation et de la transmission comme il l'abordait dans « La terre des fils » mais de façon plus légère car le récit n'est pas dépourvu d'humour.
UNE MISE EN SCENE SOBRE ET EFFICACE
La mise en page est très classique, quasi systématiquement découpée en trois bandes. Sauf à deux occasions (l'arrivée dans la fosse ou un gros plan de la fosse occupe une demi-page p.160 et la pleine page finale). Il n'y a aucun récitatif et pas non plus de monologue intérieur (bulles de pensée). Tout passe par le dialogue avec une seule phrase par phylactère ou par le dessin (on trouve des pages muettes) : c'est ainsi rythmé et très fluide à la fois. L'histoire est linéaire aussi.
Il n'y a pas d'esbrouffe ni de cadrages spectaculaires. La mise en scène est très sobre et se concentre sur les actions et les héros. le dessin s'adapte parfaitement au récit avec un trait fin sans pour autant sombrer dans un foisonnement de détails. L'époque n'est pas tellement déterminée. On pourrait se croire à l'époque de « Je, François Villon », c'est une Italie moyenâgeuse fantasmée. Il n'y a pas de surenchère de violence alors qu'on pourrait s'y attendre avec le semeur de mort et la fosse.
Critone peint en lavis de gris et Francesco Daniel et Claudia Palescando signent les couleurs à l'aquarelle plus vives qui s'y superposent. Ces teintes s 'adaptent à la situation et créent les ambiances : sombres et grises dans les moments graves, orange et rouges apaisants dans les moments de vie et de bonheur. Les coloristes jouent aussi beaucoup de la lumière et du clair-obscur pour un résultat magnifique.
LA PART BELLE AUX PERSONNAGES
Mais ce sont les personnages qui sont avant tout mis en avant. On observe ainsi une grande variété de styles dans leurs portraits ce qui permet d'éviter la monotonie. Les visages sont très expressifs et les regards également (même quand ils sont réduits aux deux points - très ligne claire - des yeux du héros !). Ainsi, un personnage apparemment aussi caricatural que Paprasse, le gratte-papier royal prend « corps » à l'aide de son regard : il ne relève jamais la tête de ses textes de loi sauf à la fin quand il transperce de son regard clair le roi et se fait le chantre des traditions. Celui qu'on aurait pu prendre pour un vil courtisan se révèle être le protecteur des lois et le garant de l'équité. Par son regard il passe de personnage comique à personnage essentiel.
Les auteurs nous invitent, via leurs personnages, à ne pas nous laisser prendre aux apparences : le semeur de mort semble être un ogre, une bête féroce mais l'on découvre qu'il est devenu méchant à cause de son amour tragique ; il est finalement bien plus humain que d'autres et Gipi pose avec lui le thème de la rédemption. de même, la jeune Bianca n'est pas monolithique : elle évolue : au départ elle est prisonnière d'un état qui ne lui convient pas ceci se marque dans ses atours qui la raidissent et son hennin puis elle se libère : cheveux aux vents, sourire et vêtements légers. Tout passe par le dessin et de petites notations ici. le traitement des personnages est donc in fine beaucoup plus subtil qu'on ne pouvait s'y attendre et contient finalement la morale de l'histoire.
« Aldobrando » est un très bel album tant par son dessin que par son message. On choisira selon ses goûts la version en noir et blanc qui met en valeur les lavis de Critone ou celle plus classique aux couleurs solaires. Quelle que soit la version choisie, c'est un album qui fait du bien dans cette période compliquée. Je pense qu'il peut être proposé à un vaste lectorat et qu'on y trouve différents degrés de lecture selon son âge. A consommer et à méditer sans modération !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
adrianalitdeslivres
  17 septembre 2021
Voici un conte de fées d'une terre lointaine et cruelle sous le soleil du sud : le roman graphique "Aldobrando" raconte la victoire d'un garçon naïf sur la tyrannie. Mais , rassurez-vous l'amour s'avère plus fort que toute magie. le roman graphique sous la plume de Gipi, avec les dessins spectaculaires de Luigi Critone , est une aventure médiévale intrigante, ironique et émouvante, l'odyssée passionnante d'un jeune orphelin élevé par un sage et envoyé courir le monde à la rencontre à son sort, sans protection ni préparation d'aucune sorte. Un roman de passage à l'âge adulte, capable de parler au coeur des lecteurs de tous âges.
Dans un environnement hostile, où règne la cruauté, Aldobrando chemine avec loyauté et sacrifice, animé d'un sens profond de la justice. Mais il ignore les embûches qu'il rencontrera en chemin : meurtriers et guerriers brutaux, princesses et demoiselles d'honneur, ruses et intrigues de pouvoir à la cour du Roi des Deux Fontaines...
Ayant grandi en tant qu'orphelin, il n'a aucune idée du monde, des combats, de l'amour ou de la ruse des gens. Mais il possède les trois choses qui font partie de l'équipement de base de tous les héros depuis le "Seigneur des Anneaux" , aussi discrètes soient-elles : du courage, un coeur juste et un mystérieux anneau sur une chaîne...le jeune garçon naïf triomphera avec la force de l'innocence et, malgré l'oppression subie, ne perdra pas sa détermination et sa candeur.

