AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
ISBN : 2246492211
Éditeur : Grasset (01/10/1994)

Note moyenne : 3.27/5 (sur 42 notes)
Résumé :
Elle : divorcée, de beaux yeux, du charme, du chic, du chien.
Elle a une belle situation dans l'édition et quelques aventures. Elle est libre.

Lui : angoissé, fauché, insolent mais drôle. Avocat, chacun lui prédit un brillant avenir, qu'il attend en piaffant.

Ils seront heureux ensemble pour autant qu'un amour puisse être heureux.

Pourtant, insidieux, le soupçon se glisse entre eux. Elle se défend, mais n'en gra... >Voir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Critiques, Analyses et Avis (7) Voir plus Ajouter une critique
cicou45
  03 mars 2018
Ouvrage pioché au hasard sur une étagère de la médiathèque dans laquelle je travaille, j'ai plus été attirée par le nom de l'auteure que je connaissais de réputation que par le titre du livre ou encore par la quatrième de couverture.
Ici, le lecteur fait la connaissance de la narratrice : une femme divorcée, relativement jolie, allant sur ses quarante ans, plutôt riche et plus que tout : une femme qui a réussi dans la vie sur le plan professionnel. Bien que son ancien mari l'ai longtemps interdit de travailler, pensant que c'était à lui de subvenir aux besoins financiers du ménage, elle a cependant réussi en embrassant une brillante carrière dans le milieu de l'édition. Ses auteurs, elles en prend soin et les bichonne. Quand elle fait la connaissance de Jerzy, un jeune avocat, elle pense d'abord que cette relation amoureuse ne durera pas et pourtant, contre toute attente, elle finit par s'attacher, à telle point de devenir jalouse...Jalouse notamment des clientes qu'il défend et plus particulièrement de l'une d'entre elles : Christine T., accusée d'avoir assassinée son amant, fait qu'elle ne nie d'ailleurs pas. Jerzy va dorénavant s'investit corps et âme dans cette affaire et de cela, la narratrice s'en plaint, l'accusant de s'investir outre mesure dans cette affaire, qui, selon elle, dépasse le cadre professionnel. A-t-elle raison de s'en inquiéter ?
Une histoire dans laquelle se perd elle-même, oubliant qui elle est vraiment et se trouvant dans des situations inconfortables qui ne lui ressemblent pas vraiment. Pourquoi ? Je vous présente Madame Jalousie. Jusqu'où celle-ci pourrait-elle vous pousser ? Toute l'intrigue de l'histoire est là, dans ces deux histoires qui s'entremêlent à merveille.
Un roman très bien écrit t qui se laisse lire très facilement et rapidement mais malgré tout, je n'ai pas réussi à rentrer complètement dans cette lecture, ce qui explique ma note mitigée pour cet ouvrage. Je ne peux néanmoins que vous recommander cette lecture qui vous fera passer un agréable moment !
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          351
araucaria
  29 septembre 2017
Un roman trouvé dans une boite à livres. de cette auteure j'avais lu l'ouvrage "Chienne d'année" sorte de journal commentant l'actualité, et j'avais assez apprécié. "Mon très cher amour" me laisse sur ma faim. Je ne m'attache pas aux personnages. Ce roman "mondain" me laisse indifférente. On reconnaît la plume d'une femme libérée d'après 68, une femme avant-gardiste, la protagoniste, inventée par Françoise Giroud, ne respecte pas les lois dictées par son milieu bourgeois, en divorçant, accumulant les aventures, pour finalement vivre avec un amant bien plus jeune qu'elle. Je trouve que ce texte a mal vieilli... Il était peut être révolutionnaire lorsqu'il a été publié, maintenant il est dépassé. Heureusement ce livre se lit très vite, gros caractères, peu de pages, cela permet de très vite passer à autre chose.
Commenter  J’apprécie          270
brigittelascombe
  09 novembre 2012
L'amour rend aveugle dit-on, mais il peut simplement altérer le point de vue, surtout lorsque, passionné il se teinte de jalousie.
Mon très cher amour parle d'amour, mais d'un amour voué à l'échec dés le départ. Différences de personnalités: Lui, "Jerzy", est "brillant", "vif,drôle,insolent", plutôt bipolaire, il oscille entre exubérance et phases nostalgiques,pas vraiment beau, il a du bagout et tient son auditoire en haleine.
Elle est belle,sûre d'elle mais "orgueilleuse,capricieuse,froide". Et pourtant c'est elle de par son côté maternel qui va s'attacher tout en le détachant.
Différences d'origines et d'enfances:lui est enfant de déportés élevé par une voisine couturière aimante. Elle est bourgeoise jusqu'au bout des ongles.
Différences de milieu et de statut sociaux:elle est agent littéraire d'une grande maison d'éditions et divorcée.Il est "avocaillon" sans le sou mais un ambitieux célibataire promu à un brillant avenir.Il la compare à Mme de Meursault de Balzac.
Différences d'âge:il est trentenaire, elle est quadra.
