AccueilMes livresAjouter des livres
Découvrir
LivresAuteursLecteursCritiquesCitationsListesQuizGroupesQuestionsPrix Babelio
Rejoignez Babelio pour découvrir vos prochaines lectures
>

Critique de ThecosmicSam


ThecosmicSam
  30 novembre 2020
Coup de coeur pour ce roman que j'ai trouvé extrêmement émouvant et bien écrit.

En dépit de la plume imagère et poétique de Nicole Giroud, j'ai eu besoin de quelques chapitres avant d'être complètement prise par l'histoire d'Amandine.

Amandine, alias Amanda, est une octogénaire coincée dans une maison de retraite Suisse qui manque de chaleur humaine. Placée par son fils, contre son gré, Amandine tente de s'évader de son quotidien grisâtre en s'imaginant une toute autre vie qu'elle conte aux pensionnaires de l'établissement.

Dans cette vie imaginaire, Amandine devient Amanda Wilkson une femme qui a vécu une foule d'aventures, de tragédies et d'histoires d'amour au coeur d'une plantation de café amazonienne. Amandine entoure son alter égo de personnages qui semblent tout droit tirés de contes. Il y a :

- Euclide, le père, un géant tout aussi terrifiant que séduisant pour lequel l'amour est nécessairement dévorant, possessif et destructeur ;
- Adelita, la mère, une femme à la beauté hypnotique plus attachée à ses livres qu'à sa propre fille ;
- Maraja, la nourrice, une indienne un peu sorcière grâce à laquelle Amanda s'initie à la beauté et aux mystères du monde ;
- ou encore Eugénie, la vieille institutrice stricte mais bienveillante chargée de l'éducation d'Amanda.

On réalise bien vite que cette vie fantasmée est un refuge indispensable pour Amandine. C'est ce qui lui a permis de se réapproprier les différents événements qui ont réellement jalonnés son existence, de les rendre moins douloureux, de s'inventer une vie – non pas heureuse – mais emplie de voyages et d'une magie propre aux terres indigènes.

En réalité, la vie d'Amandine est triste à pleurer : condamnée à être vachère à 12 ans en dépit de ses compétences et de ses rêves d'institutrice ; mariée à 16 ans à un mari pervers et abusif ; et finalement placée sans égard dans une maison de retraite par un fils indifférent auquel elle a pourtant tout donné.

Lorsqu'elle réalise qu'il est temps de se défaire de ses chimères afin d'exister dans le présent pour le temps qu'il lui reste à vivre, Amandine tente le tout pour le tout et entreprend de s'échapper de la maison de retraite pour réaliser son unique rêve, celui de voir la mer.

Impossible de ne pas s'attacher au personnage d'Amandine. On a parfois envie de la secouer et de lui dire de prendre ses jambes à son cou pour fuir le foyer malsain dans lequel elle est piégée. Solution qui semble si simple pour le lecteur et si compliquée pour cette femme qui subit la violence psychologique et physique de son mari, qui n'a personne pour l'aider, aucune perspective d'un ailleurs. Seule cette petite fenêtre dans sa cuisine lui donne une vague impression d'ouverture sur le monde. J'ai trouvé cet aspect de l'histoire très réaliste, ce qui rend « Par la fenêtre » d'autant plus émouvant.

On comprend alors pourquoi Amandine s'invente Amanda et les décors amazoniens si lointains des paysages plats de sa campagne française. le delta boueux qui débouche sur la mer, les oiseaux exotiques, les singes, les odeurs de café sucré et de viande grillée, les plantes médicinales qu'elle va cueillir le matin. Ces parties de l'histoire empruntent au réalisme magique des romans sud-américains.

Jusqu'à la fin du livre, on espère de tout coeur qu'Amandine va pouvoir faire la paix avec ses démons et surtout se libérer : de sa maison de retraite, de ses histoires qui l'empêchent de vivre réellement, de son carcan d'épouse abusée. Un petit road-trip improvisé va, en tout cas, l'y aider, mais je n'en dirai pas plus…

Un roman sur le pouvoir des mots et les dangers du temps qui passe en nous faisant parfois oublier d'exister.

En bref : Je m'attendais initialement à un roman feel-good et j'ai finalement découvert un livre tragique porté par un personnage féminin complexe, le tout délivré par une plume très riche. Une bien belle découverte qui m'a donné envie de lire le premier roman de Nicole Giroud « L'envol du sari » .
Lien : https://thecosmicsam.com
Commenter  J’apprécie          32



Acheter ce livre sur

FnacAmazonRakutenCulturaMomox
Ont apprécié cette critique (3)voir plus