Belle histoire, beaux personnages, même s'ils restent relativement simples, mais très attachants et puis que dire des dessins et des couleurs. J'ai profondément aimé le "changement de scène", nuits pluvieuses, forêts claires, paysages enneigés, donjons sombres, pièces éclairées par des feux vacillants - chaque panneau ressemble à un petit tableau.
Aldobrando est une histoire captivante, adaptée à tous ceux qui sont capables d'apprécier l'ironie, qui cherchent un sens de la justice derrière toute mesquinerie et qui veulent toujours être des héros et partent dans des missions désespérées à la recherche de princesses à sauver.
Aldobrando c'est chacun de nous, quand on a besoin d'une raison pour sortir de sa coquille et découvrir le monde !
Je recommande à 1000 %, coup de coeur!
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          150
jamiK
  23 janvier 2021
Dans un univers de conte médiéval, de quête initiatique, voici une belle fable, rafraîchissante et burlesque. le royaume vit sous un régime d'oppression, Aldobrando, gringalet pas très dégourdis, parti cueillir l'herbe du loup, va se retrouver embarqué dans une aventure bien cruelle. le graphisme est simple, clair et léger, avec beaucoup d'ocres jaunes. Notre héros n'est pas très beau, un peu naïf, mais beaucoup de bouleversements vont arriver dans sa vie. C'est une belle saga, aventureuse, chargée d'émotions, et un vrai bonheur de lecture.
Commenter  J’apprécie          230


critiques presse (6)
BDZoom   03 mars 2020
Un savoureux roman graphique médiéval de plus de 200 pages, où interviennent des personnages aussi drôles que loufoques, ou aussi outranciers qu’émouvants, voire aussi monstrueux que romantiques. Le tout se lit d’une seule traite, tellement la narration est efficace et que le scénario est bien ficelé.
Lire la critique sur le site : BDZoom
Auracan   05 février 2020
En deux cents pages, ce formidable conteur qu'est Gipi transporte le lecteur dans un grand récit d’initiation que n’aurait pas renié l’écrivain Rabelais. L’histoire est originale, fort bien construite avec un suspense qui est maintenu tout au long de l’album.
Lire la critique sur le site : Auracan
BoDoi   30 janvier 2020
Cette histoire, à mi-chemin entre le conte médiéval et le récit picaresque, [...] est une belle synthèse entre le récit de genre et la fresque intime, avec une forme d’optimisme propre au conte dont ils ne se départissent jamais.
Lire la critique sur le site : BoDoi
BDGest   28 janvier 2020
Fruit d'une association grandiose, Aldobrando dépasse les attentes et marque ce début d'année. Magistralement narré, ce conte satirique et romantique emporte par sa force et sa poésie au point d'inviter à la relecture et de rêver à une nouvelle aventure.
Lire la critique sur le site : BDGest
Sceneario   23 janvier 2020
on ne manquera pas d’être séduit par cette aventure qui joue sur la personnalité du personnage principal qui rend une image aux antipodes du héros que l’on pourrait imaginer [...] Une épopée médiévale d’une très grande générosité.
Lire la critique sur le site : Sceneario
ActuaBD   23 janvier 2020
Un gamin confié par son père à un vieux sage… Une princesse, un prince vicieux, des prisonniers torturés, un roi sans âme, et une quête de justice et d’identité. Voilà la recette d'un livre à ne rater sous aucun prétexte !
Lire la critique sur le site : ActuaBD
Citations et extraits (16) Voir plus Ajouter une citation
LunalitheLunalithe   12 décembre 2020
- A l'amour, vous n'y connaissez rien !
- Seulement ce que j'en ai appris de vous deux ces derniers jours. Qu'il peut transformer un bon berger en tueur recherché. Et qu'il peut conduire une gente et douce jeune dame comme vous, Viola, à blesser un époux non désiré et à se retrouver enchainée.
- Et cela vous mène à quelle conclusion ?
- Qu'il peut transformer les choses. Je parle de l'amour. Il peut changer les choses. Mais je ne sais pas encore très bien si c'est en mieux ou en pire...
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          20
ElleselivreElleselivre   20 janvier 2021
- Donc, votre père est un moine de DeuxCroupes ?
- Oui, votre sainteté.
- Je n'ai pas entendu.
- J'ai dit oui, votre sainteté.
- Bon, bon... Et les moines de DeuxCroupes ne suivent pas le vœu de chasteté ?
- Si fait, monseigneur. Mais mon père m'engendra avant sa conversion.
D'une grande probité. Son vœu prononcé, il ne l'enfreignit jamais.
- Et comment puis-je vous aider ?
- Un endroit pour dormir et quelques rations de soupe avant que je ne reprenne mon pèlerinage ? Et, peut-être... quelques biancas ?
- Si c'est là la volonté des dieux.
- C'est ce que disait mon père. Ils te nourriront en abondance, selon la volonté divine...
- Et avant de repartir, demain matin vous nous aiderez pour le service dédié aux infortunés du village. Cela rendra votre âme plus alerte et les dieux mêmes allégeront votre pas.
Qu'en dites-vous ?
- S'il faut se taper les miséreux...
- Comment avez-vous dit ?
- Si telle est la volonté des dieux... [p. 112-113]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
deuxquatredeuxdeuxquatredeux   15 février 2020
- Qu'en dites-vous ?
- S'il faut se taper les miséreux...
- Comment avez-vous dit ?
- Si telle est la volonté des Dieux... (p. 113)
Commenter  J’apprécie          40
ElleselivreElleselivre   20 janvier 2021
- Alors dorénavant, tu seras Aldobrando des Trous d'autrui. Écuyer et valet de Sire Gennaro Montecapoleone des Deux Fontaines. Fils de Brudagone Montecapoleone des Deux Fontaines. Qu'en penses-tu ?
- Aldobrando me suffisait.
- Malheur à qui se contente de ce qu'il a ! [p. 26]
Commenter  J’apprécie          10
ElleselivreElleselivre   20 janvier 2021
- Vous êtes blessé. Laissez-moi vous porter jusqu'au village.
- Je t'interdis de me porter au village, moins-que-rien !
- Au moins vous admettez qu'il y a bien un village, messire.
- Absolument pas ! Et s'il y en avait un, je ne voudrais pas y aller !
- Ce sont mes jambes qui font la route, messire. Quand les vôtres pourront vous soutenir de nouveau, nous irons où bon leur semble. [p. 35]
Commenter  J’apprécie          00

