AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
EAN : 9782213705699
200 pages
Éditeur : Fayard (18/04/2018)

Note moyenne : 4.7/5 (sur 5 notes)
Résumé :
Serge Girard a battu le record de la plus longue distance parcourue à pied (26 240 km en 433 jours), mais, en réalité, l’exploit physique n’est qu’un prétexte pour mener une vie de nomade. La vie dont Serge Girard rêve n'a rien de bien compliqué : lacer ses chaussures tôt le matin, courir 70 km, dîner d’un plat de pâtes, se coucher, et recommencer le lendemain.
« Aux Fidji, les gens que j'ai croisés sur le bord de ma route m'ont dit que j'étais un coure... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
saphoo
  02 mai 2018
J'ai choisi de lire ce livre non pas pour la course à pied, autant le dire tout de suite je ne parle pas de toute la partie sportive car j'ai horreur de courir, marcher oui autant que l'on veut, philosopher, je ne suis point philosophe mais j'aime bien la philosophie, et les road trips j'aime aussi. J'apprécie grandement les lectures sur les récits de voyage notamment ceux à pied. Donc c'est tout naturellement que ma curiosité était la plus forte pour découvrir : Philosopher en courant. Après lecture je dirais que courir à travers le monde amène à une certaine sagesse donc à philosopher.
Je ne résumerai pas le livre car il faut lire pour comprendre le cheminement de l'auteur et l'aboutissement de son parcours. Tout ce que je vais vous révéler, c'est que lire ce livre vous offrira une prise de conscience mais aussi de belles réflexions, de pensées que j'approuve pleinement. Et je retrouve non sans grand étonnement quasiment les mêmes chez les grands marcheurs. Car effectivement parcourir le monde, aller vers les autres, constater de ses propres yeux, nous donne un autre regard sur nos idées préconçues, formatées par des médias qui nous bernent, pas de filtres ni d'écrans interposés c'est le regard vrai et un constat amer, malheureusement de notre planète, de notre humanité qui part à la dérive, au grand n'importe quoi.
J'ai surligné maints passages, phrases, et c'est encore sans surprise que j'ai croisé celui avec qui j'ai commencé mes lectures sur ce sujet le grand Théodore Monod. Alors je ne sais pas comment résumer tout ce qui m'interpelle, me parle car déjà à l'époque de Monod, la sonnette avait été tirée, déjà avec lui j'avais réalisé et apprécié cette philosophie du marcheur qui va lentement à travers l'immensité pour seul point, l'horizon, et ça donne grandement le temps de penser, de constater. L'auteur nous en fait part, évidemment, comment passer à côté ce qu'on ne peut ignorer.
Des grands thèmes sont mis en avant par l'auteur, je cite : « Je suis profondément persuadé que le mouvement dans l'espace a plus d'impact sur nous que l'écoulement du temps. » Bien sûr ce n'est pas en lisant cette phrase que l'on peut comprendre, mais en lisant, je me répète : son parcours ou ses différentes expériences de traversées du monde.
Il parle bien sûr du bonheur toujours un grand débat en philosophie : qu'est-ce que le bonheur ? Je ne rentrerais pas dans les détails j'approuve encore ce qu'il avance en conjuguant cette idée d'espace plutôt que le temps : « Je ne crois pas qu'il faille s'en remettre aux autres pour réussir sa vie, pour accéder au bonheur. En ce qui me concerne, j'ai tendance à penser que les choses iront mieux ailleurs. » C'est ainsi qu'il a entrepris sa première course continentale, la transaméricaine.
D'autres grands sujets philosophiques sont soulevés comme la politique, l'économie et là encore, je ne peux qu'approuver ce que lui-même en déduit, ce n'est pas la croissance qui sera notre bouée de secours dans ce grand marasme mais plutôt l'inverse. Dur de faire machine arrière, dur de changer les habitudes, dur de ne plus penser, plus agir comme des petits robots pour produire toujours plus, consommer toujours plus sans réels besoins, etc… un débat déjà vu chez d'autres marcheurs, car c'est en étant privé du superflu voire de l'essentiel vital, dépouillé de tout qu'on réalise la valeur des choses comme l'eau par exemple. « Confrontés au rien, nous repensons les concepts de possession, d'avoir et d'être. »
Au-delà de la philosophie dans ce récit, il y a tout l'aspect purement sportif, physique dont je n'aborde pas n'étant pas très intéressée par la chose ni compétente et encore moins avertie pour vous en parler. Je vous laisse le soin de lire le livre tout simplement. Mais j'ai bien apprécié son approche de la douleur et de la souffrance qu'il différencie avec tellement de bon sens.
Et bien sûr dans un registre que j'apprécie, c'est le voyage, moins mis en avant il est vrai car comme il l'explique, il ne peut pas dans le concept mis en place de cette traversée aller vers les gens autant qu'il l'aurait voulu, mais il nous fait part de certains épisodes de voyage, des émerveillements, etc… j'espère bien qu'il pourra réaliser son souhait aller d'un pôle à l'autre et nous offrir de belles pages de lecture, des rêves et de la matière à penser.
En résumer, chausser vos baskets, une casquette, prenez la poudre d'escampette, vous comprendrez certainement mieux le monde et par la même occasion : vous-mêmes et les autres.
Je termine pour rendre hommage à l'homme qui m'a offert mon premier voyage Théodore Monod et repris dans ce présent livre : « Vivre c'est avancer sans cesse » !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          113
shmileblik
  25 juillet 2018
Un récit tout en humilité, qui rappelle combien vivre et comprendre l'échec sont nécessaires pour s'accomplir. Des mots qui permettent de prendre conscience du temps, de l'espace, du déplacement, si infime ou immense soit-il.
Paradoxalement, il est tout aussi difficile de se détacher du récit lorsqu'on l'a débuté, que de résister à l'envie d'aller "courir" un tout petit bout de monde dans le même temps.
A relire, immobile ou en mouvement.
SP
Commenter  J’apprécie          90
remygrenier
  10 janvier 2019
Mes dix mots inspirés par cette lecture : Ultra-endurance - Voyage intérieur - Ailleurs - Rencontres - Méditation - Déconnection - Inspiration - Expiration - Transpiration - Complicité
Commenter  J’apprécie          10

