AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestions
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2234063256
Éditeur : Stock (22/04/2009)

Note moyenne : 3.42/5 (sur 6 notes)
Résumé :

" L'eau, Robert Giraud la laisse à la Seine et au grand ciel au-dessus des toits qui parfois s'ouvrent en deux comme s'il se fendait d'un grand chagrin. Dans le monde de Giraud, on boit parce qu'il faut bien vivre un peu, continuer, se dire quelques mots, se donner quelques regards, afin de se croire moins seuls, moins perdus. " P.C.

Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox
Critiques, Analyses et Avis (3) Ajouter une critique
steka
  06 juillet 2015
Sans doute l'une des dernières manifestations littéraires d'un authentique argot parisien et populaire; langage qui a disparu avec ceux qui en étaient les porteurs.
L'ouvrage risque donc bien de tomber désormais dans des oreilles sourdes à sa poésie ... Qui arpentera la Mouf contemporaine en comprendra fort bien les raisons. A la tienne Giraud !
Commenter  J’apprécie          80
lilicrapota
  24 janvier 2010
je me suis arrêtée à la p.56, je n'ai pas pu aller plus loin : pas du tout prise par l'histoire qui n'en est pas vraiment une (certes, il y a un narrateur, des rencontres, mais rien n'est lié, tout est décrit comme des épisodes sans queue ni tête) et par le style encore moins (et pourtant, il est très original, avec un vocabulaire très particulier du Paris des années cinquante, mais non, je n'accroche pas du tout)
Commenter  J’apprécie          00
TmbM
  01 novembre 2017
Ce livre, rustique, au tanin vif et riche, est aux couleurs de son auteur, rond en bouche, ample et velouté. Il offre une totale sensation de plénitude. Et sans mal de crâne le lendemain.
L'article complet sur mon blog.
Lien : https://touchezmonblog.blogs..
Commenter  J’apprécie          00
Citations et extraits (8) Voir plus Ajouter une citation
stekasteka   03 juillet 2015
On but une longue gorgée avant d'allumer les cigarettes. Papillon qui avait chaud d'un revers de main remonta la visière de sa casquette qu'il ne quittait jamais et pour cause, elle lui servait enfoncée jusqu'au yeux à masquer le papillon, ailes déployées, qu'il s'était fait tatouer au milieu du front en correctance. C'était sa raison sociale : comme lui je vole, ça voulait dire tout simplement.
Commenter  J’apprécie          90
stekasteka   07 juillet 2015
C'est en se frottant, une nuit, que Pierrot l'assassin s'était fait marquer en douce par une poupée, sa régulière tout simplement. Pierrot chassait dur dans une gosseline pendant que sa femme dévidait du ruban vers la Saint-Denis. Elle apprit l'aventure comme s'apprennent toujours les histoires de fesses, au cours d'une engueulade avec une voisine de persil.
Commenter  J’apprécie          40
stekasteka   07 juillet 2015
Quelques mois avant sa mort, nous embauchâmes Fréhel la Grande pour venir chanter ses vieux succès. (...) En pantoufles sur des socquettes de laine rouge, en jupe noire plissée de fille des Halles, poings sur les hanches, dans un coin de la piste elle regardait la salle puis se tournait vers l'accordéoniste.
- Vas-y, minet vert ...
Commenter  J’apprécie          40
stekasteka   10 juin 2015
Aux Halles, il y a un circuit lumineux qui durerait un an à effectuer à pied, il faut le créer d'abord avant de l'exploiter, après ça va, chaque lumignon cligne de l’œil, c'est une invitation à la valse.
Commenter  J’apprécie          50
RustyheartRustyheart   22 septembre 2018
Aux Innocents, la pute unijambiste sentinelle avancée veille droite sur ses béquilles. C'est la gagneuse du coin. Sa jambe, celle qui lui manque, est restée à Nantes, pendant les bombardements. - Elle est démerde, disent ses collègues, elle se chausse avec une bottine à lacets, comme les vieilles pierreuses, tous les vicelards la grimpent en passe. Qu'est ce qu'elle ramasse comme artiche ! Les patrons de la taule où elle va sont chouettes avec elle. Ils lui réservent toujours une piaule au rez-de-chaussée, faut être juste c'est une infirme, ça la fatigue moins que s'taper des escaliers.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
Video de Robert Giraud (1) Voir plusAjouter une vidéo

R. Giraud : Faune et flore argotique - A. Bruant : L'argot du XXème siècle
Olivier BARROT présente deux ouvrages sur l'argot : - "Faune et flore argotiques "de Robert GIRAUD aux éditions le Dilettante. Recueil composé de trois volumes. - "L'argot du XXème siècle" d'Aristide BRUANT aux éditions Fleuve Noir.
autres livres classés : Paris (France)Voir plus
Acheter ce livre sur

AmazonFnacCulturaLeslibraires.frMomox





Quiz Voir plus

Testez vos connaissances en poésie ! (niveau difficile)

Dans quelle ville Verlaine tira-t-il sur Rimbaud, le blessant légèrement au poignet ?

Paris
Marseille
Bruxelles
Londres

10 questions
672 lecteurs ont répondu
Thèmes : poésie , poèmes , poètesCréer un quiz sur ce livre