Lire un extrait
Videos de Gipi (34) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de  Gipi
Cette année encore, Gérard Collard et les libraires de la Griffe Noire vous proposent à l'approche des fêtes de fin d'année, plusieurs idées cadeaux sous forme de coffrets :
https://www.lagriffenoire.com/455-coffret.html

COFFRET POLAR GRAND FORMAT Avant les diamants (Dominique Maison) - La gestapo Sadorsky (Romain Slocombe) - Prendre un enfant par la main (François-Xavier Dillard) https://www.lagriffenoire.com/100777-coffret-polar-gf.html

COFFRET POLAR FORMAT POCHE de bonnes raisons de mourir (Morgan Audic) - Un autre jour (Valentin Musso) - 1793 (Niklos Natt Och Dag)
https://www.lagriffenoire.com/100778-coffret-polar-poche.html

COFFRET HISTOIRE GRAND FORMAT Churchill (Andrew Roberts) - L'aiglon (Laetitia de Witt) - J.E. Hoover confidentiel (Anthony Summers)
https://www.lagriffenoire.com/100771-coffret-histoire-gf.html

COFFRET HISTOIRE FORMAT POCHE La véritable histoire des 12 Césars (Virginie Girot) - La route de la soie (Peter Frankopan) - La goûteuse d'Hitler (Rosella Postorino) https://www.lagriffenoire.com/100772-coffret-histoire-poche.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE GRAND FORMAT le tailleur de Relizane (Olivia Elkaim) - Ce qu'il faut de nuit - La Manufacture de livres - Laurent Petitmangin) - Rosa Dolorosa (Caroline Dorka-Fenech)
https://www.lagriffenoire.com/100773-coffret-litterature-francaise-gf.html •
COFFRET LITTÉRATURE FRANÇAISE POCHE Rien n'est noir (Claire Berest) - le baiser (Sophie Brocas) - Venise à double tour (Jean-Paul Kauffmann)
https://www.lagriffenoire.com/132522-coffret-litterature-francaise-poche.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE GRAND FORMAT Les autres américains (Laila Lalami) - le rouge n'est plus une couleur (Rosie Price) - Walker (Robin Robertson
https://www.lagriffenoire.com/132720-coffret-coffret-litterature-etrangere-gf.html

COFFRET LITTÉRATURE ÉTRANGÈRE FORMAT POCHE Taxi Curaçao (Stefan Brijs) - Dévorer le ciel (Paolo Giordano) - Grace (Paul Lynch)
https://www.lagriffenoire.com/132538-coffret-litterature-etrangere-poche.html

COFFRET DÉTENTE GRAND FORMAT Les 7 ou 8 morts de Stella Fortuna (Juliet Grames) - Les corps conjugaux (Sophie de Baere) - Les 3 filles du Capitan (Maria Duenas)
+ Lire la suite
autres livres classés : récit initiatiqueVoir plus
Notre sélection Bande dessinée Voir plus
Acheter ce livre sur

LirekaFnacAmazonRakutenCultura





Quiz Voir plus

Oyez le parler médiéval !

Un destrier...

une catapulte
un cheval de bataille
un étendard

10 questions
1217 lecteurs ont répondu
Thèmes : moyen-âge , vocabulaire , littérature , culture générale , challenge , définitions , histoireCréer un quiz sur ce livre