Citations et extraits (7) Voir plus Ajouter une citation
saphoosaphoo   02 mai 2018
Comme dans la vie, l'horizon symbolise tous les possibles. Les rencontres, l'exaltation de la course que j'ai déjà décrite, les paysages à venir et dont on ne distingue pas encore les couleurs... Une vie sans horizon, sans objectif à atteindre, est une prison, une existence sans avenir à portée de vue. La nature même de l'existence est d'avoir un terme.
Commenter  J’apprécie          70
saphoosaphoo   02 mai 2018
Y a t il un bonheur plus grand que de se trouver soi, chaque jour,en allant au contact des autres, tout en ayant conscience de ses limites ? Je ne le crois pas.
Commenter  J’apprécie          20
LaetitiaDupontLaetitiaDupont   09 janvier 2019
Contempler l'horizon me semble être la plus belle incitation au nomadisme. Regarder vers l'ailleurs, vers autrui, représente l'exacte opposé de se fixer le nombril ou de s'admirer dans un miroir. En projetant son regard au loin, on se donne à voir tant de possibles que l'imaginaire fonctionne à plein régime. L'attirance pour l'horizon s'oppose au repli sur soi qui germe chaque jour un peu plus dans nos sociétés et nos mentalités.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          00
saphoosaphoo   02 mai 2018
Le vrai loisir, la vrai liberté, consiste à choisir ses propres contraintes.
Commenter  J’apprécie          40
saphoosaphoo   02 mai 2018
Un voyage est un individu. Il n'en est pas deux semblables.
Commenter  J’apprécie          50

Videos de Serge Girard (II) (2) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Serge Girard (II)
La toute dernière étape de Serge Girard, à l'étranger, en Allemagne, avant son retour en France...
autres livres classés : fidjiVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox

Autres livres de Serge Girard (II) (1) Voir plus




Quiz Voir plus

(6) Prénoms associés. Si je vous dis...

Luc :

âne
jumeau
lumière

12 questions
30 lecteurs ont répondu
Thèmes : associations d'idées , humour , étymologie , prénoms , baba yagaCréer un quiz sur ce livre