Différences d'avenir:il voudrait un enfant.Elle est stérile.
Attirance.Désir.Plaisir.Mais jalousie aussi.Et la jalousie sera le déclencheur de la rupture prévisible. L'amour soumis à de trop grandes différences est-il justement toujours voué à l'échec? s'interroge-t-on après lecture.
le talent de Françoise Giroud est de mettre ces deux portraits forts en parallèle avec une autre histoire d'amour passionnelle, une affaire d'assises, l'affaire Christine T. dans laquelle "Jerzy" est l' avocat de la défense de cette femme qui a assassiné son amant. Une affaire dans laquelle le "petit Jerzy" deviendra grand changeant ainsi beaucoup de donnes.
Quelle fine étude psychologique de la relation de ce couple disparate dont l'entente est surtout sexuelle!
Quelle plume élégante que celle de Françoise Giroud (journaliste,éditorialiste,intellectuelle de gauche,auteur du roman le bon plaisir adapté au cinéma,ancien ministre de la condition féminine puis de la Culture), plus féminine que prévu.
Françoise Giroud en profite pour montrer au lecteur les changements de la condition des femmes, puisque son héroïne est passée de femme de chirurgien soumise et entretenue à femme dirigiste qui entretient l'homme qu'elle aime.
J'ai apprécié également les dessous des maisons d'éditions et leurs surenchères pour acquérir un auteur de best-sellers.
Mon très cher amour...est un excellent roman qui donne à réfléchir sur le couple, l'attirance, le désir,les non-dits et ce qui fait qu'un beau jour ou plutôt un triste jour tout capote. La belle assurance ne serait-elle qu'un leurre prêt à se perdre dans les affres d'une jalousie déraisonnable?
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          190
garanemsa
  07 octobre 2016
Suis pas amateur des romans, romans, surtout amour…
Certes l'auteure a la plume aisée et agréable, et ce livre j'ai lu un peu au début, un peu au milieu et quelques pages à la fin, mais cela délasse celui ou celle qui aime cette catégorie ; alors le 4ème de couverture me semble suffisant :
Elle : divorcée, de beaux yeux, du charme, du chic, du chien. Elle a une belle situation dans l'édition et quelques aventures. Elle est libre.
Lui : angoissé, fauché, insolent mais drôle. Avocat, chacun lui prédit un brillant avenir, qu'il attend en piaffant.
Ils seront heureux ensemble pour autant qu'un amour puisse être heureux. Pourtant, insidieux, le soupçon se glisse entre eux…. Elle se détend, mais n'en gravira pas moins les échelons de la jalousie à l'encontre d'une rivale insaisissable qui occupe, c'est manifeste, toutes les pensées de son amant. Jusqu'à ce que la vérité la frappe de plein fouet. L'amour, ce très cher amour, est lui aussi mortel. Une écriture vive et lumineuse pour une histoire brève et tendue, comme la passion qui unit un couple fait pour durer.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          10
minilaure
  10 mai 2012
C'est bien connu, les histoires d'amour finissent mal... en général. Une histoire d'amour que l'on traverse, de sa naissance à sa mort. Ce roman raconte aussi comment, lorsqu'on craint trop de perdre quelque chose, on augmente ses chances de le perdre effectivement. Pas vraiment d'originalité ni dans le sujet traité, ni dans le style d'écriture.
Commenter  J’apprécie          50
Citations et extraits (18) Voir plus Ajouter une citation
manU17manU17   23 octobre 2014
Je restai une heure avec lui, et puis je le quittai en pensant que je ne le reverrais pas, qu'il allait s'éteindre comme une bougie usée et que, tout de même, c'était mon père...
Quand je me levai pour partir il demanda :
- Tu reviendras ?
Je promis. Il est mort le lendemain.
Commenter  J’apprécie          241
araucariaaraucaria   28 septembre 2017
Il rôdait de pièce en pièce. Je le laissai seul pour mettre la cafetière en route.
- J'espère que vous ne faites pas du café soluble, cria-t-il.
- Pour qui me prenez-vous?
Je le retrouvai allongé sur le canapé, l'air d'être chez lui de toute éternité.
Le temps n'était plus où j'avais peur des hommes, et de leurs grandes mains toujours promptes à me frôler les seins comme s'ils cédaient à un attrait magnétique. J'avais appris comment on les tient à distance, non avec des gestes mais en quelques mots durs qui les déconcertent. Alors ils s'éloignent offensés.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
araucariaaraucaria   28 septembre 2017
Connu ou pas, talentueux ou besogneux, un auteur est toujours un sac de nerfs. Avant d'écrire, pendant qu'il écrit, après avoir écrit. Il faut lui tenir la main, l'encourager, quelquefois le critiquer, le lire en cours de travail quand il le souhaite et bute sur une impasse, le stimuler quand il est au point de tout déchirer, le rassurer, le bercer, l'apaiser.
Commenter  J’apprécie          170
Lire-pour-vivreLire-pour-vivre   12 décembre 2011

Plus d'humiliation je n'en ai jamais connu. Plus de mépris de moi-même .. Plus d'autodénigrement.
J'ai roulé dans Paris, sans but, brûlant les feux rouges, espérant vaguement qu'un camion m'emboutirait
et me réduirait en cendres .. J'ai envisagé tous les moyens de suicide. La honte me brûlait.
C'était pire que si j'avais tiré sur Jerzy à bout portant. J'avais été bête, j'avais été basse,
j'avais été butée et il n'y avait aucun tribunal auquel demander mon acquittement.
L'idée de me retrouver devant Jerzy m'était insupportable. Je suis allée coucher à l'hôtel et
j'ai appelé Iris, à Londres. Au téléphone, elle ne comprenait pas.
- Qu'est-ce que tu as ?
- J'ai fait quelque chose d'irréparable.
- Tu as tué quelqu'un ?
- Oui. Moi.

[ Françoise Giroud - Mon très cher amour ]
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          70
araucariaaraucaria   27 septembre 2017
Sous l'effronterie du regard perçait parfois dans ses yeux gris une lueur d'effroi.
J'en sus plus tard la source.
Pour le reste, quand des amis me présentèrent Jerzy il ressemblait à un grand chien joyeux pressé de vous sauter à la figure. Ce qu'il fit.
- Vous savez que votre robe est transparente?
Je le savais.
- Et ça ne vous dérange pas?
Ca ne me dérangeait pas.
- Les femmes sont incroyables.
+ Lire la suite
Commenter  J’apprécie          110
Videos de Françoise Giroud (13) Voir plusAjouter une vidéo
Vidéo de Françoise Giroud
En direct avec Françoise Giroud (1972) - 1
autres livres classés : amourVoir plus
Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox





Quiz Voir plus

Françoise Giroud, une figure française du féminisme

Elle a travaillé très jeune. Dans les années 30, elle a été engagée, dans le cinéma, comme :

Jeune première
Scripte
Réalisatrice

10 questions
44 lecteurs ont répondu
Thème : Françoise GiroudCréer un quiz sur ce livre